Translate

dimanche 14 avril 2024

Ce blog sera en pause pour quelques jours

L’armée française déployée à Slavyansk, République populaire de Donetsk – Rapport


L'armée française déployée à Slavyansk, République populaire de Donetsk - Rapport

Image d’illustration

13.04.2024
southfront-press

Les premiers rapports en provenance des lignes de front ukrainiennes confirment le déploiement de l'armée française dans le Donbass. 

La première unité de la Légion étrangère française serait arrivée dans la région de la ville de Slavayansk, en République populaire de Donetsk.

Selon des sources fiables, une unité du 3e régiment d'infanterie de la Légion étrangère française, qui comprenait une centaine de militaires, a été transférée dans la direction de Slaviansk avant d'être envoyée sur le front. L'unité comprend le groupe du génie et les spécialistes du renseignement aéronautique du 3e régiment d'infanterie de la Légion. Apparemment, il ne s’agit que du premier groupe de militaires français déployés en Ukraine, d’autres forces doivent encore arriver.

Les premiers militaires français sont arrivés dans la ville de Slaviansk le 11 avril. Selon certaines informations, ils seraient actuellement basés sur le site de la 54e brigade mécanisée distincte des Forces armées ukrainiennes. Selon d'autres informations, ils seraient sous le commandement de la 7e brigade mécanisée distincte des forces armées ukrainiennes. Les militants français se déplacent dans la ville uniquement en compagnie des militaires ukrainiens.

Macron menace d’abord la Russie avec l’envoi des troupes, puis achète 600 millions d’euros de gaz à Moscou au premier trimestre 2024 John Cody


 Image

 @CalliFanciulla

Alors que le président français Emmanuel Macron menace d'envoyer des troupes en Ukraine pour lutter contre la Russie, son pays alimente l'effort de guerre russe en achetant pour 600 millions d'euros de gaz naturel à Moscou au cours des trois premiers mois de 2024

Selon de nouvelles données, la France paie discrètement de plus en plus de gaz russe, alors même qu'elle tient un discours de plus en plus dur à l'égard de la Russie. 

En fait, le groupe de réflexion Center for Research on Energy and Clean Air (CREA) indique que les livraisons de gaz naturel liquéfié russe ont augmenté davantage en France que dans n'importe quel autre pays de l'UE l'année dernière. Les 600 millions d'euros payés par la France contribueront sans aucun doute à alimenter l'effort de guerre de la Russie en Ukraine. 

 Le mois dernier, M. Macron a déclaré que la France ne pouvait exclure l'envoi de troupes en Ukraine, une annonce qui a suscité un vif débat dans toute l'Europe. M. Macron est allé jusqu'à appeler ses alliés de l'OTAN à ne pas être des "lâches". De nombreux dirigeants européens ont réagi durement aux déclarations de M. Macron, et plusieurs pays ont même déclaré clairement qu'ils n'enverraient aucune de leurs troupes pour participer au conflit. 

La France a continuellement tenté de justifier ses achats de gaz et de pétrole à la Russie en faisant valoir qu'elle est liée par des contrats à long terme avec la Russie qui sont difficiles à annuler. Les critiques affirment que M. Macron pourrait faire davantage pour réduire la dépendance de la France à l'égard du gaz naturel russe, en particulier lorsqu'il affirme que la France est l'un des plus grands alliés de l'Ukraine. L'énergie reste un pilier des revenus de la Russie, les combustibles fossiles représentant jusqu'à la moitié de ses revenus.

 Bien que la France et d'autres pays de l'UE continuent d'acheter activement du pétrole et du gaz russes, ainsi que du combustible nucléaire, les efforts de l'UE pour réduire la dépendance de l'Europe à l'égard de l'énergie russe ont été largement couronnés de succès, l'Union ayant réduit sa consommation de deux tiers. Toutefois, on peut s'interroger sur la précision de ces prétendus chiffres, car l'Europe a, par exemple, considérablement augmenté ses achats de gaz naturel et de pétrole en provenance de l'Inde. En réalité, la plupart de ces produits énergétiques proviennent de Russie, l'Inde servant simplement d'intermédiaire et prélevant des bénéfices supplémentaires sur les ventes.

