samedi 20 juillet 2019

Invasion migratoire : le bal des collabos [Tribune libre]

 
 
 
 Résultat de recherche d'images pour "bal des collabos breizh infos"

 
L’été et le 14 juillet sont propices aux bals populaires.

Hélas, le bal des pompiers lors duquel vos grands-parents ont dansé ensemble pour la première fois a été remplacé par une forme moins sympathique en 2019 : un bal de la collaboration à l’invasion migratoire.
 
Désormais, le but n’est plus de trouver l’amour, mais, pardonnez-moi l’expression, de laisser les immigrés du monde entier nous la mettre profond.
Sous couvert de beaux sentiments, mais plus vraisemblablement par lâcheté ou par bêtise, et toujours par endoctrinement, lycéens, journalistes, politiciens et militants d’extrême gauche  veulent vous imposer la misère du monde… et vous jettent des anathèmes à tout va si vous osez exprimer un léger désaccord !
Les plus optimistes rétorqueront que les pompiers sont encore parfois de la partie.
D’accord, plus pour organiser la fête mais pour venir éteindre des incendies…
 
Viol, assassinat, occupation, plainte et repêchage
Les cas les plus symptomatiques sont certainement trois affaires liées aux clandestins et autres « réfugiés ».
A Mont-de-Marsan, dans les Landes, Johanna Blanes, une jeune femme de 24 ans, a été violée et assassinée par un homme.
Arrêté par la police, celui-ci est en fait un « réfugié » syrien de 32 ans déjà connu par la justice pour des faits de violence.
 

Johanna Blanes, violée et assassinée par un réfugié syrien
L’histoire a logiquement fait réagir, y compris Marine Le Pen.
On pourrait s’imaginer que même ses détracteurs n’auraient rien trouvé à redire, ou, pour les plus dingues, simplement quelques accusations de récupération.
Mais l’un des syndicats lycéens de la ville va plus loin : il souhaite purement et simplement porter plainte contre la présidente du Rassemblement National pour « incitation à la haine » à cause de son tweet.
Demander des comptes et condamner un criminel sera bientôt interdit s’il s’agit d’un extra-européen.

Alexandre Benalla, le scout toujours prêt ?

 
 
 



Il n’en finit pas de nous étonner : quelle surprise, il y a quelques jours, lorsque Alexandre Benalla évoqua son appartenance au scoutisme.

Sur son compte Twitter, il publie des photos de lui à l’âge de treize ans.

Uniforme quasi impeccable, rangers aux pieds et gros sac sur le dos, Benalla a l’étoffe d’un scout. Fantasme ou réalité, imaginer que Benalla s’engagea – si promesse scoute il y eut – à servir la patrie… laisse songeur !
Lors d’un entretien accordé au Nouvel Économiste, Alexandre Benalla parle de son intérêt pour le scoutisme.
Prétendant avoir été chef scout à 15 ans dans le mouvement des Scouts unitaires de France (SUF), l’ancien garde du corps d’Emmanuel Macron tire des bénéfices de cette école de vie créée par Baden-Powell.
« Malgré mon jeune âge, dans les fonctions que j’ai été amené à assumer, j’ai toujours été un peu un leader. »
D’ailleurs, il n’hésite pas à parler de sa « capacité naturelle à gérer des troupes » et de ses difficultés : « J’ai toujours été un battant, j’ai pris des coups mais je rebondis. »
En effet, le chouchou d’Emmanuel Macron porte bien des coups, du moins traîne des casseroles derrière lui, et ce, depuis l’escarmouche de la Contrescarpe de mai 2018.

Fusion des régions : le fiasco des économies d’échelle

 
 
 


 
Soyons objectifs, il arrive qu’un média grand public publie de temps à autre de vraies informations novatrices et objectives.

Ainsi, France Inter s’est récemment penchée sur les conséquences de la fusion, en janvier 2016, de plusieurs anciennes régions françaises.

22 régions existaient depuis 1970 en métropole.
En France, l’aviez-vous remarqué, il est de coutume de réformer ce qui fonctionne correctement pour ne pas avoir à mettre en œuvre des réformes réellement utiles, mais demandant un vrai courage politique.
François Hollande, toujours inspiré et toujours content de lui, modérément atteint de réformite, crut cependant bon de les ramener à 13, ce qui, par la suite, ne lui porta pas pour autant bonheur en politique.
L’émission « Secrets d’info », de Jacques Monin et Cécile Hautefeuille, nous en conte les brillants résultats pour ce qui concerne, et à titre d’exemple, la monstrueuse région Occitanie.
Issue de l’addition de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon, elle est la seconde plus vaste région de France et s’étend des Pyrénées au Rhône en passant par le Massif central.
Le maître mot de ces fusions régionales, outre l’imitation servile, et habituelle en France, de l’Allemagne, c’est « économie d’échelle ».
Comment fonctionnent les économies d’échelle ?

vendredi 19 juillet 2019

Macron enterre définitivement l'écologie - Ceta, un crime d'état

 
 
 


Le Média             

Ajoutée le 18 juil. 2019
 
François de Rugy qui part. Élisabeth Borne qui arrive. La ratification en catimini du funeste CETA, c’est le sommaire du P’tit coup de Bourbon numéro 42.

