samedi 29 février 2020

Rassemblement contre le recours du 49-3 devant l'Assemblée nationale (IMAGES)



Rassemblement contre le recours du 49-3 devant l'Assemblée nationale (IMAGES)

© Lucas Léger / RT France
Rassemblement devant l'Assemblée nationale à Paris contre le 49-3, le 29 février.

Des manifestants sont rassemblés devant l'Assemblée nationale pour exprimer leur opposition au recours du 49-3 sur le projet de loi sur la réforme des retraites, annoncé ce 29 février par le Premier ministre Edouard Philippe.
                                   
Des manifestants sont rassemblés devant l'Assemblée nationale, à Paris, contre le recours de l'article 49-3 annoncé par le Premier ministre Edouard Philippe devant les députés plus tôt ce 29 février. Notre reporter Lucas Léger est sur place.

«Rien ne pourra nous arrêter» ont notamment chanté les manifestants.




Détails à suivre...

Christophe Castaner attaqué par son frère : "Con comme un âne"



Le livre Le kéké de la République est sorti  en librairie ce jeudi 27 février.

Dans cet ouvrage, les journalistes Jeremy Marot et Pauline Théveniaud, retracent le parcours et s'intéressent au caractère de Christophe Castaner.
Les deux auteurs ont même recueilli le témoignage de Serge Castaner,  le frère de l’homme politique. Ce dernier a donné son avis sur les différentes polémiques autour de son aîné, rapporte Femme Actuelle.

Le livre raconte la jeunesse de Christophe Castaner, ses débuts au PS et s’attarde sur ses frasques de ministre.
Le premier flic de France avait ainsi été aperçu et filmé au Noto, une boite de nuit parisienne, en 2019.
Les vidéos montraient le politique accompagné d’une femme pendant une bonne partie de la soirée, ce qui avait porté un coup à la réputation de celui-ci.


L’image contient peut-être : texte qui dit ’LE VIRUS CHINOIS NE VA PAS NOUS FAIRE OUBLIER MACRON! NOUS POUVONS GÉRER 2 MICROBES MORTELS EN MÊME TEMPS!’

Réforme des retraites : Edouard Philippe annonce le recours au 49-3

 
 
Résultat de recherche d'images pour "49.3"

29 févr. 2020, 17:33

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce 29 février à l'Assemblée nationale le recours au 49-3 sur le projet de loi sur la réforme des retraites.
 
A l'instar du député François Ruffin, Le groupe La France insoumise a fortement protesté.
                                   
Le Premier ministre Edouard Philippe engage le 29 février la responsabilité du gouvernement sur la réforme des retraites par le 49-3. La surprise n'est pas grande.
Depuis plusieurs jours dans les médias, la majorité présidentielle, menée par La République en marche, laissait sous-entendre que le 49-3 était une possibilité.
Au treizième jour d'échanges dans l'hémicycle, Edouard Philippe est donc monté à la tribune pour faire cette annonce surprise, afin de «mettre fin à cet épisode de non-débat» avec les oppositions et «permettre à la suite du processus législatif de s'engager», a-t-il déclaré sous les applaudissements de la majorité.
Edouard Philippe engage de fait la responsabilité de son gouvernement sous la bronca des députés insoumis, tel François Ruffin ou Ugo Bernalicis.
Les oppositions disposent désormais de 24 heures pour déposer une motion de censure.
Elle doit être signée par 58 députés.
Dans la foulée, le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a d'ailleurs dénoncé «la brutalité» du gouvernement et propose «une motion de censure à l’opposition».

Coronavirus sur Mondialisation



Coronavirus

Le Covid-19 fait chez nous son apparition, discrète mais réelle.

Aujourd’hui, il ralentit l’économie libérale, demain annoncera-t-il les prémices de son écroulement ?

 Yves le Gaillou de TV Liberté disait « La grippe qui va gripper le Système ».
Comme quoi, il suffit d’un simple microbe pour paniquer toute l’humanité.
Cette humanité prise en défaut dans la surestimation de sa puissance technique et par la même occasion, de sa faiblesse, face aux forces naturelles.
Un virus qui apparait, grossi au microscope avec une forme sphérique qui pourrait rappeler ces mines sous-marines qui ont coulé des quantités de bateaux pendant la dernière guerre mondiale.
Drôle de symbole quand même.
La grippe, dite « espagnole », qui en 1918 a terminé en Europe les ravages de cette guerre, puisqu’elle a fait plus de morts qu’elle.
Aujourd’hui, le coronovirus se heurte heureusement à des moyens médicaux plus efficaces qu’à l’époque, mais on entend déjà parler de risques de pandémie.
Et la psychose commence à s’installer.
Mais en dehors du danger sanitaire qu’il représente, ce nouveau fléau, a au moins le mérite de donner à réfléchir aux grands de ce monde et à toute l’humanité en général.
Tous les pays de la Terre, et l’Europe en particulier, sont pris dans un maillage économique qui les rend interdépendants les uns les autres et surtout de la Chine, considérée comme l’atelier du monde.
Pas de fourniture de iphone, à cause d’un arrêt des usines chinoises.
Pour Sangsung, les diverses fournitures sont en attente.
Ailleurs, il y a pénurie de vêtements et de chaussures.
Les usines automobiles manquent de composants électroniques et de pièces détachées.
Quant aux médicaments c’est la même chose, comme pour le Paracétamol qui est aussi fabriqué en Chine.

