vendredi 17 mars 2017

Hollande : "Je suis dans un travail de démolition"

 Le 17/03/2017

Le 11 mars, Francois Hollande grave ses initiales sur une pierre à Saint-Denis (93). Autour de lui, le maire de la ville, Laurent Russier (à gauche), Valérié Pécresse (2e à gauche), Patrick Braouezec (à droite) et Audrey Azoulay (2e à droite) 

Le 11 mars, Francois Hollande grave ses initiales sur une pierre à Saint-Denis (93). Autour de lui, le maire de la ville, Laurent Russier (à gauche), Valérié Pécresse (2e à gauche), Patrick Braouezec (à droite) et Audrey Azoulay (2e à droite) © GONZALO FUENTES / POOL / AFP
 
 - Publié le | Le Point.fr
 
Bientôt libéré de sa fonction, François Hollande a retrouvé son humour... jusqu'à se lancer dans une séquence d'autodérision troublante.

La scène se passe à la basilique Saint-Denis.
Samedi dernier, le président Hollande est d'humeur joyeuse.
Les caméras de Quotidien de Yann Barthès captent une scène au moment où le président est appelé à graver ses initiales sur une pierre, dans le cadre des travaux de remontage de la flèche.
On lui tend les outils.
 Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, est présente, ainsi qu'Audrey Azoulay, la ministre de la Culture.
François Hollande tourne le dos aux photographes.
Valérie Pécresse se risque à un conseil : « Monsieur le Président, retournez-vous dans l'autre sens. » La réponse du chef de l'État a scotché Valérie Pécresse, qui n'en revient toujours pas.

 La voici : « Madame la Présidente, je suis dans un travail de démolition que je mène depuis cinq ans avec obstination... Donc, euh... Laissez-moi faire ! »

Valérie Pécresse persifle : « Je vous fais confiance. »

Aveu


Dans la série des blagues de François Hollande, celle-ci sonne comme la plus étrange.
 Elle arrive en fin de mandat quand, effectivement, François Hollande a à peu près tout détruit de sa propre personne.

 Il aurait dû être candidat, il y a renoncé.

Il était le champion naturel de la famille socialiste, il n'a même pas pu se présenter à la primaire de la gauche.

Il devait mettre fin au chômage de masse, c'est à peine s'il a pu freiner sa croissance.
Et le candidat de la gauche, Benoît Hamon, traverse le champ de ruines laissé par son prédécesseur en quatrième position des sondages de la présidentielle.

François Hollande : « Je suis dans un travail de démolition que je mène depuis cinq ans avec obstination... »
Blague, oui, et aveu en même temps.
 Autodérision lucide qui n'est pas sans rappeler le livre Un président ne devrait pas dire ça... qui fut l'œuvre ultime de son autodestruction et a pesé lourd dans son empêchement.

 Décidément, cet homme est un mystère qui, même au fond de son humour, sème les indices de sa complexité.

Je ris, donc je me détruis.
Avec obstination.




 source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.