lundi 28 juillet 2014

Qu’est-ce que La Ligue de Défense Juive ?

Lundi 28 Juillet 2014 à 18:26 (mis à jour le 28/07/2014 à 18:36)
Par


Capture d'écran de la page d'accueil du site de la Ligue de Défense Juive. Photo © LDJ

Focus. Souvent dans l’ombre, les militants de la ligue de défense juive sont revenus sur le devant de la scène lors des récentes émeutes qui sont survenues en marge des manifestations de soutien à Gaza.

Mais qu’est-ce que ce mouvement ?
 
Genèse et Fondateur

La « LDJ » est une branche française de la « Jewish Defense League » créée à New-York par Meir Kahane (1932-1990), rabbin et homme politique américano-israélien d’inspiration ultranationaliste.
 Kahane créa après la LDJ, le parti Kach.
Il a ensuite appartenu à ce mouvement au Parlement Israélien (Knesset) en 1984.
 La Knesset le fit finalement exclure de ses rangs et il fut assassiné en 1990 aux Etats-Unis.
De son existence est né un concept : le « kahanisme », doctrine basée sur la Torah qui inciterait à conquérir la Terre promise afin d’y adopter une Constitution tirée de la Loi.
Le kahanisme n’est reconnu par aucune autorité spirituelle juive.

Une association interdite aux USA et en Israël

La "LDJ" a été classée comme un groupe terroriste par le FBI en 2001 et a été interdite en Israël depuis qu’un de ses membres Baruch Goldstein, fut reconnu coupable du massacre du tombeau des Patriarches à Hébron en 1994.
A l’époque, il avait tué 29 palestiniens musulmans en prière et en blessa environ 125 autres avec une arme à feu automatique, avant d'être maîtrisé et battu à mort avec un extincteur.
Baruch Goldstein avait d’ailleurs été marié par Meir Kahane.

La LDJ en France

Elle est apparue en 2000 sous le nom Liberté, Démocratie et Judaïsme, puis a été dissoute en 2003. Elle n’aurait à ce jour aucune existence légale.
 Néanmoins son site Internet permet de recevoir des dons et propose des reçus fiscaux.
On ne sait précisément combien  de membres compte la « LDJ ».
 En 2009 un de ses porte-paroles annonçait « une centaine de membres en région parisienne ».
D’inspiration ultra-sioniste, référencée comme d’extrême-droite, la « LDJ » considère qu’on ne peut dissocier antisémitisme et antisionisme.

Dans plusieurs vidéos amateurs on voit ses membres affronter à Sarcelles les casseurs en marge des manifestations pro-Hamas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.