Netanyahu représente la plus grande menace pour le monde entier

 

Islamisation des zones rurales : le cas révélateur du Lot-et-Garonne


islam


Il y a quarante ans, en juin 1984, en pleine mobilisation contre le projet Savary dirigé contre l'École libre, Michel Sardou sortait un single pour s'opposer lui aussi au projet socialiste. 

La chanson s'intitulait Les deux écoles et son refrain - un tour de France des régions pro et anticléricales - commençait ainsi : « Dans le Lot-et-Garonne, on bouffait du curé. » 

 Ce petit département du Sud-Ouest avait en effet connu une déchristianisation précoce, accompagnée d'un anticléricalisme radical-socialiste actif. Aujourd'hui, le diocèse d'Agen (toujours sans évêque), malgré le dynamisme de certains prêtres et de quelques communautés, rassemble des paroisses vieillissantes. Son dernier rassemblement dynamique fut la béatification d'Adèle de Trenquelléon, en présence du cardinal Sarah, en 2018, au parc des expositions d'Agen, où se tiennent tous les grands rassemblements diocésains. Or - signe des temps, et des mutations en cours (pour ne pas parler de grands ou de petits remplacements) -, ce même parc des expositions a accueilli pour la première fois, ce mercredi, la communauté musulmane agenaise et, comme le relevait Sud-Ouest, « hommes, femmes et enfants étaient réunis pour la première fois dans deux halls du parc des expositions, pleins à craquer à l’occasion de cette rupture du jeûne ». Et l'affluence fut comparable dans les autres petites villes du département. Jusque-là, tout va bien, penseront les islamophiles béats.

Or, ce ramadan 2024 fut aussi marqué, dans plusieurs établissements scolaires du département, par des pressions émanant d'élèves ou d'adultes (depuis l'extérieur) vis-à-vis de jeunes qui ne suivraient pas le ramadan. Ce furent des intimidations, du harcèlement, des brimades. Bienheureusement, cela n'atteignit pas les extrémités que l'on a pu déplorer à Montpellier ou en Alsace, mais plusieurs sources - vérifiées - montrent que des chefs d'établissement ont demandé aux équipes éducatives d'êtres vigilantes devant la montée des pressions exercées, souvent signalées par des parents inquiets.

samedi 13 avril 2024

La société du "ressenti" c'est l'arbitraire au doigt mouillé



 CampagnolTVL

10 000 motards et toi, et toi l'automobiliste bien formaté, covidiot piqué 6 doses, les couilles bien calées dans ton slip kangourou Kelvin Klein, tu fermes ta gueule en espérant qu'on t'oublie?


 

Allez tous vous faire .(censuré).......avec vos patinettes électrique!


Bagneux : Un employé d'une boulangerie poignardé à mort dans la rue durant sa pause


 Bagneux : Un employé d'une boulangerie poignardé à mort dans la rue durant sa pause

Un employé de cette boulangerie, située rue Charles-Boileau à Bagneux, a été tué à l'arme blanche. (Google view)
 
Par Actu17
Le jeudi 11 avril 2024 à 19:01
 

  Un employé d'une boulangerie de 47 ans a été poignardé à mort alors qu'il était en pause, dans la nuit de mercredi à jeudi. 
 
Deux suspects sont recherchés par les enquêteurs de la police judiciaire.

Meurtre à Bagneux (Hauts-de-Seine), dans la nuit de mercredi à jeudi. Un homme de 47 ans, employé d'une boulangerie, a été tué à coups de couteau alors qu'il était en pause. Deux suspects ont pris la fuite, indique une source proche de l'affaire, confirmant une information du Parisien.

