vendredi 22 mars 2019

Enfumage au dioxyde de carbone





CO2 Alert by Sheep R Us(CC BY-NC-ND 2.0)
 
Par Simone Wapler.
 
Emmanuel Macron a révélé qu’il ne lâcherait pas la lutte contre le changement climatique, si propice à la taxation.
 
À l’origine, les Gilets jaunes se sont retrouvés sur les ronds-points pour protester sur une taxe diesel instaurée dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.
 
Le credo climatique actuel est que le CO2 est responsable du changement climatique.
Le credo politique actuel est que l’impôt doit dire le bien et le mal.
Le CO2 c’est mal, donc on le taxe pour punir les méchants qui l’émettent avec des moteurs thermiques émetteurs de CO2.
Ensuite par le « miracle de Saint Fisc »1, l’argent ainsi prélevé va devenir bon puisqu’il est entre les mains de l’État qui saura en faire bon usage pour purifier l’air.
Cette semaine, Les Échos nous parlent d’une réunion d’Emmanuel Macron avec 64 « intellectuels » conviés à l’Élysée.
De quoi ont-ils parlé ? De l’ISF.
Emmanuel Macron avait supprimé dès le début de son mandat l’ISF sur les valeurs mobilières, les actions, ne le laissant que sur l’immobilier.
Emmanuel Macron :
« Aujourd’hui, je ne sais pas dire l’impact […] il faut pouvoir ajuster les choses et corriger si nécessaire. »
Ceci permet de voir comment le gouvernement prend des mesures fiscales importantes : au doigt mouillé sans avoir aucune idée de ses effets.
Nous sommes dans le symbole.
Nos 64 intellectuels ont cependant attiré l’attention du chef de l’État sur la vétusté de notre système d’imposition et exprimé la vague idée d’une modernisation.
Les Échos, citant Emmanuel Macron :

À la fin, l’économie politique d’une telle réforme, c’est qu’il y a des gagnants et des perdants. Les gagnants prennent l’argent et ne disent rien et les perdants hurlent, et je suis bien placé pour le savoir. Et le chef de l’État d’affirmer qu’il préfère mettre beaucoup plus sur la transition climatique et ses investissements plutôt que d’investir son capital politique et budgétaire sur le système fiscal.
Là, vous remarquerez qu’il ne peut y avoir de réforme sans perdants !
La question de la fiscalité se résume forcément à « à qui je prends plus et à qui je prends moins ? » mais certainement pas à « comment moins prendre à tous ? ».
Emmanuel Macron est franc : la fiscalité par le « changement climatique », c’est le truc qui permet d’enfumer le plus tranquillement avec le moins de hurlements.
Revenons donc au CO2, la cause de tous nos maux fiscaux.

Une odeur nauséabonde de CO2 financiarisé

Les Échos nous donnent une autre information.
Diantre !
Pour mémoire, sur ce marché, les entreprises dont l’activité émet beaucoup de CO2 achètent du « droit à émission » à d’autres qui, au contraire, n’en émettent pas.
Si vous considérez que l’émission de CO2 est un péché en vertu du credo n°1, ce marché carbone est le principe de la Simonie et du marché des indulgences – qui a fait la fortune de certains banquiers du XVIe siècle – remis à la sauce moderne.
Précisons que la corruption de ce marché a été l’une des origines de la Réforme et de la guerre des religions.
Toute cette histoire de CO2 maléfique et diabolisé n’est qu’un enfumage.

Le CO2 à l’origine du nouveau continent vert

Oui, la combustion de ressources fossiles a contribué en un siècle à augmenter le taux de CO2 dans l’air de 0,03 % à 0,04 % en volume. Et alors ?
Sur 10 000 molécules d’air sec, en respirer quatre de CO2 au lieu de trois va-t-il nous empoisonner ? Pas du tout, le CO2 n’est pas toxique et en plus, c’est excellent pour la végétation.
Cette petite molécule supplémentaire est à l’origine du sixième continent vert, né en 33 ans, fait que la revue Nature2 a mis en évidence.
Nous parlons de 18 millions de km2 soit 33 fois la superficie de la France métropolitaine.
Petite précision pour les incrédules : le CO est toxique contrairement au CO2, mais, manque de chance, pour les grands prêtres de la taxation pour le climat, de ce côté RAS.
Si vous voulez approfondir le sujet, je vous recommande l’excellent ouvrage de François Gervais – scientifique de haut niveau, ancien du GIEC –, L’Urgence climatique est un leurre.
Il parle en tant que professeur honoraire ; cette situation lui permet d’être délivré de l’obligation du politiquement correct, indispensable à tout patron de laboratoire qui veut conserver son budget.
Le catastrophisme des modèles de prévision reposant sur les émissions de CO2 est régulièrement démenti par les mesures depuis des décennies.
Faut-il rappeler qu’en 2008, Al Gore, prix Nobel de la Paix 2007, annonçait la disparition totale de la banquise arctique estivale en 2013 ?

La prétention du confetti territorial qu’est la France de lutter seule contre le changement climatique à l’aune de la théorie fumeuse de la réduction du CO2 est scientifiquement grotesque.

Mais tout cela permet de lever des impôts, beaucoup d’impôts, et d’engraisser des industries parasitaires, y compris dans le secteur financier : bourse au carbone, investissements verts et autres billevesées.

Toutefois, contrairement à ce que croit Macron, il n’est pas certain que son capital politique sorte indemne de cette escroquerie fiscale.
___________
Pour plus d’informations, c’est ici
  1. Serge Schweitzer & Loïc Floury, Théorie de la Révolte Fiscale : Enjeux et Interprétations – Ou pourquoi la révolte fiscale n’aura pas lieu, PUAM, 2014 (disponible chez l’éditeur, Avenue Robert Schuman, 13628 Aix-en-Provence Cedex).
  2. Zhu, Z., et al, 2016, “Greening of the Earth and its Drivers”, Nature Climate Change. doi :10.1038/nclimate3004.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.