samedi 24 mai 2014

Aller voter à Tulle en voiture, il peut le faire !


illustration Jany Leroy ce soir


Le 23 mai 2014

   
Cette fois-ci, fini la gaudriole, François Hollande ira voter à Tulle en voiture. Petite crise de normalitude passagère.

Cachez ce Falcon que je ne saurais voir…
Cette fois-ci, fini la gaudriole, François Hollande ira voter à Tulle en voiture.
 Petite crise de normalitude passagère.
Les médecins ne sont pas inquiets.
À l’Élysée, on travaille l’image.
D’arrache-pied. Pause pique-nique s’il le faut, mais on les regagnera, ces points perdus.
 Allez, hop ! Et par la nationale, hein !
 À l’économie.
Cinq heures de bagnole aller, cinq heures retour, mots fléchés non fournis.
Trop cher ! Ah, mais on les regagnera, vous allez voir. Bain de foule dans une station-service, arrêt pipi chez l’habitant, arrêt vomi dans le champ d’un agriculteur bio…
 Si avec ça on ne regagne pas des points…
Il se murmure que l’idée première du Président était de prendre le TER nouveau modèle.
Et puis tout compte fait… non.
Imaginer le chef de l’État coincé entre deux quais à la gare de La Motte-Beuvron a horrifié l’équipe de communicants. Désastre médiatique. Moins 15 points.

La question du moyen de transport pour aller voter à Tulle fut un vrai casse-tête.
En Falcon, mais sans décoller ?
 Par la route ? Ça ne passait pas non plus. À cause des ponts. Les élargir entraînait des frais considérables. Pourtant, l’idée promettait d’être populaire. À 90 km/h, un bon Falcon ne dépasse pas les 7 litres au cent. Les propriétaires de Clio se seraient identifiés, l’issue du vote en eût été changée…
L’important, désormais, est de bien faire savoir à tous les Français que leur président ira voter à Tulle en voiture.
 Marteler le message et, si besoin, placer un haut-parleur sur le toit du véhicule pour l’annoncer à la cantonade.
À la manière des cirques.
 Mesdames, messieurs, François Hollande passe actuellement en voiture dans votre ville ! C’est lui. Il est dans la voiture ! Il va voter ! Le prrrrrésident Hollande en personne ! Il est normal ! Cinq heures de route ! Il peut le faire !

 Les habitants des communes traversées vont-ils se masser sur le bas-côté pour voir passer le phénomène ? Applaudir ? Encourager ?
 Lancer des victuailles, des bouteilles d’eau ? Un événement d’une telle ampleur ne peut pas laisser les foules indifférentes.

Certaines personnes à l’esprit comptable mesquin ont chiffré le déplacement en Falcon à 9.200 €.

 D’après un site spécialisé, le même voyage en voiture coûte 150 €, péages compris, soit 9.050 € économisés.
À raison d’un Paris-Tulle aller-retour quotidien, sur une année, nous atteignons la somme colossale de trois millions d’euros et des poussières.
 Mis en orbite sur cette trajectoire, François Hollande pourrait ainsi réduire notablement la dette de la France.

Avec Séguéla au volant et l’équipe de communicants dans le coffre…

 Qu’attend-on ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.