Le drame s'est déroulé rue Charles-Boileau, où la victime travaillait tard en raison de la fin du ramadan. Pendant sa pause, vers 23 heures, l'employé est sorti pour fumer une cigarette et s'est retrouvé face à deux individus. Les enquêteurs ont exploité les images de vidéoprotection et ont constaté qu'il y avait d'abord eu une discussion entre la victime et ses agresseurs. Soudain, l'un d'entre eux a poignardé à plusieurs reprises l'employé, qui s'est effondré.

Strasbourg : un gérant Geox menacé de mort après avoir refusé une intérimaire voilée


 VOILE

 

À chaque jour son nouvel échec du vivre ensemble. 

Celui du 11 avril s’est déroulé dans la boutique Geox de Strasbourg. Une jeune intérimaire s’est rendue sur son lieu de travail, affublée d’un voile islamique, causant la stupeur de son employeur.

 « Vous n'avez pas la tenue adéquate. Je ne peux pas vous garder, si vous ne souhaitez pas garder la tenue adéquate, tenta-t-il d’expliquer à la jeune femme qui n’en démordait pas. Je vous demande de récupérer vos affaires et de sortir. C'est un lieu privé. » En face, la pieuse musulmane resta droite dans ses bottes, sûre de son bon droit. « Sur mon contrat, ce n'est pas écrit que je ne dois pas mettre le voile », lui répondit-elle. Avant, enfin, d’accepter de quitter les lieux, la femme ne manqua pas de se poser en victime, à grand renfort de « Vous déformez mes propos ! » et autres « Liberté, égalité, fraternité ! » intempestifs. Elle prit aussi soin de filmer la scène à l’insu de l’employeur, puis de partager l’enregistrement sur les réseaux sociaux.



En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, des dizaines de tweets insultants et menaçants fleurirent sur X, émanant la plupart du temps de comptes affublés de petits drapeaux algériens, marocains ou palestiniens. Morceaux choisis :

 « Ce chien doit être identifié et affiché sur les réseaux sociaux », « Sale race », « J’lui aurais tellement écrasé le crâne et brûlé son magasin », « Quand la vermine française laisse libre cours à ses instincts primaires », « Je l’aurais étranglé ! », « Strasbourg, allez lui apprendre les bonnes manières…

 

Parmi la meute des défenseurs de la religion de paix et d’amour, on retrouve notamment le CCIE, « heureux héritier » du CCIF dont la responsabilité dans l’assassinat islamiste de Samuel Paty avait été pointée par le gouvernement. « Mobilisons-nous pour interpeller Geox et condamner cette discrimination inacceptable ! », lança l’association.

SOS Racisme en soutien de la meute

Croulant sous les menaces, le gérant strasbourgeois annonça, dans le courant de l’après-midi, qu’il fermait boutique. Il a, depuis, porté plainte pour « diffamation, injures raciales et appels malveillants » et une cagnotte de soutien a été lancée sur Internet. BFM TV relaya l’information et sollicita l’éclairage d’un juriste de SOS Racisme. Mais loin de défendre l’homme menacé de mort et victime d’insultes racistes, l’expert prit le parti de la musulmane. « Les seules possibilités pour lesquelles on peut interdire le port du voile, c’est pour des raisons de santé ou de sécurité. Ça n’a pas l’air d’être le cas dans le magasin Geox. […] c’est possible qu’il y ait une discrimination. »

vendredi 12 avril 2024

Bulletin STRAPOL N°181 : Zelenski repart à l’attaque, Lavrov – Wang Yi, Bandéristes vs Ukrainiens. 12.04.2024.



 STRATPOL: Centre d'Analyse Politico-Stratégique

Le Mensonge Universel par Pierre Jovanovic


 

Le plus grand mensonge de l’histoire des religions est celui du Livre de la Genèse dans lequel il est écrit qu’Eve est née d’une côte d’Adam, et qu’à cause de la pomme mangée dans le jardin d’Eden, elle a conduit l’Humanité à sa perte.

