jeudi 2 avril 2020

Il vaut mieux que ce ne soit pas une vraie guerre


Ne dites pas que ce gouvernement d'incapables ne fait rien pour lutter contre le Covid-19



Pas de masques, pas de blouses, pas de charlottes, pas de respirateurs, mais une morgue géante.
Quand on croit toucher le fond, ils creusent encore

La guerre des masques fait rage



   Fabrication de masques dans un magasin Armor-Lux (photo d’illustration).

Ouest-France Fabien CAZENAVE. Publié le

Coronavirus. La saisie de 4 millions de masques à Lyon par la France énerve la Suède

La société Mölnlycke a fait transiter par la France des masques qu’elle comptait rediriger en partie vers l’Espagne et l’Italie. 
Mais au nom de la réquisition des stocks de matériels médicaux en France pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, ces masques ont été saisis le 5 mars dernier.

L’affaire tombe mal en pleine épidémie du Covid-19 en Europe.
La France a réquisitionné le 5 mars un stock de quatre millions de masques appartenant à une entreprise suédoise, révèle L’Express mercredi 1er avril 2020.

Or, la moitié de ces masques devait être redirigée ensuite vers l’Espagne et l’Italie, pays durement touchés par la propagation du coronavirus.

Réquisition d’office

Les actions américaines « s’effondrent » car les investisseurs anticipent un arrêt plus long de l’économie…



 

par | 2 Avr 2020 |  


Pour Bloomberg, car ce titre n’est pas de moi, mais de la très américaine et très « optimiste » agence de presse Bloomberg, les actions américaines s’effondrent au deuxième trimestre. 

Hausse des obligations.

« Les actions américaines ont entamé le deuxième trimestre avec de lourdes pertes, les investisseurs se préparant à un arrêt économique plus long qui devrait dévaster les bénéfices et les dividendes des entreprises. Le dollar a augmenté avec les bons du Trésor.
Le S&P 500 est tombé pour la troisième fois en quatre jours, le sentiment aigri après que le président Donald Trump a mis en garde contre une période « douloureuse » de la pandémie.
Un rapport sur les salaires privés a montré moins de pertes d’emplois que prévu, mais il n’a mesuré que le 12 mars.
Les données d’usine ont confirmé une contraction en mars, tandis que le rapport sur les emplois de vendredi devrait révéler une perte de 100 000 postes.
Les actions américaines ont connu le pire trimestre depuis 2008, la pandémie ayant fermé de vastes pans de l’économie.
Les pertes du record de février du S&P 500 ont atteint 34 % avant qu’un plan de dépenses gouvernementales sans précédent n’ait déclenché une remontée furieuse de 18 % sur trois jours. Depuis lors, l’indice est en baisse de près de 5 %, car les signes indiquent que le ralentissement sera plus long que prévu.
« Vous avez assisté à un rebond assez marqué du marché baissier, ce qui se produit généralement, et vous êtes maintenant confronté à de mauvaises nouvelles », a déclaré Aaron Clark, gestionnaire de portefeuille chez GW&K Investment Management, qui possède environ 42 milliards de dollars d’actifs.
« De toute évidence, les nouvelles vont être horribles, que ce soit à partir de nouveaux cas ou de l’actualité économique, les bénéfices cratéreront longtemps. »

Pour qui sonne le glas ? Maintenant, les USA…






 
Assommé par une réalité qu’il ne peut plus esquiver désormais, le président Trump a tenu sa conférence de presse, ce lundi, avec une sobriété qu’on ne lui connaissait pas.

Depuis trois semaines, maintenant, on répète chez nous ce slogan à longueur d’antenne : « Sauvez des vies, restez chez vous ! »

Après avoir longtemps nié la réalité de la pandémie, parlant d’un « virus étranger, entretenu par les médias et les démocrates », Donald Trump l’a repris à sa façon.
Prédisant désormais 100.000 à 200.000 morts, il a annoncé que les deux semaines à venir seraient terribles.
Tout est démesuré, de ce côté-là de l’Atlantique, et sans doute l’hécatombe le sera-t-elle aussi, cela pour des raisons qui tiennent essentiellement au système de couverture sociale et de santé.
Plus exactement à son absence pour des millions de gens, travailleurs pauvres qui cumulaient parfois deux ou trois emplois et sont venus grossir les rangs des chômeurs ces derniers jours et, donc, perdre leur assurance quand, par miracle, ils en avaient une.
Le chômage partiel n’existe pas aux USA et les entreprises contraintes de fermer leurs portes ont mis leur personnel sur le trottoir.
On a donc recensé, la semaine passée, 3,3 millions d’inscriptions au chômage, chiffre minoré, sachant que « les lignes téléphoniques se sont bloquées et les sites Internet effondrés lorsque les gens se sont inscrits », expliquent les services concernés.
Donald Trump s’est voulu, malgré tout, rassurant : « Nous mettons en place l’effort le plus agressif et le plus complet de l’histoire moderne face à un virus étranger. »
C’est possible.
Reste à savoir pour qui œuvrent les meilleurs médecins en question, surtout qui va pouvoir bénéficier de leur science.
On ne le sait pas ou on ne veut pas le savoir, mais l’état sanitaire des Américains est tout sauf enviable.

Le scandale des masques !







À l’heure où on nous claironne qu’un gigantesque pont aérien est mis en place entre la France et la Chine pour approvisionner en masques, on apprend que jusqu’en 2018 existait, en France, une fort belle usine capable de fabriquer des masques en quantité… industrielle : 200 millions pour l’épidémie de H1N1, en 2009, par exemple. 

C’est même dans cette usine que le désormais fameux masque FFP2 pliable a été mis au point.

