vendredi 31 janvier 2020

Enfin libre






A qui le tour?


France : 900.000 personnes sans logement, 2,8 millions mal-logées

 
 

Les expulsions, en France en 2018, ont augmenté de 36% par rapport à 2001.
 
par Paolo Garoscio
30/01/2020
 
En France, en 2020, la situation des personnes pauvres ne s’est guère améliorée. La Fondation Abbé Pierre, qui publie chaque année son rapport sur le mal logement, pointe du doigt le fait que quasiment 4 millions de personnes dans l’Hexagone se retrouvent sans logement ou en situation de logement très précaire. Et le gouvernement en prend pour son grade au passage.
 
143.000 SDF en France, et ce n’est pas le pire

Les chiffres du 25ème rapport sur « l’état du mal-logement en France » sont éloquents : il y aurait 143.000 SDF dans l’Hexagone.
Du moins, ce n’est qu’une estimation car ce chiffre est très difficilement fiable malgré le travail des associations.
25.000 personnes habitent en chambres d’hôtel car elles n’ont pas de logement personnel, 91.000 vivent dans des logements de fortune et 643.000 chez des tiers… par la force des choses.
En France, en 2020, 902.000 personnes n’ont donc pas de logement personnel.
À ceux-là s’ajoute un autre fléau, encore plus répandu : le mal-logement que la Fondation appelle « logement très difficile ».
2,09 millions de personnes sont privées de confort et, en y ajoutant les gens du voyage avec de mauvaises conditions d’habitation et les travailleurs migrants, on atteint ce chiffre : 3,953 millions de personnes sont dans une situation de mal-logement ou n’ont pas de logement personnel, en France, en 2020.
Et ça continue : 12,1 millions de personnes sont « fragilisées par rapport au logement » selon la Fondation, que ce soit parce qu’elles sont en situation de précarité énergétique, en situation de loyers impayés ou parce qu’elles ont du mal à payer les loyers et les charges.
 
Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres

Coke en stock?

 
Résultat de recherche d'images pour "macron se frotte le pif"
 
 
 
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout
  Anne-Sophie Chazaud

 Le narcissisme compulsif, l’irrépressible et obscène désir d’être vu dans toutes les situations possibles, la confusion complète des messages -mais qu’importe puisque le sens a déserté depuis longtemps-, le cynisme envers les victimes de la répression, le cynisme envers les forces de l’ordre, l’infantilisme capricieux du tout-communicationnel et surtout son insondable bêtise...

Sans compter tout ce qui ne se voit pas, sous forme de poudre de Perlimpinpin.
Nous n’avons pas un président, nous avons un gadget, un produit dérivé, et à la dérive

Retard de l'assaut au Bataclan : le livre explosif sur les policiers de la Brigade d'intervention qui accuse

    


Un sniper de la BI, en poste sur le toit de l'Arc de Triomphe, à Paris, lors du défilé du 14 juillet, en 2016. Photo © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
 
 Vendredi 31 janvier 2020

Retard au Bataclan, manque de moyens et de reconnaissance, opérations “off” pour le privé…

En dévoilant les dessous de cette unité aussi discrète que spectaculaire, la journaliste Laurence Beneux dresse aussi le constat édifiant de la police d’aujourd’hui.
 
« C’est à cause de l’interdiction, inexpliquée, d’intervenir rapidement au Bataclan, imposée à la BI que vous devez de lire ce livre. Les autres problèmes auxquels ces policiers sont confrontés n’auraient pas suffi à les faire sortir de leur réserve s’il n’y avait eu ces délais imposés durant les attentats. C’est la goutte d’eau qui a décidé certains policiers à sortir de ce silence très ancré dans la culture policière. Malgré les risques de rétorsion auxquels ils s’exposent de la part de leur hiérarchie. »
Dans son nouvel ouvrage « BI : Brigade d’intervention » (éditions Le Cherche Midi), sorti le 23 janvier dernier, la journaliste d’investigation Laurence Beneux dévoile pour la première fois les coulisses de cette brigade d’élite ultraconfidentielle et révèle témoignages à l’appui les dessous de leurs exploits comme de leurs ressentiments.
Un tableau édifiant de la police d’aujourd’hui qui promet de faire du bruit.
Le 13 novembre 2015, au soir, alors que des explosions retentissent au Stade de France, les six policiers de la Brigade d’intervention présents dans la capitale mettent dix minutes pour rallier leur base et s’équiper.
Prêts à décoller, ils sont contraints d’attendre et d’obéir aux ordres de leur hiérarchie.
Pendant ce temps, les fusillades s’enchaînent, sur les terrasses et au Bataclan.
Nouvel appel à l’état-major, nouveau refus.
Les opérateurs perdent patience.
Il leur faudrait pourtant cinq minutes pour rejoindre la salle de concert !
Mais rien n’y fait.
En attendant le feu vert officiel, la capitaine décide toutefois d’envoyer ses hommes au QG de la Brigade de recherche et d’intervention de la préfecture de police de Paris (BRI-PP), au 36, quai des Orfèvres, qui forme avec la BI le cœur de la Brigade anticommando.
Malgré trois quarts d’heure de retard forcé, les voilà partis pour mener l’opération d’une vie.
Celle de tous les dangers.