Pourtant, une tablette sumérienne (antérieure de 1500 ans à l’invention de l’écriture hébraïque) prouve que le rédacteur du Livre de la Genèse a plagié le texte et l’a modifié pour exclusivement se venger des femmes.

Conséquence de ce plagiat soi-disant dicté par Dieu à Moïse, et universellement répandu par les Hébreux, par saint Paul et par saint Augustin : les prêtres, les rabbins et les imams ont avili, culpabilisé et manipulé hommes et femmes en brandissant le « péché originel » accusateur qui, finalement, n’est qu’un pur mensonge.

Le Mensonge Universel comprend l’analyse du texte sumérien, son historique, l’adaptation littéraire, la table des correspondances, et bien-sûr la traduction de la tablette originale, réalisée par un grand spécialiste, le Pr. Attinger, assyriologue de l’Université de Berne.

Un livre majeur qui révèle le plus grand mensonge de l’histoire judéo-chrétienne, encore utilisé aujourd’hui pour culpabiliser et contrôler les croyants.


Le Mensonge Universel
  • Jovanovic, Pierre (Auteur)

Ben voyons, ils auraient tord de se gêner!

 

JO : de la surveillance de masse à la fuite de données - JT du vendredi 12 avril 2024



Publiée le 12/04/2024

Au programme ce soir, une plongée au cœur du dispositif de surveillance pour les Jeux olympiques.

 Sous prétexte de menace terroriste et sécuritaire, l’événement devrait permettre la mise en place de dispositifs de vidéo invasifs.

Nous ferons ensuite un point sur la situation militaire en Ukraine alors que le pays a relancé une nouvelle mobilisation.

Cette édition sera également l’occasion de s’intéresser au nucléaire français. Naguère une exception française, le secteur a subi de plein fouet les erreurs politiques. Loïk Le Floch-Prigent nous livrera son analyse.

Et puis nous terminerons par un détour en Ecosse pour évoquer le nouveau combat du gouvernement indépendantiste : le wokisme.

Il peut postuler pour le titre de meilleur lèche babouches

 

 


Les images spectaculaires des célébrations de la fin du Ramadan dans les villes de France (MàJ)

Image

 

 

 

Extrait de: Source et auteur

Le professeur Trouposol à Bergerac qui se prend pour Cyrano

 

 

 par | 12 Avr 2024 |

C’est un pic, c’est un roc, que dis-je c’est une péninsule.

Haaaa, ces éléments de langage.

C’est insupportable et pour tout dire, c’est nous prendre pour des imbéciles.

Vous remarquerez l’expression « en européen ».

Il faut tout faire « en européen ».

Ils disent tous « en européen ».

C’est le pendant de « en responsabilité ».

En responsabilité et en européen, il faut faire plus la guerre en Ukraine pour avoir la paix, car en européen, l’Europe c’est la paix… et moi je suis le pape.

Je maintien qu’une autre analyse est possible et sans doute même plus juste que celle de nos apprentis sorciers des Palais.

Montpellier, Bordeaux, Achenheim : en France, la charia installe sa loi


voile islamique


Petit à petit, ce qui ressemble à la charia fait son nid.

 En l’espace d’une semaine, plusieurs faits d’actualité ont fait la démonstration de l’application sanglante de la loi islamique en France. Dernier exemple en date : cette attaque commise à Bordeaux, mercredi soir. Un musulman en djellaba s’en serait pris à deux de ses coreligionnaires, accusés de ne pas respecter le ramadan. « Il semble que le point de départ soit un différend lié à la consommation d’alcool des deux victimes de coups de couteau », rapporte en effet l’AFP. Rapidement présentes sur les lieux, les forces de l’ordre ont neutralisé l’assaillant mais n’ont pas été en mesure de réanimer l’une de ses victimes. « Quand vous avez un individu en djellaba, couteau ensanglanté à la main, vous avez le sang qui ne fait qu’un tour. Il faut stopper l’individu », a réagi William Maury, délégué national nuit du syndicat Alliance.