Un passeur décapite un migrant sur une embarcation de fortune

 
 
 
 
   par 19 juillet 2019

 
Que les bonnes consciences morales, les bien-pensants de tout bord,  les humanitaristes et altruistes qui ont la haine de leur identité, en prennent des leçons : les trafiquants d’êtres humains avec qui les ONG no-border collaborent en Méditerranée pour faciliter l’invasion de l’Europe par toute la misère du monde sont des monstres, sans scrupules ni humanité !

 
Durant une traversée entre le Maroc et l’Espagne, un passeur de nationalité guinéenne a, sur une embarcation de fortune, décapité un « migrant », coupable d’avoir bu, à sa place, son jus de fruit.
 
Omar Diallo, qui n’a pas réfléchi à deux fois, a sorti son couteau et a décapité la tête d’un des 17 aspirants à l’Eldorado européen, « hôtes » de son bateau.
Après le débarquement sur les côtes espagnoles, il a été arrêté par la police.
Les autres « migrants », choqués, non pas su réagir tandis que Diallo commettait son horrible forfait et jetait la tête de la pauvre victime par-dessus bord, tout en laissant le corps dans l’embarcation pendant bien 45 minutes.
Encore aujourd’hui l’identité de la victime est inconnue, tandis que le passeur est connu de l’Organisation marocaine pour les droits humains, qui l’avait dénoncé à plusieurs reprises comme trafiquant d’êtres humains.
Omar Naji, le président de l’ONG, a raconté que cet homme « repère les personnes dans son pays d’origine, la Guinée, et les convint de partir, en demandant en échange 3 000€.
La police marocaine l’a arrêté de nombreuses fois mais à la fin il a toujours été libéré ».
Preuve supplémentaire que cette “migration” du Sud au Nord est bien souvent affaire de gros sous !
C’est dans une prison espagnole que Diallo va aller maintenant, d’où, gageons, il sera libéré un jour, pour finir probablement comme clandestin en Europe…
Où il sera considéré une nouvelle chance
 
Francesca de Villasmundo

Ça chauffe pour Macron : l’enquête sur l’affaire Alstom-General Electric passe au PNF

 
 
 
 
Emmanuel Macron, alors à Bercy, avait autorisé la vente d'Alstom à GE. - Sipa
 
Voilà qui va complexifier encore un peu plus le choix du prochain patron du parquet national financier (PNF).
A ce poste laissé vacant depuis qu'Eliane Houlette en est partie au début de l’été, le ou la futur(e) procureur(e) héritera, en plus de plusieurs enquêtes déjà sensibles, de celle sur la vente d’Alstom à General Electric que lui a transmise ce jeudi 18 juillet le parquet de Paris.
 
"Un pacte de corruption"
 
A l’origine du signalement à la justice, le député Olivier Marleix (LR) ne cache en effet pas sa cible : Emmanuel Macron.
Le parlementaire qui a conduit la commission d’enquête sur Alstom s’interroge sur la concomitance de deux événements.
Le premier : Emmanuel Macron, alors à Bercy, avait « formellement donné l’autorisation » de la vente d’Alstom énergie.
Mais pas seulement, l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande avait « également autorisé » d’autres cessions d’actifs « d’entreprises stratégiques françaises », comme celle d’Alcatel-Lucent au groupe finlandais Nokia ou de Technip à FMC Technologies (Etats-Unis).
Le second tient à la campagne présidentielle de 2017 : Olivier Marleix relève que le candidat Macron a bénéficié d’un « montant de dons records pour sa campagne ».
A partir de ces deux éléments, le député interroge « le fait que l’on puisse retrouver dans la liste des donateurs ou des organisateurs de dîners de levée de fonds des personnes qui auraient été intéressées aux ventes précitées. »

Deutsche Bank, agonie avant liquidation ? Avec Pierre Jovanovic [Vidéo]

 
 
Résultat de recherche d'images pour "Deutsche Bank"


Pour Pierre Jovanovic, la Deutsche Bank, qui s’apprête à licencier 18 000 personnes, est dans la même situation que la Lehman Brothers au moment de sa chute.

Invité de « Politique-Eco » pour sa célèbre revue de presse, le journaliste économique estime que l’établissement a été détruit par les CDS de l’Américaine Blythe Masters, les taux négatifs et bien sûr par la folie de la planche à billets.

