vendredi 29 mai 2020

Putain, réveillez-vous !



La France sombre dans la dictature | Igor Babou


Posté par calebirri le 28 mai 2020

Ca fait des années qu’on dit que la dictature arrive, qu’on sent la démocratie fragile et les libertés diminuer… mais cette fois-ci ce n’est plus pour demain, ni pour les autres : c’est ici et maintenant, en France, en 2020, sous la présidence légale mais illégitime d’Emmanuel Macron.

On peut toujours attendre et se dire qu’il pourrait y avoir pire, mais je crois que notre lâcheté ne peut plus se cacher derrière le paravent du RN.

Aujourd’hui nous affirmons sans détour que nous vivons en dictature, et qu’il nous faut nous révolter.
Liberté de déplacement, liberté d’association, liberté de manifestation, liberté d’opinion, séparation des pouvoirs, police violente, raciste et impunie, justice aux ordres, législatif aux ordres, parti unique, presse aux ordres, conflits d’intérêts, passes-droits, privilèges, et j’en oublie certainement un paquet, mais cela fait déjà beaucoup… beaucoup trop !
Il faut que les députés, les sénateurs, les hommes politiques , les syndicats, les journalistes, les associations et les ONGs que cette situation inquiète, désespère ou scandalise se lèvent et réagissent, publiquement et officiellement.
Il faut désormais faire tomber ce gouvernement, car il tombera d’une manière ou d’une autre.
Pour éviter que cela se fasse pour le pire il faut que ceux dont le rôle est public, c’est-à-dire qui se fait « au nom des citoyens » et non pas en leur nom propre, se réveillent enfin pour dire, demander, exiger, imposer à ce gouvernement de cesser de saboter ce qu’il nous reste de démocratie, et qu’il s’en aille !

Il nous faut, à défaut d’une nouvelle Constitution qui prendra du temps à être construite, un gouvernement provisoire et un nouveau Parlement, après destitution de l’actuel et dissolution de l’Assemblée Nationale et du Sénat.
Autrement, et chacun doit en prendre conscience, le risque d’un affrontement non plus idéologique ou verbal mais physique et violent deviendra au fur et à mesure des exactions commises par ce gouvernement et sa police le seul moyen qu’il restera au peuple, comme à chaque fois dans l’Histoire lorsqu’on veut le priver de sa liberté.
La violence étant bien sûr le terrain sur lequel rêve de s’installer le régime autoritaire actuel, il fait tout pour conduire le peuple à la révolte, en accord avec ce qu’avait très bien anticipé Orwell : « on n’établit pas une dictature pour sauver une révolution, on fait une révolution pour établir une dictature ».
Mais nous n’en voulons pas, ni de la violence ni de la dictature, et nous y sommes tous pourtant engagés dans ce chemin, malgré nous.
Nous devons donc prendre nos responsablilités.
Le peuple se bat déjà pour sa liberté, que ceux qui se disent se battre pour le peuple prennent les leurs.
Nos enfants hériteront certes de nos choix mais aussi des vôtres ; ne l’oublions jamais.

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.