Danemark, Suède : agressions incessantes par des bandes de jeunes migrants

 
 

Une mère danoise raconte comment son fils adolescent a été battu jusqu’au coma par une bande de migrants
 
De plus en plus, des bandes d'immigrés s’en prennent à des garçons et filles danois et les battent sauvagement.
 
Comme dans d’autres pays d'Europe occidentale « enrichis », cette violence brutale et non provoquée à l’encontre des jeunes Danois fait désormais partie de la vie quotidienne.
Lundi, une mère danoise du nom de Karina Lindboe Wind a écrit sur Facebook au sujet de son fils Lauritz, qui a été gravement battu par une bande de migrants à Copenhague :
Lauritz a été poussé par derrière et sa tête a heurté l’avant d'une voiture en marche.
Rendu inconscient par le choc, il n’a pas pu amortir sa chute et sa tête a heurté le trottoir.
Ensuite, écrit-elle, un des auteurs a sauté en l’air et piétiné le visage de Lauritz à plusieurs reprises.
Transporté en ambulance au service de traumatologie de l’hôpital national, il est resté inconscient pendant 7 heures.
Il est maintenant à la maison, mais souffre d’une commotion cérébrale et a le nez cassé et l’arcade sourcilière fissurée.
Il est heureux d’être encore en vie.
Pourquoi cela est-il arrivé ?
Sans raison ! Ce n’était qu’un week-end ordinaire, avec des gangs de migrants qui rôdaient, battaient et volaient des jeunes garçons et filles sans défense.

Cette fois, la Turquie est en guerre contre la Syrie

 
 


Trente-trois militaires turcs ont été tués, jeudi 27 février, par un bombardement que la Turquie attribue à l’aviation syrienne, comme le rapporte Le Monde.

C’est le gouverneur de la province turque d’Hatay qui en a fait l’annonce, ajoutant que plusieurs dizaines d’autres soldats avaient été blessés.

Les combats ont, ces derniers jours, pris une ampleur inédite dans la province d’Idleb occupée par l’armée turque et plusieurs milices islamistes, certaines alliées à Ankara, d’autres non, comme le Front al-Nosra.
L’armée syrienne a poursuivi sa progression dans le sud de la province, reprenant des dizaines de villages.
Elle a, en revanche, subi un revers important en perdant la ville de Saraqueb.
L’autoroute M5 reliant Damas à Alep est donc à nouveau coupée alors que sa reprise, après de durs combats, semblait solide.
L’intervention turque a évidemment changé la donne et ce n’est plus seulement son artillerie qui est à la manœuvre contre l’armée syrienne, mais des fantassins qui appuient les assauts islamistes de reconquête des territoires perdus.
Le problème, c’est qu’Ankara, tout en acheminant des renforts massifs vers Idleb, n’a jamais prévenu que ses soldats montaient à l’assaut parmi les milices islamistes.
Le ministère de la Défense russe a indiqué, dans un communiqué, que si les Turcs avaient perdu 33 hommes, c’est parce qu’ils se trouvaient « parmi des unités combattantes de groupes terroristes ».

Voici revenues les grandes peurs…

 
 
 

Évidemment, ce ne sont plus celles du Moyen Âge : ni le diable, ni les sorcières, ni les loups ne rôdent plus dans l’imaginaire collectif en faisant trembler d’effroi les enfants.

Mais quand même, la grande peste, celle de 1346, semble de retour.

Certes, le Covid-19 est de son temps, un virus plus sournois que la bactérie de la peste, qui s’attaque à une humanité beaucoup mieux armée pour lutter contre les maladies et retarder la mort.
La propagation est rapide et assez surprenante, mais les cas mortels demeurent très minoritaires.
Toutefois, on ne peut éviter deux réflexions.
La première s’appuie sur le point commun entre la grande peste et le coronavirus : tous deux sont liés aux échanges, à la circulation des marchandises et des personnes.
En l’absence de vaccin et de traitement sûr, la réponse à l’épidémie actuelle consiste, avant tout, à mettre en marche arrière le processus d’ouverture qui anime l’idéologie dominante de la planète. Faute de fermer les frontières nationales pour refouler l’immigration irrégulière, l’Italie a mis en place le confinement de certaines villes pour isoler les personnes éventuellement contaminées.
Le tourisme et les pèlerinages sont davantage endigués.
Les manifestations qui rassemblent les foules sont annulées.
Bref, l’Homo festivus, grand consommateur, grand voyageur et grand festoyeur, est prié de prendre garde à ce qu’il touche, à qui il rencontre, de veiller avec précaution à l’utilité et la destination de ses déplacements.

vendredi 28 février 2020

Enrichissement culturel





Voici la Gare de Lyon à Paris, après des heurts opposant des Congolais à propos d’un concert du chanteur congolais Fally Ipupa.




L'imbécilité de la mondialisation



Le profit à tout prix a un prix et la note va être salée 

Ils arrivent



Griechenland Lesbos | Freiwillige helfen Flüchtlingen

Emmanuel Macron, ultra-protégé : au total, 737 agents sont à son service!



