lundi 18 mars 2019

Le « remplacement » de populations n’a rien de fantasmatique

 
 

Photo : LLP

Géraldine Woessner
              
Géraldine Woessner, journaliste d’Europe 1 spécialiste dans la vérification de faits, a expliqué sur Twitter pourquoi elle milite pour l’autorisation des statistiques ethniques en France.

Nous reproduisons ici le thread intégral.

C’est insupportable. Si les mots on un sens, celui de « théorie » du grand remplacement est particulièrement mal choisi.
Petit thread à l’attention des apprentis-combattants de la droite-extrême et des populismes.

La « théorie du Grand Remplacement » n’est PAS une « théorie » : c’est une PEUR, qui s’appuie sur des éléments concrets, que nous fournissent les pays qui, contrairement à la France, tiennent des statistiques ethniques….
Le « remplacement » de populations n’a rien de fantasmatique : il est advenu dans maintes villes des USA ou du Canada, où les Latinos sont maintenant majoritaires, et nos grands médias s’en sont fait l’écho, ici, ou ici.
Ce n’est pas un mal : c’est un FAIT.
Dicté par la science démographique, avec lequel il faut composer.
 Il explique en partie l’élection de Donald Trump.
Parfois, on sait l’affronter avec sang-froid et pragmatisme.
On en débat ouvertement.
On discute des politiques à conduire…

Pas bien… La France achète plus de gaz… à la Russie de Poutine!

 

 
Poutine est méchant.
La Russie est méchante.
Les Russes disposent de réseaux secrets en France…
 
MAIS, s’il est de bon ton de vomir sur la Russie, le gaz russe lui reste bon et utile!
Le gaz ruse est aussi bon pour les Allemands comme nous l’avions vu dans cet article et même pour… les Américains qui se chauffent aussi au gaz russe!
 
Charles SANNAT
 
Gazprom a augmenté ses livraisons de gaz en France.

Depuis le début de l’année, le groupe gazier russe Gazprom a augmenté ses exportations de gaz en France de presque 2 %, ce qui représente environ 2,5 milliards de mètres cubes.
Les termes de la coopération entre Gazprom et l’entreprise française Engie ont été discutés lors d’une rencontre de leurs dirigeants à Saint-Pétersbourg ce vendredi.
Les livraisons de gaz russe de ce début d’année 2019 en France ont augmenté de 1,9 % en comparaison avec celles de la même période l’année précédente, soit jusqu’à 2,5 milliards de mètres cubes, a informé Gazprom dans un communiqué diffusé à l’issue d’une rencontre organisée ce vendredi 15 mars à Saint-Pétersbourg entre le président de Gazprom, Alexeï Miller, François Fillon et Isabelle Kocher, la directrice générale d’Engie.

Champs-Élysées : Marine Le Pen a-t-elle tort de dénoncer l’impunité des « cagoules noires » ?


 
 


Une partie de la presse fait ses choux gras d’un tweet, publié samedi par Marine Le Pen, qui dénonce les « cagoules noires », avec une photo datant du 1er mai 2018.

Façon d’insinuer que la présidente du Rassemblement national n’hésite pas à utiliser de faux documents et à pratiquer la désinformation.
Ces censeurs feraient mieux de s’intéresser au contenu de la déclaration plutôt qu’à son illustration.
 
« À Paris, les cagoules noires ont remplacé les gilets jaunes. Les black blocs détruisent, brûlent, violentent toujours en toute impunité », a écrit Marine Le Pen, après les scènes de saccage et de pillage, ajoutant la photo de manifestants vêtus de noir, le visage masqué, avec une banderole portant le A cerclé de l’anarchie.
Que l’illustration date du 1er mai dernier est accessoire.
Peut-être même est-ce un choix volontaire pour montrer la permanence de ces groupes d’ultras dans toutes les occasions où l’on peut semer le désordre.
Les auteurs des incidents de samedi sont-ils ou non des professionnels de l’émeute ?
Il suffisait, si l’on n’était pas en personne sur les lieux, de regarder les chaînes d’information en continu pour s’apercevoir que ce type d’individus, bien reconnaissables, étaient encore plus nombreux que lors des précédentes manifestations et se sont livrés, comme le 1er mai, à des scènes de vandalisme.
Ils se sont attaqués notamment aux symboles du capitalisme, des banques, des magasins de luxe, le Fouquet’s, laissant avec leurs tags les stigmates de leur idéologie.

Il est descendu de sa montagne, mais a-t-il les pieds sur terre ?

 
 


Deux observateurs aussi différents que Philippe Bilger et Frédéric Sirgant ont été saisis par la légèreté d’Emmanuel Macron s’octroyant un week-end prolongé à La Mongie alors que, lors de l’acte XVIII des gilets jaunes, plus de mille casseurs dévastaient les Champs-Elysées.
 

