vendredi 25 juillet 2014

NOGENT-SUR-OISE Il poignarde le petit ami de sa fille .

Publié le
PHILIPPE BOUVIER
 

Le drame s’est joué dans ce pavillon de la rue Hoche, à Nogent-sur-Oise, jeudi 24 juillet.

 
À Nogent-sur-Oise, un homme d’origine kurde est toujours activement recherché. Jeudi 24 juillet, dans la soirée, il aurait tué le petit ami de sa fille, après les avoir surpris tous les deux ensemble.
 
Jeudi 24 juillet, vers 19 heures, Muhittin Ulug, un Kurde de 45 ans, regagne le pavillon familial, 1, rue Hoche, à Nogent-sur-Oise (Oise).
En arrivant, il trouve sa fille de 19 ans en compagnie de son petit ami, Julien, un garçon de 20 ans, né d’un père algérien et d’une mère française.
 Furieux, le père de famille se serait alors emparé d’un couteau et lui aurait porté plusieurs coups, dont certains mortels.
 À l’arrivée des pompiers, le jeune homme est décédé et le père de famille a pris la fuite.

Arrivé en France en 1989, Muhittin Ulug n’avait jamais fait parler de lui.
«  Il était toujours calme, gentil…  », assurent ses voisins.
Associé à ses deux frères dans le restaurant Les Nuits de Marmara, rue Alexandre-Ribot, à Nogent, il ne travaillait plus depuis six mois en raison de problèmes cardiaques.
 Le couple avait acheté un terrain dans la commune et fait construire un pavillon où il avait emménagé, voici trois ans, avec ses enfants : cinq filles et un garçon.

« Chez nous, ramener son copain chez ses parents, ça n’existe pas »

Au moment du drame, seule la fille aînée, employée dans un salon de coiffure de Creil, était présente à Nogent-sur-Oise.
 Depuis quelques jours la mère était partie en vacances en Belgique avec les cinq autres enfants, mais le père était resté, apparemment bien décidé à veiller de près sur la vertu de son aînée.
Aussi décidé qu’elle était, de son côté, résolue à mener une vie normale, à l’occidentale.
 «  C’est culturel ! explique le neveu du meurtrier présumé. Chez nous, ramener son copain chez ses parents, ça n’existe pas… Un petit mariage, et après tout va bien. Sinon, ça n’existe pas. Son père, il a été choqué…  »
 
Alors que la fille, transportée en état de choc au centre hospitalier de Creil est toujours hospitalisée, à l’écart de la famille, Muhittin Ulug est toujours en fuite.
 
«  Son portable est coupé, explique son neveu. On ne sait pas où il est, ni ce qu’il fait. »
 
L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Creil.

source

4 commentaires:

  1. c'est vraiment grave,à croire que sa fille avait fait quelque chose de mal ,y en a ils ont toujours la mentalité de leur village ,il a tout détruit,il aurait tres bien pu parler au jeune garçon mais de la à aller le poignarder c'est qu'il à rien compris à sa propre vie ni à l'intégration ,j'espere qu'il sera vite retrouver.Il est temps de changer ces vieux mentalités.REPOSE en paix surtout pauvre garçon et jespere que sa fille s'en remettra.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je que je peux dire c que je suis tres chouer par ce drame.ce monsieur je le voyais de temps a autre au restauranr et jamais je naurais pu penser quil est pu faire une chose pareille.je pense aux familles de la vicctime ce garcon qui aurait pu etre le mien....mais aussi a sa fille qui va avoir beaucoup de mal a se reconstruire.courage aux familles.je suis extremement choquer par cette affaire.

      Supprimer
  2. Bn courage à la famille maintenant personne peut savoir ski aurai fait la fille a pas respecté chez son père oublie pas cette le ramadan

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.