Une future faillite qui fait trembler l’Allemagne…




Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les maires collabos

 


Liebgott Fameck
 


Publié le 18 juillet 2019 par rra137


Vu sur le site Riposte Laïque, au sujet du maire de Fameck (Moselle), un certain Liebgott et maire PS.
 
On y voit le bonhomme se trémousser, dans le plus bel effet ridicule, au milieu d’un nombre important de « jeunes » de la diversité algérienne.
 
Petite nouba au son des tambours, des sonorités, comme « là-bas » des you-you et des cris habituels ‘Allahu Akbar’. Sans parler des drapeaux au croissant rouge, sur fond vert et blanc, dont la vue m’est de plus en plus difficile à supporter.

Certainement les mêmes jeunes algériens qui pissaient le 14 juillet sur la statue, place de la République, en hurlant « Chez vous on est chez nous ».

Ce maire occupe la mairie de la ville depuis deux ou trois mandats et il semble qu’il ait besoin de la communauté algérienne pour perdurer.
Se soumettre à ses caprices pour être apprécié, ne semble pas lui poser de problèmes.
Il ne se rend même pas compte qu’on se moque de lui.

Mais ce maire n’en est pas à sa première démonstration de soumission à ses chers protégés.
En avril 2018, il organisait un grand gueuleton en compagnie de Marwan Muhammad du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) à l’occasion d’un gala au profit de cette association.

Un personnage très engagé qui annonce carrément la couleur: « Qui a le droit de nous dire que dans 30 ou 40 ans, la France ne sera pas un pays musulman ».

Promotion « GJ » de policiers par Castaner : une régression infantile

 
 
 
Promotion « GJ » de policiers par Castaner : une régression infantile


Posted on: 19 juillet 2019 
Author: Pierrick Tillet
 
 
Ce qu’il y a de sidérant avec les imbéciles, c’est leur zèle à vouloir absolument montrer qu’ils sont irrécupérables.
 
Exemple : la promotion par Castaner de policiers mis en cause dans des affaires de violence contre citoyens.
 
On est là au niveau du « Qu’ils viennent me chercher ! » lâché par son compère en couillonnades, Macron : une provoc infantile façon cour de récré, pas étrangère au soulèvement des Gilets jaunes.
On peut comprendre l’émotion de victimes comme Geneviève Legay face à ces promotions de quelques policiers douteux promues par un ministre de l’Intérieur tout droit sorti de tables de poker interlopes et de night-clubs à effeuilleuses.
Mais comment de pas voir, sinon pour s’en réjouir, que ce ministre en pleine régression infantile est juste en train de couper un peu plus les ponts entre les citoyens et sa bande déjantée au pouvoir.
En huit mois de lutte, les Gilets jaunes ont réussi à ruiner l’autorité de Macron et de son régime au yeux d’une majorité de l’opinion publique.
 
Les Castaner, Schiappa, Ndaye ou autres Griveaux se chargent de finir le boulot de démolition avec un zèle surprenant.
 
 Photo : Rabah Souchi (à gauche), le commissaire de Nice à l’origine de l’affaire Legay, décoré par Castaner (à droite).

Nathalie, ma puce, sans ces ordures d’islamistes, tu aurais eu 35 ans ce jour…

 
 
 
 

Bon anniversaire, ma puce.

Tu aurais eu 35 ans aujourd’hui. Peut-être serais-tu mariée. Peut-être aurais-tu des enfants.

En tous cas, sans ces ordures d’islamistes, tu SERAIS LÀ et moi je pourrais te fêter ton anniversaire, comme je l’ai toujours fait (même celui de tes 20 ans où pourtant ta maman nous avait quittés tout juste un mois auparavant, et nous n’avions vraiment pas la tête à ça).
Tu aurais reçu un cadeau de ton choix.
Nous aurions fait un bon repas avec un gâteau.
Nous aurions arrosé le tout au champagne.
Bref nous aurions pu vivre cet anniversaire comme tout un chacun.
Au lieu de ça, je suis seul.
Je pense, entre mes larmes, à toi, à nous et à ta maman.
Je suis très malheureux car tu me manques de plus en plus.
Bientôt 4 ans sans t’entendre rire, sans te voir, sans te toucher, sans t’embrasser, sans te serrer dans mes bras.
Personne ne peut savoir ce que je ressens.
Personne ne peux se mettre à ma place.
Ma douleur, je suis seul à la supporter et ce sera comme ça jusqu’au moment où moi aussi j’irai te rejoindre.
La vie ne m’a pas fait de cadeau avec le décès de ta maman, celui de ton parrain et le pire : le tien. C’est pour cela qu’elle ne m’intéresse plus et que je n’y tiens plus.
Je survis pour ton frère, pour ne pas le laisser lui aussi seul, mais j’en ai un peu marre.
Je me souviens, il y a 35 ans, de ce merveilleux bébé dans son couffin, puis de tes anniversaires. Nous n’en avons manqué qu’un seul, quand tu étais en Australie.
C’était des pures moments de fête, alors que désormais c’est d’une tristesse à faire pleurer.

