jeudi 30 janvier 2014

Au conseil général du Nord, une responsable syndicale se fait chambrer sur son riad au Maroc

Créé le 30/01/2014 à 15h53 -- Mis à jour le 30/01/2014 à 15h53

Le bâtiment du Conseil général du Nord à Lille.
Le bâtiment du Conseil général du Nord à Lille. M.Libert/20 Minutes

POLÉMIQUE - Une représentante Unsa est accusée par des collègues de consacrer plus de temps à ses chambres d'hôtes à Agadir qu'au département...

Imbroglio syndical au conseil général du Nord.
 Le cas de la responsable de l’Unsa (Union nationale des syndicats autonomes) fait parler dans les couloirs de l’hôtel du département.
Caroline Dozier-Tahon y est salariée à temps plein, tout en étant co-propriétaire d’un riad à Agadir (Maroc).
 Au conseil général, elle est entièrement déchargée d’activité au profit de son mandat de représentante syndicale.
 De là à penser qu’elle en profite pour filer au Maroc, il n’y a qu’un pas que certains collègues ont déjà franchi.

«Discrédit» syndical


C’est un article publié cet été dans le magazine Maxi qui a mis le feu aux poudres.
 On y voit Caroline Dozier-Tahon se présenter comme propriétaire de chambres d’hôtes à Agadir, où elle se dit même «installée» sur place depuis deux ans...
 «Comment peut-elle travailler pour le département?», s’indigne une source syndicale.
Interpellée, la direction a convoqué la salariée pour vérifier qu’elle n’exerçait pas une double activité.
 «C’est mon mari qui gère les chambres d’hôtes», explique la syndicaliste.
«Elle nous a rassurés. Mais il est vrai que l’article nous a posé question», confirme Catherine Rutkowski, directrice générale adjointe en charge des ressources humaines.
 Cependant, Olivier Treneul, délégué SUD, va plus loin: «Cela jette le discrédit sur tous les syndicats.»

Compliments des hôtes

Caroline Dozier-Tahon, qui chapeaute le 3e syndicat du conseil général, n’a assisté qu’à 8 des 27 réunions CHS (hygiène et sécurité) et CTP (paritaires) tenues en deux ans.
 Contacté, le siège nordiste de l’Unsa n’a pas réagi.
 Mais une source interne confie que le sujet «est assez génant».
 L’intéressée, elle, dénonce la «médisance» de ses camarades.

 «Je fais mon boulot de syndicaliste. Si je ne suis pas présente parfois, c’est aussi parce que je dispense des formations, ou que je visite un service ailleurs qu’au siège lillois.»

 Elle assure utiliser ses 56 jours de congé annuels et son compte épargne temps pour rejoindre son mari à Agadir.

 Les hôtes du riad semblent apprécier: mois après mois, une bonne moitié de leurs compliments sur tripadvisor.fr s’adressent aux deux propriétaires, «Caroline et Didier».

A Lille, Olivier Aballain

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.