samedi 21 septembre 2019

Scandale : l’Autriche refuse des aides au logement aux immigrés qui ne parlent pas allemand !

 
 
 


Voilà qui va encore alimenter le débat sur l’immigration.

En Autriche, certains habitants d’origine immigrée se sont vu refuser une aide au logement parce qu’ils ne maîtrisaient pas bien la langue allemande.

Cette mesure, instaurée en 2018 par la coalition entre la droite (ÖVP) et la droite nationaliste (FPÖ), ne s’applique actuellement que dans le Land de Haute-Autriche, mais pourrait être généralisée d’ici 2020. Les organisations humanitaires crient au scandale.
Selon la presse, 3.000 immigrés pourraient être concernés.
L’association Migrare aurait aidé une dizaine d’entre eux à porter l’affaire en justice.
Le Figaro cite l’exemple d’un père de famille d’origine turque qui a obtenu gain de cause en expliquant qu’il lui était impossible de suivre des cours à cause de ses horaires de travail décalés.
La Croix donne le témoignage d’une ancienne femme de ménage d’origine serbe, reconnue invalide : « J’ai travaillé dur, j’ai nettoyé partout », constate-t-elle avec amertume, se plaignant que son revenu ait été amputé de près de 150 euros d’allocation logement.
Elle a décidé de porter plainte pour discrimination fondée sur l’origine ethnique et le handicap.
Ce n’est sans doute pas un hasard si cette information sort dans les médias huit jours avant les élections anticipées du 29 septembre, où les conservateurs sont donnés largement en tête et pourraient reconduire leur alliance avec les nationalistes.
On peut trouver cette mesure injuste, surtout pour les travailleurs légaux qui sont installés en Autriche depuis plusieurs années.
La région de Haute-Autriche réfléchirait, d’ailleurs, à des exemptions.
Mais si l’on pense à la situation française, cette affaire pose la question de l’attrait que peuvent représenter, pour les immigrés, les diverses allocations auxquelles ils ont droit.

Greta et Ségolène sont dans un bateau. Greta tombe à l’eau…

 
 


 
Voilà une photo qui ne manquera pas de figurer dans les livres d’histoire : Greta Thunberg et Barack Obama ont échangé, mardi, un « check ».

Poing contre poing, comme les rappeurs. Entre djeuns, ex et futur prix Nobel de la paix. La classe…

Pour l’occasion, la jeune fille avait troqué ses tresses contre une longue longue longue queue de cheval, symbole d’une coiffure bio nourrie aux embruns.
Elle poursuit donc son périple sur le territoire américain, rencontrant à Washington le président d’hier puisqu’elle refuse de discuter avec un Trump en exercice.
En ligne de mire, le sommet sur le climat de l’ONU, qui rassemblera tous les dirigeants (ou presque) de la planète.
Une manifestation monstre est prévue samedi à New York, encouragée par les époux Obama.
Barack a rassuré la sainte climatique – « Toi et moi, on forme une équipe ! » – avant d’échanger un second « fist bump ».
Il faut dire que la frêle enfant bénéficie, aujourd’hui, de toutes les attentions.
Pas un chef d’État, pas une tête couronnée, pas un politique en campagne qui ne rêve, désormais, de poser avec elle sur la photo envoyée illico à ses millions de followers.
Non seulement il faut en être, mais il faut le faire savoir, toutes choses qui, on le sait, remplacent avantageusement l’absence de savoir-faire.
Ainsi notre nationale Ségolène Royal, qui court déjà les plateaux de télé pour laisser supputer une candidature en 2022.
Elle aura alors 69 ans, l’âge de toutes les promesses, et compte bien défier son ancien compagnon Hollande et, derrière lui, tous les vieux éléphants du marigot PS.

vendredi 20 septembre 2019

Pour tous ces Algériens qui nous bassinent avec des rancunes peu crédibles, qu'ils lisent la lettre qui suit.

 
 
Résultat de recherche d'images pour "oran avant 62"

Pierre Gé

Analyse d'un Chirurgien, ex prisonnier à D.B.P. (DIEN BIEN PHU)

Que l’on arrête aussi de nous bassiner avec les plaies de la guerre d’Algérie, que les Algériens refusent de refermer et utilisent continuellement depuis 55 ans pour s’exonérer du naufrage de leur indépendance..

Jamais un Allemand ne nous reprocherait les siècles de guerre avec l’Allemagne.

Si les Algériens ont dilapidé l’héritage colonial, qui faisait de l’Algérie le pays le plus moderne du continent africain avec l’Afrique du Sud, ce n’est certainement pas notre faute.
C’est la faute des incapables du FLN, au pouvoir depuis 55 ans et totalement corrompus.
La rente pétrolière et gazière a été largement détournée au détriment du peuple.
Par haine de la France, ils ont fait le choix de se rapprocher de l’Union Soviétique au lendemain de l’indépendance.
Un choix économique et politique démentiel qui a ruiné le pays en quelques années.
En 132 ans de présence, la France a sorti l’Algérie du Moyen-âge pour la transporter vers le monde moderne.
C’est cela la vérité.
Alors que depuis les conquêtes arabes du 7ème siècle, suivies de la domination turque, les envahisseurs musulmans avaient fait du Maghreb un champ de ruines.
Pourquoi Noirs et Arabes ne s’intègrent pas alors que le modèle d’assimilation républicain a fait merveille avec des générations d’Européens et plus récemment avec les Asiatique...?
Tout simplement parce qu’ils ne veulent pas s’intégrer et sont élevés dans la haine de la France pour beaucoup d’entre eux.
Car l’effort de la République en faveur des immigrés est colossal.
Jamais les immigrés n’ont bénéficié d’autant de moyens matériels, financiers et humains que depuis 30 ans.
Mais quand on regarde les résultats, entre ceux qui font l’effort de s’intégrer et ceux qui haïssent la France, le constat est accablant...!.

La mort du président Ben Ali, l’homme qui avait sauvé la Tunisie de la révolution islamiste et qui l’avait sortie du sous-développement

Résultat de recherche d'images pour "ben ali tunisie"

20/09/2019
 

La révolution tunisienne a éclaté le 17 décembre 2010.

Moins d’un mois plus tard, le 14 janvier 2011, lâché par ses « amis » occidentaux auxquels il n’avait jamais rien refusé, et trahi par l’état-major d’une armée qu’il n’avait cessé de combler, le président Ben Ali était chassé du pouvoir et contraint à l’exil.

En quelques semaines, la Tunisie dilapida ensuite le capital confiance qu’il avait mis deux décennies à constituer.

