jeudi 20 février 2014

Taubira : la Reine-Soleil et sa cour.

Rédigé par Louis Blase le 20 février 2014.
20.02.2014

christiane_taubira_imam francediplomatie
Derrière ses mots empruntés, Chritiane Taubira possède tous les comportements de l’ancien régime, en plus des fards, des poudres et des sourires contrefaits, il ne lui manque que la crinoline et les arceaux, et une paire d’eunuques peut-être.

Elle a beau arguer régulièrement «l’indépendance de la justice», affirmer qu’elle refuse «d’intervenir dans les procédures judiciaires en cours», les faits lui confèrent un arrière-goût poussiéreux.

CORRUPTION : En coulisses, Christiane Taubira vient d’embaucher un sixième conseiller en provenance de Guyane : Sandra Reviriego, ex-responsable de la rédaction d’Antenne Caraïbes International.
 Cette nomination fait suite à celle de cinq autres conseillers guyanais, dont le propre mari de Taubira, un privilège de sang accordé par le prince de Hollandie, une discrimination positive pour arrondir la retraite prochaine. Messieurs, la Cour !

USURPATION : Ces gardes rapprochés aux allures de copains-coquins consanguins, ne se contentent pas de flatter la ministre.

 Surnommés « les Guyannais » au ministère de la justice, les affidés de la reine Taubira font aussi le ménage autour d’eux.
 En effet, les Guyanais ont obtenu, en mars dernier, le départ de l’ex-directeur de cabinet, Christian Vigouroux, plus de quelques conseillers qui avaient osé protester.
 Voilà des coussins libérés pour de nouveaux cousins… Guyanais.
Normal, les copains d’abord !

NEPOTISME : Dans l’affaire « Anticor », affaire d’Etat dénoncée par l’avocat Gilles-William Goldnadel, la plainte, déclarée recevable, porte sur une « grave violation ».
 En effet, Taubira est accusée d’être juge et partie, car la ministre appartient toujours au comité de parrainage d’Anticor, une association de lutte contre la corruption qui se trouve être la partie civile.
C’est la première fois dans l’histoire de notre justice, qu’un garde des Sceaux, garant de l’impartialité de la justice, prend parti idéologiquement et en raison de ses liens personnels, en faveur d’une partie civile contre un justiciable. Elle est la seule étonnée !

FAVORITISME : En 2001, alors qu’elle était députée de Guyane, Christiane Taubira avait tenté de faire annuler purement et simplement la condamnation d’un de ses fils pour complicité de vol.
 Dans une lettre adressée à la ministre de la justice d’alors, Marylise Lebranchu, Taubira demandait de faire procéder à une « annulation » (sic) de la dite condamnation.
 Elle écrivait alors : «À chaque fois que mon fils subit un contrôle d’identité, la consultation du fichier provoque sa conduite au commissariat.»
 Or Marylise Lebranchu est à nouveau ministre dans le gouvernement de François Hollande.
Normal, il ne s’agit que de petits arrangements entre amies !

CONTRE-HUMANISME : En mai 2013, Christiane Taubira signe la circulaire de la honte qui adoube la femme-utérus locative et l’enfant-marchandise !
 Elle aura beau s’en défendre, elle ne trompera personne, la circulaire Taubira valide et encourage la GPA à l’étranger.
 Elle trahit ainsi tous les combats humanistes contre la marchandisation de l’humain.
 Elle bafoue sa propre loi mémorielle de 2001 qui fait de l’esclavage un crime contre l’humanité. Dans le même temps elle porte au bout de ses petits bras musclés la loi de la honte qui nie l’enfant comme sujet de droit dans le mariage, qui nie le droit de l’enfant à connaitre socialement et affectivement ses parents biologiques, ceux qui lui ont transmis son Humanité.
Elle se réduit elle-même à l’état de valet de l’hyper-libéralisme amoral dont elle se défend : elle a bien maquillé le crime en décret.
 Normal, elle ne sait que jongler avec les mots, elle en a perdu le sens !
Désormais, nous savons ce que valent les discours de Christiane Taubira. Il n’ont de valeur que la crédulité des gogos qui les gobent.

 Elle quittera ce portefeuille gouvernemental avec un capital moral anéanti et une carrière politique ruinée par les lâchetés de sa fin de règne.
 La Reine-Soleil n’est plus qu’un discours sans queue ni tête.

Egarée dans une kyrielle de vociférations convenues, elle a vendu son âme au Diable, que le Diable l’emporte.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.