samedi 23 juillet 2016

Paris Plages, 1936

        



Le 23/07/2016


Tremblez donc, islamistes ! Paris a sa ligne Maginot, infranchissable.

Paris.
Ses avenues magnifiques sous le soleil de juillet.
Ses monuments et ses musées.
Son pont Mirabeau sous lequel coule la Seine.
Ses petites femmes et ses spectacles.
Sa cathédrale et ses quais. Mais surtout sa plage !
 Que serait Paris sans Paris Plages ?
 Une petite capitale oubliée, que les bobos déserteraient pour le Luberon.
Paris Plages a quelque chose d’essentiel.
Il y a quelques années, l’expression n’était associée qu’au Touquet.
Désormais, par la grâce de monsieur Delanoë et de madame Hidalgo, Paris se targue de posséder une des plus belles plages du monde.
Fini les interminables bouchons retour de Deauville.
Terminés les longs trajets vers la côte des Landes ou la Riviera.
 Le RER suffit, station Saint-Michel, sortie plage, les tongs aux pieds.
 On se retrouve entre gens de bonne compagnie, à l’occasion on improvise une soirée blanche.
Le service est assuré par la bonne table du coin, les femmes sont élégantes et bronzées comme Anne, les messieurs fins et délicats comme Bertrand.
Paris Plages, c’est Saint-Trop’ sur les bords de Seine.
Quelques esprits chagrins, moins délicats lorsqu’il s’agit de football, se sont émus : et si ce merveilleux événement donnait des idées à un loup solitaire, auto-radicalisé en quelques secondes ? Si un déséquilibré, un de ces garçons si gentils selon ses voisins, s’avisait d’y commettre un attentat ?
 Après tout, si le petit peuple niçois est victime d’un massacre, pourquoi la bourgeoisie parisienne qui n’est pas encore partie dans ses réserves naturelles du Sud y échapperait ?
Et qui sait si quelques éléments populaires se trouvaient eux aussi sur le sable fin des quais de la rive gauche ?
Madame Hidalgo, dûment avertie des risques, les écarte d’un revers de bague Svarovski : « Paris Plages fait partie de ces moments importants pour la vie de Paris et de ses habitants mais aussi pour les touristes […] il nous faut aussi envoyer le signal d’une vie qui continue résolument à se faire, avec cette envie d’être ensemble, de sourire, d’être debout. Il faut que nous tenions bon. »

Voilà de fortes paroles, qui devraient faire réfléchir les terroristes.
Surtout que, d’après l’édile, « avec la préfecture de police, nous avons mis en place un système qui empêche l’intrusion de véhicules dans l’espace de promenade des quais de Seine, avec des plots et des barrières susceptibles d’arrêter des véhicules type voiture bélier qui pourraient venir semer la terreur. »

Tremblez donc, islamistes !
 Paris a sa ligne Maginot, infranchissable.
Et n’imaginez surtout pas que vous pourriez tirer à la kalachnikov du quai d’en face, larguer des grenades d’un pont, balancer un bidon de gaz sarin dans la foule.
Ça ne marchera pas.
Car « chacun des points d’accès de Paris Plages » a été méticuleusement étudié.
« Des patrouilles et une sécurité » supplémentaires ont par ailleurs été sollicités sur le site de Paris Plages, en concertation avec la police nationale, les militaires de l’opération Sentinelle et les services municipaux de la capitale, nous apprend RTL.

Avec ça, nous voilà rassurés.

Nous qui craignions que la France, en guerre – comme nous l’a rappelé son chef à plusieurs reprises depuis le 13 novembre -, se prive des joies d’une société de loisir qui lui devient consubstantielle, nous pourrons nous livrer aux innocents plaisirs de la bronzette sans quitter Paris.

Tout cela vous a un petit goût de 1936.

 Le mythe socialiste avant l’écroulement.


source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.