Que l’on ne nous dise pas que le plus haut niveau de l’Etat n’était pas informé des risques de ce feu qui non seulement n’est pas éteint mais sur lequel soufflent des vents qui se renforcent, l’un des plus forts étant justement la gestion calamiteuse de cette crise par le pouvoir, depuis le début.
Les services du renseignement intérieur avaient prévenu.
On savait que le mot d’ordre de cet acte XVIII était d’investir Paris.
Mais visiblement le président et son équipe ont, une fois encore, péché par assurance : Emmanuel Macron pensait avoir repris la main.
Quand on ne raisonne qu’en termes d’opinions et de com’, on peut le croire et se le faire croire.
Mais il y a la réalité.
Et cette réalité du 16 mars a fait redescendre le Président de sa montagne.
Rentré en catastrophe des Pyrénées, il a bien été obligé d’annoncer « des décisions fortes, complémentaires » pour que les violences « n’adviennent plus« , depuis la cellule de crise du ministère de l’Intérieur.
« Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre mais très clairement, la journée d’aujourd’hui montre que sur ce sujet-là et pour ces cas-là, nous n’y sommes pas ».
« Nous n’y sommes pas » : terrible aveu d’échec.

dimanche 17 mars 2019

Démission ou dissolution : il n’y a pas d’autre issue pour Macron !

 
 
 
 
Publié le 16 mars 2019 - par Jacques Guillemain -
 
 
Quatre mois de violences, ça suffit  ! Et aujourd’hui, tout empire !

Macron doit partir ou dissoudre l’Assemblée.
Démission ou dissolution !
Il n’y a pas d’autre issue pour le bonimenteur de l’Élysée.
Il a trop menti, trop insulté, trop méprisé le peuple, trop échoué.
 
Aucune autre mesure ne pourra ramener le calme dans le pays, tant le divorce entre Macron et le peuple est irréversible.
 
Quatre mois de révolte populaire à laquelle Macron refuse de répondre, tant son mépris du peuple est total, ont mis le pays en ébullition.
Nous devenons la risée de la planète avec ce président incompétent qui s’est cru le roi du monde du haut de ses 39 ans, le jour de son élection et qui met le peuple dans la rue au bout de 18 mois de pouvoir sans partage.
 
Cet énième épisode du mouvement des Gilets jaunes prouve, si besoin était, que le peuple ne veut plus de ce président qui a tout raté.
 
Nous avons encore droit à des scènes de guérilla urbaine, à des affrontements violents entre casseurs et  forces de l’ordre, à des pillages, à des incendies, parce que Macron se révèle incapable de restaurer l’ordre républicain.
 
Quand se décidera-t-on à sévir contre les casseurs, à les priver de droits civiques et sociaux ?
C’est le laxisme judiciaire qui encourage la violence.
 
Il faut avoir l’esprit vraiment tordu pour s’imaginer résoudre la crise par un Grand débat qui n’a intéressé que 1 % de l’électorat.
Macron noie le poisson et joue la montre pour tenter de calmer la révolte.
 
Comment un tel perdreau de l’année sans expérience a-t-il pu arriver au sommet de l’État ?
 
À peine élu, il n’a rien trouvé de mieux que d’humilier publiquement le Cema et de sabrer le budget des armées.

Les CRS ont ils mis le feu accidentellement au Fouquet's



L’image contient peut-être : une personne ou plus, plein air et texte
Aucune description de photo disponible.
 

Sophie Tissier (Gilet jaune) : « Qu’est-ce qu’on en a à faire que le Fouquet’s ait cramé ? »



Sophie Tissier (Gilet jaune) : « Qu’est-ce qu’on en a à faire que le Fouquet’s ait cramé ? »         
Posted on: 17 mars 2019 17 mars 2019
Author: Pierrick Tillet
     
Elle s’appelle Sophie Tissier. Elle est Gilet jaune. À l’issue de l’acte 18, sur le plateau de LCI, elle remet les pendules à l’heure face aux vieux croutons qui pleurnichaient sur les « violences » et quelques magasins saccagés sur les Champs-Élysées.
 
Les Champs-Élysées, ce n’est pas représentatif des Français.
 
Moi, je pense à tous ces millions de personnes, aux femmes enceintes qui ne peuvent pas accoucher parce qu’on ferme les maternités.
Combien de bébés sont morts cette année à cause des fermetures de maternité et d’hôpitaux ?
Arrêtez d’inverser la situation systématiquement.
C’est révoltant, ce pays.
C’est révoltant, la situation.
Vous êtes en train de passer en boucle les vitrines cassées.
Qu’est-ce qu’on en a à faire que le Fouquet’s ait cramé ?
Franchement, arrêtez avec ça.
C’est scandaleux !
La façon dont vous traiter cet évènement, c’est scandaleux.
 
Macron mérite la prison

Rubrique : lui il est fort…

 
 
L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes
 
Le 16 mars, pour l’acte 18 des gilets jaunes, tout le monde savait que ce serait tendu.

L’improbable freluquet que la haute fonction publique d’État a proposé à l’oligarchie pour qu’elle nous le fourgue par une présidentielle truquée, montre jour après jour qu’il est no limit.

Voilà une crise considérable qui a commencé il y a plus de quatre mois et à laquelle son pouvoir arrogant a été absolument incapable de fournir une réponse politique.
Laissant le pays s’y enfoncer et entouré d’une bande de semi-gangsters et de politiciens dévoyés, il s’accroche à son pouvoir poursuivant son entreprise de démolition nationale.
Rentrée avec les privatisations dans la phase de la goinfrerie financière pour ses amis.
Probable aussi que les copains style Benalla participeront au festin qui ne sera pas perdu pour tout le monde.
Il semble d’ailleurs que le gorille et ses copains soient là pour ça.
À la colère populaire, il n’a opposé qu’une propagande éhontée dispensée méthodiquement par une caste journalistique totalement servile.

