jeudi 21 avril 2016

Loi Travail : des étudiants grévistes réclament la moyenne aux examens

    
Par Charles-Alexandre Louaas
Publié le 20/04/2016 à 18:24


«ll est nécessaire d’envisager une adaptation des modalités de contrôle de connaissances» a déclaré le président de l’université. -17PASCAL PAVANI/AFP-

Après les événements liés à la loi travail, des étudiants grévistes de l’Université Jean-Jaurès de Toulouse ont rencontré le président de l’établissement pour lui demander des aménagements dans les modalités d’examens.
       
Réviser ses partiels tout en faisant grève n’est pas chose aisée.
Les élèves de l’Université Jean-Jaurès de Toulouse (ex-le Mirail) mobilisés contre la loi travail le constatent aujourd’hui. S
elon le média Actu Côté Toulouse , les étudiants ont rencontré le président de l’université pour demander des aménagements des modalités d’examens.
Notamment l’obtention de la note de «10 améliorable» pour toutes les épreuves de la première session d’examens.

La décision finale sera prise le 4 mai prochain.


Les étudiants grévistes ont exposé vendredi 15 avril, leurs doléances à la direction.
Au programme?
 La non prise en compte de la totalité des absences depuis le début de la mobilisation (soit le 9 mars), l’accès à l’Espace numérique de travail (ENT) pour tous les étudiants et surtout...
L’attribution de la note de «10 améliorable» pour toutes les épreuves de la première session d’examens.
 Le président a pris en compte leurs demandes, mais a tenu à rappeler «l’important travail déjà réalisé dans l’adaptation des modalités d’évaluation» par les directeurs des différentes unités de la faculté.
L’accès à l’ENT pour les étudiants sera examiné par le président.
En ce qui concerne le «10 améliorable» les différentes composantes pédagogiques (UFR, écoles et instituts) de l’établissement donneront leur décision le 2 mai, après consultation des équipes pédagogiques.
 La décision finale sera prise le 4 mai prochain.

«Il est nécessaire d’envisager une adaptation des modalités de contrôle de connaissance.»


Quelques jours auparavant, à la demande du président de l’université et par le biais des différentes unités de l’université, les représentants des étudiants avaient été convoqués.
 «L’université connaissant des circonstances exceptionnelles liées à la contestation de la loi Travail, il est nécessaire d’envisager une adaptation des modalités de contrôle de connaissance» avait déclaré le président Jean-Michel Minovez, avant de préciser la teneur de ses propos.

«Les modalités d’évaluation doivent être adaptées en tenant compte de l’annulation d’enseignements consécutive aux décisions prises par la présidence. Ces adaptations des modalités d’évaluation seront mises en œuvre dans le cadre de la première session».

source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.