mardi 17 décembre 2013

Mon Dieu qu’il est facile d’étre de gauche.

par
     
 
A la lecture de certains commentaires sur mes articles et des arguments de la gauche béate, je me demande pourquoi, à mon âge, je m’enquiquine à essayer d’expliquer le bon sens alors qu’il serait tellement facile de bêler avec les autres moutons (je ne peux quand même pas dire « hurler avec les loups » !)
 
Mon Dieu qu’il semble facile de se donner bonne conscience derrière son clavier d’ordinateur ou dans un salon entouré de bobos qui dégoulinent de droits de l’homme.
Je les imagine tous ces bobos, en jean faussement usé, dans leur appartement moderne, devisant de la honte du mal logement, de ces braves émigrés, de ces pauvres ROM qui ne peuvent que voler pour survivre.
Affirmant qu’ils faut faire payer les riches, non eux ne sont pas riches mais les affreux actionnaires de sociétés, qu’il faut engager des fonctionnaires partout, d’ailleurs leurs enfants rêvent d’être fonctionnaires…
 
Se vautrant dans toutes les nouvelles théories du moment qu’elles sortent du nouvel obs de Marianne ou autres, glorifiant le mariage gay.
 D’ailleurs,ils connaissent tous au moins un gay, mais pas dans leur famille; demandant que les fêtes chrétiennes soient bannies au non d’une laïcité vraiment républicaine et trouvant que les autres religions et cultures sont formidables.
Et n’écoutant que leur courage, n’hésitant pas à se jeter à dix contre un ou deux (faut pas prendre trop de risques quand même) sur des veilleurs ou des gens qui ont le culot de ne pas penser comme eux : ces sales fachos ou ces pauvres malades, vous avez le choix.
Quant aux écrits de ces réactionnaires, ils devraient être interdits.
 Ce sont des torchons… (J’ai eu le privilège de voir mon blog traité de torchon, j’en tire du une certaine fienté !)
Ainsi la vie est belle, on refuse de voir les choses en face, on se laisse guider, porté par l’idéologie socialiste bêlante qui leur ment sans vergogne, les ayant habitués à n’écouter que la voix de la facilité depuis 1968 et même avant.
Quand on entend nos bon apôtres crier « prenons aux riches » et vous croyez que ça arrangera les choses  ?
D’abord c’est infaisable, de plus, ça on le hurle quand on est pas riche. Enfin si l’on faisait un salaire équilibré pour tout le monde, il serait autour de 1500€ par mois… youpi !
Ca vaut le coup de se défoncer 50 h pas semaine.
 
Ils n’ont pas encore compris que l’échelle sociale était encore un des meilleurs moyens pour enrichir un pays et le plus grand nombre et que malheureusement, il y aura toujours des gens sur le carreau qu’il nous faudra aider.
Mais ça il faut déjà avoir le courage de le penser et de le dire.
 Très mal vu chez les bobos…
 
Et puis les sans-papiers : quand on est acteur, membre du showbiz, intello, qu’il est de bon ton de dire « mais il faut régulariser tous le monde, chaque immigré doit recevoir une allocation, un logement »… 
On devrait à la limite faire des ferrys depuis Benghazi jusqu’à Lampedusa pour les accueillir…
« Il faut partager nos richesses et ils doivent être prioritaires, on ne doit pas les contrôler », tout cela dit dans un brunch branché ou entre la poire et le fromage, tout en pleurant sur le sort de Leonarda et là, il y a des coup de pieds au fesses qui se préparent car non seulement ils seraient à priori prêts à tout partager avec ces malheureux; la perspective de voir notre civilisation envahie ne les gêne pas.
 
D’ailleurs on parle d’intégration : c’est nous qui devons intégrer ces nouveaux arrivants en acceptant toutes leurs coutumes, même les plus barbares, mais le simple fait de dire cela devient déjà du racisme…
 Et je vais être mis en garde à vue….
Tous ces gens ne se rendent absolument pas compte qu’en hurlant avec les loups, en choisissant la facilité de peur de voir l’opprobre sur leur propos, c’est l’avenir de leurs enfants qu’ils mettent en danger.
J’ai beaucoup de compassion pour tout ceux qui essaient à prix d’or de trouver un Eldorado factice en Europe mais ce n’est pas une raison pour se sacrifier pour eux et je suis désolé de dire à tous ceux qui leur ouvriraient grandes les portes de la France, qu’ils font la même erreur que les socialistes de 1939 qui, en acclamant les munichois sans avoir lu Mein kampf, signaient la défaite de la France.
Nos intellos et autres gauchistes droit de l’hommistes ferait bien de lire le Coran et de réfléchir à l’histoire des siècles passés avant d’ouvrir leur bras à tous ces peuples.
 
Mon Dieu qu’il est aisé d’être à gauche, de dire oui à tout, de donner sa chemise ou plutôt celle des autres, et ainsi de se croire dans un monde idéal de bisounours où tout le monde partagerait.
Ces gens là sont fous, fous et traîtres…
 Ils ne se rendent pas compte qu’ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis et qu’ils seront les premières victimes d’un génocide occidental appelé par leur vœux par les islamistes.
 
Quand à la notion de partage économique, bien évidemment elle n’est valable que pour les autres, n’est ce pas monsieur Noah ?
Mais ils sont trahis par leur patron Hollande qui a déjà vendu la France aux banques.
Et pour couronner le tout, incapables d’argumenter leurs positions, ils se contentent d’invectiver et d’insulter leurs adversaires, tout l’attirail des dictateurs en herbe qui n’ont que l’argument des imbéciles : la violence.
Et bien à tout prendre, je préfère affirmer mes position de droite, limiter l’immigration sociale et arrêter de pleurer sur le sort des assistés, (oui à la solidarité, non à l’assistanat) plutôt que de perdre mon âme et d’assurer un enfer à mes enfants quitte à me faire insulter.
 
Le sort de la France vaut bien quelques inconvénients.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.