FAUT-IL CRAINDRE UN TERRORISME ANTI-ISLAM EN FRANCE ? Réponse d’Alexandre del Valle




 
Alexandre del Valle réagissait aux récents attentats anti-musulmans en Nouvelle Zélande à l’émission des Vrais Voix sur Sud Radio.

Le mépris

 
 

Mais que font-ils du pognon ?

 
 

Paris en feu, le Président fait du ski…

 
 


Les images sont, de nouveau, terribles : des boutiques vandalisées et pillées, des immeubles et un kiosque en feu, des centaines d’antifas et de Black Blocs s’en prenant aux biens et aux forces de l’ordre.


Ce 16 mars 2019, il y avait le feu sur les Champs-Élysées.
Un regain de violence et de mobilisation inattendu, disent les gazettes.
Mais inattendu par qui ?
Par Christophe Castaner, qui pensait pouvoir fêter la fin du mouvement en se laissant aller en discothèque ?
Par le Président Macron, qui faisait savoir qu’il prenait une parenthèse de détente ski à La Mongie ? Comme pour signifier un repos bien mérité après ces deux mois où il avait mouillé la chemise dans des débats censés éteindre la colère ?
Comme pour prendre une revanche et effacer ces souvenirs de décembre où il avait été contraint d’annuler ses vacances à la montagne ?
En disant cela, on mesure à quel point le pouvoir, qui n’a rien vu venir avant, est toujours victime du même aveuglement.
Ils ont pris leurs désirs pour la réalité en pensant que les choses étaient terminées, que le mouvement faiblissait en une lente mais sûre décrue.
Enfermés dans leur grille de lecture, ils pourront encore se dire que cet acte XVIII était un baroud d’honneur, vu les déclarations d’Éric Drouet.

samedi 16 mars 2019

Christophe Castaner très critiqué sur le plateau de Punchline pour sa soirée arrosée [Vidéo]

 
 


 
Le ministre de l’intérieur Christophe Castaner se fait très critiquer par le plateau de Punchline pour sa soirée arrosée après l’Acte XVII des Gilets Jaunes la semaine dernière.

Intervenants : Benjamin Cauchy (Gilet Jaune), Jérémy Clément (Gilet Jaune), Jean-Sébastien Ferjou (Journaliste Atlantico), Karim Zeribi (Ancien député européen), Jeannette Bougra (Ancienne ministre UMP)

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Estimation de la participation à l’acte 18 des Gilets jaunes : 290.000 manifestants à travers toute la France à 19h30


acte 18 participation gilets jaunes les chiffres de la mobilisation france police policiers en colère.png





Ces chiffres tiennent compte des Gilets jaunes présents en tant que tels dans les cortèges pour le climat ou l’Algérie.

Des violences très importantes ont éclaté à Paris entre des casseurs et nos collègues.
Cette situation d’insurrection a été rendue possible par l’absence d’ordre de la part de l’autorité administrative permettant l’interpellation en amont des casseurs avant qu’ils se regroupent pour commettre leurs exactions.
La gestion des maintiens de l’ordre par l’autorité administrative est délétère.
Mais est-ce étonnant avec un ministre de l’Intérieur jet-setteur qui chauffe le dance floor et un président de la République qui descend les pistes de ski pendant que le pays est en feu et que nos collègues se font agresser ?

Par l’incompétence des politiciens, la République française devient un colosse aux pieds d’argile.

Paris acte 18 black blocs, la grande manipulation

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus

Anne-Sophie Chazaud

Le spectacle offert ce jour sur les Champs Elysées est un pur et affligeant scandale.

Il conviendrait de comprendre un jour de manière circonstanciée par quel miracle après des mois de débat sur la question sécuritaire, plus de 1500 casseurs d’ultra-gauche munis de disqueuses et autres objets du même acabit, peuvent encore circuler librement dans des manifestations quand des milliers de gilets jaunes ont, eux, été arrêtés, réprimés, certains éborgnés, mutilés, pour les motifs répressifs les plus farfelus et arbitraires.

 Parce que c’est bien joli d’aller faire le mariole au ski ou en discothèque mais visiblement le boulot n’est pas fait.

Le gauchisme, ce sida mental



IsisKids
 
Publié le

Dans un récent débat télévisé on a pu assister à un court dialogue entre Nicolas Bay du RN et une certaine Manon Aubry, tête de liste des Insoumis.
 
Toute parenté avec la maire de Lille serait à exclure.

Cette petite cruche n’a pas pu s’empêcher de faire une leçon de pseudo morale de gauchiste bien formatée par la nouvelle école dite « républicaine ».
Cette école où on incite des enfants du CE1 à dénoncer les adultes, ou les copains qui profèreraient des propos négatifs sur les « migrants ».
Des enfants de 7 ans poussés à dénoncer leurs parents, quand il s’agit d’insultes à leurs chers protégés de la diversité.
La plupart de ces enseignants étant des fils ou petits fils d’ex-soixante huitards où il était défendu d’interdire.
L’instituteur, se chargera s’il le juge utile, d’en informer la Justice pour incitation à la haine.
La 17ème Chambre fera le reste.
Méthodes qui vont dans le droit fil de celles du IIIème Reich, de l’ex-URSS, de la Chine de Mao, ou de la Corée du Nord.
Par contre, les mots gentils, comme: face de craie, nique ta mère, la putain de ta race et les insultes des rappeurs contre la France, ça c’est parfaitement toléré.
Quand Nicolas Bay, parlait à juste titre, de laisser les décapiteurs, (soit disant) français, en Syrie afin qu’ils soient jugés avec toute la sévérité qu’ils méritent, il a eu droit de la part de cette péronelle, à une logorrhée agressive, comme pour lui faire avouer qu’il était fatalement en faveur de la peine capitale.
Vous êtes pour la peine de mort!
Vous êtes pour la peine de mort !
Vous êtes pour … Autrement dit: Avouez donc que vous n’êtes pas républicain et que par conséquent que vous êtes fasciste.