Le coup d’état Macron Le prince contre la nation

Syrie : regain de tension avec l’armée d’occupation turque – Journal du vendredi 28 février 2020




Syrie : regain de tentation avec l’armée d’occupation turque
 Une trentaine de soldats turcs stationnés dans la ville syrienne d’Idlib ont été éliminés par l’armée syrienne.
La Russie, qui aurait appuyé, cette offensive, explique que les troupes d’Ankara se trouvaient avec des terroristes !

Municipales : la campagne dans sa dernière ligne droite

 A deux semaines du premier tour des élections municipales, le vote s’annonce pour le moins incertain.
Aucun parti n’arrive réellement à s’imposer dans les sondages pour ce qui s’avère être un scrutin charnière.

La tempête Xynthia toujours dans les esprits

 Alors que de fortes rafales de vent ont soufflé sur le nord de la jeudi, certains ont en mémoire la tempête Xynthia.
Presque dix ans jour pour jour après son passage, certains villages gardent encore des stigmates.

L’actualité en bref

Israël disposerait d'un vaccin contre le coronavirus



Gros coup de bol? non!

Black blocs et casseurs : les services de renseignement craignent un basculement vers le terrorisme



Black blocs et casseurs : les services de renseignement craignent un basculement vers le terrorisme
 
© STEPHANE MAHE Source: Reuters
Des casseurs à Nantes lors d'une mobilisation des Gilets jaunes le 16 novembre 2019 (image d'illustration).
Selon une enquête du Point, l'«ultragauche» serait vue comme une menace par les services de renseignement qui tentent de démanteler les réseaux.

Les autorités constatent une radicalité qui serait montée d'un cran.
                                   
Des groupes composés de black blocs et d'éléments violents (se mêlant aux Gilets jaunes) que Le Point nomme, «l'ultragauche», constituent des réseaux que les services de renseignements tentent de démanteler.
Dans l'enquête de l'hebdomadaire, publiée le 27 février, on découvre le comportement de ceux-ci vis-à-vis des extrémistes casseurs comme le 8 février à Bordeaux, peu avant l'acte 65 des Gilets jaunes : «Une action préventive est menée, mettant hors d'état de nuire plusieurs [...] personnes [...]
Parmi elles, Anthony, 22 ans, dit "le Bordelais" bien qu'originaire de Carpentras, connu pour transport de produit incendiaire et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, ou encore Jean-Michel, 31 ans, originaire de Gennevilliers et lieutenant de Lassana, l'ancien braqueur.»
Des réseaux violents tenteraient en outre de s'organiser dans le but de s'attaquer aux forces de l'ordre. On apprend par exemple que certains ultras n'avaient pas hésité le 7 décembre, à louer un appartement sur Airbnb dans une commune de l'agglomération bordelaise pour y accueillir près de 20 activistes, dont 8 femmes, «organisés en commandos originaires de la région parisienne, de Lyon et de sa banlieue, des départements charentais, de l'Ardèche et de la Gironde».

Une ex-ministre norvégienne : « Les explosions, les attaques à la grenade, les écoles incendiées… La situation en Suède est hors de contrôle »





 

Norvège – Sylvi Listhaug, ancienne ministre norvégienne de l’Immigration, a déclaré que la situation en Suède était « hors de contrôle ».

Dans un éditorial pour VG, Sylvi Listhaug parle des problèmes en Suède, tout en avertissant que tenter d’éviter d’en parler ne servira à rien.

« En Suède, il est admis qu’on ne peut pas parler de ces problèmes parce que cela peut être stigmatisant. Aujourd’hui, la situation en Suède est complètement hors de contrôle avec des centaines de voitures incendiées, des écoles incendiées, des centaines d’attaques à la bombe, des assassinats en plein jour et des attaques coordonnées à l’arme automatique ou à la grenade. »
Selon Sylvi Listhaug, les statistiques de la criminalité en Norvège, en Suède et au Danemark « montrent que les jeunes migrants sont surreprésentés parmi les criminels violents. »

VG.no

N’être rien





Nothing, nichts, nada, niente, niets, nic, nitchego…

Dans toutes les langues européennes, « rien » est rendu par un mot qui commence par « n », consonne parfaitement négative.

En latin, c’est « nihil » dont nous avons tiré « annihiler ».
Le dictionnaire de l’Académie Française définit ainsi ce verbe : « Réduire à rien, rendre totalement inefficace ».
C’est l’exact équivalent de « anéantir », c’est-à-dire « envoyer dans le néant »
« »… ce petit mot transporte une pulsion de mort, le désir que l’autre n’existe simplement pas, qu’il soit rayé de la surface de la terre et, à la limite, qu’il n’ait jamais existé.
Il y a un relent de totalitarisme dans l’usage de ce mot, qui ne peut pas être lâché comme une pestilence ordinaire.
Comme le rappelait, hier, l’excellent Georges Michel, voilà deux fois que le pouvoir en place nous fait le coup.
Il y a eu d’abord, en 2017, le président lui-même, l’homme de tout le peuple, le rassembleur, le guide du troupeau… enfin de presque tout le troupeau !
On se souvient de sa coupable fraction des Français entre « les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ».
Aujourd’hui, c’est un député de la majorité qui enfonce le clou : le rapporteur du projet de loi sur les retraites, l’honorable Nicolas Turquois, en pleine assemblée, lance à l’opposition : « La République, c’est nous et vous, vous n’êtes rien ! »

La France peut-elle contenir un foyer de coronavirus ?





