jeudi 3 janvier 2019

Gilets Jaunes : le pouvoir durcit le ton

  
  

Dans la droite ligne du discours des voeux présidentiels, que nous qualifions hier de “déclaration de guerre aux Gilets Jaunes”, le pouvoir tente de reprendre la main.


Hier soir, peu avant 22 heures, une dépêche tombait dans les rédactions : le routier Eric Drouet a été de nouveau arrêté.
Les faits se sont déroulés ce mercredi soir rue Royale à Paris, à proximité de la place de la Concorde et des Champs-Elysées.
Plus tôt dans la journée, le chauffeur routier avait appelé sur Facebook dans une vidéo à mener une “action” sur la plus belle avenue du monde. 
“Ce soir, on va pas faire une grosse action mais on veut choquer l’opinion publique. Je sais pas s’il y en aura qui seront avec nous sur les ‘Champs’ (…) On va tous y aller sans gilets”, disait-il.
Vers 19 heures, quelques dizaines de personnes s’étaient donc rassemblées sur les Champs-Elysées, à proximité de l’Arc de triomphe et, sans avoir enfilé leurs gilets, attendaient Éric Drouet.
Ils ont rapidement été encerclés par les forces de l’ordre.

En tentant de donner un coup de vis, le pouvoir prend un risque : transformer en martyrs des citoyens qui étaient encore il y a peu de temps complètement inconnus du grand public, mais qui pourraient à ce rythme là devenir rapidement des symboles.

lalettrepatriote

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.