mardi 11 juin 2013

VIDÉO – Un déjeuner entre des élus et l’industrie du tabac interrompu par Élise Lucet

Suite de l'article du 2 Juin http://by-jipp.blogspot.fr/2013/06/le-petit-gueuleton-10000-de-deputes.html

POLÉMIQUE – Ce mardi soir, dans Cash Investigation, Elise Lucet s'immisce dans un déjeuner privé entre des industriels du tabac et des élus alors que l'OMS interdit tout lien entre eux. Les députés présents n’apprécient pas du tout la présence des caméras.
 
 
 


 Dans l’émission "Cash Investigation", diffusée ce mardi soir sur France 2, Elise Lucet s’intéresse à la fraude fiscale. Et n’a pas hésité à aller interrompre un déjeuner entre politiques et l’industrie du tabac, dont le montant de l’addition estimé à 10 000 euros avait été révélé par le JDD.

Dans cette séquence relayée par Pure Médias, Elise Lucet, micro à la main et suivie par une caméra de France 2, s'invite à la table du restaurant où l'on aperçoit les députés André Santini (UDI), Patrick Balkany (UMP), Dominique Bussereau (UMP), Odile Saugues (PS), François Sauvadet (UDI), ou encore le sénateur Jean-Claude Lenoir (UMP). Attablés autour de la présidente de British American Tobacco France, Soraya Zoueihid, ils savourent ce repas offert par la firme américaine.

"Vous dégagez, ce n'est pas notre problème ! Vous évacuez !"


"On regardait cette table magnifique, avec ces élus, ces députés, c'est formidable, vous parlez de quoi ? On voulait vous parler de l'évasion fiscale", lance Elise Lucet à la représentante française de British American Tobacco (BAT) . Et d’ajouter : "Cela nous intéresse beaucoup de savoir où sont passés les 103 millions d'euros que vous n'avez pas déclaré au fisc français". "Vous dégagez, ce n'est pas notre problème ! Vous évacuez !", lui répond André Santini, député et maire d’Issy-les-Moulineaux (Haut-de-Seine). La journaliste sera rapidement raccompagnée à l'extérieur de ce chic restaurant.

Le Lab d’Europe 1 qui a pu visionner l’intégralité de la vidéo, a établi le "top 3" des arguments des députés présents à la table. Et a livré quelques réactions. "Je vous ai connu meilleure" et "je n'ai pas apprécié vos procédés", a réagit André Santini en s'adressant à Elise Lucet tout en entrant dans sa voiture.

Une charte de l’OMS interdit ce type de rencontre

La journaliste Élise Lucet a rappelé lundi soir dans "C à Vous" sur France 5, le contexte de ce déjeuner, "payé par l'industrie du tabac". "Tout le monde était invité, cela ne dérange pas les élus d'être invités par une multinationale du tabac alors qu'il y a une charte de l'OMS qui normalement oblige les élus à ne pas avoir de contact avec eux, pour des raisons de santé publique ! C'est assez normal, la France a ratifié cette charte. Par ailleurs, on a des schémas d'optimisation fiscale, dont BAT. Et on se rend compte que BAT ne paye pratiquement pas d'impôts en France !".

Contacté par metronews, Bercy a condamné la présence d’un membre du service des Douanes à ce déjeuner. "Les deux ministres, Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve, désapprouvent totalement ce type de rencontre. Mais nous tenons à préciser qu’il n’y avait qu’un seul fonctionnaire présent à ce déjeuner, Eric Sabatier (chef du bureau des Contributions indirectes). Effectivement son appréciation administrative est étudiée par la hiérarchie", avait-on ajouté au cabinet du ministère de l’Economie. Plusieurs fois sollicité par metronews, aucun invité n’a voulu aborder ce "repas de luxe".

David Perrotin

1 commentaire:

  1. Il semblerait toutefois que ce repas est été sur-médiatisé et largement exagéré. Rien ne dit que les élus suivront les recommandations faites par le lobby du tabac même si je n'encourage pas de telles réunions. Par ailleurs j'ai entendu dire que la note du repas n'était pas aussi salée que cela. On en rajoute juste pour faire parler. C'est comme pour la cigarette électronique à laquelle certains trouvent des défauts qui n'existent pas ou affirment qu'elles contient de l'éthylène glycol ce qui n'est pas du tout le cas cependant le rapprochement avec le propylène glycol est facile.

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.