La veille, une autre agression intracommunautaire avait lieu à Achenheim, tout près de Strasbourg, dans le Bas-Rhin. Une jeune adolescente de 13 ans et demi, de confession musulmane, a été frappée à la sortie d'un bus par quatre jeunes mineurs, musulmans eux aussi. D'après plusieurs sources, ils lui auraient reproché de manger pendant le ramadan. La jeune fille a été blessée au visage. Une enquête de gendarmerie est en cours. Le maire a également réagi dans un communiqué : « Aucune agression, aucune atteinte à l’intégrité physique ou à la dignité n’est soutenable, encore moins acceptable, quel qu’en soit le motif ou l’origine. Je m’oppose à toute forme de violence ou de pression et à toute motivation qui la sous-entende. »

À ce sujet — Bordeaux : un homme abattu par la police après une attaque au couteau

Ces deux événements suivent le meurtre de Shamseddine, accusé par des « grands frères » d’entretenir une correspondance amoureuse avec leur jeune sœur, ou encore le tabassage de Samara, coupable aux yeux de certains de se teindre les cheveux et de vouloir vivre « à l’européenne ».

Suicide de l’Espagne. Une pétition soutenue par l’extrême gauche et l’Eglise soumise au Parlement pour régulariser les migrants clandestins


L’Espagne se suicide progressivement comme la plupart des autres nations occidentales.  

Une pétition réclamant la régularisation de tous les sans-papiers vivant en Espagne a été remise au Parlement espagnol. Elle est soutenue à la fois par l’Eglise, et par l’extrême gauche.


Plus de 600 000 signatures

Soutenue par quelque 900 associations essentiellement gauchistes, la pétition a été lancée il y a trois ans par un collectif de défense des migrants. Elle vise à mettre en place des mécanismes permettant aux sans-papiers de sortir de l’invisibilité et de la précarité.

Le 13 avril 2024, les députés espagnols ont approuvé à une large majorité la prise en considération de cette initiative législative populaire. 310 voix se sont prononcées en faveur, contre 33 voix.

Le gouvernement a six mois pour soumettre le texte à des amendements puis à le faire voter. La plupart des partis y sont a priori favorables, car hormis Vox, qui entend défendre les Espagnols face au remplacement ethnique et démographique, tous les partis sont favorables à l’immigration, notamment de travail. Comme en France, certains à droite voient en effet avec appétit toutes ces armées de migrants, semi-esclaves, qu’il serait possible de sous payer, et d’exploiter loin de leurs terres d’origine, pour le profit d’une petite minorité. Une droite qui n’a plus la moindre conscience ethnique, ou identitaire, et qui ne pense qu’économie (qui paiera les retraites des boomers ?).

A l'Elysée ce soir

 

 

 



Musée Grévin?

jeudi 11 avril 2024

L'armée "la plus morale du monde" se retire en catastrophe

 

Macron l'Américain, la France vendue aux GAFAM ?

 

Immigration : le pacte de la discorde - JT du jeudi 11 avril 2024



Publiée le 11/04/2024

A la une de cette édition, le pacte immigration divise et s’invite dans la campagne des européennes.

 Nous irons ensuite à Bordeaux pour évoquer l’attaque au couteau perpétrée mercredi. Une personne a trouvé la mort.

 Et enfin, un sujet planète avec la Terre qui tournerait de plus en plus vite !

Le Sénat établit le bilan des émeutes : un milliard d’euros de dommages, 793 millions d’euros de sinistres, un millier de blessés, 2.508 bâtiments dont 273 bâtiments des forces de l’ordre, 105 mairies et 273 écoles incendiés ou dégradés


 

 

10/04/2024

« Comprendre, évaluer, réagir »… Le président LR de la Commission des lois du Sénat, François-Noël Buffet, a planché sur « les émeutes de juin 2023 » consécutive à la mort de Nahel Merzouk à Nanterre . 