Débordements algériens : le désastre annoncé – Journal du vendredi 19 juillet 2019

 
 



Une finale de compétition continentale de football et un chaos annoncé.
Après plusieurs rounds d’observations lors des précédentes rencontres, les pouvoirs publics s’avèrent incapables d’empêcher les exactions des supporters algériens sur le sol français.
 
FaceApp et Big Data : Le journalisme à deux vitesses
 
Alors que des milliers de personnes publient sur le net des photos d’eux vieillies grâce
 à FaceApp, une application pour smartphones, les medias alertent sur la sécurisation des données. Une mise en garde massive quasi inédite.
 
Swimmy, le Airbnb des piscines qui a la cote

Alors que l’été est propice à baignade, de nombreux particuliers n’hésitent pas à mettre leur piscine privée en location.
Parmi ces plateformes, Swimmy, une start-up au succès grandissant.
 
L’actualité en bref

Macron en Serbie apprend que pour recevoir, il faut donner

 
 
 


 
En début de semaine, le Président Macron s’est rendu en Serbie.

Les relations entre Belgrade et Paris sont pour le moins « distendues », en ce moment, et on est loin, très loin, des années de gloire où la France avait un allié de poids dans les Balkans et Belgrade pouvait compter sur le soutien indéfectible de Paris.

Il faut dire, aussi, que le Président français a des choses à se faire pardonner des Serbes : il reconnaît l’indépendance du Kosovo ; le 11 novembre dernier, il a placé le président serbe sur une estrade de second rang alors que la Serbie a été un allié majeur de la France pendant la Première Guerre mondiale, puis il a annulé sa dernière visite prévue à Belgrade, en décembre, en pleine tempête des gilets jaunes.
Attendu sur ce grand retour dans les Balkans, le Président français a proposé de faire table rase du passé et de regarder vers l’avenir.
Il l’a dit lors d’une cérémonie devant le monument en l’honneur de la France, au centre de Belgrade, sur lequel est gravé « Aimons la France comme elle nous a aimés », qui vient d’être rénové suite à des dégradations.
Macron n’est pas venu seul à Belgrade.
S’il a laissé son épouse à la maison, il n’a pas oublié d’embarquer plusieurs capitaines d’industrie, désireux de participer au développement économique du partenaire historique français.
Une vingtaine de contrats ont été signés.
Tout en enjoignant les Serbes à faire la paix avec les Albanais du Kosovo, il n’a pas manqué l’occasion de vendre des armes à Belgrade. Business is business.

Benjamin Griveaux : celui qui pourrait nous faire regretter Anne Hidalgo !

 
 
 



Contrairement à ce qui a été hâtivement pronostiqué en ces colonnes : les journalistes, non contents de dire des sottises, en écrivent de surcroît ; c’est donc Benjamin Griveaux, et non Cédric Villani, député de l’Essonne, qui portera les couleurs de la Macronie à Paris.

Il n’empêche que le moins qu’on puisse prétendre est que ce début de campagne s’annonce fracassant.

Ainsi, Benjamin Griveaux, ancien porte-parole du gouvernement, connu pour avoir traité les électeurs de Laurent Wauquiez de « gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel » – quelques millions de Français, tout de même –, récidive-t-il avec une pareille délicatesse vis-à-vis de ses compétiteurs, et accessoirement amis, tous plus ou moins qualifiés « d’abrutis ».
Hugues Renson, vice-président de l’Assemblée nationale ? Un « fils de pute ».
Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du Numérique ? « Bon… no comment… »
 Et Cédric Villani ? À son endroit, Benjamin Griveaux concède malgré tout ceci : « Il est quand même plus intelligent que les autres… »
Sa Seigneurie est décidément trop bonne.
Histoire de faire bonne mesure et de restituer le contexte, des fois que les principaux intéressés aient pu mal prendre ses propos – ce que les gens peuvent être susceptibles, parfois –, Benjamin Griveaux tente de relativiser, avec cette infinie délicatesse devenue chez lui inimitable marque de fabrique : « Paris, c’est pas la cantonale de Vesoul ! Vous croyez quoi, qu’on tricote ? »
Carton plein, Scrabble™ et mot qui compte triple.
C’était à prévoir, les Vésuliens et Vésuliennes, se sont sentis, non sans raison, stigmatisés par la sortie du sémillant jeune homme.

jeudi 18 juillet 2019

Il est temps de se réveiller

 
 

Maladie de Lyme : une expérimentation secrète du Pentagone qui aurait dérapé ?




