lundi 28 janvier 2019

"Gilets jaunes" aux européennes : le directeur de campagne d'Ingrid Levavasseur jette l'éponge

 
Résultat de recherche d'images pour "Ingrid Levavasseur nouvel obs"

Hayk Shahinyan a décidé de "prendre du recul", seulement cinq jours après le lancement de la liste "gilets jaunes" aux élections européennes.
 
Par L'Obs

Première défection pour la liste "gilets jaunes" menée par Ingrid Levavasseur aux européennes.
Son directeur de campagne, Hayk Shahinyan, a annoncé ce lundi 28 janvier qu'il se retirait du projet, cinq jours seulement après son lancement, pour "prendre du recul".
"J'ai pris la décision de me retirer de toutes mes activités, revenir à Lyon, et prendre une semaine pour analyser, réfléchir, préparer des propositions, et prendre du recul", écrit sur sa plage Facebook cette figure d'un mouvement qui a plongé la France dans une crise sociale et politique depuis plus de deux mois.




Le "ralliement d'initiative citoyenne" (RIC) avait diffusé mercredi un embryon de liste en vue des élections européennes du 26 mai, comprenant dix noms, avec à sa tête Ingrid Levavasseur, une aide-soignante normande de 31 ans.
L'ambition est de constituer une liste complète de 79 candidats d'ici "mi-février", avait alors déclaré Hayk Shahinyan.

Saluée par la majorité des partis politiques, la constitution de cette liste s'est aussi attirée des critiques de certaines personnalités de l'opposition et de nombreux "gilets jaunes".
Hayk Shahinyan a lui-même été visé, notamment par la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen qui a rappelé son passage au Mouvement des jeunes socialistes il y a huit ans.
"Dire que ça ne l'affecte pas serait mentir, même si je ne peux pas parler à sa place.
Est-ce, après, un motif suffisant pour faire marche arrière ?", commente auprès du "Figaro" Frederic Mestdjian, quatrième sur la liste "Rassemblement d'initiative citoyenne". d'Ingrid Levavasseur.
Faisant état du "doute" qui l'a saisi, Hayk Shahinyan évoque "la blessure grave" du "gilet jaune" Jérôme Rodrigues samedi à Paris, "l'approche de la grève générale illimitée" à l'appel de la CGT ainsi que "la fin du grand débat et les déceptions évidentes qui vont suivre" pour motiver sa décision de prendre du recul.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.