Né le 3 septembre 1936, diplômé de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr et de l’école d’application de l’artillerie de Châlons-sur-Marne, Zine el-Abidine Ben Ali fut chargé par le président Bourguiba de la création de la direction de la sécurité militaire qu’il dirigea de 1964 à 1974.
Il eut ensuite une carrière diplomatique comme attaché militaire au Maroc puis en Espagne.
Au mois de janvier 1978, la Tunisie étant alors en pleine insurrection, il fut rappelé pour être nommé chef de la Sûreté générale, poste qu’il occupa jusqu’en 1980.
Puis il redémarra une carrière diplomatique comme ambassadeur en Pologne.
Après les graves émeutes du mois de janvier 1984, il fut de nouveau rappelé.
Tout alla ensuite très vite puisque, le 23 octobre 1985, il fut nommé ministre de la Sûreté nationale, puis ministre de l’Intérieur le 28 avril 1986.
Il devint ensuite le  secrétaire général adjoint du PSD (Parti socialiste destourien).
Enfin, au mois de mai 1987, sous le gouvernement de Rachid Sfar, il fut nommé ministre d’Etat chargé de l’intérieur.
Sa nomination comme secrétaire général du PSD en fit le dauphin du président Bourguiba.
Le 2 octobre 1987, ce dernier le nomma Premier ministre.
Un mois plus tard, le 7 novembre 1987, appuyé sur l’expertise de sept médecins qui attestèrent de son incapacité mentale, le général Ben Ali déposa Habib Bourguiba.
A l’époque, comme la Tunisie était menacée d’effondrement, avec toutes les conséquences géopolitiques qui en auraient découlé, l’accession au pouvoir du général Ben Ali fut unanimement saluée.

Immigration : Macron n’est pas crédible, par Ivan Rioufol



 
Miracle ! Emmanuel Macron a recouvré la vue !
 
Il a dit, lundi devant les élus de La République en Marche !, parlant d’immigration : “Nous n’avons pas le droit de ne pas regarder ce sujet en face“.
 
Le chef de l’Etat laisse comprendre qu’il entend désormais venir sur le terrain de Marine le Pen, dans un manichéisme qu’il a déjà construit : à elle “le repli” ; à lui “une solution ouverte mais pas naïve”. S’il fallait démontrer l’absence de doctrine du macronisme, ce revirement en serait une illustration. Au prétexte de suivre l’air du temps, voici Narcisse qui ferraille un jour contre les populistes, se fait leader de la planète le lendemain, épouse la cause écologiste le jeudi et finit sa semaine en se découvrant attentif aux détresses des “classes populaires”, laissées en première ligne face à la diversité bénie.
C’est sous sa présidence que l’immigration a explosé : en 2018, le pays a reçu 122.000 demandeurs d’asile et a délivré 255 .000 titre de séjour.
Ce mercredi, Macron rencontre le nouveau gouvernement italien, qui s’est débarrassé de Mattéo Salvini au prétexte qu’il réclamait la consultation du peuple.
Sous sa politique, l’arrivée des clandestins a chuté de 80% en Italie.
Mais Macron exècre cet antimondialiste qui dit que l’immigration non désirée pose un problème.
En revanche, le président avait soutenu Angela Merkel quand, en 2015, elle avait unilatéralement ouvert l’Allemagne à plus d’un million de clandestins venus du Moyen- Orient.

Une femme séquestrée, violée et prostituée dans un camp de gens du voyage à Castres : 2 suspects écroués

image d'illustration / © MAXPPP 

image d'illustration / © MAXPPP
Par Nathalie Fournis
 
L'opération de police qui a eu lieu mardi 17 septembre au camp de la Vivarié de Castres a permis l'arrestation d'un homme de 32 ans et sa mère de 57 ans.

Tous deux sont soupçonnés d'avoir maintenu en esclavage pendant un an dans une caravane une femme de 46 ans.
 
C'est cette affaire sordide qui a déclenché ce mardi l'importante opération de police sur le camp des gens du voyage de la Vivarié à Castres (Tarn).
 
Un calvaire de plus d'un an
 
A l'origine, le dépôt de plainte en 2017 d'une femme de 46 ans maintenue de force pendant plus d'un an dans une caravane.
Son calvaire commence à l'été 2016 quand elle sympathise avec une femme issue de la communauté des gens du voyage.
Elle la fait venir sur le camp de la Vivarié et ne lui permettra plus d'en sortir pendant plus d'un an.

Cette castraise est considérée comme vulnérable et fragile psychologiquement.

Le temps des barbares: guerre des gangs à Garges-les-Gonesses



Enfumage et récupération




enfumage
« Il faut, que nos compatriotes intègrent que nous sommes entrés dans un monde des grandes migrations. Il y en aura de plus en plus. La France ne pourra l’endiguer ».
A Berlin, en 2015 « Je veux saluer ce qu’a fait la Chancelière. Un million de migrants c’est une force et une fierté pour l’Europe ».
Invité chez des Protestants: « L’immigration fait partie du monde dans lequel nous vivons ».
Le 12 Février 2017, en Algérie: « Il faudra former un Office pour favoriser la mobilité, entre les deux rives de la Méditerranée ».

Féminicide : histoire d’une mascarade – Journal du vendredi 20 septembre 2019

 
 



Entre culture de l’émotion et surenchère, le “féminicide” envahi l’espace public.
Loin de protéger les femmes, cette nouvelle marotte médiatico-politique met une nouvelle fois en exergue les contradictions féministes.
 
La Vapoteuse dans le collimateur
 
La cigarette électronique est-elle dangereuse pour la santé?
L’état de New-York et l’Inde ont interdit sa commercialisation à des fins sanitaires.
 
Nigéria : un autre drame de l’immigration

Chaque année des centaines de milliers d’Africains tentent de rejoindre l’Europe.
Parmi eux, de nombreux nigérians qui restent à quai en Libye dans des conditions déplorables.
Les plus chanceux rentrent chez eux, mais sont ruinés et parfois même brisés.
 
L’actualité en bref

Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les matelas !

 
 
Résultat de recherche d'images pour "économies sous le matelas"

par | 20 Sep 2019 |

Le degré de confiance dans l’économie est tel que entre 2009 et 2018, le nombre de billets en circulation en zone euro a augmenté de 50% ce qui est considérable, au moment même d’ailleurs où l’on effectue de plus en plus de paiement sous forme digitale !

Alors comment expliquer le passage de 820 milliards en circulation en 2009 à 1 260 en 2018 ?

