samedi 12 janvier 2019

Quand la révolte arrive la révolution s’approche


revolution


Publié le
 
Beaucoup de nos compatriotes sont contre toute violence, quoi de plus normal en effet .

Mais l’histoire nous apprend que les revendications sociales n’ont pu aboutir que par la violence.
Le plus regrettable c’est de voir des français combattre d’autres français, encouragés en cela par un Gouvernement aux abois qui compte sur les forces de l’ordre pour juguler un Mouvement qui risque de mettre en péril ses prérogatives et même l’enjeu final qui est sa survie.
Police, CRS et gendarmerie obéissent par tradition à ceux qui les commandent et qui les paient, bien que quelquefois ils aient de la compréhension pour ceux qu’ils ont en face d’eux.
Dans cette lutte déplorable contre les gilets jaunes, ils se comportent à leur insu, comme une Garde prétorienne.
Sans eux, Macron et ses complices seraient déjà déboulonnés, puisque l’Elysée était à deux doigts d’être pris par la foule en colère, comme la Bastille; toute proportion gardée quand même.
Ces forces de police, sont des fonctionnaires qui, de ce fait, ont la sécurité de l’emploi avec un salaire garanti, mais à plus long terme, leur intérêt est-il de protéger un système politique qui est maintenant obsolète ?
Ce n’est pas la République qui est en danger, comme la caste au pouvoir veut nous le faire croire. C’est cette république dévoyée qui l’est et nos gouvernants indignes l’ont parfaitement compris.
Ce qui les pousse à encourager police et gendarmerie à bastonner toujours plus les manifestants.
On n’a jamais vu cette même ardeur combattive contre les racailles des cités.
Au contraire même,  quand un voyou de la « diversité » est blessé par un policier lors d’une émeute, le policier se retrouvera en garde à vue, avec risque de prison.

Mais quand il s’agit d’un français de souche qui est blessé par un policier, il n’y aura pour ce policier aucune sanction.

Ces petits princes républicains, qui toisent le petit peuple depuis le sommet du Pouvoir, ont parfaitement compris que s’ils voulaient rester en place, ils devaient tout faire pour jeter le discrédit sur les GJ, quitte à utiliser de sales méthodes.

Il s’agit pour eux de pousser les CRS à gazer les manifestants, même s’ils sont pacifiques, à les encercler et à les empêcher par tous les moyens de s’exprimer.
Si on trouve fatalement quelques GJ qui provoquent la police, il existe aussi en face d’eux des brebis galeuses qui n’hésitent pas, si l’on en croit des vidéos, à viser la tête par des tirs tendus occasionnant de graves blessures et qui utiliseraient, s’il le fallait , des armes létales, si l’ordre de s’en servir leur était donné.

Reproduisant ainsi, la tragédie du Mur des Fédérés qui n’est pas si lointaine que ça.
 
Ce matin encore j’apprenais qu’une magistrate reprochait au Gouvernement l’utilisation de la force pour empêcher les gens de manifester dans la rue.
Ce qui voudrait dire que manifester reste tout à fait légal.
 
« Ce n’est pas l’Etat qui appartient au Prince, c’est le prince qui appartient à l’Etat » ( Diderot).
 
Onyx

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.