Plus de 67 000 nouveaux cas de Lyme ont été enregistrés en 2018, en France.
Plus de 67 000 nouveaux cas de Lyme ont été enregistrés en 2018, en France. | AFP


 
Le Pentagone serait-il responsable de la propagation de la maladie de Lyme ?

Cette maladie est apparue aux États-Unis et elle touche désormais 80 pays dans le monde. Les parlementaires américains veulent savoir.
               
Les militaires américains ont-ils, entre 1950 et 1975, effectué des expériences sur des tiques pour en faire des armes biologiques ?
Les élus de la Chambre des représentants voudraient bien le savoir ; c’est pourquoi ils ont approuvé un amendement demandant à l’Inspection générale un rapport sur ces tests et sur le risque que ces tiques « modifiées » aient contribué à la propagation de la maladie de Lyme.
Une maladie véhiculée par des tiques qui sont contaminées par des bactéries et qui vivent dans des zones tempérées, humides et boisées
 
Cette endémie toucherait plusieurs millions d’humains dans le monde.
En France, une augmentation significative du nombre de nouveaux cas de maladie de Lyme a été constatée entre 2017 et 2018 (104 cas pour 100 000 habitants en 2018 contre 69 cas pour 100 000 en 2017).
 
Un labo militaire dans le collimateur
 
 
Le centre de Plum Island est situé près de la ville de Lyme qui a donné son nom à la maladie. | DHS
La ville de Lyme, d’où la maladie tire son nom, se trouve à seulement 15 kilomètres d’un laboratoire du gouvernement américain, le Plum Island Animal Disease Center.

Rugy, suite et peut-être enfin fin


 
 
 
François de Rugy dernière petite oraison avant mise en terre

Touitteur : « Comment ne pas penser aux mots de François Mitterrand en hommage à Pierre Bérégovoy » (François de R., indic, rabatteur, prébendier puis cocu).

Ce n’est pas que le bonhomme, en lui-même, soit particulièrement intéressant, ni même influent, mais pourtant, il n’en finit pas de nous prodiguer d’utiles leçons sur l’époque que nous traversons.
Sur l’homme, il n’y a rien à dire de neuf, ni rien à apprendre : il s’est donné suffisamment de mal pour montrer qu’on pouvait s’asseoir éhontément sur absolument tout (les principes, les convictions voire rien du tout) pourvu que la carrière avance (et les points de retraite aussi, surtout à ce régime). Magie du « nouveau monde libre » où la putasserie crasse et le parjure deviennent des gages de « sincérité » (et donc de « transparence »).
Il n’y avait absolument aucune raison valable de lui accorder quelque confiance que ce soit.
Et si on l’a nommé ou propulsé ici ou là, c’était en remerciement des services rendus – et accessoirement des trahisons, dont il est devenu expert – et en attendant d’en caser un plus « fiable », et plus utile, au même poste.
De Rugy n’a jamais servi à rien, pas même à faire « avancer » une cause, fût-elle mauvaise.
Il n’y a rien.
Pas de pensée, pas de conviction, même pas de résultat tangible.
 Rien.
Rien même pour s’acharner.
De Rugy, l’Histoire en fera le procès, si elle en a le temps, et à la rigueur, si elle devait ne rien en retenir, on pourrait même se demander s’il ne faudrait pas intenter un procès à l’Histoire pour « laxisme » ou « dillettantisme ».

Algérie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux »

 
 
Résultat de recherche d'images pour "oran 1962 photos"

Bernard Lugan
jeudi 18 juillet 2019


Cette phrase d’Etienne de la Boétie résume la relation franco-algérienne.

A chaque fois qu’il est en difficulté, le « Système » algérien sort en effet le joker-martingale de l’accusation de la France, sachant qu’il sera immédiatement relayé par les héritiers des « porteurs de valises », ethno-masochistes buvant goulûment au calice de la repentance et de la contrition.

Le 15 juillet dernier, montrant en cela qu’il n’est pas encore mentalement décolonisé, Mohand Ouamar Bennelhadj, membre essentiel du « Système » algérien puisqu’il est le secrétaire général par intérim de l’ « Organisation nationale des moudjahidines », les « anciens combattants », a ainsi appelé le parlement algérien à voter une loi criminalisant la colonisation française.
Il a en outre demandé que cette loi ouvre la voie à des « compensations », osant écrire que les Français ont « génocidé » les Algériens et que, après avoir pillé le pays, ils « n’ont laissé ici que des broutilles, des choses sans valeur».