Après 80 auditions, plusieurs visites de terrain et une consultation lancée auprès des communes touchées par ces événements, il rend, ce 10 avril, un rapport circonstancié qui vaut tant par l’analyse de ce qui a pu se passer durant cette semaine de chaos que par les solutions fermes qu’il préconise pour éviter de nouveaux accès de violence. L’élu l’affirme sans hésiter : « Rien ne permet d’affirmer qu’ils ne se reproduiront pas dans un proche avenir ». Dans un rapport d’information, le sénateur François-Noël Buffet dégaine 25 propositions pour renforcer les moyens de l’État et des maires.

« Deux décès directement liés aux émeutes, l’un à Cayenne, l’autre à Marseille » , mais aussi « plus d’un millier de personnes blessées, y compris légers » , notamment « 782 agents des forces de l’ordre – 674 policiers et 108 gendarmes -, et 3 sapeurs-pompiers » . Enfin, « au moins une quarantaine de blessés graves ont été répertoriés parmi les émeutiers ou la population générale » .

La mission sénatoriale l’écrit : « l’estimation des dommages atteint le chiffre, colossal et en nette hausse par rapport à 2005, d’un milliard d’euros » . En outre, « les 16.400 sinistres déclarés aux assureurs représentent un coût de 793 millions d’euros, soit un montant quatre fois supérieur à celui des émeutes de 2005 » . Les remboursements des assureurs sont loin d’être tous réalisés.

Le bilan matériel, il est vrai, est considérable : « parmi les 2.508 bâtiments incendiés ou dégradés figurent 273 bâtiments des forces de l’ordre, 105 mairies et 273 écoles » . Sans oublier, par ailleurs, « de nombreux véhicules de police ou de gendarmerie » , parmi les « 12.031 véhicules incendiés ».

Et si on n’avait jamais marché sur la Lune ?

 

 

 par | 11 Avr 2024

 

« Mon père était écrivain. Il vous aurait plu. Il disait que les artistes utilisaient les mensonges pour dire la vérité et que les politiciens le faisaient pour cacher la vérité. Un homme selon mon cœur ». 

C’est l’une des célèbres répliques du film « V pour Vendetta ». Ici, à travers l’art et le cinéma, c’est un évident message qui est adressé au monde.

Ce nouveau film américain avec une belle tête d’affiche et un gros budget qui va sortir cet été est passionnant.

« To The Moon » c’est son titre et voici les paroles les plus importantes de la bande annonce permettant de comprendre le sujet du film…

« Le monde entier sera planté devant son écran.

On ne peut pas se permettre de perdre face aux Russes.

Alors on va tourner une version de secours de l’alunissage.

Une version bidon quoi…

Interdiction formelle de raconter à qui que ce soit ce qu’on fait ici…  »

Vous remarquerez également le nom de code de l’opération écrit sur le dossier qui est jeté sur la table. « Project Artemis ».

Pour ceux qui ne le saurait pas, le projet ARTEMIS n’est pas le nom de code du projet pour aller sur la lune en 1969; mais le nom de code du projet américain lancé en 2017 pour permettre aux Américains de « retourner » sur la lune en 2026/2028. Ils risquent d’être légèrement en retard.

C’est un programme à 92 milliards de dollars. Oui. Vous avez bien lu.

Interpellation d’une militante de Némésis : le maire écolo-wokiste de Besançon récidive

 

© Capture écran X Yona_nms

 © Capture écran X Yona_nms

 

« Il y a un malaise de la maire de Besançon qui constate que sa politique d’accueil des migrants est un échec. » 

Au lendemain de la garde à vue de Yona, une jeune militante du collectif Némésis, interpellée pour avoir manifesté avec une pancarte anti-immigration à Besançon, Alice Cordier, directrice de l’association féministe, ne cache pas sa colère. Pour elle, les moyens « disproportionnés » déployés contre l’une des membres de son collectif, « qui n’a rien commis d’illégal », ne serviraient qu’à masquer l’incompétence d’Anne Vignot, édile écologiste à la tête de Besançon depuis 2020.