La blessure du Bataclan

L’affaire Mila et la faillite du «vivre-ensemble », par Guillaume de Thieulloy




 
 
À l’origine de l’histoire, il semble qu’il y ait un jeune musulman qui l’avait «draguée» assez lourdement sur les réseaux sociaux.
Or, la jeune fille est lesbienne et elle a vertement rembarré l’importun, ajoutant: «Je déteste la religion. Le Coran, il n’y a que de la haine là-dedans. L’islam, c’est de la merde, c’est ce que je pense.»
 
On arrive ici aux limites de la stratégie de Terra Nova, cette fondation proche du PS qui a proposé à la gauche une stratégie électorale tournée vers les «minorités» (LGBT ou immigrés).
On ne peut pas en effet à la fois soutenir les «minorités sexuelles» issues de la révolution de mai 68 (qu’elles soient féministes ou LGBT) et l’immigration musulmane.
Bien loin de faciliter le «vivre-ensemble», la stratégie de la gauche contemporaine amoncelle les explosifs qui vont dynamiter notre pauvre société déjà bien fragilisée.
Mais la suite des événements n’est pas moins révélatrice.
Mila a donc été déscolarisée pour assurer sa protection.
Ce qui signifie qu’en France (!), il est possible de contraindre une personne à la clandestinité, par déferlement de menaces de mort islamistes.

Brexit : le 1er jour du reste de leur vie – Journal du vendredi 31 janvier 2020

 
 




Brexit : le 1er jour du reste de leur vie

On n’y croyait plus mais ça a fini par arriver !
La Grande-Bretagne sort officiellement de l’Union Européenne ce vendredi à minuit.
Une petite révolution pour Bruxelles et un retour à la souveraineté populaire pour les Anglais, plus de trois ans et demi après le referendum.

L’actualité en bref

Coronavirus, chroniques de la pandémie. 30 janvier 2020.


Les choses vont à la fois vite et doucement et nous assistons à des scènes digne de films catastrophes hollywoodien.
 
Il en va en particulier de la mise en quarantaine d’un navire entier de Costa Croisières.

Voilà qui va encore coûter bonbon à l’économie mondiale et à l’industrie touristique qui est la première touchée.
Voilà aussi qui va questionner sur le modèle du toujours plus gros que ce soit l’avion ou le bateau… c’est une ville qui se trouve confinée.
Les images saisissantes de l’arrivée des Américains du Wuhan… ici
 
Ici un excellent article du Figaro sur l’inquiétant raté dans la prise en charge du 4ème patient chinois qui n’avait pas été détecté car il n’était pas de Wuhan même mais d’un village situé à 400 kilomètre, du coup classé en totoche et hop un doliprane et rentre chez toi…
Sauf que c’est plusieurs personnes qui peuvent etre contaminées.
Les protocoles ont été élargis et revus en catastrophe.

Délire transhumaniste d’Emmanuel Macron sur la paternité





Valeurs actuelles, sous la plume de Charlotte d’Ornellas, nous informe des propos tenus par notre Jupin national, , à Pascale Morinière, présidente des associations familiales catholiques, lors d’un raout autour du trentième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Ils sont sidérants. « Votre problème, c’est que vous croyez qu’un père, c’est forcément un mâle », a-t-il répondu à l’interpellation sur le paradoxe qu’il y a à célébrer la CIDE et, en même temps, violer son article 7 en instaurant la sans père pour les femmes seules ou en couples.

On se demande d’abord si Charlotte  d’Ornellas ne s’est pas trompée, n’a pas envoyé à Valeurs actuelles un texte qu’elle destinait au Gorafi.
D’abord, est-ce un problème d’affirmer que la paternité est un rôle social dévolu au mâle, à l’homme de sexe masculin ?
Comme la maternité est étroitement associée à la femme, en fait.
Ce qu’un chanteur énervant chantait (quand il avait encore de la voix) : « Même si j’devenais pédé comme un phoque, moi je n’s’rai jamais en cloque ».
Ceux qui affirmeraient que Toumaï fonctionnait déjà comme ça ont peu de chances de se tromper… Demandez dans la rue, il est peu probable qu’associer paternité et sexe mâle soit un problème pour le quidam lambda.
L’utilisation du verbe croire par Jupiter lui-même devrait interpeller.
Cela voudrait dire que cette association paternité/sexe mâle relèverait de la créance ou de la foi, et non de la certitude objective.
Faut-il voir dans l’utilisation de ce verbe précis un mensonge idéologique assumé dont il userait à des fins politiques (éteindre, voire seulement diminuer la contestation sur ce sujet en semant le doute) ou est-il vraiment persuadé par ce qu’il dit ?

Brexit Day, journée historique pour le Royaume-Uni





Ce vendredi 31 janvier 2020 restera comme le « Day » dans les livres d’Histoire, une journée historique qui sera associée aux noms de , Premier ministre, et de , infatigable Brexiter.