Cette usine se trouvait en Bretagne, près de Saint-Brieuc, à Plaintel.
Elle appartenait au groupe américain Honeywell et elle était, paraît-il, rentable. Ironie de l’histoire, elle exportait ses masques au Japon, en Corée, aux États-Unis.
Seulement voilà, l’estimant insuffisamment rentable, les Américains on décidé de la fermer en 2018. La fermer, pas la déménager, puisque les huit machines ont été impitoyablement broyées à la déchetterie voisine.
Honeywell n’en était pas à son « coup d’essai » puisque ce groupe avait déjà fermé son usine de Condé-sur-Noireau (323 salariés licenciés), alors 38 de plus ou de moins…
Pour mémoire, quand Honeywell avait racheté l’usine en 2010, elle comptait 400 salariés.
Une belle histoire d’investissement direct étranger dans ce beau pays de France, si attractif.
L’affaire serait d’une affligeante banalité s’il ne s’agissait pas d’un secteur d’activité aussi stratégique sanitairement parlant.
Ainsi donc, on pallie ce massacre industriel en commandant des masques à la Chine.
C’est Geodis qui s’est vue attribuer ce fort juteux marché de transport aérien : des navettes Shanghai/Paris pendant quatorze semaines à raison de deux voyages par semaine.
Geodis appartient au groupe SNCF.
Mais là aussi, il y a un hic !
La France ne dispose pas des avions-cargos nécessaires pour de tels tonnages.
C’est un problème bien connu dans l’armée française, mais c’est « une autre histoire ».
Alors il est fait appel à l’Antonov 124, le monstre de construction russe habituellement utilisé par l’armée française.
Seules deux entreprises possèdent de tels appareils : une société ukrainienne et une société russe !
Encore un bel exemple d’indépendance nationale.

mercredi 1 avril 2020

No-go zones, confinement, laxisme




Vers l’insurrection dans les banlieues ? Confidences de policiers et éducateurs des territoires perdus du confinement

Tirs de mortiers, émeutes, trafics... Depuis le début de la ‘‘guerre sanitaire’’, la délinquance gangrène quelques bataillons des quartiers dits-populaires.

Sous les feux croisés de l’ordre et de l’apaisement, certains agents de l’Etat craignent un scénario proche des événements de 2005.
Educateurs spécialisés et policiers décrivent le climat dans les ‘‘quartiers’’.
« De toute la politique, il n'y a qu'une chose que je comprenne, c'est l'émeute », disait Flaubert.
Un siècle et demi plus tard, les mots du célèbre écrivain résonnent encore avec une acuité particulière dans tout l’Hexagone.
Depuis maintenant deux ans, les manifestations des Gilets jaunes et les grèves contre la réforme des retraites ont assurément signé le retour définitif de la violence politique.
Jusqu'alors, les banlieues étaient les grandes absentes de ce ré-ensauvagement de la rue.
Aujourd’hui, alors que la France s’embourbe dans le confinement, la poudrière des “quartiers” pourraient bel et bien exploser...
C’est en tout cas une éventualité qui semble effrayer les autorités.
Le 26 mars dans Marianne, l’ancien préfet et spécialiste des banlieues Michel Aubouin délivrait un témoignage glaçant : « Quand on connaît la situation de ces territoires, il paraît évident que le confinement les met particulièrement en tension et que l’on peut redouter une explosion ».
En conséquence, la semaine dernière, les patrouilles de police dans les banlieues ont reçu comme consigne d’agir avec « discernement ».
Certes, le contenu de cet ordre peut de prime abord laisser songeur.
Pourtant, le message est clair : craignant des débordements sans précédent, les autorités s’en remettent à l’adage du président Jacques Chirac, « il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu ».

Masques chinois?




Un message personnel à tous nos ministres : Taisez-vous !




Via fabie

JT – Coronavirus : le point d’actualité – Journal du mercredi 1er avril 2020





Chaque jour, TVLibertés fait le point sur l’épidémie de Coronavirus en France, en Europe et dans le monde… sans psychose, ni tabou !

Coronavirus : c’est la France qu’on assassine !


 https://www.challenges.fr/assets/img/2020/03/03/cover-r4x3w1000-5e60a0bca0a69-000-1pk6u7.jpg

Milliere Guy
Posté le mars 31
 
C’est bien peu dire que je trouve la situation de la France en ces temps de pandémie absolument révoltante.

Je dois affirmer, une fois de plus, que ce pauvre pays n’a jamais eu un Président aussi nul et aussi consternant, et a rarement eu un gouvernement aussi incompétent.

Et, dans une période telle que la période actuelle, les conséquences sont catastrophiques.
On voit chaque jour l’état d’impréparation du système de santé français, et les conséquences des coupes sombres faites dans le budget des hôpitaux.
On voit chaque jour aussi les effets de décisions ineptes qui n’ont cessé de se succéder.
Les médecins manquent de masques de protection.
Et des médecins tombent malades et meurent.
Des membres du personnel soignant sont dans le même cas.
Les lits médicalisés et les respirateurs sont en nombre insuffisant et, alors même que le pic de la pandémie n’est pas atteint, un tri des malades a commencé à se faire, et des gens qui auraient pu survivre s’il y avait des lits médicalisés et des respirateurs en nombre suffisant sont abandonnés à la mort.
Les tests restent très largement absents.
Et le confinement généralisé de la population, dans un contexte où il n’y a pas assez de tests, fait que les lieux de confinement sont des lieux de contagion, où des gens porteurs du coronavirus coexistent en situation de promiscuité avec des gens qui n’étaient pas porteurs du coronavirus et qui deviennent à leur tour porteurs.
C’est ce qui s’est passé en Italie et en Espagne, mais nul au gouvernement n’a tiré la moindre leçon des tragédies italiennes et espagnoles.
Les discours prononcés chaque jour par le professeur de médecine de service sont emplis de mensonges, et les seuls éléments vrais que ces discours contiennent sont les chiffres qui sont donnés.
Des phrases ont dit plusieurs fois qu’il y aurait des masques.
Elles étaient fausses.
Des phrases ont dit que tester l’essentiel de la population ne serait pas la bonne solution.
Ces phrases étaient fausses, elles aussi.
Des phrases ont dit que le confinement généralisé permettait d’éviter la contagion.
C’était, et cela reste faux.

