samedi 8 avril 2017

Frappe en Syrie, une opération de communication qui bénéficie aux Etats-Unis et à la Russie sans nuire à la Syrie

Le 08/04/2017

Résultats de recherche d'images pour « bombardement syrie shayrat »


De Thomas Flichy de La Neuville :

1 – La frappe de la nuit du 6 au 7  montre le retour en force des néo-conservateurs au sein de l’appareil d’Etat américain.
 
 Ceux-ci étaient en compétition avec les isolationnistes pro-russes mais ont réussi à éliminer successivement le général Flynn puis Steve Bannon. Donald Trump leur a donné un gage symbolique cette nuit.
Ceci va satisfaire les lobbys de l’armement qui craignaient par dessus tout, la fin des guerres américaines.
 Ceci va également satisfaire Israël dont les Etats-Unis se sont rapprochés.
La frappe permet enfin de rassurer l’électorat américain qui était gêné par le rapprochement américano-russe.
Elle lui donne l’illusion que l’Amérique demeure encore forte et indépendante. 
 
2 – Trump, même s’il a été élu, n’est qu’un président symbolique dans la mesure où il ne s’est pas encore véritablement emparé des leviers du pouvoir.
Il a contre lui l’appareil médiatique, judiciaire et financier.
 
 Il n’a la main que sur 2 à 3 % des fonctionnaires.
 Ses fidèles sont trop peu nombreux pour combler les postes de hauts fonctionnaires.
Sa diplomatie n’a pas été renouvelée.
 Elle est paralysée.
 C’est la raison pour laquelle la Chine craignait ces jours-ci que Trump ne déclenche un conflit de basse intensité en Asie.
D’importantes manœuvres associant la Corée du Sud et les Etats-Unis ont lieu en effet depuis début mars.
Elles mobilisent 300 000 hommes.  
Or la guerre permet au président de s’emparer des leviers du pouvoir.
 Les Chinois avaient raison mais ils se sont trompés de théâtre.
 
3 – La frappe n’a aucun impact militaire.
Elle a été opérée loin du front.
 
 Elle ne modifiera pas le rapport de force en Syrie.
 L’on sait que les armées opèrent régulièrement des frappes sur des hangars vides afin de calmer les politiques.
 Les Russes – dont la défense anti-aérienne pouvait facilement mettre la frappe en échec - ont été prévenus.
 Les Syriens l’ont été par la même occasion.
Autrement, la frappe n’aurait pas été faite de nuit avec aussi peu de victimes. Imagine t’on d’ailleurs la conséquence d’une frappe de 50 missiles contre un dépôt d’armes chimiques ?
 Le nuage de vapeurs chimiques aurait pu contaminer n’importe qui. 
 
4 – Cette frappe bénéficie paradoxalement à la Russie qui – au delà des protestations d’usage – a intérêt à ce que Trump garde la face et surtout s’empare enfin du pouvoir.
 
 Poutine peut laisser Trump répandre l’illusion que l’Amérique a gardé un pied dans la porte en Syrie.
 
5 - La durée de vie d’un missile Tomawak est limitée et il est plus économique de le tirer plutôt que de le détruire.
 
 En en tirant 50, Trump a montré ses muscles sans prendre de grands risques.
Toutefois, l’autorisation donnée par Poutine à cette frappe ne sera pas sans contreparties.
Sans doute faut il attendre ces dernières là où on l’on s’y attend le moins : en Ukraine.  
 
Michel Janva

Posté le 7 avril 2017 à 15h28 | Lien permanent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.