Les progressistes adeptes du sens irréversible de l’Histoire, toujours prêts à se réjouir de l’effet de cliquet, s’étaient pourtant déjà fourvoyé avec l’URSS, la RDA et l’ensemble des pays du bloc soviétique.

Ce sont les mêmes qui nous disent qu’on ne pourra jamais revenir sur la PMA pour toutes, c’est-à-dire « le droit à » faire des enfants sans père.
Bon, oublions un temps les sujets qui fâchent et réjouissons-nous !
Les rues et les bâtiments officiels pavoiseront pour célébrer l’union des quatre nations du Royaume-Uni : Angleterre, Écosse, pays de Galles et Irlande du Nord.
Drapeaux, lasers rouge blanc bleu dans tout le pays, l’Union Jack fera la fierté de tous.
Aujourd’hui, en attendant l’effondrement de « l’Union politique européenne », l’Angleterre reprend sa liberté comme elle seule avait eu le courage de la conserver, Dieu merci, en 1940.
Cette année-là, mon grand-père Charles Martin ayant échappé à l’armée allemande à Dunkerque – sauvé par la flottille anglaise mobilisée par Churchill – rejoignit le général de Gaulle réfugié à Londres pour défendre l’honneur de la France dans les Forces navales françaises libres.
Que les amoureux de l’Angleterre se rassurent : par beau temps, on apercevra toujours les falaises des côtes anglaises, passé Boulogne-sur-Mer, à l’approche de Calais.

jeudi 30 janvier 2020

Petit blanc frappé au sol par 12 petits noirs et arabes… (Pierre Cassen)



Z2uKqKP007Eutx_b (687 x 1221)


Par Eric Martin 
Pierre Cassen commente une vidéo, où on voit, à Etampes, un petit blanc d’une douzaine d’années frappé au sol par une douzaine de petits noirs et arabes…

Cette vidéo a été retirée du site Fdesouche, sous les menaces de la police et de la justice.

Mais on peut la retrouver sur YouTube, avec comme titre “Vivre ensemble en France #Etampes” (91) :

 


Blasphème, Belloubet sait très bien ce qu’elle fait



 
 Résultat de recherche d'images pour "belloubet"

      

Il importe de revenir sur l’affaire Belloubet car celle-ci contient tous les ingrédients des dérives actuelles sur le sujet.

Beaucoup ont insisté sur sa bêtise, son inculture juridique.

Pour la bêtise, c’est assez probable et l’on n’en sera pas au premier constat, sachant que toujours la bêtise mène au crime, selon la conception flaubertienne quotidiennement confirmée.
En revanche, cette dame connaît parfaitement le droit.
Il ne s’agit pas d’une «maladresse», ni de l’expression d’une méconnaissance de notre droit garantissant la liberté de conscience et la liberté absolue de critique des religions.
Il s’agit de l’expression assumée d’une idéologie.
Nicole Belloubet est, ne l’oublions pas, une socialiste de compétition.
Dans son fameux «rétropédalage» qui en réalité est un enlisement supplémentaire, elle explique que l’atteinte aux religions peut alimenter la haine et la discrimination.
En réalité donc, ces «excuses» sont un enfonçage de clous supplémentaires sur le cercueil de la République.
Et, surtout, la vraie raison nous en est donnée : opérer un glissement sémantique entre la critique d’une idée, d’une croyance, et une forme de racisme dont cette critique serait l’expression.

LREM : panique municipale – Journal du jeudi 30 janvier 2020

 
 


30/01/2020

LREM : panique municipale
 
La République En Marche en pleine tourmente électorale.
Entre les petits arrangements statistiques, le retrait de certaines candidatures et les candidatures dissidentes, la majorité présidentielle est à la peine à moins d’un mois et demi des élections municipales.
 
Serge Federbusch tente l’Union des Droites à Paris
 
Une alliance qui change la donne.
Le candidat à la mairie de Paris, Serge Federbusch, a officialisé mercredi le ralliement du PCD à sa liste pour les municipales.
Le parti de Jean-Frédéric Poisson, traditionnellement allié aux Républicains, offre donc un soutien inattendu au candidat soutenu par le Rassemblement National.
 
Sénégal : le cannabis, moteur de l’économie

Alors que le cannabis est strictement interdit au Sénégal, l’économie d’une petite île du sud du pays repose intégralement sur sa culture.
Face à cette production intensive, le gouvernement sénégalais tente de durcir le ton.
 
L’actualité en bref

Roubaix : six mois après leur installation, la ville s'aperçoit que ses panneaux solaires n'étaient pas branchés

 
 
 
Les panneaux solaires ont été installés en juin 2019, et ont été rejoints par une éolienne en décembre.

Claire Domenech Publié le 27/01/2020

 En juin 2019, la municipalité annonçait avec fierté l'installation de panneaux photovoltaïques sur le toit de la médiathèque. Six mois plus tard, le constat est amer, l'équipement n'a jamais été branché.
À Roubaix, la municipalité mise sur le développement durable.
 
L'un des derniers projets en date : l'installation de panneaux solaires sur le toit de la médiathèque. Objectif : réduire la consommation énergétique du bâtiment.
Alors qu'en juin 2019, la mairie communiquait en grande pompe sur ces nouvelles installations, six mois plus tard, c'est la douche froide.
En effet, comme le rapporte Nord Éclair, la mairie de Roubaix vient de s'apercevoir que les panneaux photovoltaïques n'ont jamais été branchés.