Simple.
Par les 600 milliards d’euros qui sont stockés par tous les Européens dans les matelas et autres bas de laine sous forme d’espèces !
Ce phénomène démontre à quel point, le cash, est une nécessité et une liberté économique fondamentale.
Avoir vos sous avec vous sous forme de billets, c’est par exemple pouvoir un jour échapper à la taxe que représentent les taux d’intérêt négatifs.
Avoir ses sous avec soi est le meilleur rempart à toute dictature fiscale ou économique, le cash est un contre-pouvoir naturel nécessaire et indispensable à l’équilibre des choses.

C’est pour cette raison que la guerre contre le cash n’est pas prête de cesser… et devrait même
s’amplifier.

Charles SANNAT

 
 

 
Que savons-nous de Salvini ?

Peu de choses, essentiellement quelques clichés, et notamment qu’il fait partir du cercle des populistes maudits, réputés vulgaires, gouailleurs, cabotins, urticants, démagos et incapables.

D’ailleurs, la preuve : ne vient-il pas de perdre, par sa témérité inconséquente, le pouvoir qu’il avait eu tant de mal à gagner ?
Et si nous étions loin du compte ?
Marie d’Armagnac, journaliste indépendante ayant vécu de longues années en Italie, a ciselé un portrait à la fois très documenté et plein de finesse du vibrionnant quadragénaire, issu de la petite bourgeoisie milanaise sans histoire, ni idéologue, ni intellectuel, mais simple Italien doté d’une « intelligence intuitive », qui, pour toutes ces qualités ordinaires, rencontre un écho extraordinaire auprès de ses compatriotes.
Le portrait qu’elle nous brosse n’est pas celui d’un surdoué mais d’un persévérant qui a su faire prendre à son parti politique à l’ancrage et au prisme foncièrement régional le virage national, comme on fait tourner lentement un lourd paquebot, faisant tomber les deux Italie antagonistes dans son escarcelle : « On doit sauver le Sud de sa classe dirigeante. »
Fidèle, travailleur, homme de l’ombre dont le charisme qu’on lui reconnaît aujourd’hui, n’était au départ sans doute pas si flagrant, puisque Umberto Bossi, fondateur de la Ligue lombarde à laquelle Matteo Salvini adhéra dès l’âge de 17 ans, n’a jamais misé sur lui ni compté dans la « short list » de ses poulains, comme le décrit Marie d’Armagnac.

jeudi 19 septembre 2019

Camp de migrants de Grande Synthe : Paris déverse ses clandestins afro-musulmans dans le Pays Rennais !

 


BREIZATAO – NEVEZINTIOU (18/09/2019) Si

l’opinion bretonne avait besoin d’une preuve supplémentaire pour réaliser que Paris veut faire de la Bretagne une décharge du tiers-monde, la voici.
 
Ouest-France (source) :

Etrelles, près de Vitré, en Ille-et-Vilaine, accueille 25 migrants, évacués d’un campement dans le Nord de la France, au sein de l’ancien lycée agricole.

Le bâtiment était inoccupé. Ils resteront sur place quinze jours.
Vingt-cinq migrants, évacués ce mardi 17 septembre d’un campement de Grande-Synthe, à proximité de Dunkerque (Nord), sont arrivés cet après-midi à Étrelles, près de Vitré, nous a indiqué la préfecture.
« Ils sont très fatigués par le voyage. À l’heure où nous parlons, leur état de santé a été contrôlé et tous se portent bien », explique Didier Doré, le sous-préfet de l’arrondissement de Fougères-Vitré.
« L’objectif est de pouvoir les réorienter en fonction de leur statut. Certains sont demandeurs d’asile, d’autres sont des primo-arrivants, ajoute le sous-préfet. Tout le monde travaille à ce que ces personnes soient en sécurité et en bonne santé. »

Saint-Ouen : La jeune interne en médecine de 27 ans a été tuée de 14 coups de couteau

 
 
 
Illustration Actu17 ©
 
Y.C.
-19 septembre 2019
 
Le corps sans vie d’une jeune interne en médecine de 27 ans a été découvert ce lundi après-midi par la police, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).
 
Les premiers résultats de l’autopsie ont montré que la victime avait été victime d’un véritable acharnement.

Audrey avait seulement 27 ans.
Ses proches inquiets de ne plus avoir de nouvelles ont fait appel à la police ce lundi après-midi.
Le corps sans vie de la jeune femme a été découvert par les policiers vers 16h30 dans son appartement, au 120 avenue Gabriel Péri.
La victime gisait dans une mare de sang.
Cette dernière a reçu au total 14 coups de couteau sur le haut du corps selon une source judiciaire.

Un suspect identifié et activement recherché

Mélenchon : un “rebelle” en opération promotion – Journal du jeudi 19 septembre 2019







Mélenchon : un “rebelle” en opération promotion

Jean-Luc Mélenchon part en campagne de rentrée.
Son procès devant le tribunal correctionnel de Bobigny lui donne l’occasion de se victimiser et de faire la promotion de son dernier ouvrage… une manière de tenter de revenir sur le devant de la scène alors que le débat sur l’immigration semble plus que jamais bipolariser le débat politique.
 
Panique sur les carburants
 
Après l’attaque d’installations pétrolières en Arabie Saoudite le week-end dernier, les prix à la pompe devraient augmenter de quatre ou cinq centimes le litre.
Une mauvaise nouvelle ayant provoqué un branle bas de combat gouvernemental face au risque de voir les gilets jaunes revenir sur le devant de la scène.
 
Hong-Kong : la course pour préserver son anonymat
 
Depuis 6 mois, les mouvements de protestations contre Pékin redoublent d’ingéniosité pour contourner les dispositifs de sécurité et de contrôle.
 
L’actualité en bref

Justin Trudeau devrait arrêter de faire le clown!

 
FIGAROVOX/TRIBUNE - Justin Trudeau aime se déguiser. Pas étonnant, estime Anne-Sophie Chazaud: ce grand promoteur de l’idéologie diversitaire sait changer d’identité comme de chaussettes. Problème: son costume d’Aladdin lui cause aujourd’hui des ennuis avec la gauche antiraciste...
 

Anne-Sophie Chazaud est philosophe, haut fonctionnaire et auteur d’un livre à paraître aux éditions l’Artilleur consacré à la liberté d’expression.


On ignore si Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, est entré en politique après avoir échoué dans le spectacle comique, mais une chose est certaine: ce garçon aime particulièrement les déguisements.

