jeudi 24 janvier 2019

Davos, en une dépêche



pollution,hypocrisie
      Stéphane Montabert
Lorsque les élites économiques croisent les élites politiques à Davos dans un merveilleux ballet de cartes de visite, chacun n'a officiellement que l'intérêt général et la bonne marche du monde à la bouche.
 
Il aura pourtant suffi d'une seule dépêche d'un pigiste de l'AFP - qu'on imagine vertement réprimandé pour ce crime de lèse-maître du monde - pour dévoiler l'hypocrisie, et à travers elle le manque total de crédibilité de ces "élites".
 
L'information initialement intitulée "À Davos, l'élite se préoccupe du climat mais vole en jet privé" a été reprise sur Tv5 Monde, Sciences et Avenir, La Libre en Belgique, sur le Huffpost Maghreb, sur Courrier International, et des dizaines d'autres publications.
 
Nombre d'entre elles choisirent de changer le titre de l'article à posteriori, pour l'atténuer - la manœuvre est visible dans les résultats des moteurs de recherche.
Mais cette petite sélection de sources est importante pour que mes lecteurs comprennent bien de quelle façon la Suisse "rayonne" à l'international grâce au World Economic Forum de Davos...
L'information trouva évidemment son chemin sur la RTS, dans une version très édulcorée. Les nombreux liens précédemment cités permettent de retrouver l'intégralité de l'article de l'AFP, mais citons-en quelques morceaux:
Le nombre de vols de jets privés attendus cette semaine dans les aéroports avoisinant Davos atteint 1500 contre 1300 un an plus tôt, selon la société d'affrètement Air Charter Service (ACS).
Une fois arrivés dans des aéroports tels que Zurich, à deux heures de train de Davos, les passagers de ces vols privés poursuivent souvent leur voyage en hélicoptère, pour gagner du temps.
Un paradoxe alors que le changement climatique a été placé au premier rang des risques pour l'économie mondiale par les participants au Forum, dans un sondage dévoilé la semaine dernière par les organisateurs.
Un "paradoxe", nous disent les journalistes.
Quel terme élégant pour expliquer au vulgum pecus qu'on se fiche de lui ouvertement!
Pour ceux qui en doutent, il faut supporter un second extrait:
[Les organisateurs du WEF] redoublent d'efforts pour "verdir" l'événement: des limousines électriques transportent une partie des personnalités officielles et la marche dans les rues enneigées, avec crampons, est "fortement recommandée" pour les autres.  
Les pailles en plastiques sont bannies, les assiettes sont en carton recyclable et les bouteilles de soda en verre.
Voilà, on voyage en jets privés et en hélicoptères et on termine en limousine électrique avant de se détendre devant un bon repas où le cocktail est servi sans paille.
Bref, rien n'a changé depuis Noël Mamère et son vélo.
"Mais on compense!" clame le comité organisateur du WEF en restant dans le flou.
 
Ces gens prennent toujours le grand public pour un gros tas d'abrutis à qui on peut faire gober tout ce qu'on lui raconte.
 
Petit calcul à l'intention des apôtres de la lutte contre le CO2: de combien de pailles en plastique faut-il se priver pour compenser la combustion d'un seul litre de kérosène?

 
Au vu de leur apathie intellectuelle, il faudra sans doute encore beaucoup de sommets du même genre avant que nos jeunes et joyeux gymnasiens helvétiques comprennent qu'ils sont les dindons de la farce climatique, s'ils le comprennent jamais.
 
Stéphane Montabert - Sur le Web et sur  LesObservateurs.ch , le 23 janvier 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.