Sérieux? mais enfin, de quelle planète viennent ces clowns qui nous dirigent?


Coronavirus : Idriss Aberkane dénonce BFM TV et ses liens avec Big Pharma



Coronavirus - Idriss Aberkane dénonce BFM TV et ses liens avec Big Pharma


Dans un message adressé sur Facebook, Idriss Aberkane dénonce la partialité avec laquelle BFM TV traite le professeur Didier Raoult qui a révélé le traitement à la Chloroquine pour soigner les malades du Coronavirus Covid-19. 

L’essayiste se demande pourquoi…
« Vous vous demandez pourquoi BFMTV tabasse Raoult matin et soir? Peut-être est-ce en partie parce qu’Altice (BFM) et Gilead, la labo qui a tout à perdre si le protocole Raoult est efficace, ont une grande part d’actionnaires en commun… »
Idriss Aberkane poste une image comparée des actionnaires du Groupe Altice, propriétaire de la chaîne BFM TV et des actionnaires de Gilead Sciences, un géant pharmaceutique qui aurait les droits exclusifs sur des médicaments actuellement testés contre le Coronavirus Covid-19 destinés à la population américaine.
Le tableau comparatif posté par Idriss Aberkane montre que Altice et Gilead Sciences ont notamment pour actionnaires communs Capital Research Management et The Vanguard Group qui sont deux des plus gros fonds de pension au monde.


Aucune description de photo disponible.

 Aucune description de photo disponible.

Un remède « simple et qui ne coûte rien »

En février, alNas avait publié un article sur ce remède miracle révélé par des chercheurs chinois et confirmé par le professeur Raoult.

Une usine française capable de produire 100 millions de masques par an a été fermée en 2018



Une usine française capable de produire 100 millions de masques par an a été fermée en 2018

© Eric Gaillard Source: Reuters Infirmière portant un masque FFP2 en France. Image d'illustration.
31 mars 2020, 17:50

  Le manque de masques engendré par le coronavirus a mis à jour les vices de l'internationalisation de la production industrielle dans l'hexagone où a resurgi le souvenir d'une usine bretonne capable de produire 100 millions de masques par an en 2018. 

Alors que la polémique sur l'impréparation du gouvernement devant la crise du Covid-19 se poursuit, l'histoire d'une usine bretonne de confection de masques fermée en 2018 est remontée à la surface, symbole de la désindustrialisation française.
Situé à Plaintel, près de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), l'usine Spérian, rachetée en 2010 par l'américain Honeywell, pouvait, avant sa fermeture définitive en octobre 2018, produire 100 millions de masques par an sur des machines fabriquant 4 000 masques à l’heure.
 «Les sections syndicales CGT et CFDT de l’usine de Plaintel avaient à l’époque, lancé un cri d’alarme pour empêcher la fermeture du site et la destruction de leur outil de production [...]
Elles s’étaient même adressées au Président de la République Emmanuel Macron et au Ministre de l’Economie Bruno Le Maire.
Mais ces derniers ce sont contentés d’accuser réception de leurs courriers mais se sont bien gardés d’intervenir», a dénoncé le 26 mars un communiqué de Solidaires Côtes-d'Armor sur Facebook.

 L’image contient peut-être : texte

L’alerte de l’ONU sur un monde menacé de pénurie alimentaire. Bruno le Maire vous avertira… ou pas !




par | 1 Avr 2020 |

Alors que notre Bruno le Maire national nous disait, avec la certitude de celui qui distribue les masques pendant les pandémies, qu’il n’y avait pas de pénurie et que bien évidemment s’il y en avait une, il nous le dirait… un peu comme les masques en fait, vous savez ces masques qui sont tellement livrés chaque jour à tout le monde, qui sont tellement destockés que tous ceux qui en ont le plus besoin croulent sous les colis et les paquets…

Bref, pas de pénurie pour Bruno.

Quant à l’ONU, pas de pénurie non plus, mais un risque de pénurie alimentaire.
Mon petit doigt et mon système ultra sophistiqué utlisant pour moitié un appareil de la plus haute technicité et appelé louchomètre, ainsi qu’un pifomètre pour l’autre moitié m’indique sans hésiter, que la seule pénurie qui n’aura pas lieu est celle du pétrole car avec l’effondrement de la croissance il y a effondrement de la demande d’énergie et donc les prix du pétrole baissent et le pétrole est très abondant.
La pénurie de pétrole est la seule pénurie dont personne ne vous parle.
C’est un véritable signal faible.
Les pénuries seront là où on vous dira qu’elles ne seront pas, et absente de là où personne ne vous dit qu’elle ne seront pas.
Je sais.
C’est tordu.
Mais ce monde est tordu.
Dirigé par des tordus.
Adieu monde.