Au point qu’on peut légitimement se demander si, pour les partisans de la post-histoire, victimaire et multiculturaliste, la politique ne relève pas en soi du grimage, de la foire comique et de la communication de façade.

On se souvient des multiples apparitions publiques de la famille Trudeau en voyage en Inde dans une débauche ininterrompue de costumes traditionnels, manifestement étreints par quelque fascination bollywoodienne davantage que par les dignes exigences d’un voyage officiel, qui avaient suscité à la fois l’hilarité et l’agacement des Indiens.
On a vu Justin Trudeau en cow-boy, en coiffe de chef indien pour célébrer les Premières Nations, on l’a surpris en Superman pour Halloween sans qu’il soit du reste possible de dire si cela constituait un événement festif ou une nouvelle posture diversitaire de la part de l’inventeur gay-friendly de la «diplomatie de la chaussette», lequel a réussi à reconstituer avec talent au fil de ses multiples apparitions le groupe Village People à lui tout seul.
Il n’est du reste pas surprenant qu’une telle effervescence costumière devienne le mode d’expression privilégié d’une idéologie rejetant toute forme d’identité nationale au profit d’une atomisation d’identités folkloriques, les seules tolérées et valorisées comme autant de marchés de niches mondialisées pour une pensée dépourvue de vision collective et de colonne vertébrale.

Le boomerang du grotesque diversitaire semble revenir en pleine face à son expéditeur zélé.

Le PDG de Total «profondément inquiet» de la situation, et vous ?

 
 par | 19 Sep 2019 |
 
Suite aux attaques en Arabie saoudite le PDG de Total se dit «profondément inquiet» de la situation !
 
Rien que cela.
 
Devons-nous trembler ?
C’est bien possible bien qu’aucune certitude ne peut être émise à ce stade, ni aux suivants d’ailleurs.
En réalité, personne ne sait ce que peut donner une telle situation.
Comme depuis 30 ans, cette montée des tensions peut finir par trouver une résolution via un nouvel accord qui sera signé en grandes pompes, ou alors atteindre un point de non-retour.
Nous pouvons même voir les protagonistes reculer au dernier moment face à l’abîme de la guerre, sans faire l’impasse sur la probabilité non-négligeable, que personne n’entame de désescalade et que le pire se produise.
Si le pire peut arriver rapidement, la montée des tensions devrait continuer à être progressive ce qui permettra aux Etats-Unis de faire monter en puissance le dispositif militaire nécessaire face à l’Iran.
 
Pouyanné pense que ce sera pire demain !

Patrick Pouyanné a ainsi déclaré devant la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale.
« Je serais surpris que ça s’arrête là. Je suis pour être honnête profondément inquiet de l’escalade que nous avons vue au Moyen-Orient »,

Immigration : le grand réveil d’Emmanuel Macron

 
 
Fantasmes ou réalité ?
 
On se souvient qu’en mars dernier, alors que la situation intérieure en Algérie paraissait plus qu’incertaine, Marine Le Pen avait demandé au gouvernement de suspendre l’octroi de visas aux Algériens face au risque d’un afflux migratoire vers la France.

En gros, on lui avait ri au nez.
Ainsi, Christophe Castaner avait réagi sur BFM TV en déclarant que la présidente du Rassemblement national avait « un problème avec les Algériens », qu’elle disait « n’importe quoi », qu’elle visait les Algériens car ils étaient, pour elle, « ses adversaires fantasmés ».
Et c’est vrai qu’il ne s’est rien passé.
Il est vrai, aussi, de la même manière, qu’il y a des tonnes de plans de prévention dans les armoires des préfectures (contre le feu, les inondations, les accidents nucléaires, contre des dangers plus terribles les uns que les autres…) et qu’évoquer ces dangers est sans doute n’importe quoi puisque, jusqu’à présent, il ne s’est rien passé.

Un article du Monde du 17 septembre, intitulé « L’offensive de Macron sur l’immigration », nous rapporte ces propos d’un ministre dont le nom n’est d’ailleurs pas révélé : « L’enjeu est de savoir si la France peut résister à l’afflux d’un million de personnes venues du Maghreb en cas de crise dans l’un des pays de la région. La réponse est non. »

Mais, au fait, pourquoi se poser cette question s’il n’y a pas de risques ?
 Pour jouer à se faire peur ?
Toujours selon cet article, la situation algérienne, avec une élection présidentielle le 12 décembre prochain, serait « dans le viseur du chef de l’État ».
Alors, fantasmes ou réalité ?
C’est, du reste, toute la question de l’immigration dans notre pays.
Fantasmes ou réalité ?
« La France a toujours été une terre d’immigration », affirme Emmanuel Macron.
Au fait, ça date de quand, « toujours » ?
Les millions de Français qui, dans cette quête légitime de leurs origines, pratiquent la généalogie et épluchent les registres paroissiaux et d’état civil savent bien qu’un arrière-grand-père, qui vivait dans son village de l’Aveyron, de la Saône-et-Loire ou des Côtes d’Armor au début du XXe siècle, avait toutes les chances d’avoir la quasi-totalité de ses ancêtres sur dix générations originaires de la même région, parfois dans un rayon d’à peine trente kilomètres.
On va nous parler des Médicis, Mazarini, Lulli et tutti quanti… Certes.
D’aucuns diront immigration de choix ou choisie !
Fantasmes ou réalité ?
Il n’y aurait pas de problèmes d’immigration, d’assimilation, d’intégration, d’inclusion – appelez ça comme vous voulez -, mais seulement des problèmes sociaux : pauvreté, chômage, logement, transports, moyens financiers, humains, etc.
C’est le credo de la gauche depuis des décennies auquel la « droite » a, par ailleurs, largement adhéré. On va réparer les ascenseurs, mettre des bacs à fleurs, bref, injecter des milliards et cela va aller mieux, vous allez voir.
La preuve, trente ans et des dizaines de milliards plus tard.
Fantasmes ou réalité ?
« 64 % des Français affirment ne plus se sentir chez [eux] comme avant », révèle un sondage réalisé pour Le Monde par Ipsos-Sopra Steria.
« Comme avant » : c’est-à-dire ?
Comme « toujours » ?
Ce sondage est une réalité mais cette perception des Français, qu’est-elle : un fantasme ?
J’ai souvenir, il y a quatre ans, d’un vieux monsieur rencontré sur le marché d’une antique cité provençale : « Regardez ce qu’est devenue ma ville », me dit-il en me montrant discrètement les nombreuses femmes voilées qui faisaient leurs courses.

