vendredi 2 novembre 2018

Ni mondialisme, ni communisme, ni empire ou dictature européenne, juste une Europe des nations fondée sur ses racines chrétiennes


Ni mondialisme, ni communisme, ni empire ou dictature européenne, juste une Europe des nations fondée sur ses racines chrétiennes
 
      
 
Excellent discours de Viktor Orban qui sait de quoi il parle. Extrait :


Mesdames et messieurs,

Ceux qui dominent Bruxelles aujourd’hui sont ceux qui en lieu et place de l’alliance des Nations souhaitent un empire européen.
Un empire européen dont les dirigeants ne seraient pas choisis par les peuples, mais qui serait dirigé par les bureaucrates bruxellois.
Nous en sommes aujourd’hui au point que dans de nombreux pays, les partisans de l’empire européen sont au pouvoir.
C’est pourquoi nous savons à quoi ressemblera ce Meilleur des Mondes si cela ne tient qu’à eux. Apparaissent en nombre croissant des hommes en âge de se battre, venus des quatre coins du monde, et qui façonnant à leur image les villes européennes de notre vivant, transformant les Européens autochtones, lentement mais sûrement, en minorité.
La terreur devient partie intégrante de la vie des grandes villes.
La manipulation politique se basant sur l’État de droit devient quotidienne.
La liberté de parole et de presse se limitent à leur opinion.

Mesdames et messieurs,

Ceux qui veulent faire de l’Union européenne un empire européen sont tous sans exception partisans de l’immigration.
Ils ont fait de l’acceptation de l’immigration l’étalon de l’européanité, et attendent que chaque pays et chaque peuple deviennent sans délai multiculturels.
Aujourd’hui nous le voyons, malgré leurs forces policières et militaires considérables, ils n’ont volontairement pas défendu l’Europe des masses migratoires.
Si nous en avons été capables, ils auraient pu l’être également.
Ce ne sont pas les capacités qui ont manqué, mais la volonté.
L’élite bruxelloise et autres dirigeants antinationaux considèrent l’immigration comme une chance et une option, encore aujourd’hui.
Une chance pour transformer l’Union européenne des Nations en empire monolithique, multiculturel et aux peuples mélangés.
Une Europe sans États-nations, une élite coupée de ses racines nationales, un consortium de multinationales, et une coalition des spéculateurs financiers.
Voilà qui serait le paradis de George Soros.

Mesdames et messieurs,

Nous sommes en octobre, mais tout le monde en Europe pense à mai prochain.
Les élections du Parlement européen au mois de mai décideront du sort de l’Europe.
Les peuples européens vont devoir décider de leur avenir.
Nous autres Hongrois ne pouvons rester silencieux.
Si le message n’est pas clair, il est alors impossible de se rassembler, même derrière la cause la plus importante et la plus juste.
Il faut donc nous élancer en premier, et faire appel à ceux qui croient en l’Europe des Nations.
Il faut faire voler haut le drapeau de l’Europe libre et forte.
Choisissons l’indépendance et la coopération des Nations face au gouvernement mondial et à son contrôle.
Rejetons l’idéologie mondialiste et soutenons à sa place la culture du patriotisme.
Si l’univers bariolé des différentes nations peuple le monde, celui-ci en sera plus riche, et l’humanité, peut-être meilleure.
Nous croyons que chaque nation est particulière, unique à sa façon, et peut illuminer le coin du monde qui lui a été confié.
C’est ce en quoi nous croyons, et c’est d’ailleurs pour cela que nous nous sommes révoltés en 1956. Nous adorons notre culture, qui maintient et protège notre liberté.
Nous croyons dans les familles fortes, nous considérons comme exceptionnelles nos traditions et notre Histoire, nous célébrons nos héros, et plus que tout, nous aimons notre patrie.
Nous ne voulons et nous n’allons pas y renoncer pour faire plaisir à un quelconque empire ou gouvernement mondial.
Nous ne voulons pas effacer nos sentiments patriotiques, mais au contraire, les renforcer, et même, les libérer, afin qu’ils permettent aux Hongrois d’exprimer les capacités et les talents qui sont en eux. L’Histoire nous enseigne que dans les pays souverains, la liberté est préservée, la démocratie dure, et la paix règne.

Mesdames et messieurs,

Pensons aux combattants de la liberté de 56, remémorons-nous les Gars de Pest, choisissons le futur du patriotisme et de la fierté nationale !

En avant la Hongrie, en avant les Hongrois !
 
lesalonbeige

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.