mercredi 20 juin 2018

Peut-on encore mettre de mauvaises notes au bac ?

 
 



Professeur de Lettres

Les récalcitrants seront convoqués au rectorat pour modifier leurs notes.

Les têtes de pioche qui défient l’autorité sont parfois sévèrement punies.
On veut toujours plus de bacheliers.
Oui, mais le niveau moyen des candidats baisse…
Pas grave, on va vous arranger ça.
Ce 18 juin, jour d’ouverture de la pêche aux bacheliers 2018, Le Point publie une enquête sur « les coulisses de la fabrique des notes ».
De bonnes notes, évidemment.
Un gonflage artificiel dont la recette est résumée en trois mots par l’hebdomadaire :« consignes, pressions, menaces ».
Les examinateurs sont d’abord gentiment invités, par une charte tout spécialement rédigée à leur intention, à faire preuve de « bienveillance ».
Comprenez : de laxisme.
Les grincheux qui persistent à sanctionner un peu lourdement des lacunes importantes ou un raisonnement, une expression, des méthodes par trop déficients, sont sommés de revoir leur copie.
À mi-parcours de la correction, chaque correcteur doit entrer sa moyenne sur une plate-forme pour s’assurer qu’elle n’est pas trop au-dessous de la moyenne académique.
Pour lui laisser une chance de faire son examen de conscience dans le secret de son bureau ?
Pensez-vous !
Big Brother is watching you et, si vous n’êtes pas dans les clous, un inspecteur risque de vous appeler illico pour vous faire rentrer dans le rang.
Les récalcitrants seront convoqués au rectorat pour modifier leurs notes.
Les têtes de pioche qui défient l’autorité sont parfois sévèrement punies : selon Le Point, un enseignant « a été envoyé, pour faire passer les oraux, dans un lycée à 150 kilomètres de chez lui » en guise de représailles.
En dernier recours, si l’intimidation ne suffit pas, il semblerait que « l’inspection ne se gêne pas pour passer derrière les correcteurs » en remontant les notes « à leur insu ».
Tout en proclamant la « souveraineté du jury »…
Le but de cette infantilisation des enseignants ?
Officiellement, que de nobles intentions : lutter contre la subjectivité et l’inégalité par l’harmonisation.
Mais si des consignes de notation et une harmonisation sont nécessaires, prétendre à une correction objective est un leurre : il y aura toujours des lecteurs pour trouver les périodes proustiennes trop alambiquées !
L’inévitable subjectivité est, de toute façon, compensée par le nombre d’épreuves.
Quant à l’inégalité, nul ne peut ignorer qu’il existe de « bons paquets » de copies et de « moins bons », et que le même enseignant peut avoir une moyenne de 7/20 une année et de 12/20 l’année suivante.
L’obliger à relever ses notes n’a aucun sens.
D’ailleurs, comme le fait remarquer l’un d’eux, « si les correcteurs étaient invités également à baisser leurs notes, pourquoi pas, mais c’est toujours à la hausse ».
Pire encore : l’arbitraire le plus total est presque encouragé.
Ainsi, Virginie Subias Konofal, auteur de Histoire incorrecte de l’école, raconte avoir un jour reçu un coup de fil de son chef de jury :
« Il faut que votre moyenne remonte de trois points. Soit vous remontez tout votre paquet de trois points, soit vous piochez au hasard certaines copies que vous remontez de six points. »
​‌
Une véritable cuisine, puissante, mais, il faut bien l’avouer, assez écœurante.
En sortira, une fois de plus, à côté d’élèves bien préparés à l’enseignement supérieur, tout un contingent de pseudo-étudiants qui iront occuper les bancs des universités.
Pendant quelques semaines.

Avant d’occuper les universités tout court et de les saccager comme cette année ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.