vendredi 25 janvier 2019

Une commission d'enquête parlementaire contre l'extrême droite mais pas contre l'extrême gauche !





vendredi 25 janvier 2019

On aura tout vu...

Jean-Luc Mélenchon et sa France Insoumise souhaitaient la création d'une commission d'enquête parlementaire sur la lutte contre les groupes d'extrême droite en France.
Ils le souhaitaient, ils l'ont obtenu.
L'enquête aura donc lieu sur cette foultitude de groupuscules hyper graves dangereux pour la République.
Les travaux dureront 6 mois.
Ces groupuscules, on les connait plus ou moins de nom: Génération Identitaire, Action Française, le GUD, Bastion Social, la Ligue de Défense Juive (ceux-là, je le reconnais, ce ne sont pas des tendres, vraiment pas) ou bien encore la Ligue du Midi.
Que des gros méchants; cette peste brune, cette mouvance haineuse, ces groupuscules ont, selon le communiqué de la France Insoumise, "en commun la violence, l'incitation à la haine raciale, homophobe et sexiste (...)
Nous ne pouvons tolérer le retour de la violence émanant de groupes politiques racistes et violemment anti-républicains".
Qui dit commission d'enquête dit constitution d'une équipe.
Vu que la demande émanait de la FI, on aurait pu s'attendre à ce que plusieurs de ses membres y prennent part.
Sauf qu'à L'Assemblée, ce n'est pas comme cela que ça marche: il faut respecter les pourcentages. LaRem (et alliés) étant ultra majoritaire, la composition de la commission sera donc largement "En Marche", la France insoumise, demanderesse, obtient néanmoins, et pour unique membre, la Présidence de cette commission en la personne (inconnue au bataillon) de Muriel Ressiguier.

Une présidente, pas moins de 4 vice-présidents (2 LaRem, 1 Modem et 1 LR), pas moins de 4 secrétaires ( 2 LaRem, 1 UDI et 1 socialo), 1 rapporteur ( LaRem) et 16 membres (11 LaRem, 1 UDI, 1 Modem, 2 gauchistes et 1 non inscrit).
Ainsi la France Insoumise demande une commission d'enquête, l'obtient mais ne se verra représentée que par une seule personne quand LaRem et alliés auront 20 membres.
On se marre ! On se marre d'autant plus que parmi les membres de cette commission siégera l'illustre cogneur au casque de moto M'Jid El Guerrab !
Une commission d'enquête sur les groupes d'extrême droite présentés comme violents avec pour membre un gars qui frappe ses adversaires politiques à coups de casque.
Le personnage (qui se revendique ouvertement musulman) n'a toujours pas été condamné et continue malgré son acte violent et répréhensible à toucher intégralement ses indemnités de parlementaire.
Si cette demande de commission d'enquête est antérieure au premier samedi "Gilets Jaunes", il semblerait que ce soient les déclarations de Castaner le 24 novembre qui en aient accéléré sa mise en place.
Il avait alors dénoncé les "séditieux d'ultra droite qui avaient répondu aux appels de Marine Le Pen ". D'après les propos de la Présidente Réssiguier, cette commission devrait à terme obtenir la dissolution et l'interdiction de tous ces groupuscules.
Ainsi, au plus haut niveau de l'Etat, on valide l'idée que les méchants, les casseurs, les violents, ce ne sont rien que des gars de l'extrême droite.
Comme si à gauche, il n'y avait aucun groupuscule extrême du même acabit.
Pas d'ultra gauche, pas de gauche radicale, pas d'antifas, pas de Black Blocs et pas d'altermondialistes.
A croire que lors des manifestations contre la loi travail, à croire qu'à ND des Landes, à croire qu'à Nantes ou à Rennes, quand c'était le boxon, il n'y avait aucun gauchiste !
Toujours le même procédé: faire admettre que les trouble-fêtes, la chienlit et la violence, c'est à droite que ça se trouve, à l'extrême droite et donc insidieusement, sournoisement, au Rassemblement National !
Les groupes répertoriés sont-ils violents ?
Disons que tant qu'on ne les cherche pas, ils ne font pas chier.
Disons que oui, parmi leurs membres, certains aiment en découdre.
Comme chez les ultras gauchistes.
Sont-ils homophobes, racistes, sexistes ?
Sexistes, je ne crois pas. Homophobes ?
Et bien disons que parmi ceux que je connais aucun ne m'est apparu comme homophobe et que les pédés sont légion chez les Skins et les nazillons (si, si).
Racistes ? Et bien si en avoir ras le bol de voir débarquer des migrants en France, si en avoir marre de ne plus se sentir chez soi dans certains quartiers, si en avoir marre du multiculturalisme et de la diversité sublimée, si en avoir marre de voir des islamistes faire la loi dans les cités, c'est être raciste, alors, ils le sont et moi aussi.
Sont-ils nombreux ?
La Commission, que l'on imagine sans peine parfaitement impartiale, saura nous le dire.
Les estimations établissent que l'ensemble de ces groupuscules ne représenterait pas plus de deux à trois mille personnes sur 67 millions de Français.
Combien d'ultra-violents à gauche ?
Gageons que la Commission ne nous le dira pas.
Une différence, de taille, c'est que tous ces groupuscules d'extrême droite ne se cachent pas, ils sont identifiés, organisés, connus, revendiquent et ont pignon sur rue pour certains quand la mouvance violente d'extrême gauche est diffuse, non identifiée et non organisée en mouvement ou groupuscule. Autre différence, les mouvances gauchistes sont plus ou moins, esprit de famille oblige, soutenus par une bonne part des journalistes et une partie de la classe politique (NPA, LFI, CGT, ...) quand l'extrême droite et ces groupuscules associés sont sans cesse vilipendés par les autorités, les médias et ceux qui, à gauche, soutiennent discrètement ou ouvertement l'ultra gauche; in fine, l'objectif étant toujours le même: dénoncer le Rassemblement National.

La ficelle est aussi connue que grosse mais il faut croire que cela marche encore.

Peut-être vous posez-vous la question de savoir pourquoi cette commission ne s’intéresse qu'à "la lutte contre les groupuscules d'extrême droite" et pas à la lutte contre tous les groupuscules extrêmes ?
Ben moi aussi.

Je ne sais qu'une chose c'est que seuls trois députés sur 577, Eric Ciotti (LR), Sacha Houllié (LaRem) et Emmanuelle Ménard, se sont posés la même question !

corto74.blogspot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.