lundi 24 mars 2014

Au Sud, ratatouille pour UMP et PS ?

sud-de-la-france

Le 24 mars 2014

  
 
Le véritable choc de la soirée, c’est Marseille...

Sans surprise, Alain Juppé est réélu à Bordeaux dès le premier tour.
 Mais sa récente alliance en vue de la présidentielle de 2017 avec François Bayrou semble contagieuse, sachant que ce dernier caracole à Pau avec 43 %.
De son côté, Niort, ville historiquement de gauche depuis soixante ans, passe à l’UMP dès le premier tour avec 53 %.
Une petite révolution…
Mais le véritable choc de la soirée, c’est Marseille, ville éminemment symbolique, dans laquelle le frontiste Stéphane Ravier s’invite au second tour avec 22 %, derrière Jean-Claude Gaudin (38 %), et juste devant le PS (21 %).
 Situation contraire dans une autre ville tout aussi symbolique, Carpentras, où le FN (34 %) talonne le PS (37 %).
Voilà qui contredit les Tartarins des sondages,
sachant qu’à Tarascon, le même FN est en tête avec 39,24 %. Festival à Avignon, avec le FN qui sort en premier du chapeau : 28,9 %.
 À Villeneuve-sur-Lot, l’ancien fief du socialiste Jérôme Cahuzac, le PS sauve les meubles avec 28,65 %, mais talonné par le FN (26,01 %).
À Perpignan, Louis Aliot, vice-président du FN, fait la course en tête avec 34 %.
 Tout comme David Rachline à Fréjus, avec 40,80 %.
Idem pour l’avocat néo-lepéniste Gilbert Collard à Saint-Gilles (42,57 %).
Orange et Bollène, deux autres villes test, tenues depuis longtemps, l’une par Jacques Bompard et l’autre par son épouse, Marie-Claude.
Le premier réussit sa troisième réélection dès le premier tour avec 59,82 % des voix.
 Quant à la seconde, à l’heure où cet article sera mis en ligne, elle ne totaliserait « que » 49,90 %. Lepénistes historiques, Jacques et Marie-Claude Bompard ont quitté ce mouvement lors de la montée en puissance de Marine Le Pen ; néanmoins, on notera que le FN n’avait pas présenté de listes dans ces deux villes ; sorte d’entente cordiale, nous dit-on à la mairie d’Orange.

À Béziers, Robert Ménard candidat indépendant – quoique soutenu par Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, Christian Vanneste et Philippe de Villiers, mais également bien connu de nos lecteurs – déjoue lui aussi les pronostics sondagiers.
 Lesquels, à deux jours du scrutin lui promettaient 38 % des suffrages, alors que ce dimanche, il en récolte 44,88 % et semble avoir acquis son ticket gagnant pour le second tour…

Dans le sud de la France, ce n’était donc pas la fête pour tout le monde.

Mais à voir la tête des commentateurs sur les plateaux télé, il y avait aussi, pour certains, quelques légitimes raisons de faire la fête.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.