castaner chauffe une pouf en boite, le merdeux fait du ski à la Mongie

 
 

 
 
 
Pendant ce temps là, Paris est en feu
 
Résultat de recherche d'images pour "banque en feu gilets jaune"

Résultat de recherche d'images pour "gilet jaune paris"


La fin de la comédie (tragédie) est proche

“Les auteurs du grand débat vous reprochent de ne pas participer à votre enterrement”

 
 


              
“On vous dit qu’on sait mieux que vous ce que vous pensez, on décrit vos frustrations parce que soi-disant vous n’avez pas les mots pour les décrire vous-même, vous vous apercevez que vous avez perdu jusqu’à la liberté d’exprimer ce que vous ressentez mais quand vous décidez de ne pas participer à votre enterrement, alors on vous dit asocial.”

Castaner en discothèque avec une «jolie jeune femme» ? «Faute professionnelle» pour des policiers

Castaner en discothèque avec une «jolie jeune femme» ? «Faute professionnelle» pour des policiers
 
© Georges Gobet Source: AFP
 
Christophe Castaner à Saint-Astier pour le 50e anniversaire du centre d'entraînement de la gendarmerie nationale, le 15 mars 2019.
 
15 mars 2019   
L'écart de trop pour Christophe Castaner ?

Si l'entourage d'Edouard Philippe a exprimé son soutien au ministre de l'Intérieur, des membres des forces de l'ordre estiment que le «premier flic de France» a commis une «faute professionnelle».
Christophe Castaner a fait une sortie particulièrement remarquée au club le Noto (VIIIe arrondissement de Paris) dans la nuit du 9 mars, juste après l'acte 17de la mobilisation des Gilets jaunes.
Sur des photographies et une vidéo postée sur les réseaux sociaux, on voit le ministre de l'Intérieur danser de manière suggestive avec une femme et s'amuser alors qu'une musique dansante retentit.


Dans une autre vidéo postée par le magazine Voici sur Twitter, un homme, que le journal présente comme Christophe Castaner – marié depuis 25 ans avec la mère de ses deux filles – embrasse une femme sur la bouche : «La vidéo du baiser entre Christophe Castaner et une jolie jeune femme !», lit-on en commentaire.

Nathalie Loiseau : la comédie de l’annonce spontanée de sa candidature fait un bide

 


Nathalie Loiseau a le sens de la mise en scène.
 
 
Pressentie par la majorité présidentielle pour être tête de liste aux européennes, le ministre tortillait sur son siège… « P’têtre ben qu’oui, p’têtre ben que non… Enfin, si vous insistez, je vais voir… Faut que j’en parle à mon mari… »

Enfin décidée à donner une réponse positive, le ministre des Affaires européennes a estimé que l’annonce officielle de sa candidature au cours du débat face à Marine Le Pen aurait de l’allure.
Le coup d’éclat ! La bombe ! Le public en délire, les confettis qui tombent du plafond…
Mais n’allons pas trop vite.
Pour une raison que la raison ignore, madame Loiseau s’est mis en tête de simuler une décision spontanée.
Faire comme si soudain… Paf ! « Puisque c’est comme ça, j’en serai ! »
Ce qui fut fait.
Au détour d’un échange, en réponse aux arguments de la présidente du RN, la comédienne donna toute l’ampleur de son talent avec cette tirade poignante : « Madame Le Pen, je voudrais dire bravo parce que vous avez réussi à me faire changer d’avis. Je suis entrée sur ce plateau et je vous l’ai dit que je n’étais pas candidate pour conduire la liste de la majorité aux élections européennes. »
Éclat de rire de Marine Le Pen.

ADP : Dieu nous garde des énarques !

 
 



Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac entre 2005 et 2007, avait procédé à la désastreuse privatisation des autoroutes en 2006.

La même faute est commise, aujourd’hui, par un autre énarque, Édouard Philippe, avec la privatisation d’ADP, la société qui gère les aéroports de Paris.