Charles SANNAT

Le monde menacé de pénurie alimentaire, alerte l’Onu
« Sans prendre de mesures urgentes pour protéger les petits exploitants et maintenir les chaînes d’approvisionnement mondiales, la planète risque une crise alimentaire, prévient l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.
Le monde pourrait être confronté à une pénurie alimentaire si des mesures ne sont pas prises rapidement en faveur des plus vulnérables et pour préserver les chaînes d’approvisionnement mondiales, affirme l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
Pour l’instant, les perturbations sont minimes car l’approvisionnement alimentaire a été suffisant et les marchés sont restés stables, rassure la FAO sur son site tout en reconnaissant l’existence de difficultés au niveau logistique.
La FAO estime que la pandémie de coronavirus menace les liens économiques en place, notamment le transfert de la main-d’oeuvre là où elle est nécessaire, vers les fermes et d’autres exploitations agricoles.
Des perturbations attendues dès le mois d’avril
Étant donné que des perturbations dans la filière alimentaire sont attendues dès le mois d’avril ou de mai, les gouvernements doivent dès à présent prendre des mesures pour prévenir l’aggravation de la crise et faciliter la logistique pour les acteurs du marché et l’accès aux semences et aux aliments pour le bétail.
Ne pas répéter les erreurs de la crise alimentaire de 2007-2008
Les conclusions de la FAO sont cependant rassurantes.
«Mais le moment n’est pas à la panique. Au niveau mondial, il y a assez de nourriture pour tout le monde. Les décideurs politiques du monde entier doivent veiller à ne pas répéter les erreurs commises lors de la crise alimentaire de 2007-2008 et à ne pas transformer cette crise sanitaire en une crise alimentaire tout à fait évitable», affirme l’organisation ».

Source agence de presse russe Sputnik.com ici

Coronavirus : ce que j’ai envie de dire au Premier ministre




Monsieur le Premier Ministre,

Au début de la crise, vous auriez pu vous adresser à nous en nous disant, par exemple :

« Mes chers compatriotes,
Nous n’avons pas de masques à vous proposer, pour des raisons que nous éclaircirons plus tard.
Mais il y a urgence.
Les entreprises françaises peuvent au maximum fabriquer 8 millions de masques par semaine, et les besoins minima atteignent 24 millions par semaine pour les seules personnes les plus exposées, des centaines de millions si nous voulons que tout le monde soit équipé.
Une des qualités reconnues des Français est la débrouillardise.
Nous avons besoin de vous tous, nous avons besoin que tous ceux qui sont équipés d’une machine à coudre, que tous ceux qui ont des vieux tee-shirts, du fil, une aiguille, un bout d’élastique se fabriquent des masques, en fabriquent pour eux, pour leur proches, pour les soignants, pour les pompiers, pour tous ceux qui sont en première ligne.
Si les cinquante millions de Français en âge de couper et coudre s’y mettent, vous pouvez en fabriquer des dizaines de millions par semaine, et nous pourrons être tous équipés.
Grâce à vous, mes chers compatriotes, nous allons gagner la bataille. Vive la France ! »

Coronavirus - Covid-19 Docteur Stephane Résimont - "J'accuse"




 28 mars 2020
 Une autre santé

 Dans cette vidéo le docteur Stéphane Résimont nous livre son point de vue sur la gestion de cette pandémie.


Un mis en examen pour diriger une commission d'enquête


Coronavirus : 33 hôpitaux français lancent une étude sur la chloroquine



 Une boite de Plaquenil, dérivé de la chloroquine

Nommée Hyvocovid, une étude menée conjointement par 33 hôpitaux français promet de mettre fin au débat sur la chloroquine en apportant des résultats scientifiques fondés.

Une vaste étude pour "clore le débat sur la chloroquine".

Lors d'un point presse, ce mardi 31 mars, le CHU d'Angers a annoncé lancer une étude avec 32 autres hôpitaux français (principalement dans l'Ouest de la France et en région parisienne) pour mesurer les effets de l'hydroxychloroquine sur le coronavirus.
La chloroquine est au coeur des débats depuis que le professeur Didier Raoult a publié une étude sur la molécule et a affirmé qu'elle était efficace contre le Covid-19, permettant de faire disparaître les symptômes du virus en quelques jours
Une étude controversée dans le milieu scientifique, certains estimant que les conditions ne sont pas réunies pour que l'étude du Professeur Raoult soit validée. 
Nommée Hycovid, l'étude permettra ainsi de savoir avec certitude si la chloroquine est réellement efficace pour combattre le Covid-19. 
"Cette étude sera réalisée dans des conditions qui ne laisseront pas de place au doute", a affirmé le professeur et médecin infectiologue Vincent Dubée, qui porte le projet. 

Résultat dans quelques semaines


L'étude va être menée sur 1.300 patients volontaires de plus de 75 ans qui n'ont pas besoin d'une aide respiratoire. L'objectif est de tester en double et en aveugle les effets de la chloroquine avec un placebo adéquat pour faire un comparatif.
Les frais de l'étude s'élèvent à 850.000 euros.
Le CHU d'Angers a avancé 600.000 euros, le reste a été complété par les autres hôpitaux.  
Un appel aux dons a également été lancé par le CHU sur mecenat@chu-angers.fr.
Les résultats de cette étude devraient être connus dans "quelques semaines".

rtl.fr/actu

mardi 31 mars 2020

Défaillance de l’État Macron : les responsables seront jugés.




 

 
L’invraisemblable démonstration de gabegie, d’incompétence et d’amateurisme donnée par Emmanuel Macron et l’appareil d’État qu’il devrait diriger en dit long sur la responsabilité de ceux qui ont organisé son arrivée au pouvoir par effraction en 2017.

De cela aussi il faudra faire les comptes.