Les billets de banques, terribles vecteur de virus !


Une vieille étude de 2007 démontre que le virus de la grippe peut survivre cent vingt heures sur un billet de banque et contaminer autant de porteurs que le billet servira d’échange en une seule journée.
 
Nous ne disposons pas de chiffres précis et certains concernant le coronavirus chinois, mais d’après les premières indications il pourrait tenir plusieurs jours et une température de 57° pendant plus de 35 minutes serait nécessaire pour le tuer.
 
« Pour mesurer la durée de survie d’un virus de la grippe sur un billet de banque, les auteurs de l’étude n’ont pas hésité à sacrifier quelques coupure de 50 francs suisses, gracieusement offerts par la Banque nationale suisse.
Ils ont ainsi déposé, sur des fragments de billets, plusieurs concentrations de différents types de virus de la grippe conservés en laboratoire (H3N2, H1N1…).
Ils n’ont pas testé, du fait de sa dangerosité et sa difficulté de manipulation, le virus H5N1, responsable de la grippe aviaire, qui sévit tout particulièrement en Asie du Sud-Est.
Mais rien n’empêche d’extrapoler les résultats obtenus à cette souche virale mortelle dans 50 % des cas pour l’homme ».

Chiffres du chômage : quelles réalités derrière la baisse ?






L’année 2019 a compté 95.600 chômeurs de moins en France, soit une baisse de 3 % sur l’année.


Ils ne sont, selon le discours officiel, désormais plus que 5.740.000.

Le nombre de demandeurs d’emploi des trois catégories a reculé de 1,6 % pour le seul quatrième trimestre 2019.
Doit-on se réjouir de ces chiffres ?
Oui, bien sûr, car ils indiquent un mieux par rapport au bilan précédent qui était désastreux en la matière.
Comme le gouvernement, doit-on crier victoire, verser dans un optimisme béat et en conclure que l’on a agi à hauteur des enjeux ?
Manifestement, il serait tout à fait indécent de se contenter de faire ce constat et, surtout, de s’en tenir à cette seule apparence, ce qui pourrait n’être qu’un sentiment hédoniste, voire l’acceptation d’une attitude opportuniste à visée électoraliste.
Assiste-t-on à une réelle augmentation de l’activité ?
La réforme de l’assurance chômage ne serait-elle pas plutôt la clé de cette apparente embellie ?
Et, dans ce cas, la situation est-elle meilleure qu’il y a un an ?
La première question qui vient à l’esprit est de savoir quelle est la part de ces demandeurs qui ont réellement trouvé un emploi, et lequel.
Autrement dit, quelle est la part de ceux qui sont sortis des statistiques pour une autre raison, qu’il s’agisse de causes administratives (radiations) ou de raisons plus délibérées.

What is the question?





Moi, je l’aime bien,

Comme la reine d’Angleterre, elle a compris que pour qu’on la distingue dans la foule, rien ne valait les couleurs flashy et les tenues de grands couturiers.

Et surtout, elle est pleine d’idées, notre porte-parole du gouvernement.
Ou plutôt notre government spokesperson, si adepte de ce globish qui montre au petit peuple qu’on a été « aux écoles ».
C’est ainsi qu’en grande communicante, elle vient de lancer sur Twitter un hashtag qui n’a pas tardé à faire fureur : #ASKPPG.
Traduction en langue vernaculaire : « Posez vos questions à la porte-parole du gouvernement. » Après tirage au sort (probablement effectué par un community manager auquel on souhaite bien du plaisir), certaines d’entre elles se verront honorées d’une reply après chaque Conseil des ministres.
Et ça n’a pas traîné, une masse d’internautes ont tweeté les questions térébrantes dont un peuple au bord de la crise de nerfs rêve de connaître les réponses, à commencer par celles d’un pack d’humoristes très supérieurs à ceux de France Inter : « Qui a tué le petit Grégory ? », « Pourquoi la première crêpe est-elle toujours ratée ? », « Jusqu’où les chauves se lavent-ils le visage ? », ou « Quel est le contenu de la valise RTL ? »

mercredi 29 janvier 2020

Ça sent furieusement la fin de règne

 
Résultat de recherche d'images pour "macron la chute"
Les rats quittent le navire, Alain Duhamel, le lèche cul officiel de macron en brasse coulée 
 

Triste constat, pauvre France (vidéo)





 Le constat est sans appel, la pauvreté prend racine...

La situation se détériore inexorablement vers la misère pour les travailleurs précaires, les personnes en fin de droits, les jeunes, les personnes âgées...

