lundi 9 septembre 2019

Policiers attaqués et brûlés à l’engin explosif à Grigny : alors que Christophe Castaner s’était immédiatement rendu sur les lieux de la pseudo intrusion de Gilets jaunes à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, notre ministre de l’Intérieur n’a toujours pas réagi sur son compte Twitter pour dénoncer un acte de guerre contre la République


grigny




Pour avoir dérangé les dealers à Grigny, nos collègues ont été attaqués par « des jeunes » avec des engins explosifs et incendiaires.

Un collègue a dû faire usage de son arme de service en tirant vers le sol pour se dégager.

Il a été brûlé aux avant-bras.

C’est dans ce même quartier que nos collègues avaient été immolés en octobre 2016 dans leur véhicule administratif lors d’une mission statique de protection d’une caméra de vidéosurveillance.
Cette nouvelle attaque est la preuve que les pouvoirs publics n’ont pas levé le petit doigt depuis trois ans pour tenter de lutter contre les réseaux criminels ayant pris le contrôle de cette cité.
Où est la fermeté du gouvernement lorsqu’il s’agit des gangs de narcotrafiquants des cités ?
 La Macronie va-t-elle envoyer l’armée et les blindés dans les banlieues comme elle a su le faire contre les Gilets jaunes ?
Tolérance zéro contre les opposants politiques mais impunité totale pour les criminels, les vrais..
Plutôt que d’aller écraser les gangs qui prennent en otage la population des quartiers, la priorité ministérielle du jour est d’annoncer une nouvelle mesurette anti-suicide : l’ouverture d’une ligne téléphonique pour les policiers psychologiquement impactés par la réalité du métier..


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.