D’ailleurs, une procédure administrative menace la décision prise encore par un autre énarque, en tant que ministre de l’Économie, un certain Emmanuel Macron, lorsqu’il avait cédé les parts de l’État à hauteur de 49,99 % de l’aéroport de Toulouse-Blagnac à un consortium chinois, Casil, accusé par la Cour des comptes et un rapport parlementaire de siphonner les caisses de la société pour verser trente millions d’euros à ses actionnaires, dont 16,7 tirés des réserves !
Le rapporteur public devant la cour administrative d’appel de Paris demande l’annulation de cette vente, et voilà que la même bande remet ça !
La privatisation, ou plutôt la concession des autoroutes par le gouvernement Villepin, considérée à l’époque par le sémillant Premier ministre comme une bonne affaire, apparaît maintenant comme une bévue, un choix à court terme fait au mauvais moment.
L’affaire a été excellente pour les sociétés qui gèrent désormais les autoroutes.
Leurs bénéfices ont augmenté, en dix ans, de 20 %, la hausse des péages de 20 % aussi.
1,5 milliard d’euros de dividendes ont été versés aux actionnaires.
C’est autant de perdu pour notre État impécunieux.

vendredi 15 mars 2019

Nouvelle-Zélande : attaque d’une mosquée, près de cinquante victimes – Journal du vendredi 15 mars 2019

 
 


Une attaque visant deux mosquées en Nouvelle-Zélande a fait près de 50 victimes.
Le terroriste, âgé de 28 ans, avait publié un manifeste avant de passer à l’acte.
 
Gilets jaunes : l’acte décisif
 
Pour le 18ème samedi consécutif de manifestations, les gilets jaunes entendent marquer les esprits. Attendu depuis plusieurs semaines, le 16 mars pourrait être le point final de quatre mois de contestation sociale alors que le grand débat national vient de s’achever.
 
Immigration : Emmanuel Macron en trompe l’œil
 
Alors que les élections européennes approchent à grand pas, Emmanuel Macron se sait particulièrement attendu sur un sujet : l’immigration.
Pour parer les éventuelles attaques, le chef de l’état multiplie les effets d’annonces.
 
L’actualité en bref

Porte-jarretelles, strings et… hijab : Etam baisse la culotte ?

 
 

 
Soutiens-gorge noirs, rouges, en corbeille ou en bandeau, petites culottes, strings, porte-jarretelles, nuisettes, déshabillés, tops satinés, kimonos imprimés.


Et de la dentelle, encore de la dentelle, toujours de la dentelle, et je ne vous parle pas des maillots de bain…
Le catalogue de lingerie de la marque Etam est une douce invitation au voyage fantasmatique.
Au rayon « Accessoires, écharpes, foulards et chapeaux », comme le nom l’indique, des écharpes, des foulards (que les jeunes modèles portent autour du cou…) et des chapeaux. Pas de hijab.
Il est vrai qu’un foulard imprimé est un hijab en devenir.
C’est donc dans cet abominable univers « d’invitation à la débauche » et « d’impudeur féminine » qu’une jeune femme s’est présentée avec son CV dans la main et son hijab sur la tête.
Un peu comme si une jeune femme venait postuler pour être chaisière à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, montée sur ses talons de 15, mini-jupée et nombril endiamanté apparent.
On s’demande, des fois…
Cela s’est passé à Montpellier.
La responsable du magasin Etam aurait refoulé vigoureusement la postulante en lui déclarant : « Non, mais, vous n’êtes pas sérieuse. Vous êtes voilée et vous me demandez un travail ! »
Oumaima – c’est le nom de l’aspirante-vendeuse de petites culottes – en a eu les larmes aux yeux, rapporte Le Figaro.
L’affaire est alors partie en sucette, comme dirait Annie.

jeudi 14 mars 2019

Islam, provocation

 
 
 

Anne-Sophie Chazaud
Face à l'entrisme islamique, se montrer un peu rusé n'est pas une option subsidiaire.
 
L'affaire de la femme voilée qui postule chez Etam me semble poser plusieurs problèmes qui ne sont pas traités correctement en la circonstance.

Face à l'entrisme islamique dont nous savons très bien qu'il se manifeste de façon active et retorse, et qui a, partout, pour but d'imposer l'islam politique, il convient de faire preuve d'un peu de "ruse" et, en tout cas, de se montrer particulièrement subtil dans la manière de traiter le problème en le contournant astucieusement dans le respect des lois.
Mon avis sur le port du voile ne souffre aucune ambiguïté, j'y suis totalement opposée, c'est mon droit, et cela non pas pour de quelconques raisons religieuses d'ailleurs, mais dans le sens où ce voile signifie la soumission des femmes aux hommes (certes dans un cadre civilisationnel qui personnellement ne me satisfait pas et ne correspond pas à mes valeurs).
Cela, c'est mon droit et personne n'a le droit, même les meutes de lyncheurs les plus imbéciles, de me l'ôter.
C'est le droit, aussi, pour d'autres de penser autrement dès lors que ces personnes respectent les lois françaises, en l'occurrence la laïcité et l'égalité hommes-femmes,et ceci tant que les notions de "loi" et de "France" ont encore un sens quelconque (je pense notamment au problème de la souveraineté juridique).
En l'occurrence, cette femme voilée se présente chez Etam, puis s'en retourne faire son numéro victimaire selon le scénario habituel.

Après un incident avec des Gilets jaunes, Castaner parle d’«abrutis»




jeudi 14 mars 2019

Le ministre de l'Intérieur est arrivé ce mercredi à Besançon en vue de promouvoir le concept de police de sécurité du quotidien (PSQ).
 
Plusieurs Gilets jaunes venus sur les lieux ont tenté d'aborder le cortège ministériel.
Peine perdue.
Qui plus est, cinq personnes ont été interpellées pour outrage et rébellion.

Alors que Christophe Castaner a entamé mercredi matin une visite à Besançon, dédiée notamment à la police de sécurité du quotidien (PSQ), il a évoqué le mouvement des Gilets jaunes dont les manifestations agitent la France depuis le 17 novembre dernier.