Alors, Emmanuel Macron ose lâcher devant les députés LREM, au sujet de l’immigration, que « les bourgeois n’ont pas de problèmes avec ça : ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec. » Fantasmes ou réalité ?
 Fantastique, il aurait donc pris conscience de la réalité.

Comme disait Gabrielle Cluzel, mardi soir, sur un plateau télé : vivement qu’Emmanuel Macron soit au pouvoir !

Georges Michel

Retraites : gabegie et démagogie, ça suffit !

 
 
 


Ce ne sont pas seulement les avocats qui sont descendus dans la rue, le 16 septembre dernier, mais aussi les infirmières, orthophonistes, médecins, et même des pilotes de ligne !

Toutes professions qui ont pour point commun de gérer elles-mêmes leur régime de retraite.

Un régime à l’équilibre, comme souvent lorsque les cotisants sont incités à travailler plus de 35 heures par semaine et tard dans leur vie.
Toutes professions qui refusent de faire les frais d’une absence de politique, depuis quatre décennies, tendant à réformer des retraites mécaniquement condamnées par la structure même du système.
Ce qui caractérise le système par répartition, tabou français issu de la Libération, c’est faire payer par les actifs les pensions des retraités.
Lorsqu’à la suite d’une forte poussée démographique – le baby-boom d’après-guerre -, la croissance démographique s’arrête, le système est condamné.
Quand le nombre de retraités s’accroît (la génération du papy-boom) alors que leurs enfants sont moins nombreux, moins actifs et moins longtemps, le financement des pensions pèse de plus en plus lourd et devient insupportable.
N’importe quel collégien qui réfléchit peut le comprendre.
Mais les politiciens qui sont allés au collège n’ont jamais eu le courage d’affronter des syndicats plus attachés aux privilèges de leurs dirigeants qu’aux intérêts de leurs adhérents.
En refusant de revenir sur la retraite à 60 ans, ainsi que sur ces stupides 35 heures, ils ont contribué à aggraver le problème.
Mais fondamentalement, c’est leur refus de mettre en place un système qui ne repose pas sur la démographie nationale qui a condamné les retraites.
Ce qui caractérise une profession libérale, c’est qu’elle ne compte que sur elle-même.
Elle sait que seul son travail la fait vivre.

mercredi 18 septembre 2019

Amsterdam : La mafia marocaine abat un avocat en plein jour. « C’est du jamais vu (…) Les Pays-Bas deviennent un narco-État »

 
 




Un homme armé a abattu mercredi à Amsterdam un avocat qui défendait un témoin-clé dans un procès contre le criminel le plus recherché des Pays-Bas pour une importante affaire de drogue, certains s’alarmant que les Pays-Bas ne deviennent un «narco-Etat».

(…) Le premier ministre, Mark Rutte, a qualifié ce meurtre en plein jour dans la capitale néerlandaise de «très alarmant». Une enquête a été ouverte par le parquet.

Derk Wiersum était l’avocat d’un «témoin de la Couronne», le repenti Nabil B., dans une vaste affaire impliquant deux hommes originaires du Maroc, Ridouan Taghi et Said Razzouki, qualifiés de criminels les plus recherchés des Pays-Bas.
(…) «C’est la confirmation que nous vivons dans un narco-Etat.
C’est une attaque violente (…) contre l’état de droit», a déclaré Jan Struijs, le patron du plus important syndicat de police NPB.
 «Un avocat liquidé aux Pays-Bas, c’est du jamais vu», s’est alarmé Remco Andringa, journaliste à la télévision publique.




Il existe un grave problème de drogue à Amsterdam, soulignait un rapport commandité par la maire de la capitale publié début septembre.

Intitulé «L’autre côté d’Amsterdam», il révèle que «le crime organisé lié à la drogue exerce une influence notable sur la ville.»
Le NPB estime que le gouvernement, et la classe politique en général, sous-estiment la criminalité rampante au sein de la société néerlandaise.

Le Figaro

Après s’être offert des vacances en jet privé, Obama déclare à Greta: «Toi et moi, on forme une équipe»




Rappel : Cet été, la famille Obama s'est offert des vacances de rêve sur le yacht des Clooney, voyageant également en hélicoptère et en jet privé, d'abord en France, puis en Italie.
 
Très écologique comme chacun peut le deviner. On ne parle ici que des vacances de l'été 2019. Je vous laisse imaginer le reste.
 
"Avignon est en émoi ! Hélicoptères, gardes du corps, jet privé
L’ancien président américain Barack Obama et sa famille sont arrivés dans le sud de la France pour des vacances sous le soleil du Midi."
 
Elle.fr / Rtl.fr
 
"Après le sud de la France, place à l'Italie.
La famille Obama s'offre une parenthèse en Italie, où elle a rejoint Amal et George Clooney (en jet privé encore une fois), qui possèdent une villa à Laglio, au bord du lac de Côme. 
Un cortège de dix voitures parti de l'aéroport de Milan-Malpensa et escorté par la police est arrivé vers 14h30 dans le petit village transalpin, situé non loin de Chiasso."
 
People.bfmtv.com / Voici.fr / 20min.ch / Lafiva.com
 
Ou comment un manipulateur nous prend ouvertement pour des imbéciles avec l'aide d'une presse orientée.
Pour un individu de gauche, il suffit simplement de s'afficher avec la greluche du moment et de lancer quelques phrases percutantes pour tromper les plus stupides.
 
**********
 
"Personne n'est trop petit pour avoir un impact et changer le monde, alors faites tout ce que vous pouvez", a affirmé la célèbre militante suédoise lors de cette rencontre.

Transferts d’argent : cette économie qui échappe à la France – Journal du mercredi 18 septembre 2019

 
 
 




Transferts d’argent : cette économie qui échappe à la France

Western union, Money globe, Ria, les enseignes de transferts d’argent brassent des milliards d’euros chaque année.
Un business en expansion constante.
Enquête sur une fuite d’argent vers le continent africain.

Trafic de drogue : l’assaut téléphonique du gouvernement
Le gouvernement lance l’opération Balance ton dealer. Mardi, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a annoncé le lancement d’un nouveau plan anti-drogue.
Parmi la batterie de mesures, l’expérimentation d’une plateforme d’appel pour signaler les points de vente, au plus grand dam des habitants.

Venezuela : Guaido confirmé par le Parlement

Juan Guaido, l’opposant au président Maduro a été confirmé comme président du pays et de l’Assemblée Nationale par cette même assemblée.
La confusion générale demeure dans le pays sur fond d’ingérence étrangère et de catastrophe économique.