Au niveau technique, sans doute, car nos chercheurs et praticiens jouissent d’une réputation incontestée.

Les urgences sont en crise, mais on peut supposer que l’ensemble tiendrait le coup encore un peu.

Le problème est notre capacité régalienne à contenir un foyer d’infection.
Que se passerait-il, en effet, s’il fallait confiner la population au sein d’un foyer émergent de Covid-19 sur un périmètre comprenant une zone de non-droit ?
En zone rurale ou semi-rurale, il n’y a aucun problème à attendre.
C’est ce qui se passe en Lombardie.
Dans la région où j’habite, on a la tête frondeuse du viticulteur du Midi et des fusils de chasse, parfois on n’aime pas la maréchaussée, mais je n’imagine pas que quelqu’un force un barrage.
Je ne pose même pas la question des zones urbaines à 100 %.
Là, c’est peine perdue.
Les Minguettes à Lyon, Le Mirail à Toulouse, par exemple… pour confiner 24 heures sur 24 ces quartiers, je ne suis pas sûr qu’une division d’infanterie y suffise…
Non, mon sujet, c’est le cas d’une ville moyenne bordée d’une de ces cités sensibles dont l’économie repose, au moins en partie, sur des trafics de stupéfiants.
Il existe plusieurs dizaines de villes de ce genre.
Or, qui dit trafic dit flux : approvisionnement en drogue, circulation des clients.
Qu’est-ce qui se passe si les flux sont entravés ?
A-t-on les moyens de confiner 20.000 personnes sur une zone de 20 km² ?
Avec quels hommes et quels équipements ?

La réponse cinglante d'un neurologue à Emmanuel Macron en pleine visite de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.


Litres d’eau, nourriture: quels produits acheter et stocker en cas de pandémie?



Produits alimentaires

© Sputnik . Alexander Utkin
Malgré la multiplication du nombre de pays touchés par le coronavirus, l’OMS ne le considère pas encore comme une pandémie. 

En cas de mesures massives de quarantaine, il est recommandé d’entreposer chez soi de la nourriture et certains produits de première nécessité en quantités suffisantes.
Le coronavirus, récemment renommé SARS-CoV-2, continue de s’étendre à toujours plus de pays, et la Chine n’est désormais plus le seul point d’origine des personnes infectées.
En Allemagne, le département fédéral chargé de la protection de la population civile et de la gestion des catastrophes a dressé une liste des biens matériels et alimentaires à se procurer dans le cas d’une quarantaine de 10 jours.
Il est ainsi recommandé d’emmagasiner chez soi ces quantités par personne: 20 litres d’eau potable, 3,5 kilogrammes au total de céréales, pain, pommes de terre, pâtes et riz, 2,5 kilogrammes de légumes et noix en conserve, 2,6 kilos de lait ou de produits laitiers, 1,5 kilo au total de viande, de poisson, et d’œufs et 400 grammes de matières grasses (beurre, huile végétale).

jeudi 27 février 2020

Coronavirus. Jusqu’à 70 % de la population mondiale touchée d’ici un an ?

 
 
 Résultat de recherche d'images pour "coronavirus pandémie mondiale"
 
 
Le coronavirus pourrait infecter près de 70 % de la population mondiale selon les prédictions d’un épidémiologiste enseignant à Harvard.
 

Coronavirus : 70 % de la population mondiale infectée ?

Échapperez-vous au coronavirus ?
Si l’on en croît l’épidémiologiste Marc Lipsitch, rien n’est moins sûr !
Tandis que le virus chinois se répand désormais en Europe depuis plusieurs jours, ce professeur de Harvard considère que jusqu’à 70 % de l’humanité pourrait être touchée par le Covid-19.
Il a fait part de cette crainte dans un article du magazine The Atlantic publié le 24 février et intitulé « You’re Likely to Get the Coronavirus » [NDLR : « Vous risquez d’attraper le coronavirus »].
Marc Lipsitch, spécialiste de la modélisation des maladies infectieuses, y affirme que le coronavirus « ne sera pas endiguable et que, dans l’année, 40 à 70 % de l’humanité sera infectée ».
Toutefois, il nuance son propos en indiquant que ce coronavirus ne se traduira pas forcément par un état de santé alarmant chez les personnes qui le contracteront : « Il est probable que beaucoup auront une maladie légère, ou seront asymptomatiques » selon lui.
À l’instar de la grippe, qui tue chaque années des personnes âgées et/ou fragilisées mais dont beaucoup d’individus guérissent aussi sans difficultés.
 
Le Covid-19 deviendra-t-il une maladie saisonnière ?

Le naufrage d'Emmanuelle Wargon

 
 


Sans doute le meilleur Face à Face de la saison, Zemmour contre Emmanuelle Wargon (secrétaire d'Etat à la transition écologique).
 
Le pragmatisme, le réalisme et le bon sens d'un côté, la technocratie dans toute son horreur, l'amateurisme, l'incompétence et l’écologie à la con de l'autre.

