lundi 25 juin 2018

L’ultra-droite terroriste revient : les journalistes français incorrigibles


Ultra droite Terroriste Revient Journaliste Français Incorrigibles
 

Le terroriste d’ultra-droite, plus subtil que le terroriste islamiste

Le terroriste islamique est terriblement simpliste..
Il mitraille, il explose, il égorge, il éviscère, il tue des milliers de personnes dans le monde et des centaines en France.
Le terroriste en lien avec l’ultra-droite est plus subtil et donne du fil à retordre aux enquêteurs qui se prennent des suées pour mettre quelque chose dans leur communiqué de presse.
Qu’est-ce que l’ultra-droite ?
Houlà, c’est complexe.
Qu’y a-t-il dans le dossier de ces dix pauvres bougres ?
Pff, dur à dire.
Ils n’ont tué personne, ils n’avaient même pas acheté leurs armes ?
Sans doute, mais, comme Francis Blanche dans le sketch de Pierre Dac, ils peuvent tuer.
Et le principe de précaution ne se divise pas !

Chez les Français, le terroriste d’ultra-droite revient toujours en été
Le début de l’été est propice à la floraison du terroriste d’ultra-droite, qui fait opportunément oublier douze mois de terrorisme islamique.
Le premier que nous vendirent les journalistes français est Maxime Brunerie, censé avoir voulu assassiner Jacques Chirac pendant le défilé du 14 juillet 2002.
C’était un amateur de rock identitaire passé par le MNR de Mégret.
L’enquête établit qu’il n’avait jamais voulu tuer Chirac.
Il a voulu depuis s’inscrire au Modem et appelé à voter Ségolène Royal à la primaire PS.
L’an dernier on a eu droit à Logan Alexandre Nisin, un gamin de Vitrolles « ex-militant d’ultra-droite » (c’est très chouette, comme dénomination).
Lui était soupçonné d’avoir « un projet d’attentat contre des hommes politiques et des mosquées ».

 
Les journalistes français incorrigibles : malgré Charlie, ils vendent toujours les mêmes salades

 Les services de police, qu’on taxe d’insuffisance lorsque les terroristes islamistes tuent, ont fait un travail de surveillance minutieux dans son cas : ils savent qu’il était chaudronnier intérimaire, avait un clignement intempestif de l’œil, qu’il a écouté Kroc Blanc et Goldofaf, qu’il a fait partie d’un groupuscule marseillais « pétainiste », et recouvert à ce titre la statue de Manouchian d’un drap blanc, qu’il juge l’AF trop molle et qu’il a tracté pour le FN lors de la dernière présidentielle.
Il possède un fusil à pompe et « aurait réfléchi » aux moyens de « se fabriquer un lance-flamme ». C’est lui qui avait « identifié » pour cible Jean-Luc Mélenchon, ce qui a valu à celui-ci une « standing ovation » à l’assemblée nationale.

Les journalistes français sont incorrigibles : une dizaine de leurs confrères se sont fait massacrer par de vrais terroristes, et ils continuent imperturbablement à débiter leurs salades sur un terrorisme d’ultra-droite qui n’existe pas.

En attendant probablement qu’un jour, lassés par la situation que leur mensonge contribue à aggraver, des Français se lanceront effectivement dans le contre-terrorisme.

Ce jour-là, ils ne manqueront pas de dire qu’ils ont toujours eu raison.


Pauline Mille


source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.