Il s'est rendu notamment dans le quartier de Planoise où une vingtaine de manifestants ont tenté de s'approcher du cortège.
Ce qui ne faisait apparemment pas partie des projets du ministre.
Ainsi, cinq personnes ont été interpellées pour des faits d'outrage et de rébellion, selon la préfecture.

Évoquant les heurts qui émaillent presque chaque manifestation des Gilets jaunes, Christophe Castaner n'y est pas allé de main morte.
«Ce ne sont pas des Gilets jaunes, ce sont des brutes, des casseurs, déguisés en manifestants», a-t-il indiqué, cité par l'Est Républicain.
 
 


Naufrage Grande América : la grande

 
 



14/03/2019

Naufrage Grande América : la grande hypocrisie
 
Alors que le naufrage d’un navire au large des côtes françaises va causer des dommages irréversibles, la question écologiques revient au coeur des débats.
Les marches pour le climat et autres affaires du siècle paraissent bien superficielles face aux enjeux concrets de l’écologie.
 
Baisse du nombre de parlementaire : l’impossible réforme ?

La majorité en marche arrière sur la réduction du nombre de parlementaires… la promesse de campagne d’Emmanuel Macron de réduire le nombre de députés devrait passer à la trappe, les élus se sachant menacés par une telle disposition.
 
Tour Triangle : un business entre amis
 
Revoilà la Tour Triangle.
Alors que le projet suscite de nombreuses controverses depuis plusieurs années, le gouvernement a décidé de lui donner un coup de pouce.
Une aide loin d’être anodine alors que plane l’ombre d’un petit arrangement impliquant le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.
 
L’actualité en bref

Des milliers de gens armés dans les banlieues selon un Préfet [Vidéo]

 
 


 
Michel Auboin, ancien préfet et auteur de “40 ans dans les Cités” évoque les banlieues …

Début de la vidéo : «Il y a des dizaines voire centaines de quartiers où il est extrêmement difficile d’entrer y compris pour la police et où le mode de vie, les relations aux autres, aux institutions, à la langue française, sont en train de s’estomper» 


 
Évoquant les flux migratoires, il déclare : «Il arrive que les professeurs des écoles à la rentrée scolaire en septembre aient une classe qui n’est plus du tout la même qu’en juin à la fin de l’année scolaire. Certaines villes sont devenues des villes closes où il est difficile d’entrer et où le trafic de drogue et d’armes s’est amplifié»

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

En marche pour le climat avec la petite Greta et papa Macron !

 
 

 
Les apôtres du climat ont trouvé leur icône : Greta Thunberg. 16 ans, possédée par le démon du réchauffement.

Son regard accuse, ses tresses se dressent.

Des cataclysmes infernaux nous attendent.
Tremblez, peuplades, les océans vont déborder, les thermomètres exploser, les dinosaures revenir.
Si vous autres, adultes responsables, ne faites rien, nous allons tous y passer.
Face à la jeune militante, les dirigeants européens claquent des dents.
Terrorisés.
La vérité sort de la bouche de la môme Greta.
 « Vous voyez bien qu’il nous faut taxer encore davantage tout ce qui émet du CO2 ! C’est une enfant qui le dit. Une toute petite enfant. »
Juncker a les larmes aux yeux.
Macron se mouche dans les rideaux.
Nous voilà au bord du gouffre.

Gaspard Gantzer, roi de l’image qui croit à sa bonne étoile !

 
 
Résultat de recherche d'images pour "gantzer qi"


« C’était un petit jardin
Qui sentait bon le métropolitain »

chantait Jacques, le père
« J’aime plus Paris,
On court partout, ça m’ennuie »

chante Thomas, le fils.

Il est vrai que Paris a bien changé…
Quand je pense que quand j’y habitais encore, je pouvais laisser ma voiture garée place des Vosges tout le temps qu’il me plaisait !
Paris est tellement « dégueulasse » que le fringant Gaspard Gantzer a décidé d’aller s’en occuper en 2020 et de redonner Paris à ses habitants (après tout, c’est la moindre des choses), de tout nettoyer, de construire tout plein de crèches (pour les bébés, pas pour le petit Jésus, ne rêvez pas, Monsieur Ménard) et même de supprimer le périphérique (comme ça, il n’y aura plus la moindre bagnole pour polluer l’air).
Diantre, c’est un sacré programme.
Le pedigree de Gaspard a tout pour plaire : jeune, beau gosse, né dans le XVe arrondissement d’une bonne famille bien bourgeoise, Sciences Po, puis l’ENA en compagnie de son pote, un certain Emmanuel Macron, socialiste dès son entrée à Sciences Po et « grand spécialiste de la com’ ».

mercredi 13 mars 2019

Lettre ouverte au Président de la République

 
 
 
 

Cette Lettre est diffusée sur les Réseaux Sociaux, tractée dans les Ronds Points Citoyens, les manifestations, les Commissariats et Gendarmeries d'Aquitaine, transmise aux Médias, au Président de la République, au Ministre de l'Intérieur
 