Publié par

L’épidémie n’est pas maîtrisée à Wuhan, malgré des mesures de confinement drastiques, selon les responsables locaux

               
Par Eva Fu
27 février 2020
     
Les responsables locaux d’un district de l’épicentre du coronavirus dans la ville de Wuhan ont révélé que l’épidémie n’est pas sous contrôle malgré les mesures drastiques prises par les autorités pour limiter sa propagation dans la ville.

Depuis le 23 janvier, la Ville de Wuhan, en Chine centrale, a arrêté pratiquement tous les transports terrestres, reporté l’ouverture des écoles, bouclé les quartiers résidentiels et construit plus d’une dizaine d’hôpitaux de fortune à partir de gymnases et d’écoles – au rythme d’un tous les deux jours environ – pour faire face à l’afflux de patients atteints de COVID-19.

Actuellement, un seul résident de chaque foyer est autorisé à quitter son complexe résidentiel une fois tous les trois jours pour acheter des provisions et autres fournitures nécessaires.
« Le contrôle est encore plus strict qu’auparavant », a déclaré un fonctionnaire du gouvernement travaillant à Jiujie, un sous-district du district de Xinzhou, à Epoch Times lors d’un appel téléphonique sous couverture.
« Il est évident que l’épidémie ne ralentit pas et n’est pas sous contrôle. »
Au 25 février, Wuhan avait enregistré plus de 47 000 cas, soit plus de la moitié du nombre total de cas en Chine, bien que les experts internationaux soupçonnent que le nombre réel d’infections est beaucoup plus élevé.
Un autre fonctionnaire du gouvernement à Zhucheng, un sous-district de Xinzhou, a déclaré que les autorités supérieures considèrent l’épidémie dans cette région comme « très grave ».
Le district de Xinzhou a rapporté le plus faible nombre d’infections parmi les 13 districts de Wuhan.
« La situation est si intense ici que nous avons arrêté de travailler sur tout le reste pour nous concentrer sur le contrôle de l’épidémie », a-t-il déclaré à Epoch Times lors d’un autre appel téléphonique sous couverture.

Coronavirus : Peur sur la Terre – Journal du jeudi 27 février 2020

 
 




Coronavirus : Peur sur la Terre

Avec des cas détectés un peu partout sur la planète, le coronavirus affole les autorités sanitaires mondiales.
Malgré un bilan de contaminations toujours plus élevé, tout est fait pour rassurer la population, pour éviter la panique générale.

Coronavirus : épidémie d’arnaques !

Alors que moins de vingt cas ont été détectés en France, le coronavirus a fait bien plus de victimes… d’arnaques !
Cyberdélinquants et autres malfaiteurs du porte à porte profitent ainsi de l’occasion pour s’en prendre aux particuliers.

Bobards d’or : le mensonge médiatique à l’honneur

Comme chaque, la cérémonie parodique des Bobards d’or a récompensé les meilleurs mensonges de la presse mainstream. TV LIbertés était sur place.

L’actualité en bref

Immigration et délinquance : 10 preuves

 
 
Résultat de recherche d'images pour "immigration délinquance"

Le 27/02/2020
Y a-t-il un lien entre immigration et délinquance?
 
La criminalité est-elle plus fréquente chez les populations d’origine étrangère qu’auprès des Français sans ascendance extra-européenne?
 
Contrairement aux Etats-Unis où les statistiques raciales sont publiées et accessibles très facilement, le tabou des statistiques ethniques en France rend difficile l’étude de ce phénomène.
Pourtant, quand on creuse réellement, on découvre qu’il existe des dizaines de chiffres permettant d’affirmer sans équivoque que la surdélinquance des individus d’origine étrangère existe.
Précisons pour commencer que la surdélinquance se retrouve à la fois auprès des étrangers, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas la nationalité française, et auprès des immigrés ou descendants d’immigrés d’ascendance extra-européenne (majoritairement africaine également).
 Il ne s’agit pas ici d’évoquer les causes ce phénomène (même si nous verrons rapidement que le facteur social n’est pas une bonne explication) mais simplement de faire un constat rationnel à partir des chiffres. Voici donc 10 preuves du lien entre immigration et délinquance.
 
Preuve 1 : la surreprésentation de la criminalité étrangère selon le Ministère de l’Intérieur
 
En janvier 2019, le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) a publié sa 3e édition du bilan statistique « Insécurité et délinquance » pour l’année 2018.
C’est une analyse des faits de délinquance enregistrés par la police et la gendarmerie en 2018.
On y trouve pour les différents types de crimes et délits le pourcentage d’étrangers mis en cause.
Bien entendu, les immigrés et descendants d’immigrés ne rentrent pas dans cette catégorie.
Ainsi, alors que les étrangers représentent environ 6% de la population française, ils représentent :

Rubrique : explication.



Résultat de recherche d'images pour "grève avocats"


Chacun connaît mon soutien indéfectible à toutes les cochonneries que Macron et sa bande veulent infliger à mon pays. (Attention, deuxième degré !)

Ils poursuivent la démolition méthodique de TOUS les services publics.
Police et Justice y compris.
En ce qui concerne la justice qui sur le plan matériel est au bord de l’effondrement, ils ont fait adopter en catimini par leur Parlement aux ordres une réforme de la procédure qui vise à rendre de plus en plus difficile l’accès à la justice.
Le but est que comme pour les prud’hommes les salariés soient découragés et ne fassent plus valoir leurs droits devant le juge du travail.

