jeudi 17 décembre 2015

Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes : les marionnettes vont à la gamelle

                                                    
Le 17/12/2015
 
Pitreries et palinodies, le Grand Guignol avait entre les deux tours posé son chapiteau dans l’Est de la France.
   
Pirouette, cacahuète… ôte-toi de là que je m’y mette, qui va à la chasse perd sa place, c’est çui qui l’dit qui y est…
Ainsi s’écrit la politique socialiste – j’entends celle dictée officiellement par la rue de Solferino – dans l’ACAL, la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes.
Résultat : toute honte bue, les marionnettes vont à la gamelle.
Pitreries et palinodies, le Grand Guignol avait entre les deux tours posé son chapiteau dans l’Est de la France.
Dans le rôle de Gendarme, Manuel Valls qui cognait à grands coups de bâton sur le sortant Jean-Pierre Masseret.
Dans le rôle de la Madelon, Pernelle Richardot.
Alliée à Gendarme, elle a obtempéré au premier coup de sifflet, et en bonne fille soumise a pris la tête de la fronde anti-Masseret.
Objectif : faire capoter la liste PS.
 Elle n’a pas ménagé sa peine, la ronde Pernelle, réussissant à déposer à la préfecture le désistement de 71 des colistiers.
 En vain.
Faute de déserteurs en nombre suffisant, la liste était maintenue.
 Et Masseret, droit dans ses bottes, restait en triangulaire face à MM. Richert et Philippot, lequel était arrivé en tête au premier tour.
Accusé de social-traitrise, le PS a retiré à Masseret l’investiture.
La très collaborante-collaborative et collaboratrice Pernelle a confié à la sortie de l’isoloir avoir voté contre la liste sur laquelle elle figurait.
Na ! C’est une dame qui fait où on lui dit de faire.

Mais bien que persona désormais non grata dans le parti, Jean-Pierre Masseret fit élire 19 socialistes à l’Assemblée régionale.
Parmi eux, 9 s’étaient désistés, menés par Pernelle Richardot.
 Elus, donc, à l’insu de leur plein gré.
Et que croyez-vous alors qu’il arriva ?

« Ils ont démissionné », crie la foule.
 Eh ben non.
 Deux au moins des marionnettes ont décidé de rester : Pernelle Richardot et Julien Vaillant.
Ils vont à la gamelle.
Ce n’est pas sa faute, à Pernelle : c’est le parti qui l’a dit.

Avec une souplesse qu’on ne lui soupçonnerait pas, c’est une véritable championne du retournement : « Oui, je siègerai. Je n’ai jamais dit que je démissionnerais. Juridiquement, dans l’entre-deux-tours, rien n’a bougé », dit-elle à L’Express.

Et puis, ajoute-t-elle, la morale est de son côté : « J’ai suivi les consignes de mon parti. La semaine dernière, beaucoup d’électeurs m’ont félicitée pour être restée fidèle à mes convictions : faire barrage au Front national. »

Et si demain le parti lui dit d’aller se jeter dans le Rhin ou de prendre sa carte chez les Républicains, elle y va ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.