L’actualité en bref

« Non les banques ne vont pas faire faillite. Voilà pourquoi ! » L’édito de Charles SANNAT

 
 
 
« Non les banques ne vont pas faire faillite. Voilà pourquoi ! » L’édito de Charles SANNAT
 
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Je sais, cela fait des années que je vous dis que les banques vont faire faillite… et là je vous dis l’inverse !
 
Mais c’est en réalité très logique. Il n’y a là rien de contradictoire.
 
Commençons par une petite analogie que vous allez vite comprendre.
Nous sommes en 1992, et les taux d’intérêts sur un contrat d’assurance-vie sont de 11%, l’inflation presque nulle.
Je vous dis, prenez des contrats d’assurance fonds en euros, en plus la dette la France sur son PIB est de 40%… bref, c’est un super placement !
Nous sommes en 2019, les taux des contrats d’assurance-vie sont de 1.4%, l’endettement de la France de 99%, votre placement bloqué pendant 8 ans et la France ne dispose même plus de sa propre banque centrale…
Je vous dis quoi ?
Et vous, vous faites quoi ?
A priori vous n’y allez pas ! Pourquoi ?
Parce que les conditions ont changé.
Je voulais vous parler du risque de faillite bancaire car vous êtes encore très nombreux à me poser la question.
La réponse est à la fois très simple et très complexe.
 
Concentrons-nous sur les principes simples.

Valérie Boyer : « Plan de lutte contre les trafics de stupéfiants : des actes et moins de paroles ! »

 
 



Réaction de Valérie Boyer au micro de Boulevard Voltaire. L’occasion d’évoquer avec elle la manifestation à laquelle elle participait ce même jour pour protester contre le financement, désormais possible, de la Fédération de l’islam de France par l’Arabie saoudite.

Une nouvelle disposition passée totalement inaperçue.





Vous étiez présente lors de la manifestation de ce midi contre la ligue musulmane mondiale.
Pouvez-vous nous expliquer la raison de votre présence ?


Ces réponses se trouvent dans le courrier que j’ai adressé à monsieur le président de la République.
Je ne comprends pas comment le ministre des Cultes et de l’Intérieur, sous l’impulsion du président de la République, a pu laisser passer le changement de statut de la fédération de l’Islam de France.
Sauf erreur de ma part, le 16 juillet le successeur de Jean-Pierre Chevènement, à la tête de cette fédération, a trouvé les caisses peu pleines lorsqu’il est arrivé.
On comprend pourquoi…
Il a fait changer les statuts de la fédération de l’Islam de France dans la discrétion de l’été et il est allé chercher de l’argent en Arabie saoudite.
La question que je pose au président de la République est : est-ce qu’en échange de cet argent, l’Arabie saoudite a organisé cette conférence à Paris qui devait être présidée par Emmanuel Macron et clôturée par Édouard Philippe ?
Si la fédération de l’Islam de France doit être financée par l’étranger, qu’en est-il des associations ?
Je croyais que ces choses-là n’étaient pas permises.

Essonne : la «décharge» au pied des tours de Grigny 2 va disparaître


 





Le grand nettoyage lancé par la mairie sur le quartier de Grigny 2 a démarré. Commencée ce lundi, l’opération va se poursuivre jusqu’à vendredi soir.

« Regardez tous ces déchets, il y a même des rats, soupire Tuline, 36 ans. J'en suis arrivée au point d'avoir honte d'inviter du monde chez moi. »
Depuis des années, les voisins les plus irrespectueux des étages supérieurs des tours de la rue Lavoisier à Grigny 2 ont pris la mauvaise habitude de jeter leurs déchets par la fenêtre.
En contrebas, les espaces verts jonchés de sacs plastiques, de bouteilles, de couches ou encore d'appareils électroménagers ont pris des allures de décharge publique.
Pour mettre un terme à cette spirale infernale, la mairie a pris un arrêté et mandaté une société spécialisée pour un nettoyage XXL.
Commencé ce lundi, il devrait être achevé vendredi.
« Je n'ai jamais vu un immeuble avec autant de déchets », souffle Jack, 20 ans.
Dans sa tenue de protection, le jeune intérimaire s'échine à récupérer les canettes prisonnières des buissons.
« Hier, en une journée, on a juste réussi à dégager le parterre devant cette façade, décrit-il en enlevant son masque. Derrière, c'est encore pire… J'espère que nous aurons du renfort. »
 
Un quartier envahi par les rats

Jean-Yves Le Gallou : « La vraie question, aujourd’hui, est celle du Grand Remplacement, le terme “immigration” est dépassé ! »

 
 
 
À quelques jours du débat à l’Assemblée nationale sur la politique migratoire, Emmanuel Macron appelle les parlementaires de sa majorité à « regarder en face » le sujet de l’immigration.

Durcissement de ton dû à une réelle prise de conscience du pouvoir politique ?

Réaction de Jean-Yves Le Gallou au micro de Boulevard Voltaire



 

Pendant le pot de rentrée des parlementaires de la majorité, Emmanuel Macron a assuré vouloir regarder en face le sujet de l’immigration.
Est-ce une bonne nouvelle ?


C’est surtout de l’enfumage.
En même temps qu’il dit cela, il explique que la France est un pays d’immigration.
C’est faux ! En tout cas, s’il y a eu des immigrés, c’était des immigrés d’origine européenne et non pas des gens d’Afrique noire, du Maghreb ou d’ailleurs.
C’est une première erreur.
Ensuite, il parle d’asile.
Le droit d’asile est tout à fait détourné.
Indépendamment de cela, il y a 260 000 entrées légales chaque année.
C’est déjà un problème.
Le terme immigration est aujourd’hui dépassé.

mardi 17 septembre 2019

Massacre d’Olivier Quenault : immigration massive et laxisme judiciaire, par Franck Deletraz


 
 
 
Olivier Quenault avait 47 ans et menait une existence des plus paisibles.
 
Cuisinier de profession et amateur de fléchettes à ses heures, cet homme très apprécié de son entourage n’avait jamais fait parler de lui ni au commissariat ni au palais de justice.
 