« Gestion de la peur, placebo et… chloroquine ! » L’édito de Charles SANNAT

« Gestion de la peur, placebo et… chloroquine ! » L’édito de Charles SANNAT
 
par | 27 Fév 2020 |
 
Mes chères impertinentes, chers impertinents,
 
Il n’y a pas plus anxiogène et donc de terrifiant qu’une terrible maladie contre laquelle vous ne pouvez rien faire.
 
Vous êtes là, impuissants, face à la fatalité et vous attendez le diagnostic, sans espoir.
Lorsqu’il s’agit de drames individuels, comme le cancer, c’est une souffrance et une gestion individuelle de la peur et de l’anxiété.
Lorsque vous êtes confrontés à une épidémie de grande envergure, vous n’êtes plus dans un drame personnel, individuel, mais dans un psychodrame collectif.
 
La nécessité de gérer la peur collective.
 
En tant que décideur politique vous avez obligatoirement et impérativement le devoir de gérer la peur et les angoisses de votre population.
Il n’y a là rien de choquant ni de méchant.
Au contraire. La peur, par la désorganisation sociale, par l’effondrement des comportements de vie normaux, peut très rapidement conduire à l’anarchie. 
Et cette anarchie n’est jamais bonne, en particulier pour les plus faibles et les plus fragiles, car l’anarchie c’est le retour à la raison du plus fort… dit autrement, c’est la loi de la jungle, et je préfère nettement l’ordre républicain aussi imparfait soit-il.
Ma conviction,  néanmoins, est que pour gérer la peur, il ne faut pas carabistouiller les gens, car si la confiance s’érode, alors la parole publique n’ayant plus de poids, la situation finira, en cas grave, par devenir anarchique.
La propagande et les mensonges finissent au-delà d’une certaine gravité par devenir contre-productifs.
 
De l’inéluctable à l’espoir

Coronavirus en Italie : la faute au « progressisme » du gouvernement

 
 


Beaucoup se demandent pourquoi l’ est devenue la porte d’entrée du coronavirus en Europe alors que la péninsule s’est équipée très rapidement de caméras thermiques pour repérer les personnes fiévreuses débarquant aux aéroports.

L’explication est très simple : c’est la faute directe, pleine et entière du « progressisme » du gouvernement Conte.

Et probablement aussi de ses manœuvres politicardes.
Revenons aux faits : le gouvernement Conte a cru bon de refuser catégoriquement les propositions de mises en quarantaine des voyageurs venant d’Asie.
Pourquoi donc ?
Parce que ces propositions étaient formulées, à cor et à cri par Matteo Salvini, qu’il est désormais de bon ton de récuser en toute circonstance, un peu comme on le fait en France avec Marine Le Pen. D’autant que ce même Premier ministre et ce même gouvernement collaboraient, il y a quelques mois à peine, avec l’« affreuse » Lega de l’« ignoble » Salvini : il lui faut, à présent, donner des gages de sa décontamination du virus populiste…

L’ennemi, c’est la Turquie d’Erdoğan

 
 

 
La était un partenaire essentiel de l’Occident pendant la guerre froide.

Elle gardait les détroits de la mer Noire et abritait des bases américaines au bord du Caucase soviétique.

En permettant à l’AKP d’Erdoğan de parvenir au pouvoir et de s’y maintenir, elle a changé de visage et de rôle.
En 1918, l’Empire ottoman est vaincu et dépecé.
Les Jeunes Turcs qui voulaient le moderniser ont commencé surtout une unification ethnique en procédant aux génocides des Arméniens et des Assyro-Chaldéens.
Le nationalisme turc est le fondement du nouvel État, qui comprend une population musulmane à 98 %.
L’arrivée au pouvoir d’Erdoğan transforme radicalement le paysage politique.
La Turquie est toujours nationaliste, mais elle se réapproprie l’islamisme, celui des Frères musulmans, avec sa façade démocratique d’un parti politique, l’AKP, et sa finalité totalitaire d’une reconstitution du califat unissant l’Oumma des croyants.
Cette dualité du nationalisme à l’intérieur et du prosélytisme à l’extérieur est perceptible dans le rôle que la Turquie a joué dans le prétendu printemps arabe.
Celui-ci semblait devoir apporter la démocratie musulmane et permettait, en fait, à d’autres « AKP » de prendre le pouvoir, en Tunisie avec Ennahda, avec le PJL en Égypte.

Coronavirus: le monde d’après (seconde partie)



La lutte contre le Coronavirus est une course contre la montre. 

Pendant que l'infection se répand selon un rythme exponentiel, les chercheurs tentent de trouver un remède.

Il y a deux grandes stratégies ; la recherche d'un vaccin (qui prévient la maladie) et la recherche d'un médicament existant (qui la soigne).
La première est puissante puisqu'elle permettrait d'éradiquer complètement la maladie. Malheureusement, elle prend beaucoup de temps: on parle de plus d'un an avant d'arriver à valider un vaccin efficace, sans parler de la production de masse.
La seconde ne permet pas d'éliminer la maladie mais a l'immense avantage d'être facilement mise à disposition, puisque la molécule existe déjà - il n'y a plus qu'à la produire.