Dans une France qui compte plus de 9 millions de pauvres et où leur nombre a augmenté en dix ans de 1,2 million.
Encore plus inquiets pour la génération à venir, une majorité pense que les risques que leurs enfants connaissent un jour la pauvreté sont plus élevés que pour eux...
La France dans la rue en est témoin elle se trouve broyé par le carriérisme narcissique et la médiocrité politique envahissante.
Aujourd’hui, nous ne voyons pas l’issue de cette crise.
Jamais la crise de confiance entre les Français et leur classe dirigeante n’a été aussi profonde.
La politique de Macron piétine le peuple, car la réflexion, le débat d’idées, la préparation d’un destin commun, c’est-à-dire politique au sens noble du terme, ont disparu corps et biens.
Décadence a tous les niveaux, cités et banlieues poudrières, abandon des valeurs notamment l'école.....

Appauvrissement généralisé ou tout est maintenant à vendre dans le pays, avec une immigration folle à un niveau jamais atteint....!!!
 

Rubrique : monstre.

 
Nicole Belloubet est un monstre qui déshonore chaque jour la fonction qu’elle occupe.

Prétendument agrégée de droit public, ancienne membre socialiste du Conseil constitutionnel, elle a accédé à l’un des postes les plus importants de la République, celui de Garde des Sceaux.

Ce qui veut dire qu’elle est là pour garantir le bon fonctionnement de la justice dans notre pays.
Une paille !
On sait qu’elle a tout couvert, tout justifié des gravissimes errements de la justice depuis l’arrivée de Macron au pouvoir.
Elle nous dit aujourd’hui que les menaces de mort sont « inacceptables ».
Mais Madame il s’agit D’UNE INFRACTION PÉNALE !
Prévue et réprimée par l’article 222–17 du Code pénal.
Toutes les infractions pénales sont INTOLÉRABLES et doivent être poursuivies.
Qu’est-ce que c’est que l’usage du terme « inacceptable » si ce n’est la volonté de banaliser.

Coronavirus : quelle menace ? – Journal du mercredi 29 janvier 2020

 
 




Coronavirus : quelle menace ?

Le cap des 6 000 personnes infectées par le nouveau coronavirus a été franchi, dépassant les chiffres de l’épidémie de SRAS du début du siècle.
Si la Chine reste majoritairement touchée, des cas se propagent peu à peu sur le globe, y compris en France.

Grève : un épilogue et des enseignements

Près de deux mois après le début du mouvement, la contestation contre la réforme des retraites semble arriver à son terme.
Les contestataires voient leurs effectifs se réduire mais demeurent déterminés.
De quoi tirer les premiers enseignements de cette séquence sociale tendue.

Israël : le plan gagnant-gagnant pour Trump et Netanyahou

Donald Trump a présenté son plan de paix au Proche-Orient mardi devant le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.
Une proposition qui met d’accord l’oncle Sam et Israël mais ne fait pas les affaires de la Palestine, transformée en territoire-gruyère.

L’actualité en bref

Ce n’est pas une blague : Hidalgo veut supprimer encore 60 000 places de stationnement à Paris !


Résultat de recherche d'images pour "anti voiture"

 

Nous avons eu du mal à y croire mais la folle furieuse espagnole Anne Hidalgo, maire de Paris, entend encore intensifier sa guerre contre les automobilistes.
 
Alors que ces dernières années des dizaines de milliers de places de stationnement ont été supprimées (remplacées des pistes réservées aux bicylettes, des couloirs de bus, des places handicapées, des places pour les vélos, des places pour les motos, des places pour les trotinettes maintenant, etc.), rendant la vie impossible pour les nombreux habitants de l’Ile-de-France qui veulent (ou doivent !) recourir à la voiture et multipliant le temps passer à tourner pour se garer, le maire gauchiste de la capitale veut aller beaucoup plus loin si elle est réelue.
 
L’idée est, par la force, de mettre tout le monde au vélo ou mieux, d’entasser les gens – dans un délire socialiste – dans des transports en commun sales, non fiables, parfois bondés où l’on doit subir la politique de « diversité » des mondialistes…

Vidéo : un suspect placé en garde à vue après la violente agression d'une touriste sur la ligne 9 du métro à Paris

safe_image.php (680 x 354)

 [TWITTER]
 
Par  CNEWS -
Publié le 29/01/2020
 
C'est une séquence choquante qui montre un acte d'une violence absolument stupéfiante.

Un usager de la ligne 9 du métro parisien a filmé l'agression d'une femme par un homme dans une rame.

La scène non-datée a été diffusée mardi sur Twitter.
Le suspect a été placé en garde à vue au commissariat du 16e arrondissement ce mercredi.
L'agresseur s'en prend à sa victime présentée comme une touriste américaine.
Très agité, il tient des propos grossiers :  «Vas-y ferme ta bouche je t’ai dit sinon je te pète en deux. Arrête de m’emmerder, me regarde pas comme ça.
Moi je t’enc***, je te connais pas.
Je vais tellement te déserter la tête (sic) la prochaine fois, je vais tellement te faire du mal, tu vas tellement souffrir tu vas devoir fermer ta bouche», crie-t-il notamment.
 
Après avoir proféré ces menaces, l'individu finit par passer à l'acte, gifle violemment de sa main droite la jeune femme et tente de s'enfuir.
Il est très vite rattrapé par un jeune homme qui semble accompagner la victime.

cnews.fr/france

Manifestation des pompiers : un tir de LBD a-t-il atteint un soldat du feu en pleine tête ? (VIDEO)

Manifestation des pompiers : un tir de LBD a-t-il atteint un soldat du feu en pleine tête ? (VIDEO)
Un instant avant l'impact, le projectile apparaît à droite du pompier, à Paris le 28 janvier (RT France).
 