Ces accusations ne relèvent pas de l’anecdote.
Ce n’est pas de sa propre initiative que ce pâle apparatchik dont l’association constitue le pivot du « Système » et dévore 6% du budget de l'Etat -plus que ceux des ministères de l'Agriculture (5%) et de la Justice (2%)-, a lancé ces accusations gravissimes.
Depuis deux ou trois semaines, acculé par la rue, le général Gaïd Salah a en effet ordonné qu’une offensive anti-française destinée à tenter de faire dévier la contestation populaire soit lancée.
Face à cette véritable déclaration de guerre, le président Macron garde un étourdissant silence…

Alors, puisque, comme ils en ont hélas l’habitude, les « lapins de coursive » qui dirigent la France se tairont, il est donc nécessaire que les « réseaux sociaux » s’emparent de l’affaire, à la fois pour exiger une réponse officielle des autorités françaises, et pour « remettre les pendules à l’heure ».

Quartier Interdit avec Alexandre Langlois. Révélations du policier sanctionné par Castaner

 
 


 
Sortie le 15 juil. 2019


Alexandre Langlois fait l'objet d'une exclusion temporaire de six mois dans la police nationale après avoir révélé en interne et à la presse un certain nombre d'éléments graves au sujet du ministère du l'Intérieur.

Suicides, agressions sexuelles, falsifications de chiffres, gazs lacrymogènes toxiques, le policier dit tout.

Pour aider Alexandre Langlois : https://www.lepotcommun.fr/pot/4dq0qpnd

Plus de 6 millions de Français boivent de l’eau contaminée au tritium

 
 
Eau du robinet
 
© Sputnik . Alexey Malgavko
France
 
6,4 millions de personnes résidant dans 268 communes à travers la France sont alimentées en eau contaminée au tritium, affirme le laboratoire ACRO, qui présente une carte de la contamination.
 
 
L’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO) vient de publier une carte de la contamination radioactive de l’eau potable en France métropolitaine.
 
Selon ses évaluations, 6,4 millions de Français boivent de l’eau contaminée au tritium quotidiennement.
 
Le tritium, isotope radioactif de l’hydrogène dont le noyau compte un proton et deux neutrons, est notamment issu des réacteurs nucléaires.
Bien que l’organisation reconnaisse qu’«aucune valeur ne dépasse le critère de qualité de 100 Becquerel par litre» fixé par les autorités sanitaires, elle souligne que sa présence dans l’eau potable est un «lanceur d’alerte»:

«Médailles de la honte» : l'Intérieur décore des policiers suspectés de violences illégitimes

 

«Médailles de la honte» : l'Intérieur décore des policiers suspectés de violences illégitimes
       
© Valery HACHE Source: AFP
Geneviève Legay au sol après une charge policière à Nice commandé par le commissaire Rabah Souchi le 23 mars 2019 (image d'illustration).

 18 juillet 2019
   

 
Plus de 9 000 policiers se voient honorés de la médaille de sécurité intérieure.
 
Parmi eux figurent des noms qui n'ont pas laissé Mediapart indifférent : ceux des commissaires qui ont commandé des opérations controversées à Nantes et à Nice.
                                   
Des policiers mis en cause dans des violences figurent sur une liste des plus de 9 000 membres des forces de sécurité qui doivent recevoir une médaille de l'Intérieur, selon les informations de Mediapart confirmées par l'AFP.
Après cette révélation du média d'investigation en ligne, le ministère de l'Intérieur a réagi sur son site internet en prévenant : «Si l’un des médaillés est reconnu responsable d’actes contraires à la déontologie ou de faute et sanctionné à ce titre, ou condamné par la justice, la médaille de la sécurité intérieure lui sera retirée.
Les enquêtes disciplinaires ou judiciaires s’effectuent de manière indépendante, à charge et à décharge, et il n’appartient pas à des tiers de désigner nommément des personnels pour des faits qui ne sont pas définitivement établis.»

Dans son article publié le 17 juillet, Mediapart a révélé qu'au moins cinq agents «impliqués dans des enquêtes concernant des violences policières» ont été distingués de la médaille de la sécurité intérieure pour leur engagement dans des opérations d'ordre public, principalement dans le cadre de la mobilisation des Gilets jaunes
Parmi les médaillés figurent également deux commissaires mis en cause dans l'enquête sur les violences subies par Geneviève Legay, une manifestante de 73 ans blessée à Nice le 23 mars lors d'une charge de police contre un rassemblement interdit de Gilets jaunes (le commissaire Rabah Souchi et sa compagne, Hélène Pedoya, commissaire en chef de la sûreté départementale).

