mardi 23 juillet 2019

 
 
 

Bruno Pacchiele

La beauté indicible du grotesque !

Entre la Raketé, la Rapindoe et la Thurnberg, le temps est aux rebelles collapsologues de salon.

Chantres messianiques de l'obscurantisme progressiste, qui transforme nos ados en lobotomisés grégaires et ravis totalement créés par le pouvoir totalitaire médiatique.
La Macronie invite au parlement, la gourou apocalyptique Greta Thurnberg, pauvre gamine malade et manipulée, pour crier à la mort écologique et vendre une affaire minable d'image écologique à capitaliser en vue des municipales, à installer dans l’incurable mensonge et faire la morale à l'ensemble de la classe politique !
Elle qui ne sait même pas ce qu'est un bilan carbone, ce qui n'est pas anormal d'ailleurs, puisqu'elle ne va plus à l'école.

Le jour même où cet auguste aréopage vote le traité écolo assassin du CETA et 15 jours après avoir voté celui du Mercosur, qui lamine notre agriculture et l'écologie planétaire.
L'imposture, le grotesque et le mépris, ont atteint des niveaux zenitaux qu'aucun pays n'avait atteint jusqu'ici.
Je tiens ici à saluer ici cette conjonction remarquable de l'intérêt particulier, de la trahison des clercs, de la démission de nos élites, de la bêtise qui vient, et de la lâcheté, qui caractérisent désormais notre petit clocher aux yeux du monde.

 En bon lion, je Rugy (pardon...) de plaisir écolo-affairiste en écrasant une larme à la mémoire des génocidaires de homards et à l'illustre guignol Monsieur Hulot et ses 9 bagnoles...

marianne.net-climat-greta-thunberg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.