Coronaviruses.jpg
Les Chinois, à court de temps mais disposant de nombreux malades sur lesquels tester les médicaments à disposition, ont opté pour la seconde approche.
Les résultats semblent probants.
Selon des résultats très récents, la Chloroquine, un bête médicament employé pour lutter contre le paludisme depuis 70 ans, aurait des effets tout à fait satisfaisants sur les personnes infectées.
Selon le Pr. Raoult, spécialiste renommé des maladies infectieuses, cité dans Les Échos:
Nous savions déjà que la chloroquine était efficace in vitro contre ce nouveau coronavirus et l'évaluation clinique faite en Chine l'a confirmé", selon le [professeur Raoult] commentant la première publication sur cette étude clinique de trois chercheurs chinois dans la revue BioScience Trends.
L'article publié en ligne le 19 février tire ses résultats d'un essai clinique mené dans plus de dix hôpitaux chinois (à Wuhan - épicentre de l'épidémie -, Pékin et Shanghai notamment) pour mesurer "l'efficacité de la chloroquine sur le traitement de pneumonies associées au Covid-19".
Selon les chercheurs chinois, un traitement de 500 mg de chloroquine par jour pendant dix jours serait suffisant pour obtenir une amélioration importante de la santé des patients.

“Le froid a cassé ma vie”




#LesMalChauffés : chez Fabienne, la survie dans un appartement à 9 °C

Pour nous recevoir, elle a eu ce geste : allumer le chauffage, en plein jour.

A 61 ans, Fabienne Delquignie vit dans un appartement glacial de Corrèze.
D'ordinaire, cette sexagénaire n'enclenche son maigre radiateur à bain d'huile qu'en soirée.
Ce matin de janvier, il fait 2 °C dehors et 9 °C chez elle.
Près du chauffage, on atteint 10 °C.  
"Ça va, non, 10 °C ?", lance-t-elle. La scène parle pourtant d'elle-même : chacun a gardé son manteau, son bonnet et ses chaussures.
Comme Fabienne, de nombreux Français modestes peinent à chauffer leur logement.
L'an dernier, ils étaient près de 7 millions à être victimes de précarité énergétique, consacrant plus de 8% de leur budget aux factures d'énergie, selon l'Observatoire national de la précarité énergétique. Derrière ces chiffres, il y a des vies ralenties, voire brisées par le froid.
Des vies souvent invisibles, que franceinfo a choisi de mettre en lumière dans l'opération #LesMalChauffés.

Dans cet article, Fabienne raconte comment le froid a "foutu en l'air" sa santé.

mercredi 26 février 2020

La crainte d’une pandémie grandit à mesure que le coronavirus s’impose au niveau international



 La crainte d’une pandémie grandit à mesure que le coronavirus s’impose au niveau international

 PAR Planetes360
Par Benjamin Mateus
 26 février 2020 

Les responsables de la santé ont tiré la sonnette d’alarme au cours du week-end. 

La raison était l’augmentation soudaine et rapide des nouveaux cas d’infections par COVID-19 en Corée du Sud, en Italie et en Iran.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres agences sont particulièrement préoccupées par le fait que de nombreux cas n’ont pas de lien épidémiologique avec la Chine.
C’est ce pays où l’épidémie de virus a débuté en décembre dernier dans la ville de Wuhan, la capitale de la province de Hubei.
En réaction, les marchés boursiers mondiaux se sont effondrés à l’ouverture hier.
Le Dow a perdu plus de 1000 points à la clôture.
Le Nikkei 225 a chuté de 4 pour cent à l’ouverture.
Parmi les actions qui ont subi les plus fortes baisses, on trouve celles des compagnies aériennes et des sociétés technologiques.
Le prix du Brent a chuté de près de 5 pour cent pour atteindre un peu plus de 55 dollars le baril.
La crainte de l’impact de la propagation du virus a provoqué les turbulences du marché.
Aussi, les turbulences ont fait suite aux mauvaises nouvelles économiques selon lesquelles le PIB du Japon a chuté de 6,3 pour cent et la croissance de la zone euro a ralenti à 0,1 pour cent.
Le virus 2019-nCoV s’est révélé être un pathogène beaucoup plus complexe que ce que les virologistes ont connu par le passé.

Et pendant ce temps là, en macronie



Coronavirus : l’improbable attitude du gouvernement français – Journal du mercredi 26 février 2020




Coronavirus : l’improbable attitude du gouvernement français


 Après une explosion de cas de coronavirus en Italie du Nord, les contaminations repartent en France. Trois nouveaux cas ont été détectés mardi.
Pourtant, les mesures de précaution prises par le gouvernement et le ministère de la Santé manquent à l’appel.

Salon de l’Agriculture: Marine Le Pen en campagne

 Comme chaque année, Marine Le Pen s’est rendue au Salon de l’Agriculture pour écouter la voix des agriculteurs.
Face à la situation critique que traversent ces derniers depuis des années, la présidente du Rassemblement National se veut comme l’unique alternative à la sauvegarde de l’agriculture nationale.

