jeudi 27 juillet 2017

Gens du voyage virulents : le préfet de Haute-Savoie reconnaît «l’impuissance» de l’Etat

Le 27/07/2017
 

 Résultats de recherche d'images pour « gens du voyage »


Publié le
EMMANUEL ROUXEL

Les installations illégales de gens du voyage créent de vives tensions entre les élus et les agriculteurs d’un côté, et l’Etat, représenté par le préfet de Haute-Savoie, de l’autre.

Si les élus s’en prennent à l’Etat, accusé de ne pas agir efficacement face aux installations illégales de caravanes, le préfet de Haute-Savoie se plaint également du manque de moyens pour faire appliquer la loi.
Dans un courrier adressé au ministre de l’Intérieur le 13 juillet dernier, et dont Le Messager a eu connaissance, Pierre Lambert dresse un portrait accablant de la situation tendue dans son département.

A mots couverts, dans ce courrier interne, il regrette le manque de disponibilité des forces de l’ordre qui ne permet pas de réagir efficacement.
 
« Amendes peu dissuasives »

Le préfet réclame, en outre, de nouveaux outils législatifs : « Les condamnations pour occupations illicites se limitent à des amendes peu dissuasives de 500 euros avec sursis : ce montant gagnerait à être nettement relevé, voire accompagné d’un système d’astreinte financière individuelle par jour d’occupation constaté après mise en demeure de quitter les lieux. »
 
« Impuissance face à un phénomène en augmentation »

« A défaut d’une possibilité d’action civile ou administrative supplémentaire à l’état actuel du droit, contre les groupes de faux voyageurs facteurs de troubles à l’ordre public, nous continuerons de montrer notre impuissance à faire face à ce phénomène en augmentation », conclut le préfet, visant cetains groupes particulièrement virulents.

 
Réunion spéciale Haute-Savoie au ministère de l’Intérieur

Commentant cette lettre qui n’avait pas vocation à être rendue publique, la directrice de cabinet du préfet, Aurélie Lebourgeois, tempère quelque peu les propos écrits.
 « Nous avons toujours mené les procédures jusqu’au bout et fait bouger les groupes », assure-t-elle, en précisant que la problématique occupe beaucoup de monde en Haute-Savoie, de la préfecture jusqu’aux forces de l’ordre.
Selon elle, l’Etat n’est pas impuissant mais a « besoin d’outils supplémentaires » pour agir face à des groupes qui ne respectent rien et ne veulent pas stationner sur les aires prévues à cet effet.
C’est ce qu’elle réclamera, aux côtés des élus et agriculteurs, ce jeudi 27 juillet lors d’une réunion au ministère de l’Intérieur dans la matinée, consacrée au problème en Haute-Savoie.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.