mardi 24 mars 2015

Radio France : "Le Canard Enchaîné" enfonce Mathieu Gallet

7H05 Le 24/03/15 News
Mathieu Gallet, président de Radio France dans la tourmente.

Mathieu Gallet, président de Radio France dans la tourmente.
 
Dans son édition à paraître demain, "Le Canard Enchaîné" fait de nouvelles révélations sur le train de vie du président de Radio France. 
                   
Mathieu Gallet avait dénoncé une "campagne de déstabilisation".
 Ses explications et excuses dans Le Monde lundi n'ont pas convaincu "Le Canard Enchaîné", qui en remet une couche dans son édition à paraître demain pour dénoncer "les bobards" du président de Radio France.
Et dévoiler de nouveaux "caprices".

Un très cher conseiller en communication
 
Après le bureau à 100.000 euros, le conseiller en communication à 90.000.
Selon notre confrère, le nouveau président de Radio France a, lors de sa prise de fonction en 2014, signé un contrat "avec un consultant extérieur de luxe pour gérer son image et l'accompagner stratégiquement".
 Il s'agit de Denis Pingaud, ancien d'Euro RSCG et à la tête de sa propre agence de communication désormais.
Mathieu Gallet travaillait déjà avec lui quand il dirigeait l'INA.
 Montant des prestations selon le palmipède pour sa nouvelle mission à Radio France : 90.000 euros par an, alors que la Maison Ronde a son propre service de communication.

 Par ailleurs, cette chère prestation n'aurait pas été signée après une mise en concurrence en bonne et due forme, comme une ordonnance de 2005 l'oblige aux entreprises publiques.
 
Un contrat de rénovation... signé sous Gallet

"Le Canard Enchaîné" revient aussi sur ses révélations de la semaine précédente.
A propos de la rénovation onéreuse des boiseries de son bureau, Mathieu Gallet s'était défendu en assurant que ce contrat avait été signé sous la précédente présidence de Jean-Luc Hees.
Faux, assure notre confrère qui s'est procuré les factures. Si la décision de restaurer ces boiseries pour plus de 35.000 euros a bien été prise avant son arrivée, le marché n'a été signé que le 20 mai 2014... "soit huit jours après son arrivée" à Radio France.
Notre confrère révèle enfin comment la facture initiale pour la restauration des boiseries a explosé à plus de 70.000 euros.
 Si le montant perçu par l'ébéniste n'a pas bougé, il a fallu ajouter 12.000 euros pour la rémunération d'un intermédiaire, 3.700 euros de prises électriques et 20.000 euros "pour démonter et remonter les boiseries qui avaient été mal montées, ce qui a été demandé à un autre menuisier".
 
Plan de départs volontaires
 
Ces nouvelles révélations interviennent alors que Radio France entrera demain dans son septième jour de grève, pour protester contre un plan d'économies à venir.

 Ce matin, lors d'un CCE extraordinaire, la direction de la radio publique a évoqué 200 à 300 départs volontaires.

Ces nouvelles révélations devraient une nouvelle fois fragiliser le jeune patron du groupe public.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.