Mais pour l’instant il s’agit d’affronter dans les moins mauvaises conditions le défi de la catastrophe sanitaire.
Incontestablement le peuple français a trouvé des ressources en son sein pour que ceux qui sont indispensables soient malgré les risques à leur poste.
« Nous sommes en guerre » nous a martelé celui qui se prend pour Clémenceau et joue les présidents thaumaturges, on lui répondra qu’à la guerre, on juge les généraux incompétents et parfois on les fusille.
Et cela, présidents ministre fonctionnaires le savent bien, et manifestement appréhendent l’heure des comptes.
Ils savent l’état déplorable du système hospitalier français dont ils sont les principaux responsables, le scandale des masques, des tests, la pénurie de matériel, les mensonges, le criminel premier tour des municipales, les invites Macronienne à aller au théâtre etc. etc, n’en jetez plus !
Malgré cela, Emmanuel Macron qui se croit toujours au cours de théâtre joue « les pères de la nation » et délègue Édouard Philippe au colmatage, qui ose proclamer : « je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur la prise de décision s’agissant du confinement ».
Eh bien Monsieur le Premier ministre on ne va pas gêner !

Labos et lobbying




Le lobbying pharmaceutique représenterait 14 millions de liens d'intérêt avec divers professionnels de santé


En partenariat avec le projet EurosForDocs, Basta Mag dévoile un outil permettant d’y voir plus clair sur les liens d’intérêts entre laboratoires pharmaceutiques, médecins et politiques


13 novembre 2018
franceculture

Les laboratoires pharmaceutiques ont, semble-t-il, réussi à tisser en France 14 millions de liens d'intérêts avec divers professionnels de santé. 

Ils ont, pour cela, dépensé trois milliards et demi d'euros depuis 2012. Cadeaux, nuits d’hôtel, formations : une vaste étude journalistique le dévoile.

Quand un travail d'enquête permet de découvrir l'ampleur du lobbying effectué par les laboratoires pharmaceutiques en France. 
Voici ce qu'on pourrait appeler les "Pharma Papers", dont les premiers éléments sortent ce mardi. 
Il s'agit d'une série d'articles préparés par le site Basta Mag, l'Observatoire des multinationales et la base de données EurosForDocs. 
Ils se sont intéressés à des bases de données - parfois existantes - qui montrent à quel point l'industrie du médicament inonde à la fois certains professionnels de santé et certains décideurs politique. 
Les journalistes ont épluché un site déjà existant, celui de Transparence-Santé, hébergé par le Ministère de la santé, qui recense théoriquement tous les "cadeaux" octroyés par les laboratoires aux professionnels.

Monsieur le Professeur


 EXCLUSIF Coronavirus : Didier Raoult claque la porte du Conseil ...

Afin de calmer les parasites, mange merde, qui gravitent entre salons et plateaux télés parisiens en donnant partout leur avis qui n’intéresse personne dont on attend qu'une seule chose, leur nécro

Professeur Didier Raoult 

Prix et récompenses

Décorations


    Pour ceux qui voudraient en savoir plus: wikipedia
     
Oui Raoult est une star dans son domaine que ça vous plaise ou non et vous autres politocards, ministricules, journalopes, suce- boules, parasites en tous genres vous n'arriverez jamais à la hauteur de la semelles de ces chaussures!

JT – Coronavirus : le point d’actualité – Journal du mardi 31 mars 2020





Chaque jour, TVLibertés fait le point sur l’épidémie de Coronavirus en France, en Europe et dans le monde… sans psychose, ni tabou !

Chloroquine or not ? Loin des salons feutrés où la médecine se chuchote un verre de champagne à la main


 ربما تحتوي الصورة على: ‏نص مفاده '‏‎be, or not to be for Raoult ?‎‏'‏

 " Dame Chloroqine " posté par le médecin-colonel, en retraite, Jean Pierre Dutartre,... (Un ancien de la Coloniale).


Par Philippe Paux, médecin militaire :

"Chloroquine, je t'aime moi non plus…."

J'ai une longue histoire d’amour et de haine avec la Chloroquine. 
Elle débute dans les années 1981, sur les bancs de l’Institut de Médecine Tropicale du Service des Armées, le Pharo à Marseille. 
Cet institut est pour moi le parangon des écoles de formation à l’exercice de la médecine tropicale. Pendant un an, c’est le dur apprentissage de toutes les maladies exotiques, les soins de santé primaire, l’épidémiologie, la chirurgie d’urgence, la chirurgie de la lèpre, avec à l’issue un concours très sélectif.
Le paludisme est l'un des sujets les plus étudiés, il est vrai, que la maladie est bien connue dans cette école de santé militaire, le découvreur du parasite et prix Nobel étant l'illustre médecin militaire Alphonse Laveran.
Très indiscipliné, un peu blagueur, j’étais dans le collimateur d’un des professeurs de médecine tropicale et bien sûr le jour du grand oral, il m’interroge sur un sujet tortueux et improbable. 

Je m’en souviens encore, car ma note injuste et vengeresse de 5 sur 20 m’avait profondément humilié. 
"Action protéolytique de la Chloroquine au niveau intra-érythrocytaire sur plasmodium falciparum" – excusez du peu. 
Ma carrière de médecin tropicaliste commençait à peine et la chloroquine m'avait déjà fait mal.
C'est lors d'une mission en tant que médecin du fleuve Maroni en Guyane que je rencontre pour la première fois Dame Chloroquine. 

Notre rencontre fut catastrophique, non pas sur le plan physique, car finalement d'un aspect classique, un peu pâle peut-être et à la rondeur maigrichonne, mais alors son goût, quelle merde !
C'est une expérience inoubliable d'avoir en bouche, Dame Chloroquine , tant son goût est immonde, certainement le plus horrible que j’ai eu la malchance de rencontrer, son amertume caustique et sa saveur acerbe mériteraient le déclassement immédiat des trois étoiles de notre ami Goujon à Fontjoncouse et la prison pour attentat à la saveur. 

J'ai mis plusieurs années à comprendre pourquoi, cette saveur immonde, poacre et nauséeuse faisait fuir le commun des mortels : empêcher son absorption en plus grande quantité, car Dame Chloroquine tue et assassine quand elle est avalée en excès.