29 janv. 2020
 
Un pompier juché sur un canon à eau lors d'une manifestation à Paris, a été percuté en pleine tête par un projectile venu du côté des forces de sécurité.
 
La scène, impressionnante, a été filmée. S'il s'agit d'un tir de LBD 40, il serait illégal.
                                   
Les pompiers professionnels manifestaient dans les rues de Paris le 28 janvier pour faire valoir leurs manques de moyens, leurs inquiétudes quant à leur retraite et la revalorisation de leur «prime de feu».

Lire aussi
 
 
Blocage du périphérique, immolation symbolique et gaz lacrymogène : les pompiers manifestent à Paris
 
A cette occasion, des affrontements impressionnants ont eu lieu entre les forces de l'ordre (gendarmes mobiles et compagnies républicaines de sécurité principalement) et les pompiers équipés de casques et de tenues ignifugées.
Sur les images très impressionnantes qui ont résulté de cette journée de manifestation, on voit notamment un pompier juché sur un véhicule de la police de type canon à eau après avoir enjambé un mur mobile des forces de sécurité.

Les ravages de la mégalocratie, par Maxime Tandonnet

    


 
   
 
Comment en est-on arrivé là? Jamais, depuis 1944, la France n’avait connu un tel désastre au sommet.
 
Tout part de la désintégration de la vie politique. La crise de confiance des Français remonte à quatre décennies environ.
 
A l’origine, elle est liée à l’impuissance publique et la faillite des gouvernants, depuis le début des années 1980, dans sur la lutte contre le chômage et l’insécurité.
Elle s’aggrave par paliers (par exemple la déception de l’élection de Jacques Chirac après 1995).
Elle s’est brutalement accélérée à partir de 2011 avec une série de grands scandales (DSK, Cahuzac).
Elle atteint un premier stade paroxystique lors des présidentielles de 2017 avec le scandale autour de la candidature Fillon, l’explosion des partis politiques.
De ce champ de ruines encore fumantes émerge la présidence Macron.
Dès lors, la vanité d’un individu autoproclamé Jupiter s’impose sur les débris de la vie démocratique: l’intérêt général, le débat d’idées, la joute majorité/opposition, désormais anéantis.
L’Assemblée nationale et le Gouvernement sont réduits au rôle de faire-valoir.

J-P. Garraud signale de vastes détournements de fonds publics au Procureur national financier !

 
 

 
Ajoutée le 6 nov. 2019
 
Petite piqure de rappel!
 
Des consignes de nos dirigeants pour passer les 45 milliards de fraudes aux seules prestations sociales sous silence ?
 
Un SCANDALE D'ÉTAT que je vous invite à relayer massivement !
 
Ecoutez bien les chiffres, après on vous diras qu'il n'y a pas d'argent pour payer les retraites
 
Merci à jpl

« Coronavirus, pénurie de i-bidules, ça va couiner dans les chaumières » L’édito de Charles SANNAT

 

 
Mes chères impertinentes, chers impertinents,
 
Si l’information n’avait pas une cause potentiellement si grave et aux conséquences humaines dramatiques, cela me ferait presque plaisir.
 
Hélas, si certains se retrouvent dépourvus de smartphones et autres i-bidules devant être frottés, dans les prochaines semaines, ce ne sera pas parce que l’humanité dans un effort insensé de réflexion et de sagesse prendrait du recul sur les écrans.
 
Mais plus prosaïquement parce que les mesures de confinement prises en Chine afin de limiter la propagation du virus entraînent actuellement la fermeture de nombreuses usines et les chaînes logistiques vont commencer à rompre et les effets se feront rapidement sentir.
De vous à moi, si vous avez besoin de changer de PC ou de téléphone, faites le vite, car si l’épidémie continue à augmenter et c’est actuellement le cas puisque le pic épidémique est loin d’être atteint pour le moment, les i-bidules vont commencer à se faire rares.
Tout commence avec cette information qui peut sembler anodine mais qui est économiquement très lourde de conséquences.
Je reproduis ici la dépêche officielle.
 
