vendredi 4 novembre 2016

Prise d'otage à la prison de Dijon : le détenu s'est rendu et a été placé en garde à vue

Le 04/11/2016

 
22h10 : le raid quitte la prison de Dijon alors que la prise d'otage vient de s'achever. Photo F.Z.
 

22h10 : le raid quitte la prison de Dijon alors que la prise d'otage vient de s'achever. Photo F.Z.
 
Le 04/11/2016 à 19:37
mis à jour à 23:28

Un gardien de prison a été retenu en otage durant plus de trois heures ce vendredi soir à la maison d'arrêt de Dijon. Indemne, il a été pris en charge par une cellule psychologique alors que le prisonnier s'est rendu.
                                 
Depuis 18h20 ce vendredi soir, un détenu d'une vingtaine d'années, suivi pour radicalisation mais incarcéré pour des faits criminels d'un autre ordre, retenait en otage un surveillant à la maison d'arrêt de Dijon.
Selon nos informations, l'homme a menacé le gardien avec une lame de rasoir.
Les équipes régionales d'intervention et de sécurité (Eris) ont immédiatement été mobilisées et des négociations ont alors débuté.
 
Fin de la prise d'otage peu avant 22 heures
 
Selon Thierry Cordelette, secrétaire régional du syndicat UFAP, le prévenu s'est rendu peu avant 22 heures à l'issue des négociations.
Les revendications du preneur d'otage étaient "classiques" et concernaient son transfert vers un autre établissement pénitentiaire.
 L'homme a été placé en garde à vue par la police judiciaire.
 Le surveillant n'a pas été blessé et a été pris en charge par une cellule psychologique.
 Dans un communiqué, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas lui adresse "l’expression de son soutien et salue son sang-froid".
Quelques minutes plus tard, François Rebsamen, maire de Dijon, a réagi sur les réseaux sociaux :

Un gardien âgé d'une trentaine d'années
 
Par ailleurs, on en sait plus sur le profil du détenu et le déroulement des premières secondes de la prise d'otage. 
Le preneur d'otage n'était pas fiché S et était suivi après avoir "fait l'apologie des attentats du Bataclan" en novembre dernier.
 Selon des informations de Thierry Cordelette, communiquées par l'AFP, la prise d’otage se serait produite alors que le gardien « rapportait un sac de vêtements au détenu ».
 « Le surveillant a ouvert la porte de la cellule et le détenu l’a alors menacé à la gorge avec une arme artisanale ».
Quant au gardien, il s'agirait d'un homme d'une trentaine d'années qualifié de «surveillant expérimenté qui a beaucoup de sang-froid mais qui n’a vraisemblablement jamais été confronté à ce type de situation».
 
Le Raid est venu de Lyon
 
Auparavant, le Raid de Lyon avait été alerté.
 Un premier convoi est arrivé sur place à 21h10 avant un second composé de trois véhicules à 21h20. Les portes du pénitencier avaient ensuite été fermées.
Le Raid a finalement quitté les lieux peu après 22 heures.
Le procureur de la République de Dijon, Marie-Christine Tarrare, et le directeur interrégional de l'administration pénitentiaire étaient également attendus à la maison d'arrêt.
Les forces de police étaient également présentes. 
Une cellule de crise a été ouverte au sein de l’administration pénitentiaire.
Des proches de détenus, inquiétés par les informations parues dans les médias, sont également présents devant l'établissement.
 
N.P. A.M. et G.D.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.