Coronavirus : point d’actualité, présentation de l’Etat Major





IHU Méditerranée-Infection

Ajoutée le 31 mars 2020
Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents !
Pr Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

Via fabie

L'Occident doit se Réveiller Face à la Duplicité de la Chine


  • Dans un article de Xinhua, agence de presse du Parti communiste chinois, Pékin a menacé de suspendre les exportations de produits pharmaceutiques afin « de plonger [l'Amérique] dans la puissante mer du coronavirus ... » - Yanzhong Huang, expert des questions de santé, Council on Foreign Relations, Twitter, 4 mars 2020.
  • « Derrière ses déclarations de solidarité, la Chine projette de racheter nos entreprises en difficulté et nos infrastructures » - Bild, 19 mars 2020.
  • L'Italie, pays durement touché par la pandémie originaire de Chine, est devenu le centre d'une campagne stratégique de propagande chinoise. Pékin a envoyé des médecins et des fournitures en Italie et fait de même dans toute l'Europe. En Italie, vous pouvez voir des affiches disant : « Allez, la Chine ! » La Chine essaie d'acheter notre silence et notre complicité. Malheureusement, cela marche.
  • La Chine n'est en réalité « solidaire » de personne. Pékin cherche à se constituer une image de sauveur de la planète. Mais au début de la pandémie, Pékin se moquait bien de la vie de son propre peuple : il était occupé à censurer l'information.
Le Parti communiste chinois est la « principale menace de notre temps », a déclaré de façon très avisée, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo en janvier.
À cette époque, le coronavirus se propageait en Chine et hors de Chine et le Parti communiste s'employait à dissimuler l'épidémie donnant ainsi raison à Pompeo.
« Cette dissimulation, la désinformation continue organisée par le Parti communiste chinois, prive le monde des informations qui lui sont nécessaires pour empêcher l'apparition de nouveaux cas où le retour de quelque chose d'approchant », a ajouté Pompeo cette semaine. .
Si la Chine avait réagi à l'épidémie trois semaines plus tôt, les cas de coronavirus auraient pu être réduits de 95%, indique une étude de l'Université de Southampton.
Or au cours de ces trois semaines, la Chine ne s'est agitée que dans une seule direction : dissimuler la vérité.
Selon Steve Tsang, directeur de l'Institut SOAS China de l'Université de Londres, « la dissimulation organisée par le Parti communiste durant les deux premiers mois environ a été au fondement d'une pandémie mondiale ».

L'instrumentalisation de la crise des réfugiés par le néo-sultan/calife ottoman R . T. Erdogan.




Alexandre Del Valle

  Del Valle explique ici la stratégie machiavélique mais habile du néo-calife Erdogan qui a parfaitement compris que les "deals" à la dure et le chantage fonctionnent bien avec les Européens culpabilisés et néo-munichois...



L'ex-chef de la gendarmerie qui avait promu Benalla réembauché par Edouard Philippe

 
EF050642-43C1-457F-AE7C-C07A81438708
 
Photo policeetrealites
 
sputniknews  France
 
Le général Richard Lizurey aidera le gouvernement dans la gestion de la crise du coronavirus, relate Le Monde.

Le Premier ministre a fait appel à cet ancien patron de la gendarmerie qui avait octroyé à Alexandre Benalla le grade de lieutenant-colonel.
Édouard Philippe a chargé le général Richard Lizurey, ancien directeur général de la Gendarmerie nationale entre 2016 et 2019, d’évaluer l’organisation interministérielle de la gestion de crise du Covid-19, rapporte Le Monde.
Un personnage loin d’être inconnu du grand public.
En juillet 2018, alors qu’il est DG de la Gendarmerie nationale, M.Lizurey doit justifier devant la commission d’enquête du Sénat sa décision d’octroyer à Alexandre Benalla, ancien conseiller d’Emmanuel Macron, le grade de lieutenant-colonel spécialiste de la réserve opérationnelle dans la gendarmerie.
 
Installé à Matignon
 
Selon les informations recueillies par le quotidien, le général dispose depuis près d’une semaine d’un bureau à Matignon.
«Il nous aide à avoir un regard extérieur sur le fonctionnement des cellules de crise, une forme de contrôle-qualité de nos décisions», confirme un proche du Premier ministre.

Des urnes funéraires par milliers: Pékin a-t-il menti?



 https://img.aws.la-croix.com/2020/02/13/1201078151/unite-specialisee-hopital-Wuhan-6-fevier_0_729_486.jpg

20min.ch

La Chine a-t-elle volontairement minimisé le nombre de victimes du coronavirus? Les longues files d'attente devant les maisons funéraires et les acheminements massifs d'urnes sèment le trouble.



Les doutes, et la polémique qui les accompagnent, sont en train de prendre de l'ampleur. 
La Chine a-t-elle volontairement minimisé le nombre de personnes ayant succombé au coronavirus dans le pays? Épicentre de la crise sanitaire, la province de Wuhan déplore officiellement 3186 décès, et il y en a 3304 au total dans toute la Chine. 
Des chiffres déjà largement dépassés en Italie et en Espagne, où le nombre de morts s'élevait lundi matin à respectivement 10'779 et 7340 morts.
Alors que les restrictions liées au confinement ont commencé à être levées ces derniers jours à Wuhan, de nombreuses interrogations portent sur le réel nombre de décès liés au Covid-19, écrit «Le Parisien»
Et des images publiées par un média économique chinois sèment le trouble. 
Ces photos montrent des files d'attente pouvant s'étendre jusqu'à 200 mètres devant des chambres funéraires de la ville. 
Les familles de ceux qui ont succombé au virus dans cette ville ont été autorisées à récupérer leurs cendres à partir de cette semaine. 
«Certaines familles ont déclaré qu'elles avaient été obligées d'attendre plusieurs heures pour les récupérer», écrit «Le Soir».
 

"Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie..." : Annie Ernaux (audio)



"Monsieur le Président, je vous écris une lettre..." 

"Monsieur le Président, je vous écris une lettre..." © Getty / AnthiaCumming

Annie Ernaux est écrivain. Elle vit à Cergy, en région parisienne.
Son oeuvre oscille entre l'autobiographie et la sociologie, l'intime et le collectif.

Dans cette lettre adressée à Emmanuel Macron, elle interroge la rhétorique martiale du Président.




 
Cergy, le 30 mars 2020


Monsieur le Président,
« Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps ».
À vous qui êtes féru de littérature, cette entrée en matière évoque sans doute quelque chose.
C’est le début de la chanson de Boris Vian Le déserteur, écrite en 1954, entre la guerre d’Indochine et celle d’Algérie.
Aujourd’hui, quoique vous le proclamiez, nous ne sommes pas en guerre, l’ennemi ici n’est pas humain, pas notre semblable, il n’a ni pensée ni volonté de nuire, ignore les frontières et les différences sociales, se reproduit à l’aveugle en sautant d’un individu à un autre.
Les armes, puisque vous tenez à ce lexique guerrier, ce sont les lits d’hôpital, les respirateurs, les masques et les tests, c’est le nombre de médecins, de scientifiques, de soignants.
Or, depuis que vous dirigez la France, vous êtes resté sourd aux cris d’alarme du monde de la santé et  ce qu’on pouvait lire sur la  banderole  d’une manif  en novembre dernier -L’état compte ses sous, on comptera les morts - résonne tragiquement aujourd’hui.
Mais vous avez préféré écouter ceux qui prônent le désengagement de l’Etat, préconisant l’optimisation des ressources, la régulation des flux,  tout ce jargon technocratique dépourvu de  chair qui noie le poisson de la réalité.
Mais regardez, ce sont les services publics qui, en ce moment, assurent majoritairement le fonctionnement du pays :  les hôpitaux, l’Education nationale et ses milliers de professeurs, d’instituteurs si mal payés, EDF, la Poste, le métro et la SNCF. Et ceux dont, naguère, vous avez dit qu’ils n’étaient rien, sont maintenant tout, eux qui continuent de vider les poubelles, de taper les produits aux caisses, de  livrer des pizzas, de garantir  cette vie aussi indispensable que l’intellectuelle,  la vie matérielle.

« Effondrement économique, déjà les soupes populaires débordées aux Etats-Unis !! » L’édito de Charles SANNAT



 

 par | 31 Mar 2020

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Aux Etats-Unis, il n’y a pas ce que l’on appelle pompeusement des « amortisseurs sociaux ». 

Entendez par là que le chômage indemnisé est de très courte durée, qu’il n’y a pas de trêve hivernale à la française et que si vous ne payez pas votre loyer ou votre hypothèque vous ne pouvez pas envisager de rester deux ans dans un logement en attendant d’être expulsé.
Les choses sont beaucoup plus rapides et aux Etats-Unis, quand c’est la crise, c’est la crise tout de suite.
Pas dans deux ans. Il n’y a pas d’inertie en Amérique.
Le marché est roi ou presque, il y est donc plus fluide, quand tout va bien comme quand tout va mal.
Beaucoup peuvent avoir du mal à percevoir la crise en France, soit parce qu’ils dorment, soit parce qu’ils se bercent de l’illusion de la sécurité et qu’ils croient en un monde qui sera toujours parce qu’il a toujours été et qu’il est actuellement.
Pourtant, cette histoire de pandémie et de coronavirus mettant à plat, à genoux, l’économie mondiale commence à avoir de terribles répercussions sociales.
Mais surtout, ce n’est que le début d’une crise économique dont personne, ou presque, n’a encore compris ni l’énormité, ni l’ampleur ni non plus la durée.
Il y a de fortes chances que nous soyons partis pour une période noire de plus de 24 mois.

On ne vous l’annoncera jamais comme ça.
Imaginez un peu…
Deux ans de disette… Mon Dieu, quelle horreur.
Alors comme à chaque fois, on vous rejouera la communication à la petite grenouille, oui, celle que l’on met dans sa casserole et pour qui on augmente que très progressivement la chaleur, qu’elle ne se sente pas trop cuire pour pouvoir la faire bouillir.
Sinon, affolée la petite grenouille sauterait bien vite de la marmite.
Dit autrement c’est un processus « itératif », on y va progressivement, on vous mène par le petit bout du nez étape par étape sans avoir une vue d’ensemble qui pourrait sembler nettement plus effrayante.
La situation va devenir de plus en plus difficile.

Quand l’Allemagne s’inquiète de nous voir laisser mourir nos anciens… J’ai honte de mon pays !

 




Honte de mon pays. Honte de mon pays en lisant cet article de Courrier international se faisant l’écho de multiples articles inquiets outre-Rhin, après un rapport publié par des spécialistes allemands sur Strasbourg : l’Allemagne s’alarme du « triage des patients dans les hôpitaux alsaciens »