Répression judiciaire

« Le but de cette action était, comme à chaque fois, de dénoncer les violences faites aux femmes. » Interrogée par BV, Alice Cordier revient sur l’action menée par l’une des sections locales du collectif Némeéis, ce 7 avril, lors du carnaval de Besançon. Ce jour-là, les militantes ont déployé en centre-ville une banderole rappelant que « 46 [chiffre établi par le collectif sur la base d’un recensement dans la presse, NDLR] femmes auraient pu être épargnées si les OQTF avaient été appliquées en 2023 ». Au même moment, deux militantes défilaient au milieu du carnaval avec des pancartes sur lesquelles elles avaient écrit à la peinture : « Violeurs étrangers dehors » et « Libérez-nous de l’immigration ».

Rapidement, une courte vidéo de leur action commence à circuler sur les réseaux sociaux. En début de soirée, Anne Vignot dénonce, sur son compte X, l’action militante et annonce son intention de porter plainte pour « incitation à la haine raciale » au nom de la commune. L’une des deux militantes apprend alors qu’elle est convoquée dès le lendemain, soit le 8 avril au matin, au commissariat pour une audition libre. « Mais dès qu’elle arrive au commissariat, on lui indique qu’elle est placée en garde à vue. Elle y est restée près de dix heures », rapporte Alice Cordier. Fouille du téléphone, interrogatoire, perquisition du domicile, ordinateur mis sous scellés… « Les moyens mis en œuvre par la Justice ne semblent pas du tout justifiés au regard des faits reprochés, s’indigne Alice Cordier. Affirmer publiquement être anti-immigration n’est pas un délit ! Demander l’expulsion des violeurs étrangers non plus ! Marlène Schiappa avait elle aussi proposé l’expulsion des étrangers condamnés pour violences sexuelles. » La directrice du collectif Némésis note par ailleurs l’efficacité de la Justice dans cette affaire. « Nous sommes menacées constamment sur les réseaux sociaux. Et quand on porte plainte, malgré les preuves et les éléments que nous avons, il ne se passe rien. Là, on voit que quand la Justice veut faire son travail, elle sait le faire, et le fait de façon très virulente », note-t-elle. Le collectif Némésis promet de ne pas en rester là et annonce vouloir porter plainte contre le parquet pour atteinte aux libertés.

Woke, écolo et pro-migrants

mercredi 10 avril 2024

Voici ce qui attend les militaires français s’ils étaient déployés sur la rive droite du Dniepr

 

 

 

Par contre tous les généraux qui se pavanent à longueur de journée sur les plateaux TV, qu'ils n’hésitent surtout pas à montrer l'exemple!  

Les employés de X au Brésil sont menacés physiquement

 

Image
 
 
Ça n’a l’air de rien comme ça mais les employés de @X au Brésil sont menacés physiquement et
@elonmusk vient d’alerter que s’il arrivait un drame il allait prouver par la data que les élections brésiliennes étaient truquées. 
 
Depuis les membres du congrès sont tous complètement hystériques. Il vient aussi de préciser qu’il met d’abord à l’abris les employés de @X et ensuite il va effectivement publier un "data dump" qui va coucher le pouvoir en place. 
C’est aussi ce qu’il va arriver au gouvernement français et à @ThierryBreton et @vonderleyen
à la fin.
 
Et vous découvrirez que toutes les élections étaient 100% truquées. 
 
En réalité moins de 10% de la population française a voté pour élire le couple 14-39.