Jusqu’à ce que, dans la nuit du 9 au 10 septembre dernier, son chemin croise celui de « jeunes » d’origine ivoirienne, qui l’ont battu à mort sans mobile apparent et ont abandonné son corps après l’avoir affreusement mutilé dans le jardin de l’Hôtel-de-Ville de Rouen.
Un crime d’une barbarie effroyable, dont les grands médias nationaux se sont évidemment bien gardés de parler.
Parce qu’il est emblématique à plus d’un titre de l’ensauvagement croissant de notre pays sous les effets conjugués de l’immigration massive et du laxisme judiciaire.
Le corps sans vie d’Olivier avait été découvert par un employé municipal au matin du 10 septembre. Il gisait dans son sang, entièrement nu, couvert d’hématomes, et portait d’affreuses mutilations, notamment au visage.
Selon l’autopsie, Olivier est mort de « très nombreux coups consécutifs », ayant causé de multiples fractures au niveau du visage et du corps.
Bref, la victime avait été littéralement massacrée.
Avant d’être mutilée, comme lors d’un meurtre tribal…

Le faux virage migratoire d’Emmanuel Macron – Journal du mardi 17 septembre 2019

 
 




 
Le faux virage migratoire d’Emmanuel Macron

De la com’, encore de la com’ et toujours de la com’.
Lundi, devant un auditoire acquis à sa cause, Emmanuel Macron a affirmé vouloir faire de l’immigration une des priorités de l’acte II de son quinquennat.
Une offensive de façade avec en arrière plan les prochaines échéances électorales.
 
Les Jeunes du Rassemblement National mobilisés
 
Génération Nation repart sur les chapeaux de roue.
Alors que Marine Le Pen faisait sa rentrée politique à Fréjus, les jeunes du mouvement se réunissaient également pour préparer les prochaines échéances.
 
Législatives israélienne : une élection dans un Proche-Orient en pleine ébullition
 
Jour d’élection en Israël… alors que le Proche-Orient connaît une période particulièrement agitée, l’Etat hébreux doit se doter d’une nouvelle majorité et surtout d’une nouvelle coalition.
 
L’actualité en bref

« Cygne noir… ainsi va l’histoire » L’édito de Charles SANNAT

 

 
 
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Vendredi lorsque j’ai enregistré ma dernière vidéo, la situation était calme.
 
La BCE venait de baisser ses taux et de les rendre encore plus négatifs.
 
Aux Etats-Unis le président couinait sur la FED pour qu’elle en fasse autant.
Au Royaume-Uni, le Boris semblait en difficulté et le brexit battre de l’aile.
En Iran, rien. Pas même une petit attaque de pétrolier à se mettre sous la dent.
Morne plaine et mer d’huile donc.
Pas de risque visible.
Pas de risque prévisible.
D’ailleurs, le 11 septembre 2001, de vous à moi tout s’est très bien passé le matin (heure de France). Les oiseaux chantaient, et nous vaquions tous à nos occupations.
Sans préoccupations.
Puis la paix, la stabilité, et l’économie se sont effondrées en quelques secondes lorsque le monde, pétrifié, a vu et compris ce qu’il se passait aux Etats-Unis ce jour-là.
Comme l’a écrit Alexandre Adler, « j’ai vu finir le monde ancien ».
Il en va ainsi de l’Histoire.
Elle est écrite bien trop souvent en lettre de sang.
Elle est écrite par une infime minorité.
Elle nous renvoie, toujours, à nos faiblesses et à nos fragilités.

Nos enfants ne savent plus écrire : il paraît que ça leur fait mal aux doigts !

 
 



D’accord, c’est un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, mais bon, ça n’est pas non plus la Préhistoire. Quoique…

Il y a très très longtemps, donc, lorsque j’étais au CP, nous avions des cahiers dont les pages étaient tracées de deux lignes.

Juste pour nous apprendre à écrire.
Avec un porte-plume, qui plus est, qu’on trempait dans un encrier de porcelaine blanche.
Et gare aux ratures quand ça accrochait : Madame Besnard (c’était ma maîtresse) déchirait la page.
Et maman aussi, si jamais, le soir à la maison, on faisait « des cochonneries » sur le cahier.
Et zou ! refais-moi ça proprement !
Ce préambule pour vous expliquer la surprise du matin : « Mais pourquoi nos enfants écrivent-ils si mal ? », interroge Le Parisien.
Une question qui vient après d’autres qui me taraudent tout autant, ceci expliquant en partie cela :
1) Pourquoi les enfants se tiennent-ils si mal ?
2) Pourquoi n’y a-t-il personne pour rectifier positions et postures qui, fatalement, vont entraîner des problèmes de scoliose, lordose et autres fantaisies d’un squelette avachi ?
J’en reviens à Madame Besnard et ses collègues de l’époque : toutes passaient dans les rangs, donnant un petit coup de la main sur le dos ou l’épaule : « Tiens-toi droit ! », « redresse-toi ! », « ne te couche pas sur ton pupitre ! »
Vous me direz que, dans un temps où l’on n’ose plus demander aux gamins de quitter la casquette et la capuche quand ils sont en classe, il paraît difficile de vouloir les redresser…

Un enfant verbalisé dans le train pour… un billet trop cher !

 
 
 



Cette anecdote a fait le buzz sur les réseaux sociaux… Eh, la SNCF, et si on réintroduisait un peu de bon sens au lieu de nous faire détester le train ?

Gare de Chartres, mercredi 11 septembre. En cette journée ensoleillée et sans école, Gauthier, 11 ans, s’apprête à voyager seul pour la première fois afin d’épauler son papa à la ferme à une petite dizaine de kilomètres de là.

Nouvelles technologies oblige, il est muni d’un billet numérique d’une valeur de 2,60 euros à son nom, mais d’un tarif adulte puisque « l’application Oui SNCF n’a pas voulu m’éditer de billet 4-11 ans », déplore sa maman dans un post Facebook partagé plus de 10.000 fois en quelques heures. Jusque-là, a priori, pas de quoi passer pour un fraudeur.
Et pourtant, cette histoire si banale soit-elle pour les usagers quotidiens de la SNCF, malheureusement habitués à ce genre d’anecdotes, n’aurait pas fait un tel buzz si elle n’était pas aussi surréaliste.
En bref, ce jeune garçon a dû appeler sa maman, paniqué « car une contrôleuse lui disait qu’il n’était pas en règle ».
La preuve de l’âge justifié ne suffira pas au malheureux passager angoissé que l’on empêchera de descendre à bon port.
Les travaux des champs et son papa peuvent bien attendre, puisque le billet n’est pas au bon tarif.
Il aurait dû payer 1,40 euro, tant pis s’il manque son arrêt.
En souvenir de son tout premier voyage comme un grand, la contrôleuse annonce à Gauthier une amende de 50 euros… pour avoir déboursé 1,20 euro de trop !

lundi 16 septembre 2019

Tragédie

 
 
 
L’image contient peut-être : plein air et eau


Pascal Tenand

Que ce soit à Paris il y a une semaine prés de la Gare du Nord à Orly il y a quelques jours, à Perpignan ce matin je sais que je ne suis déjà plus dans mon pays .