« Par manque de matériel, les patients âgés n’y seraient plus ventilés » : « Toute personne de plus de 75 ans n’est plus intubée » (Frankfurter Allgemeine Zeitung), « Les personnes de 80 ans ne sont plus ventilées […] elles sont placées en soins intensifs et des somnifères leur sont fournis » (Tagesspiegel). « En France, on n’aide désormais plus les patients plus âgés qu’à mourir » (Die Welt).
Interrogée à ce sujet par Die Welt, la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte Klinkert, ne dément pas : « Les patients de plus de 80 ans, de plus de 75, certains jours de plus de 70 ans ne peuvent plus être intubés car nous manquons tout simplement de respirateurs. On ne le dit pas assez souvent, car non seulement nos voisins allemands, mais aussi les Français en dehors de l’Alsace n’ont pas encore conscience de la situation ici. »
Ils sont nés pendant la guerre, parfois un peu avant, parfois un peu après, ont travaillé à la reconstruction de la France telles de petites fourmis industrieuses, ont assisté leurs parents, aidé leurs enfants – qu’ils ont parfois outrageusement gâtés, peut-être pour compenser -, ont toujours payé docilement leurs impôts et cotisé sans moufter, jusqu’à ces temps derniers où leurs pensions ont été gelées et leur CSG augmentée, il ont toujours répété avec ingénuité les incantations qu’ils entendaient à la télé, comme un mantra rassurant, une méthode Coué – notre système de santé français est le meilleur qui puisse exister ! – et, à présent, on leur refuserait d’être ventilés au motif qu’ils sont trop âgés, trop usés, qu’il faut laisser la place fissa à d’autres, plus jeunes, ayant la priorité ?

Alain Houpert : « J’ai quelques collègues qui sont atteints. Ils ont eu de la chance d’avoir de la chloroquine »




"Ils ont été sur pied très rapidement"

Alain Houpert, sénateur LR de la Côte-d’Or, par ailleurs docteur en médecine, tire la sonnette d’alarme sur la situation dans les EHPAD, durement touchés par le coronavirus. Il donne son avis sur la gestion de la crise par le gouvernement.

Alain Houpert

lundi 30 mars 2020

Merci à tous les héros du quotidien



Image 

Et merde à tous les premiers de cordée

Le professeur Raoult gêne-t-il le lobby pharmaceutique ?



Etat-Unis. Bernie Sanders demande à Trump d'annuler sa décision ...


Fabien Bouglé publie un article intéressant sur Economie Matin, qui met sur la piste d’un conflit d’intérêt autour du laboratoire GILEAD :

En résumé, l’idée est la suivante :
  • Tous les infectiologues français sont issus des laboratoires qui ont travaillé sur le virus du sida ;
  • Tous ces gens-là sont au contact de laboratoires, dont le laboratoire GILEAD ;
  • Leurs recherches sur le sida n’ont pas abouti, il faut recycler tout ce qu’ils ont fait ;
  • la solution du Pr Raoult, solution simple et bien connue, pourrait tuer les espérances de gain du laboratoire GILEAD qui s’envole depuis 3 mois ;
  • les actionnaires de GILEAD et ceux qui bénéficient de ses largesses sont furieux contre Raoult ; on parle en milliards ;
  • Yves Lévy et le Pr Raoult sont en conflit personnel et scientifique ;
  • Yves Lévy a travaillé sur le virus Ebola ;
  • GILEAD développe le Remdesivir pour lutter (mais a échoué) contre le virus Ebola ;
  • le médicament Remdesivir est en concurrence avec l’hydroxychloroquine dans l’étude Discovery ;
  • L’enquête Discovery est pilotée par Florence Ader, qui a perçu quelques avantages de GILEAD.
Le canard enchaîné dévoile dans son édition du 25 mars que le professeur Didier Raoult a subi début mars des menaces de mort de la part d’une personne lui enjoignant de stopper sa promotion de l’hydroxychloroquine.

JT – Coronavirus : le point d’actualité – Journal du lundi 30 mars 2020

 




Chaque jour, TVLibertés fait le point sur l’épidémie de Coronavirus en France, en Europe et dans le monde… sans psychose, ni tabou !

Lacombe, Yazdanpanah, ces médecins du service public qui cachetonnent dans le privé







 

Saviez-vous que tant de médecins du service public hospitalier faisaient des ménages, c'est-à-dire cachetonnaient pour des sommes parfois très élevées, dans des laboratoires privés ?

 

La crise du coronavirus est l'occasion de montrer comment des conflits d'intérêt peuvent compliquer la donne et interférer avec les informations de santé publique.
Nous livrons aujourd'hui des informations sourcées sur les sommes que Karine Lacombe et Yazdan Yazdanpanah , très exposés sur la question du coronavirus, ont perçues depuis 2012 de la part des laboratoires privés ont ils assurent aujourd'hui la discrète promotion.





Les médecins du service public sont-ils tous aussi désintéressés qu’ils ne le disent ?
Karine Lacombe, professeure à l’hôpital Saint-Antoine, est désormais très connue pour avoir donné à la télévision, à une heure de grande écoute, des leçons d’éthique à Didier Raoult, le défenseur de la chloroquine.
Yazdan Yazdanpanah est chef de service à l’hôpital Bichat.
Nous avons repris ici les sommes qu’ils ont déclarées avoir perçues de la part de laboratoires privées ces dernières années.
Et elles permettent de donner une première réponse à cette question.

Ces médecins du service public qui cachetonnent dans les laboratoires privés
 Ceux qui n’ont pas suivi l’excellente enquête menée au mois de janvier par la presse quotidienne régionale (et mystérieusement passée sous silence par la presse nationale) pourront se rattraper en consultant le très instructif site Eurosfordocs.
 Ils y trouveront des relevés non exhaustifs mais détaillés des sommes perçues par les médecins français de la part des laboratoires pharmaceutiques.
Précisons que cette pratique est tout à fait légale et que ce site ne révèle donc aucun délit.
La mise en place de ce site permet juste d’apporter un peu de transparence à un phénomène jusqu’ici totalement caché au public.
Il permet de mesurer qu’un grand nombre de médecins hospitaliers qui adorent pleurnicher sur les prétendus manques de moyens dans les hôpitaux publics apprécient aussi les bienfaits de collaboration avec le secteur privé.
On retrouvera sur cette page les montants attribués aux praticiens par chaque laboratoire depuis 2012.

Le cas de Karine Lacombe