samedi 28 septembre 2013

La hausse de la dépense publique nous mène dans le mur.

par
      


 Contribuables Associés dénonce le mensonge d’un gouvernement incapable de réduire la dépense publique : dans le projet de loi de finances présenté par le gouvernement, nulle trace d’économies !
 
L’absence de courage et l’illusion de la dépense publique comme moteur de la croissance conduisent toujours à l’impasse.

C’est ce que montre la nouvelle étude Iref-Contribuables Associés sur les effets des plans de relance dans 31 pays de l’OCDE.
Le projet de loi de finances pour 2014 vient d’être présenté.
Nulle trace d’économies, les chiffres publiés par le gouvernement sont formels : l’État (hors charge de la dette et pensions des retraités) dépensera 379,9 Milliards d’euros en 2014, soit 6,6 milliards de plus que l’année dernière.

Cette hausse de 100 euros par Français de la dépense publique sera financée principalement par une hausse de la fiscalité sur les ménages du même montant environ (6,371 milliards d’euros d’impôts sur le revenu en plus dans le projet de loi).
Contribuables Associés dénonce le mensonge d’un gouvernement incapable de réduire la dépense publique, se basant qui plus est sur des prévisions de croissance peu crédibles (0,9 en 2014, contre 0,1 en 2013).
Alors que les ménages, y compris beaucoup de Français aux revenus modestes, vont subir de nouvelles hausses d’impôts, le gouvernement prévoit qu’ils consommeront plus l’année prochaine et qu’ils créeront ainsi la croissance nécessaire à l’économie. C’est impossible !
L’absence de courage et l’illusion de la dépense publique comme moteur de la croissance sont les caractéristiques principales du gouvernement actuel, qui marche à ce titre dans les pas du précédent.
C’est d’ailleurs ce que montre une nouvelle étude publiée conjointement par l’Iref (Institut de recherche économiques et fiscales) et Contribuables Associés, portant sur 31 pays de l’OCDE.
Mesurant les effets des plans de relance publique effectués à partir de la crise financière, cette étude conclue à leur effet néfaste sur la croissance : plus les pays font appel à la dépense publique et plus il pénalise la croissance de l’économie, pénalisent les investissements des entreprises et renforcent le chômage.

A ce titre, le nouveau programme d’investissement dit « d’avenir », qui va entraîner une hausse de 12 Mds d’euros ces dix prochaines années est une lubie coûteuse et clientéliste.

 http://unionrepublicaine.fr/la-hausse-de-la-depense-publique-nous-mene-dans-le-mur/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.