Monsieur,
Nous faisons suite a votre intervention relative au mouvement des Gilets Jaunes qui a été émaillé de plusieurs scènes violentes.
La violence, en soi, est une attitude inacceptable, et comme vous, les Gilets Jaunes et au delà, le Peuple de France qui soutient ce mouvement a plus de 70 %, la récusent :
Nous récusons la violence comme méthode de contestation.
Mais il faut savoir pourquoi ce mouvement pacifique se retrouve quelquefois dans des situations d'expressions violentes.
Vous êtes un employé de la République, du Peuple, au plus haut niveau.
Vous avez des devoirs devant le Peuple.
Parce que, au fond, le Mouvement des Gilets Jaunes prend sa source dans diverses trahisons des représentants face au Peuple qu'ils sont censés représenter ; qu'ils sont censés défendre.
Vous parlez de factieux ; de séditieux , mais peut être reviendrez vous a d'autres sentiments après avoir fait l’enquête impartiale que vous demande le Peuple ; vous parlez de séditieux, de factieux pour décrire la colère violente qu'expriment certains manifestants.
Mais ou sont véritablement les factieux ? les séditieux ?
Voyez-vous, la Nation Française appartient au Peuple de France.
Et les représentants sont élus pour garantir son intégrité territoriale, économique, sécuritaire, morale.
La Constitution pose le principe de la République comme étant le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » (art. 2).
La France est comme un véhicule et ce véhicule appartient au Peuple de France.
Les élus doivent entretenir ce véhicule ; faire les révisions qui s'imposent ; vérifier l'état des pneus faire tout ce qui est nécessaire pour que ce véhicule puisse continuer a rouler.
Mais en aucun cas, les élus n'ont l'autorisation d'en démonter le moteur et de le vendre en pièces détachées.

Brexit : Theresa May dans le brouillard – Journal du mercredi 13 mars 2019






Nouveau coup d’arrêt pour le Brexit. Mardi, le nouvel accord obtenu à Strasbourg par Theresa May a été rejeté par le parlement britannique.
Un nouveau coup dur pour le premier ministre prise en étau entre son opposition et l’intransigeance des institutions européennes.
 
Loi “anti-casseurs” : Big Brother se manifeste
 
La loi prétendument “anti-casseurs” adoptée au Sénat.
Le texte prévoit des interdictions de manifester et un fichage des manifestants violents.
Des dispositions aux relents liberticides qui passeront devant le Conseil Constitutionnel pour conférer encore plus de pouvoir au gouvernement en cas de validation.
 
Algérie : Qui est Rachid Nekkaz ?

Il est présenté par les médias français comme le principal opposant à Abdelaziz Bouteflika, qui est donc Rachid Nekkaz, cet homme d’affaires qui paie les amendes des femmes portant le niqab dans les lieux publics ?
 
L’actualité en bref

Racailles, Bac, même combat

Résultat de recherche d'images pour "racailles"
 
Racailles!..
 
 
Bac, cherchez l'erreur!..
 

Armes de guerre dans une manifestation pacifique ?

 
 

Privatisation d'ADP, réponse du traître le maire

 
 
 

L’un des plus prestigieux journaux britanniques affirme que Macron est « sur la voie du despotisme »

 
 
 
 
BREIZATAO – ETREBROADEL (12/03/2019)

The Financial Times, prestigieux quotidien financier britannique connu pour sa couleur saumon, ne mâche pas ses mots à propos d’Emmanuel Macron.

Pour le journal le plus lu du monde des affaires, Macron est désormais engagé sur la voie du despotisme.
FT (source) :

Vite, nommez un pays : critiqué cette semaine par la présidente de la Commission de l’ONU pour les Droits de l’Homme pour son usage excessif de la force contre les manifestants, son gouvernement a fait passer une série de lois pour réprimer les manifestations, dissoudre les réseaux d’opposants, promouvoir une « vérité officielle » et supprimer les contenus sur les réseaux sociaux.
Maintenant, son président évoque ouvertement la possibilité de nommer des fonctionnaires pour superviser les médias et contrôler l’information.
Bienvenue en France, patrie d’Emmanuel Macron, le chéri des progressistes.

Les manifestants, évidemment, sont les méchants Gilets Jaunes, qui pourront être interdits individuellement de participer à des manifestations et seront placés sur une liste spéciale à la faveur de la loi « anti-émeute » votée le mois dernier par l’Assemblée Nationale.
Les opposants, pendant ce temps-là, sont à l’extrême-droite.
Monsieur Macron a juré de dissoudre (jusqu’à présent légales) leurs associations.
Les restrictions sur la liberté d’expression sont débattues au sujet des ignobles « antisionistes » afin de combler un vide existant dans la loi qui interdit pourtant déjà l’antisémitisme.
La promotion d’une vérité officielle est la conséquence inévitable de la loi bien intentionnée contre « les fausses nouvelles » votée en novembre dernier.

Même les mémés, même les nourrissons, tout le monde a partie liée contre lui.

 
 


Campagnol tvl

Ajoutée le 12 mars 2019
 
Les gens qui vous expliquent sans cesse que la majorité a tort contre eux nous fatiguent, et le président est le premier d'entre eux.

Couple franco-allemand, Angela demande le divorce à Manu!

 
 
Couple franco-allemand, Angela demande le divorce à Manu!

par | 13 Mar 2019 |

Haaa…. le couple franco-allemand, il y a de l’eau dans le gaz et la tribune de Macron sur l’Europe, reçoit un accueil objectivement dramatique de la part de nos partenaires et en premier lieu le plus important d’entres eux à savoir l’Allemagne.