Italie : le scandale “Anges et démons” – Journal du jeudi 18 juillet 2019



 
Italie : le scandale “Anges et démons”

C’est un véritable scandale dont les médias ne semblent pas vouloir parler.
En Italie, 18 personnes dont des médecins, des travailleurs sociaux et des politiques du Parti Démocrate ont été interpellées.
Elles sont soupçonnées d’avoir manipulé des enfants pour les soustraire à leurs parents et les vendre à des familles d’accueil dont certaines les auraient abusés sexuellement.
 
Réforme des retraites: travailler plus pour gagner autant

Après de longs mois de concertation, le haut-commissaire, Jean-Paul Delevoye, a présenté ses propositions pour réformer le système de retraite français.
Un sujet épineux qui devrait faire bondir les partenaires sociaux.
 
Boissons sucrées : attention danger

Une étude britannique fait un lien entre cancer et consommation de boissons sucrées.
Un petit événement dans le monde de la santé qui jette un voile sombre sur la consommation estivale de sucreries liquides.
 
L’actualité en bref

Ces Algériens qui transforment la France en champ de guerre après les matches

 
 
 
Publié par Salem Ben Ammar le 18 juillet 2019
 
 
Faudrait-il interdire l’Algérie de compétitions footballistiques internationales, pour en finir avec le déferlement de violence prenant les allures d’une véritable guérilla urbaine en France ?
 
Une question certes irréaliste et saugrenue mais qui se justifie amplement par elle-même au regard des atteintes graves à l’ordre public apparentées à des pogroms antifrançais.
 
Ils sont les seuls au monde à libérer leurs pulsions haineuses et bestiales en marge des matches de leur équipe nationale.
 
Sous le voile du football se dissimule le visage hideux et arrogant de ces supporteurs qui sont en réalité des meutes de loups sortis de leurs réserves indigénistes drapés dans le drapeau algérien pour marquer leur appartenance nationale avec force et fracas.
N’en déplaise à leurs frères restés là-bas qui rêvent pourtant eux-mêmes de venir grossir leur rang qui voient en eux des Français d’origine algérienne comme s’ils avaient honte d’eux et qu’ils préfèrent faire endosser la responsabilité de leur comportement ultra-violent à la France.
Ils ne sont plus des Algériens, ils sont des Français qui illustrent l’échec de la politique d’intégration de la France selon les bonnes âmes algériennes reines de la défausse.
Un Français ne crache pas sur son drapeau national et n’exhibe pas un drapeau étranger pour se démarquer de sa communauté nationale.

Voitures brûlées du 14 juillet : circulez, y a rien à voir !

 
 



Il se faisait discret, ces derniers temps. Je veux parler de Christophe Castaner.

La discrétion, ça doit être son nouveau truc pour durer.

Tellement discret qu’il se refuse à ce que le ministère de l’Intérieur communique sur le nombre de voitures brûlées, le 14 juillet. « On ne donne pas et on assume. C’est toujours la même chose et ça n’apporte rien. ».
Vu comme ça…
C’est leur nouveau slogan : « J’assume ». François de Rugy disait la même chose, la semaine dernière.
« J’assume totalement… », disait-il, coup de menton en prime.
« J’assume », ça vous pose tout de suite un homme ou une femme.
« J’assume », c’est, en fait, dire « Je n’assume pas ».
Un peu comme quand on vous dit « Je vais être honnête avec vous ».
Des fois qu’on soit parfois malhonnête.
Donc, des chiffres sur les bagnoles brûlées à l’occasion des festivités algéro-footballistiques, vous n’en aurez pas.
Il y en aurait eu 195, selon La Provence, qui s’appuie sur des « sources policières ».
Il paraît que ce serait mieux que l’an passé : 212.
Waouh ! Ça fait tout de même 8 % en moins.

Particules ultrafines : la nouvelle malédiction !

 
 



Ça y est, sainte Greta Thunberg, égérie de la lutte climatique, commence à irradier les plus sceptiques de « Sa Lumière ».

Voyez Éric Brunet, libéral ferré à glace à qui on ne la fait pas sur RMC : voici qu’hier midi, il prônait l’interdiction totale des voitures dans Paris !

Pourtant, on croit se souvenir qu’il y a peu de semaines encore, il vitupérait contre les faux travaux disséminés dans Paris (des barrières derrière lesquelles il ne se passe rien), destinées uniquement à « emm… » les automobilistes.
Enfoncée, la révélation mystique de Claudel derrière le deuxième pilier à Notre-Dame !
Sur France2, en revanche, il y a longtemps que l’Esprit saint écologique est descendu, et le télé-évangéliste vert se frottait les mains au journal de 13 heures devant la dernière révélation apocalyptique de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).
Fini les particules « fines » – dont Christian Gérondeau démontra la quasi-disparition grâce aux techniques nouvelles et au changement de modes de chauffage -, place aux particules « ultrafines » ! Plus fines que fines, comme le « plus blanc que blanc » de Coluche : évidemment, elles pénètrent plus, comme les enzymes gloutonnes…
Mais, sutout, « elles tuent quatre fois plus que les accidents de la route » !

