jeudi 3 mai 2018

Vers la dislocation de la France, sauf si rébellion des Français…

 
 


Publié le 2 mai 2018 - par Pascal Bernard -

Une de mes connaissances me relatait la conversation qu’il a eue avec un thésard de sociologue.

Cet homme avait choisi de démontrer que des hommes de races différentes, de cultures différentes et de religions différentes ne pouvaient vivre sur un même territoire que sous un régime politique fort.
Pour ceux qui en doutent encore, voyez ce qui s’est produit dans l’ex URSS (Tchétchénie, Ukraine, Donbass etc.) ; dans l’ex Yougoslavie ; dans l’ex Irak, dans l’ex Libye et ce qui se produit dans l’actuelle Syrie !
Tous ces pays sont rentrés dans de cruelles guerres civiles après l’effondrement des régimes qui les gouvernaient.
Dans un autre registre, les « printemps arabes » tellement encensés par les médias, n’ont pas abouti et ces mêmes médias ont eu vite fait d’accepter la dictature d’un Sissi en Egypte contre le pouvoir des « frères musulmans ».
Mais voilà, au CNRS on lui avait fait comprendre que s’il voulait continuer sa carrière au sein de l’honorable établissement ou plutôt establishment, il valait mieux qu’il choisisse un autre sujet.
D’après ma connaissance, il aurait fait une thèse démontrant qu’il n’y avait pas de problème d’immigration en France puisqu’un peuple qui ne se reproduit pas et qui ne se bat pas pour ses valeurs est condamné à disparaître.
C’est d’une logique imparable puisque par manque de natalité on abandonne de fait notre territoire et si l’on ne se bat pas pour nos valeurs et notre territoire, nous sommes condamnés à fuir nos terres ancestrales et à laisser la place à nos conquérants où à nous soumettre à la volonté des « remplaçants » s’ils nous font la grâce de ne pas nous chasser, nous piller et pire encore de nous laisser vivants, ceci sous dépendances des rapports démographiques raciaux et religieux à venir.
Nous en percevons les prémisses avec les « banlieues de non-droit », les agressions pour un regard, la multiplication des mosquées et des centres culturels islamiques, l’halalisation de notre société, les attentats etc.

Face à cela, nous avons une classe politique et des fonctionnaires aux ordres qui abandonnent leur peuple car l’invasion migratoire fait partie du projet mondialiste auquel abondent « les partis de gouvernements » et ils s’en prennent aux citoyens conscients des changements délétères qui leur sont imposés et qui entament une lutte légitime en faisant connaître leur refus d’abandonner leur territoire et leur identité sur leur territoire de vie pour conserver la paix civile et continuer à vivre suivant leurs us et coutumes sans se voir imposer ceux des « nouveaux venus » car percevant à juste titre les dangers qui pèsent sur eux.
Les collabos de l’invasion, qu’ils soient élus, fonctionnaires aux ordres, partis politiques de gauche comme de droite, journalistes etc., ces misérables traîtres à leur pays et à leur peuple, voire à leur dieu et à leurs croyances (pape, certains évêques, curés et cathos) qualifient « d’extrêmmmmmmme droite », de « facho » tous ceux qui crient « halte au massacre » et « trahison ».
Alors que s’il y a quelque chose d’extrême, c’est bien la situation que ces individus créent contre la volonté de la majorité des Français et ce sont ceux qui nous l’imposent qui sont les extrémistes. Après les vandalismes opérés par les extrémistes du « black bloc », nous avons vu la collusion pouvant exister entre l’extrême gauche d’un Merluche et la « droite » carriériste d’un Estrosi qui ont qualifié « d’extrême droite » ces vandales encapuchonnés.
Quant au gouvernement de Macron, sa volonté de rester le seul à pouvoir lancer des « fake news », bref à mentir au peuple pour mieux le manipuler et garder les commandes du pouvoir, se manifeste maintenant dans la loi : ce n’est pas de l’extrémisme que cela ?
Le petit peuple et les classes moyennes qui ont de plus en plus de mal à vivre tellement ils sont socialement déclassés car dépecés par un état qui leur confisque quasiment 75 % de la valeur initiale de leur travail par les impôts directs et indirects, les taxes et les impôts sociaux, ce n’est pas du mépris et de l’extrémisme encore que cela ?
S’ils ont pu amasser quelques biens de leur vivant, ils verront leurs héritiers directs en partie dépouillés à leur décès.

L’URSSAF (Union des Républiques Socialistes et Soviétique Antenne Française) sert à favoriser la naissance des enfants d’étrangers qui sont généralement les seuls à avoir encore des familles nombreuses si bien qu’en 2015 presque 40 % des enfants nés en France ont au moins un parent africain dont combien seront mahométans ?

Le déversement de 48 milliards sur les banlieues produira-t-il la même absence de résultats que ceux qui y ont déjà été déversés par leurs prédécesseurs pour acheter leur bonne conscience à coups d’argent public, le nôtre, puisque le problème des banlieues ce n’est pas leurs murs et leurs pelouses rapidement dégradés, mais une partie de sa population qui est inadaptée et n’entend pas vivre comme les autochtones tout en profitant des richesses produites par ses derniers !
Si la loi n’a pas changé (je n’ai pas retrouvé le lien sur les textes officiels), les immigrés faisant venir leurs parents âgés de plus de 65 ans, ces derniers pouvaient prétendre à une allocation retraite de plus de 800 euros par mois « qu’ils aient travaillé ou non en France ou à l’étranger » montant bien supérieur à ce que peuvent toucher certains Français comme les agriculteurs alors qu’ils ont travaillé dur et cotisé toute leur vie.
Le pointage du jeudi au chômage a disparu mais les files d’attente mettaient en évidence l’origine étrangère de la plus grande partie des chômeurs ce que me confirme encore une personne travaillant à l’ANPE en Île de France, toutes ces situations ne relèvent-elles pas d’une situation extrême et d’une volonté extrémiste de nous les imposer contre notre volonté ?
Discutant avec de nombreuses personnes, il s’avère qu’un dégoût profond de ce que devient notre beau pays et le poids du racket social et de la rapine fiscale font que de nombreux Français envisagent de partir sous d’autres cieux, soit pour y travailler, soit pour y passer leur retraite.
Si les USA ou l’Australie font rêver de nombreux jeunes, le Portugal, par exemple offre des cieux bien plus cléments pour les revenus de leur travail : pas d’impôts pendant 10 ans pour les Français et pas de droits de succession alors que leurs héritiers peuvent choisir les lois de leur pays ou du pays du défunt.
Que va-t-il se passer lorsqu’une masse significative de ces personnes va quitter le pays, las de voir leur pays se dégrader, las d’être repoussés de leurs quartiers qui changent, las de cet impossible « vivre ensemble » terme générique signifiant aux Français d’accepter jusqu’à l’inacceptable chez eux, las de voir l’islamisation progresser, las de se voir sans arrêt ponctionnés avec pour seule limite l’imagination des ponctionneurs ; l’Etat qui abandonne de plus en plus ses fonctions régaliennes pour assister de plus en plus la misère qu’il créé par ses divers prélèvements qui nous condamnent à être des travailleurs forcés « volontaires » ou qu’il créé en important de nombreuses personnes inadaptées à vivre chez et avec nous ou qu’il laisse rentrer en faisant croire que cette immigration n’est pas voulue, las, las….. las, etc.

Pascal Bernard pour ripostelaique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.