lundi 26 septembre 2016

Burkini : l'histoire de l'étudiante australienne musulmane chassée d'une plage française était bidonnée

Le 26/09/2016
 
 
Burkini : l'histoire de l'étudiante australienne musulmane chassée d'une plage française était bidonnée
 
 
Publié le
 
La scène a été montée de toute pièce par une télévision australienne.
 
Propagandastaffel
 
Une étudiante Australienne musulmane portant un burkini, forcée de quitter une plage à Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes).
C'est l'une des histoires de l'été, l'une de celles qui ont ouvert un débat passionné sur le port de ce vêtement religieux.
 
"Nous avons été menacées par des gens qui nous ont dit que si on ne quittait pas la plage ils appelleraient la police", déclarait alors la jeune femme, qui avait décidé de venir exprès se baigner en burkini en "solidarité" avec les femmes musulmanes oppressées en France.
 
Sauf que cette histoire était complètement bidonnée, nous apprend Nice-Matin.
Il s'agissait d'un coup monté par une chaîne de télévision australienne, Channel 7, qui voulait ainsi montrer le racisme de ces méchants français. 
Selon de nombreux témoignages reccueillis sur place, les caméras étaient installées avant même l'arrivée des baigneuses, l'étudiante en burkini et sa mère.
 Quand aux baigneurs français exigeant leur départ ?
 "L'homme sur la vidéo est mon oncle. Il n'a jamais demandé à ce que ces trois personnes quittent la plage. Il s'adressait à la caméra pour demander au cameraman de partir. Il y avait des enfants sur la plage, dont les nôtres, et on ne voulait pas qu'ils soient filmés", raconte une témoin à Nice Matin.
 
Des propos corroborés par d'autres personnes présentes sur les lieux.
 
Par ailleurs, "l'étudiante lambda" du reportage n'en est pas vraiment une.
 
Selon le quotidien The Australian son père est le patron de l'Islamic charity projects association à Sydney, une association qui défend les thèses de l'islam radical.
 Quelle coïncidence.
 
The Australian qualifie ce reportage de "pratique journalistique contraire à l'éthique".

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.