Natacha Rey, atteinte d’un cancer incurable, figure martyre dans l’affaire Brigitte Macron/Jean-Michel Trogneux


 
 
Natacha Rey, malgré son cancer avancé, défie le tribunal dans sa lettre, affirmant que toute condamnation ne fera qu’accroître son soutien public et sa stature de martyre.

 le 08/04/24 

 

Dans une lettre diffusée par Chloé Frammery puis par Zoé Sagan, Natacha Rey, qui a ouvert le dossier Brigitte Macron / Jean-Michel Trogneux, révèle être atteinte d'un cancer avancé, une condition médicale grave qui selon elle l'empêchera de purger toute peine de prison ou d'accomplir des travaux d'intérêt général.

Natacha Rey exprime sa détermination face à l’avancement de son procès au 19 juin 2024, affirmant que toute condamnation ne fera qu’accroître le soutien et l’admiration du public à son égard. Elle se présente comme une figure de martyre, inébranlable malgré sa santé précaire, et prête à affronter les conséquences juridiques, tout en continuant à défendre ses convictions.

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire Brigitte Macron, qui a pris une tournure mondiale depuis que Candace Owens a décidé d’en parler à ses millions d’abonnés. De son côté, Xavier Poussard poursuit son enquête sur la « première dame » et s’apprête à publier le prochain numéro de Faits & Documents qui est très attendu…

Voici l’intégralité de la lettre de Natacha Rey :

J’écrirai une lettre pour leur dire qu’aucune « punition » ne sera possible sur moi, et que leur condamnation arbitraire déjà décidée d’avance, ne me laissant aucune chance, ne provoquera qu’une fois de plus le soutien et d’admiration de la part du public, en France et dans le monde entier.
Ils vont faire enfin de moi la Jeanne d’Arc que je rêvais d’incarner, en me brûlant ainsi sur place publique, pour que je serve d’exemple, de modèle !
Je ne paierai jamais aucune amende de milliers d’euros, mes comptes étant tous vides désormais. Rien à prendre.
Ils ne pourront pas me condamner à de la prison (pour « délit de presse » !) , je suis gravement malade, sous traitement néo-adjuvant et mon état demande un suivi constant. Aucun stage de citoyenneté, aucun travail d’intérêt général ne seront possibles.
Donc à part une condamnation symbolique sur un morceau de papier, relayée dans toute la presse mainstream que plus personne ne croit, me cracher dessus une énième fois, que peuvent-ils contre moi ?
Qu’ai-je à craindre, à redouter ?
Ça ne m’empêchera pas de continuer de parler de cette affaire, et ça n’empêchera pas non plus les autres de continuer à la relayer ici, en Russie, en Chine, Outre Atlantique et partout dans le monde.
Ils ne peuvent pas me condamner, je suis déjà condamnée, atteinte d’un cancer avancé.
Les médecins me donnent 2 ans maximum. Ce sera vite là.
Je mourrai dans la souffrance, rongée par les métastases osseuses, après avoir été persécutée des années durant par la Macronie et salie par l’ensemble de la presse et des médias français.

OQTF, gouvernement criminel

 

Ukraine : le dernier souffle de Zelensky - JT du mercredi 10 avril 2024


 

Au programme ce soir, la fin se profile pour la guerre en Ukraine. 

Alors que les offensives russes pourraient reprendre dans quelques semaines, les positions territoriales des deux camps ne devraient pas évoluer considérablement. La Paix elle, pourrait être en suspens au moins jusqu’à la présidentielle américaine.

Nous reviendrons ensuite en France avec Rémi Tell. Au programme : la présentation en Conseil des ministres du projet de loi de légalisation de l’euthanasie !

Nous évoquerons ensuite une autre réforme : celle de l’assurance chômage. Après avoir organisé les désaccords entre les syndicats, Gabriel Attal voudrait une 5ème réforme…

Et nous terminerons avec l’affaire qui secoue Patrick Drahi. L’oligarque aux 5 nationalités est sur la sellette avec 24 milliards d’euros de dettes.