Les congés prolongés pour renforcer le contrôle de l’épidémie
 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-01-27 à 19:45
CHINA-BEIJING-CORONAVIRUS-PUBLIC TRANSPORT-PREVENTION (CN)
(Xinhua/Ren Chao)
« BEIJING, 27 janvier (Xinhua) — La Chine a prolongé les congés du Nouvel An lunaire et reporté l’ouverture du semestre de printemps, tandis que des restrictions de transport ont également été adoptées dans diverses régions afin de mieux contenir la propagation de l’épidémie.
Les congés d’une semaine qui devaient à l’origine se terminer le 30 janvier, ont été prolongés jusqu’au 2 février. Les universités, les écoles primaires et secondaires ainsi que les écoles maternelles de tout le pays reporteront jusqu’à nouvel ordre l’ouverture du semestre de printemps, selon la Direction générale du Conseil des Affaires d’Etat.
Selon le bilan établi dimanche en fin de journée, un total de 2.744 cas confirmés de pneumonie causée par le nouveau coronavirus (2019-nCoV) ont été signalés dans tout le pays, dont 461 dans un état critique, ont annoncé les autorités sanitaires chinoises.
Outre les fermetures temporaires de sites touristiques et de musées, ainsi que les annulations de rassemblements, des restrictions de transport ont été imposées dans diverses régions, car le pays est encore dans sa période de pic des voyages pour la fête du Printemps.
Tianjin, ville portuaire dans le nord de la Chine, et les provinces orientales du Zhejiang et de l’Anhui ont commencé lundi à suspendre les services d’autobus de passagers entre les provinces. Auparavant, la ville de Shanghai et la province du Qinghai avaient déjà interrompu les services d’autobus similaires.
Beijing a également mis en place la détection de la température dans 55 stations de métro, dont les arrêts dans les gares et à l’Aéroport international de la capitale de Beijing. Les voyageurs dont la température corporelle est anormale seront envoyés à l’hôpital.
Les stations de métro et les bus à Beijing ont également renforcé le nettoyage et la désinfection. Toutes les voitures de métro doivent être désinfectées tous les jours. Les entrées et sorties, les escaliers mécaniques, les machines en libre-service, les toilettes et d’autres espaces publics des stations de métro sont désinfectés trois fois par jour.
Tianjin a demandé à tous les chauffeurs de taxi et aux passagers de porter des masques, et aux chauffeurs de taxi de désinfecter les voitures après chaque transport de passager ».
Source agence de presse officielle chinoise ici

Boulevard Macron, voyage au bout de l’enfer





Décidément, plus rien n’est épargné au peuple de France depuis l’élection d’ à la présidence de la République.

Sa dernière sortie en date a de quoi donner des frissons aux patriotes, quand bien même les moins virulents d’entre eux : « Je suis très lucide sur les défis que j’ai devant moi d’un point de vue mémoriel, et qui sont politiques. La guerre d’Algérie est sans doute le plus dramatique. Je le sais depuis ma campagne. Il est là, et je pense qu’il a à peu près le même statut que la Shoah pour Chirac en 1995 », a-t-il affirmé, dans l’avion le ramenant d’ en France, en présence de trois journalistes du Monde, du Figaro et de Radio J, d’après Le Parisien du 25 janvier dernier.

En effet, tout est permis en matière de course à l’échalote mémorielle, depuis cette année 95, avec la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la rafle du Vél’ d’Hiv’.
Et, n’étant plus à une pitrerie près, « Jupiter » ne s’est pas ménagé, lors de sa visite officielle à Jérusalem, pour singer le Jacques Chirac de 96 s’insurgeant contre les agents de sécurité israéliens qui l’empêchaient de saluer chaleureusement les marchands arabes de la vieille ville : à l’entrée de l’église Sainte-Anne (domaine national depuis 1856), le jeune chef d’État s’est mis subitement à apostropher le service d’ordre dans un franglais qui ne lui ressemble guère.
Provocation contre provocation dans une guerre d’images où il s’agit toujours de caresser le monde arabe dans le sens du poil.
Dans une maîtrise sans faille de l’art de la fracture, Macron use et abuse mi-habilement des oppositions initiales entre différents groupes sociaux de l’Hexagone : public contre privé, fonctionnaires contre cadres, manifestants contre commerçants, mais aussi sous-prolétariat contre haute société.
Comme s’il prenait un malin plaisir à mettre de l’huile sophistique sur le feu sociologique.
Pire encore serait, donc, d’en faire de même entre les Juifs et les musulmans.

L’écologie ? Il paraît que c’est aussi la faute aux colonies !





médecins de brousse

« Aux origines coloniales de la crise écologique », titre Le Monde, le 24 janvier.

Tiens, c’est vrai : comment a-t-on pu oublier ce péché-là ?

« J’ai bon dos, je suis la cause de tous les malheurs du monde, j’ai l’habitude… », écrit Frédéric Beigbeder dans Le Roman français.
On ne nous laisse pas souffler.
À peine eu le temps de digérer l’épisode « Shoah » que le gavage reprend : accourez, approchez, venez tous, ne faites pas les timides, il est encore temps de lancer votre petite pierre dans cet immense procès post-mortem de vos aïeuls : le chômage ? Les retraites ? Le coronavirus ? L’interro de conjugaison ratée du petit dernier ? Le cancer de la grand-mère ?
Répétez en chœur après moi : au fond, c’est toujours la faute à la .
Le Monde rapporte que c’est Greta Thunberg elle-même qui a fait le lien, donnant ainsi raison aux chercheurs décoloniaux et une explication au tee-shirt « antifa » qu’elle arbore sur certaine photo traînant sur les réseaux sociaux : « La crise climatique ne concerne pas seulement l’environnement. C’est une crise des droits de l’homme, de la justice et de la volonté politique. Les systèmes d’oppression coloniaux, racistes et patriarcaux l’ont créée et alimentée. Nous devons les démanteler. »
Bref, dénoncer la colonisation, c’est aussi écolo que planter des arbres, et c’est moins fatigant.
« Pour les chercheurs décoloniaux, le dérèglement climatique serait lié à l’histoire esclavagiste et coloniale de la modernité occidentale. Selon eux, le capitalisme s’est structuré sur une économie extractive et des monocultures intensives qui ont détruit la biodiversité. »
Si tout n’était pas mélangé – colonisation, esclavagisme, capitalisme… – dans un grand jyfoustout des détestations d’extrême gauche, on pourrait en effet s’interroger, pourquoi pas, sur les méthodes d’agriculture productivistes qui ont peut-être fait un sort, là-bas comme ailleurs – y compris dans la Creuse ou l’Aveyron, ce qui annihile la thèse du grand complot colonialiste -, à la biodiversité, mais ont, il faut bien le dire, séduit les agriculteurs eux-mêmes par le supplément de rationalité qu’elle leur apportait.

