samedi 25 mai 2013

Manifestation de jeunes femmes contre les Femen à Paris

 avec
le 25 mai 2013 à 15h25 , mis à jour le 25 mai 2013 à 15h34.


 
 
Plusieurs dizaines de jeunes femmes, qui se sont baptisées "Antigones", se sont réunies samedi après-midi à Paris pour dénoncer les "méthodes totalitaires et manipulatrices" du mouvement féministe radical des Femen.

Plusieurs dizaines de jeunes femmes se sont réunies samedi après-midi à Paris pour dénoncer les "méthodes totalitaires et manipulatrices" du mouvement féministe radical des Femen, à proximité de leur local. Les manifestantes, pour la plupart vêtues de jupes blanches, souhaitaient se diriger devant le local des Femen, dans le quartier populaire de la Goutte d'Or, mais elles en ont été empêchées par un impressionnant déploiement de gendarmes mobiles en tenue anti-émeute.

 
"La femme a sa dignité, celle-ci ne passe pas par l'exhibitionnisme et l'hystérie (...). Nous nous opposons ainsi aux Femen, qui, telles des chiennes de garde, sont aux ordres d'une idéologie qui sape les bases de notre société et bafoue nos valeurs", selon un communiqué distribué par les manifestantes, qui revendiquent le nom d'Antigones.
Les manifestantes demandent le retour en Ukraine des Femen
 
Parmi elles, "Iseul" a affirmé avoir infiltré le mouvement des Femen "pour les comprendre et les connaître".
 
 Elle dénonce ces "jeunes femmes françaises, simples pions, piégées et embrigadées par des militantes étrangères et de riches dirigeants voulant imposer des valeurs qui ne sont pas naturelles à notre société". "Ces méthodes totalitaires et manipulatrices doivent cesser", selon le communiqué, qui demande le retour en Ukraine des deux responsables des Femen en France, l'arrêt de subventions à leur mouvement et la fin de l'immunité pour leurs actions.

Qui sont ces jeunes femmes ?

 "Un simple rassemblement de femmes", expliquent les Antigones dans une communiqué.

Sagesse, calme et détermination


"Loin de toute considération politique ou confessionnelle, nous revendiquons notre droit élémentaire et notre devoir fondamental à être des femmes à part entière. La femme a sa dignité, celle-ci ne passe pas par l'exhibitionnisme et l'hystérie. Elle passe par notre sagesse, notre calme et notre détermination à bâtir notre avenir", écrivent-elles.

Avec en symbole, l'Antigone de Sophocle, une "jeune femme qui a fait des choix, préférant suivre ses valeurs et la légitimité de la loi naturelle plutôt que d'obéir à des injonctions iniques".



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.