Les îles grecques débordent

 Alors que le gouvernement grec souhaite la construction de nouveaux camps pour accueillir davantage de clandestins, les îles de Lesbos et Chios entrent en résistance.
Avec près de 38 000 migrants déjà présents, les îles sont prêtes à craquer et de violents affrontements ont éclaté entre habitants et forces de l’ordre.

L’actualité en bref

Fleury-Mérogis : La prison visée par des demandes d’attaques terroristes. Les surveillants sont clairement visés



Le 18 février 2020, un message a été publié sur la plateforme Rocket.Chat, exhortant les musulmans emprisonnés en France à viser les surveillants pénitentiaires.
Le message dévoilé par le site Memri.org s’adresse spécifiquement aux détenus de Fleury-Mérogis, la plus grande prison d’Europe, les incitant à recruter de nouveaux combattants de l’Etat islamique, à attaquer les surveillants, à tuer le directeur et à trancher la gorge de l’imam de la prison.
L’auteur du message mentionne les armes et renvoie le lecteur à un « ancien tutoriel » qu’il a écrit expliquant comment fabriquer une lame en prison.
Aucun détail n’a été fourni sur l’emplacement du didacticiel.
Le message, publié avec une photographie de l’entrée de la prison, fournit également une adresse e-mail de contact.
 

Capture Memri.org

La connerie humaine est la seule chose qui donne une idée de l'infini



Et bruno le maire en est le mètre étalon 

« Le décret arrêt-maladie confinement retour de vacances tout savoir ! » L’édito de Charles SANNAT



« Le décret arrêt-maladie confinement retour de vacances tout savoir ! » L’édito de Charles SANNAT
 
par | 26 Fév 2020 |
 
Mes chères impertinentes, chers impertinents,
 
Le gouvernement a récemment pris un décret tout à fait intelligent et pertinent compte tenu de la situation sanitaire.
 
L’idée c’était de prendre soin de concitoyens qui revenaient de Chine et qui ont passé 14 jours d’angoisse dans un centre de vacances du sud de la France.
 
Se posait alors la question de la gestion de la quarantaine.
Vous ne pouvez pas manquer 14 jours votre travail par exemple sans évidemment risquer une sanction de votre employeur.
C’est dans ce cadre que le gouvernement a décidé d’ouvrir systématiquement l’arrêt de travail à tous ceux qui seront obligés de se mettre en quarantaine ou en confinement.
C’est une bonne décision car le citoyen à qui l’on demande par respect et bon sens des autres de rester en retrait pour ne pas prendre le risque de contaminer les autres ne sera pas pénalisé plus que nécessaire.
Sachez donc que vous avez droit à cet arrêt maladie d’office si vous revenez d’une zone à risque.
Il est important de l’utiliser car c’est un bon dispositif (pour une fois que je ne dis pas de vacherie) ce qui n’est en revanche pas le cas des autres âneries mamamouchesques du genre « hooooo…. que c’est une bonne idée de mettre 3 000 supporters Italiens dans des bus pour un match de foot à Lyon »…
La recette des emmerdes à la sauce lyonnaise est donc la suivante :
Prenez vos principes de précaution et ébouillantez-les pour être sur de bien les tuer.
Puis, mettez par dessus 3 000 supporters italiens avec une forte probabilité d’avoir au moins une chance sur 3 000 ce qui est statistiquement très faible d’avoir un infecté.
Laissez mariner votre infecté avec des milliers d’organismes sains.
Observez la réplication du virus et la maladie s’étendre.
Dégustez sans modération…

Le décret :
 
Décret n° 2020-73 du 31 janvier 2020 portant adoption de conditions adaptées pour le bénéfice des prestations en espèces pour les personnes exposées au coronavirus
NOR: SSAS2002571D
Version consolidée au 23 février 2020
Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre des solidarités et de la santé,
Vu le code de la sécurité sociale, notamment son article L. 16-10-1,
Décrète :
Article 1 En savoir plus sur cet article…

Asia Bibi aura-t-elle droit à son asile politique en France ?

 
 


À l’heure où certains se penchent doctement sur la pertinence du délit de blasphème, se rappelle à notre souvenir en manifestant son souhait d’obtenir l’asile politique en France, et sera prochainement reçue par Emmanuel Macron.

Elle ne peut pas être pire que Piotr Pavlenski, cette ouvrière agricole pakistanaise chrétienne qui, en 2008, avait eu semble-t-il, la mauvaise idée de s’abreuver à l’eau d’un puits, la rendant ainsi impure aux yeux de ses sympathiques collègues de la religion de tolérance, d’amour et de paix, lesquelles dénoncèrent ipso facto ce blasphème aux autorités.

Mais c’est connu, la justice de son pays est bonne fille, et malgré un crime dont l’horreur n’échappe à personne, celle-ci lui avait a épargné l’horrible supplice de la lapidation, pour se contenter d’une peine infiniment plus légère, quasi symbolique : la pendaison.
Mais vous savez ce que c’est : aujourd’hui impossible de faire bonne justice sans qu’une palanquée d’humanistes mondialisés, dont deux papes, ne poussent les hauts cris !
Résultat, une longue saga judiciaire a conduit à son acquittement après huit ans passés dans le couloir de la mort ; sans toutefois que sa sécurité puisse être garantie dans son pays, tant le Pakistan compte de bons musulmans