Victoire contre Bernard Arnault: Le Média poursuit les multinationales

 
 


                  
 
Ajoutée le 28 janv. 2020
 
En octobre dernier, nous vous annoncions que le Media TV allait poursuivre en justice des multinationales et des milliardaires français refusant de respecter l’obligation légale de publication de leurs comptes, afin de pouvoir enquêter sur les premiers de cordée du capitalisme.

Grâce aux soutiens des socios et donateurs, nous avons pu lancer ces procédures en escadrille, tel que nous nous y étions engagés. Un immense merci à eux !

Et pour ce troisième point d'étape sur cette procédure, nous avons de bonnes nouvelles. Notre première action au tribunal de commerce a porté ses fruits. Nous avons réussi à obtenir de la première fortune mondiale, propriétaire de LVMH et co-propriétaire de Carrefour, qu’elle publie les comptes de sa maison mère. M. Arnault, qui dissimulait obstinément ses comptes depuis neuf ans.

mardi 28 janvier 2020

Moment rare de débat politique arbitré par une vraie journaliste


Braquages, séquestration et viol : l’équipée sauvages de deux jeunes racailles jugée aux assises du Val-d’Oise

 
 

 

 Ylies G., 22 ans, et Nordine D., 24 ans sont dans le box des accusés, jugés par la cour d’assises du Val-d’Oise pour une équipée sauvage en mars 2017 qui a profondément marqué les victimes. Le troisième, Brahim A est en cavale en Algérie.
 
Ils avaient en quelques heures braqué un automobiliste, puis un bar-tabac et pour finir toute une famille qu'ils avaient séquestrée, arme à la main, l'un d'entre eux violant à cette occasion une mère de famille : l'équipée sauvage de jeunes racailles d'Argenteuil en mars 2017 est jugée depuis lundi après-midi devant la cour d'assises du Val-d'Oise.
Pendant deux semaines, le procès va examiner les faits et les conséquences pour toutes les victimes : le barman du bar-tabac n'a jamais retrouvé le sommeil. La mère de famille survit tout juste.
 
« C'était un peu Orange mécanique »
 
« C'était un peu Orange mécanique et le traumatisme est immense », confie Me Frédéric Zajac, l'avocat de la famille séquestrée, qui évoque une mère de famille de 44 ans qui a perdu pied, qui s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité, et raconte ses difficultés conduisant à la perte de la garde de ses enfants et à un déménagement.
Face aux victimes, dans le box des accusés de la cour d'assises du Val-d'Oise, ils ne sont que deux parmi les quatre auteurs des violences.
L'adolescent, qui était mineur au moment des faits, sera jugé plus tard par le tribunal pour enfant. Quant à l'auteur principal, Brahim A., accusé d'être le leader de cette équipe et qui est accusé du viol en plus des braquages et de la séquestration, il s'est enfui en Algérie.
 
Ils volent une voiture
Les deux accusés présents, Ylies G., 22 ans, et Nordine D., 24 ans, doivent répondre de vols avec arme, violences avec arme, séquestration, notamment de mineurs de 15 ans.

Les pompiers matraqués par la police le 28 Janvier


Municipales à Paris : l’équation Villani va-t-elle régler son compte à LREM ? – Journal du mardi 28 janvier 2020

 
 




Municipales à Paris : l’équation Villani va-t-elle régler son compte à LREM ?

La République en Marche à la peine dans la Capitale.
Le mathématicien dissident Cédric Villani n’en démord pas et ce n’est pas Emmanuel Macron qui le fera changer d’avis : il livrera bataille jusqu’au bout, quitte à diviser l’opposition face à Anne Hidalgo.

Chômage : une embellie trompeuse
Pour la première fois depuis 2008, la courbe du chômage a baissé de plus de 3% en 2019.
Malgré ce bilan encourageant, le tableau est trompeur alors que tout est fait pour améliorer les statistiques.

Irak : la poudrière du Proche Orient
L’escalade de violence se poursuit en Irak.
Devenu le terrain d’affrontement irano-étasunien, le pays voit se multiplier les manifestations d’hostilité vis à vis de Washington, de Téhéran mais aussi à l’égard du pouvoir en place.

L’actualité en bref