Jamais dans son histoire même au temps de la guerre de cent ans , à la révolution ou pendant l'Occupation allemande il n'a ressemblé à cette poubelle qu'il est devenu, receptacle de toutes les misères, de toutes les violences de toute cette vulgarité que nos ancêtres avaient appris à dompter sinon à faire disparaitre , aujourd'hui parce que nous avions intégré la civilisation , la politesse, l'intelligence à notre société et parce que nous en avions progressivement éliminé la violence, l'agressivité , nous sommes au seuil d'une fantastique déroute , car ayant importé tout ce que nous avions éliminé , nous sommes incapables non seulement de nous défendre mais aussi de reprendre si nécessaire par la force ce qui est nôtre , alors même que l'on veut ôter de notre esprit nos liens d'appartenance culturelle ,ces liens du sang qui ont fondé toute notre société, gardez tous en tête et dans vos coeurs le souvenir de ce que nous fûmes car même ça ils chercheront à le détruire …

Marseille : une dizaine de blessés par balles en un week-end dans les quartiers nord

 
 
Résultat de recherche d'images pour "marseille poubelle la vie" 
 
Quentin Marchal
et AFP
   
                             
Le pronostic vital d’un homme de 22 ans est engagé. La sénatrice socialiste Samia Ghali a réclamé un comité ministériel de sécurité pour la cité phocéenne.
 
Vague de violence sur la Canebière.
Une dizaine de personnes ont été blessées par balles durant ce week-end à Marseille, dans deux cités des quartiers nord de la ville.

Un déchaînement de violence face auquel la sénatrice socialiste Samia Ghali a réclamé un comité ministériel de sécurité pour la cité phocéenne. 
Les premiers blessés ont été relevés dans la nuit de samedi à dimanche dans la cité de la Bricarde, dans le 15e arrondissement, près d'un point de trafic de drogue connu.
Visés par des tireurs à moto, deux hommes de 19 et 21 ans ont été touchés aux jambes, ont précisé les marins-pompiers de la ville. 
Au même moment, vers une heure du matin ce dimanche 15 septembre, les marins-pompiers ont été appelés dans une autre cité de la ville, aux Rosiers, dans le 14e arrondissement.
Pour un feu d'appartement d'abord.
Sur place ils vont finalement intervenir dans deux autres appartements, pour deux hommes de 25 et 26 ans blessés par balles d'un côté, puis deux hommes de 35 et 40 ans blessés à coups de couteau de l'autre.
À chaque fois les différends sont a priori d'origine privée.

Madame Belloubet, c’est la dame socialiste qui est choquée.


Anne-Sophie Chazaud

Elle est choquée parce qu’Isabelle Balkany reprend la mairie de Levallois en l’absence de mandat de dépôt à son encontre, ce qui est parfaitement respectueux du droit.

Pourtant, normalement, quand tu es Garde des Sceaux, ton souci c’est le droit avant toute chose...

 Elle est choquée, moralement, car la lutte contre la fraude fiscale est une absolue priorité selon elle, vous comprenez.
C’est la dame choquée qui n’a pas non plus hésité à demander aux parquets de requérir avec fermeté contre le peuple en gilets jaunes, ces gueux révoltés pour quelques deniers supplémentaires, ces Vilains prêts à tout saccager pour quelques broutilles et quelque beurre dans les épinards.
Madame Belloubet, toute à ses chocs moraux, en a oublié, quelle étourdie, de déclarer le tiers de son patrimoine.
Oh, pas grand chose, juste une grande maison et deux appartements parisiens.

Pas de quoi s’affoler.
Trois fois rien.
Le truc que tout le monde oublie facilement...

 Opportunément, cette malheureuse étourderie (correspondant tout de même au triple de la moyenne du patrimoine des Français) permettait de ne pas faire passer cette déclaration au dessus du million.


 Mais sinon, pour les leçons de morale, ça ne désarme jamais dans le Camp du Bien.

Le Havre: Une femme de 27 ans tuée de plusieur coups de couteau par son compagnon d'origine malienne

 
 
La police a été appelée quartier de l'Eure, par des témoins à 13h10



La police a été appelée quartier de l'Eure, par des témoins à 13h10 © Radio France - Marie Rouarch
Le Havre, France
 
Ce lundi, une femme de 27 ans a été tuée par son compagnon, en pleine rue, devant ses enfants. L'homme a été interpellé immédiatement.
                        
Une femme de 27 ans est morte ce lundi midi au Havre, rue des Briquetiers, quartier de l'Eure, devant le magasin Leader Price.
Les coups de couteau ont été portés par son compagnon qui venait de sortir du supermarché.
La scène s'est produite devant les enfants de la jeune femme âgés de 2, 4 et 6 ans.
La police a été appelée par les employés du supermarché vers 13H10, la femme est décédée de ses blessures, sur place quelques minutes plus tard à 13H30.
L'homme est un Havrais d'origine malienne âgé de 37 ans, père des trois enfants.
Ces derniers ont d'abord été pris en charge par les employés du supermarché puis par les secours. Ils n'ont pas été blessés mais conduit tout de même aux urgences pédiatriques de l'hôpital Monod.

Arabie Saoudite : vers un nouveau choc pétrolier ? – Journal du lundi 16 septembre 2019

 
 


Arabie Saoudite : vers un nouveau choc pétrolier ?

Une attaque de raffinerie en Arabie Saoudite fait monter le cours du brut !
Ce nouvel épisode de tension régional qui laisse envisager le pire en termes de possible conflit ouvert au Proche Orient mais aussi pour les économies européennes.

Le Rassemblement National en ordre de bataille à Fréjus

C’était la rentrée politique du Rassemblement National.
A moins de 7 mois des élections municipales, le parti de Marine Le Pen lançait la bataille dans la ville de Fréjus, une des communes administrées par le parti depuis 2014.

L’oubli patrimonial de Nicole Belloubet

Le ministre de la justice, Nicole Belloubet, est accusé par Jean-Luc Mélenchon d’avoir oublié de mentionner trois biens immobiliers dans une déclaration de patrimoine en 2017.
Simple oubli ou tentative de fraude?
l’indépendance de l’appareil judiciaire est une nouvelle fois mise à mal.

L’actualité en bref