jeudi 25 juin 2015

L’exaspération de la France qui se lève tôt

24 juin 2015

Caravanes_bloquent_autoroute_23juin2015


Hier, mardi 23 juin, toute la partie ouest du département des Alpes Maritimes était bloquée.


Il a fallu plusieurs heures à plusieurs milliers de personnes pour gagner leur poste de travail.
 Les trois sorties d’autoroute Mougins (n° 42), La Bocca (n° 41) et Mandelieu (n° 40) furent bloquées pendant plusieurs heures.
À l’origine de ce gigantesque embouteillage : 80 caravanes des « gens du voyage » qui stationnaient sur une des deux voies de la zone commerciale des Tourrades, entre les ronds-points des Tourrades et du stade Pierre de Coubertin (notre photo à la une) au motif qu’ils n’avaient pas obtenu leur terrain pour y stationner leurs caravanes.
Or cette partie du département est très active, elle comprend plusieurs zones industrielles ou commerciales : les Tourrades à Mandelieu, l’Argile à Mougins, mais également Sophia-Antipolis qui fut également touchée par cette opération.
Ainsi 80 caravanes peuvent pourrir la vie de milliers de gens qui se rendent le matin à leur travail.
 Outre l’exaspération de ces travailleurs qui se lèvent tôt chaque matin, le coût d’une telle manifestation est gigantesque, sans commune mesure avec les enjeux de confort de 80 familles nomades.

Si l’on évalue le nombre de personnes concernées – au bas mot – à 5 000, et le coût horaire, charges comprises, à 80 €, le coût économique direct dépasse : 5 000 X 80 = 400 000 €.
Cette approche n’inclut pas les réunions perdues, les rendez-vous non honorés (probablement des entretiens d’embauche), l’essence gaspillée dans les embouteillages.
Toutes ces personnes devront travailler plus pour rattraper leur retard, afin de ne pas être pénalisées dans leur salaire, et ainsi continuer des payer de impôts.

Des impôts pour quoi faire ?
Quelle fut la réaction du Préfet, représentant de l’État, collecteur des impôts et garant de l’ordre républicain ?
Le néant, des tergiversations, des atermoiements.
Pour les Préfets, commis du pouvoir politique, 80 familles des « gens du voyage » pèsent bien plus que des milliers de travailleurs.


Les uns bloquent violemment les routes et vivent en partie de subsides publics, les autres travaillent docilement pour payer les impôts qui alimenteront lesdits subsides.

Tout va bien, vu d’en haut.


Ce n’est pas la même chose, vu d’en bas.


source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.