vendredi 16 décembre 2016

Délinquance à Paris: faut-il boycotter Darty et l’Association des Paralysés de France?

Le 16/12/2016
 
 
 
16 décembre 2016
 

La délinquance à Paris, et sa forme la plus agaçante: l’incivilité au quotidien, ne cesse d’enfler, même si un artifice de la police permet de le cacher.

Une scène ordinaire hallucinante, à laquelle j’ai assisté aujourd’hui (et que j’ai subie), illustre bien la dérive à laquelle nous assistons, dans une parfaite impunité pour les fauteurs de trouble.
 
La délinquance à Paris au quotidien
 
C’est une scène de rue anodine.
Je remonte l’avenue des Ternes vers 15 heures.
 Sur cette artère chic, la foule se presse pour les cadeaux de Noël.
 En passant sur le trottoir du magasin Darty, un jeune portant un imperméable orange, au milieu d’autres jeunes habillés comme lui, me propose de donner des fonds pour l’Association des Paralysés de France.
J’ai l’esprit occupé, et j’esquisse peut-être une moue, mais je suis pressé, et je passe mon chemin sans mot dire.
Dans mon dos, je l’entends sortir une phrase déplacée, un reproche de ne pas donner: « Alors, comme ça, on est exaspéré, on a trop de sollicitations? »
 Mais de quoi je me mêle.
Je m’arrête, je me retourne, et j’indique à ce vendeur que je trouve sa remarque déplacée. Immédiatement, une de ses collègues se jette sur moi pour me dire de « dégager » et le « chef vendeur » intervient, me menace, me crache à la figure.
La foule fait un pas de côté pour éviter l’incident.
Deux vigiles postés à dix mètres regardent et ne lèvent pas le petit doigt.
 
L’indifférence totale de Darty


J’en suis estomaqué et je décide de demander des explications au directeur du magasin Darty, qui accepte manifestement sans aucun problème d’héberger sur son trottoir des petits voyous qui polluent son image.
Je me le fais indiquer, et je me présente clairement à lui.
Voici ce qu’il me dit:
 

 
Autrement dit, va te faire foutre et démerde-toi mon gars.
 
L’Association des Paralysés de France se fait-elle escroquer?

Ni une, ni deux, j’appelle l’Association des Paralysés de France, dont tous les directeurs – je le découvre en appelant – sont partis en séminaire.
Je tombe finalement sur l’assistante du directeur général, qui m’explique qu’aucun bénévole, aucun collecteur de fonds ne circule dans les rues de Paris pour lever des fonds auprès du public au bénéfice de l’Association.
 
Supposons! ce qui signifie bien que ces jeunes collectent de l’argent en réalisant de belles escroqueries.
 
Mais cela ne semble intéresser personne…

source

1 commentaire:

  1. C'est un grand classique que de se réclamer d'une association de handicapés pour faire la manche !
    Il y a une solution qu'il faut utiliser avec précaution : filmer ses personnes et mettre rapidement sur le net la vidéo, mais sans être compromettant, ex : vous avez la possibilité de donner aux xx, des personnes sont à xx endroits et font la quête pour leur venir en aide.
    Lorsqu’ils en auront connaissance et saurons qu’ils sont reconnaissables cela devrait les calmer pour un temps !
    Même la police lorsqu'elle est en opération peut être filmée, un rappel d'une directive a été fait en 2008, elle indiquait que les policiers ne pouvaient pas s'y opposer.

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.