L’Allemagne de Merkel propose par exemple que le futur porte avion soit (payé par la France) et utilisé par l’Allemagne, qu’il n’y ait strictement aucune mutualisation des dettes et que chacun se débrouille avec ses frasques nationales puisque cela fonctionne si bien pour l’Allemagne, mais ce n’est pas tout.
Dans les bonnes idées d’AKK (le surnom de celle qui succède à Merkel) il faudrait aussi fermer le parlement européen de Strasbourg, et…. Merkel enfin trouve parfaite l’idée qu’elle soutient pleinement d’un siège européen unique à l’Onu, au détriment de la France!

Merkel veut détruire la France…

Objectivement, celui qui veut croire encore que l’Europe c’est la paix et que les zallemands y sont les zentils est un benêt, un naif, ou un imbécile.

L’Allemagne domine l’Europe et la France va devoir choisir entre accepter la domination et la tutelle allemande fort désagréable au quotidien, ou d’enfin accepter de penser à nouveau sa puissance et son avenir.

Le couple franco-allemand va divorcer car pour sauver le mariage, le prix à payer sera beaucoup trop élevé.

Accessoirement, l’Europe et l’euro n’y survivront pas.

Charles SANNAT

Source le HuffigthonPost ici

Ségolène Royal flinguée par ses anciens petits copains du PS

 
 


S’il y a quelque chose qu’on ne peut pas reprocher à Ségolène Royal, c’est d’être inconstante.

En effet, cela doit bien faire trente ans, voire plus, qu’elle est sur la même ligne et qu’elle nous fait le coup du sexisme et de la victimisation.

En 2007, par exemple, elle n’avait pas spécialement apprécié les mots que Lionel Jospin avait eus à son endroit dans un livre paru à l’époque, L’Impasse.
Dans cet ouvrage, l’ancien Premier ministre avait été jusqu’à mettre en doute les capacités politiques et les qualités humaines de l’ancienne candidate à la présidence !
Ségolène Royal avait alors déclaré : « J’ai l’impression en lisant tous ces ouvrages que si j’étais Jeanne d’Arc, j’aurais déjà été brûlée vive. »
Très messianique, elle avait même osé : « Pardonnez-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. » Et, charitable jusqu’au bout des ongles, d’ajouter : « Je pardonne à tous ceux qui m’agressent parce que d’abord je pense qu’ils me font moins de mal à moi qu’aux socialistes… »
Une larme était permise.
Mais a-t-elle vraiment pardonné ?
On a comme un doute.

Le malus appliqué aux retraites complémentaires : une injustice de plus

 
 

 
Désormais, si vous prenez votre retraite à 62 ans, la punition tombe : 10 % de moins sur votre complémentaire brut, pendant trois ans, grâce à un coefficient dit de solidarité !

En clair, l’État vous prive d’un trimestre de complémentaire sur cette période – ce n’est pas rien – et cet acte appelle quelques remarques.

Concoctée, en 2015, par ceux qui nous gouvernent, ceux qui gèrent, et avec l’accord de ceux qui sont censés nous défendre, cette loi montre combien les gilets jaunes ont raison sur le fond.
Les acquis disparaissent de plus en plus ; la retraite à 62 ans en était un.
Naïf que je suis, je pensais que, pour avoir un malus, il fallait avoir eu un accident avec responsabilité, comme en voiture, ou avoir commis une faute.
Prendre sa retraite à 62 ans à taux plein ou non est un choix personnel : en partant sans avoir le taux plein, vous partez avec moins de pension ; ce qui est juste.
En revanche, qu’on vous « taxe » depuis le 1er janvier ne l’est pas, la liberté de prendre sa retraite à 62 ans n’existe plus, avec ou sans taux plein, elle est conditionnelle : vous pouvez partir, mais sous réserve de vous affranchir d’un « billet d’entrée en retraite valant un trimestre de complémentaire sur 3 ans ».
Sujet du grand débat ? Eh bien, non…

Ni pardon ni oubli.

 
 
L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros plan

Anne-Sophie Chazaud

 L’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, figure de proue du mouvement des femmes iraniennes contre le port du voile, a été condamnée à 38 ans de prison et 148 coups de fouet.

 Nous aimerions connaître l’avis de Decathlon sur cette sentence, puisque le voile est supposé être un signe de liberté des femmes.

 Nous aimerions connaître l’avis de Monsieur Taché le bien-nommé, ardent zélateur du voile en question, et nous aimerions notamment savoir s’il connaît beaucoup de femmes catholiques condamnées à 38 ans de prison et 148 coups de fouet pour n’avoir pas porté de serre-tête.

 Nous aimerions savoir si Monsieur Belattar, l’ami-frère du Président Macron, entend organiser un «rassemblement pour la dignité» en soutien à cette femme victime de l’islamisme rigoriste, lui qui a voulu dans l’affaire Decathlon organiser le soutien au hijab sans avoir peur ni honte d’y employer le terme de «dignité».

Nous aimerions avoir l’avis de tous les petits collabos et lyncheurs, comme ceux qui par exemple s’acharnent depuis des mois sur Zineb el Rhazoui, si courageuse.

 Que pensent-ils, tous ces lâches qui généralement chassent en meutes, d’une peine de 38 ans de prison et 148 coups de fouet ?
 
Ne trouvent-ils pas le verdict quand même un peu trop clément ?

 Il n’y aura ni pardon ni oubli.