L’enseigne Tati disparaît.

« La célèbre enseigne Tati va quasiment disparaître et seul le magasin parisien situé boulevard de Rochechouart sera conservé.

Les 92 autres seront fermés ou basculés sous l’enseigne Gifi »…

C’est toute une époque qui se termine.
D’ailleurs, à ce rythme, il y a aussi de quoi s’inquiéter sérieusement pour l’enseigne Gifi dont je vois de moins en mois la valeur ajoutée face à une chaîne concurrente qui est en plein développement et nommée Action, le solder venu des Pays-Bas, aux prix imbattables.
En face de chaque Gifi s’installe un Action.
Action déborde de monde, et les Gifi se vident.
Sans changement et sans montée en gamme, ce qui arrive à Tati risque de préfigurer ce qui va se passer d’ici deux à trois ans pour Gifi.
L’économie d’en bas ne trompe pas.
Observation en vrai de ce qu’il se passe permet de mieux anticiper.

Charles SANNAT

Source Le Monde ici

mercredi 17 juillet 2019

Greta Thunberg, « La psychologie des foules » appliquée à l’écologie


En la personne de Greta Thunberg, les défenseurs de l’environnement ont cru trouvé un représentant charismatique à l’aura internationale, ce dont nous pourrions collectivement nous réjouir.


Mais la défense de notre environnement ne mérite-t-elle pas mieux qu’un gourou instrumentalisé, jouant sur les peurs et les émotions collectives à des fins de culpabilisation individuelle ?

Pour être efficace, l’écologie doit répondre à une approche rationnelle, pragmatique, scientifique.

Vouloir éveiller les consciences est une noble cause derrière laquelle se cachent parfois des intentions et un mode opératoire assez détestables.
Une opération de manipulation digne de ce que Gustave Le Bon décrivait dans « La psychologie des foules » en 1895.

Le monde attendait un leader écologique charismatique, légitime et compétent.
On vient de lui servir un grand chaman de l’écolo-catastrophisme

Si le constat d’une dégradation de notre environnement est partagé par tous, ses causes ne doivent cependant pas être considérées comme exclusives de l’activité humaine pas plus que ses conséquences ne peuvent se résumer aux tirades divinatoires de ce nouveau gourou climatique bombardant la planète de sophismes idéologiques qui, s’ils suscitent l’intérêt du plus grand nombre, finiront immanquablement par fatiguer les foules aussi facilement manipulables qu’enclines au rejet spontané des « effets de groupe».
Tout, dans le phénomène « Greta Thunberg », fait appel à l’émotion en faisant passer des messages négatifs.
S’agit-il de susciter ou de contraindre ?
De porter un message d’espoir ou de faire peur ?
Ainsi la fantomatique Greta a-t-elle récité, lors de son intervention au Forum économique Mondial de Davos en janvier 2019, un message apocalyptique, formulé en ces termes : « Je ne veux pas de votre espoir, je veux que vous paniquiez, que vous ressentiez la peur que je ressens tous les jours et que vous agissiez ».
Nos gouvernements ne profitent pas de cet « effet Greta », pour annoncer l’augmentation des budgets Recherche et développement ni de nouvelles mesures de protection de l’environnement aux effets bénéfiques pour le bien-être du contribuable.
Déjà, de nouvelles idées de taxes écologiques, comme la surtaxe sur la consommation d’eau courante ou une écotaxe sur les déplacement en avion sur pointent le bout de leur nez.
L’écologie punitive a trouvé son alibi ultime.
Bientôt, une taxe sur l’air ?

Stop Linky

 
 
 L’image contient peut-être : texte


Stop Linky Comtat Ventoux

Lors d’une intervention chez un client particulier ou professionnel, L’ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE EST OBLIGATOIRE.

Elle doit être présentée, à jour de cotisation, sur simple requête du client, et couvrir l’ensemble des activités d’ENEDIS et/ou de ses partenaires, ainsi que les dégâts matériels et immatériels qui pourraient être occasionnés par l’installation ou le fonctionnement du compteur LINKY.

La société EDF ASSURANCES (Immatriculation RCS Nanterre 412 083 347, au capital de 39.000 euros) est une société de « courtage d’assurances et de réassurances » et non une compagnie d’assurance, comme le prouve son extrait Kbis : la société EDF ASSURANCES n’est pas un assureur de dommages.

Par conséquent, la SA ENEDIS, en tant que personne morale assurant la promotion du LINKY dont elle a apposé la marque sur le capot en plastique jaune du compteur mis en place chez les abonnés, contrevient à l’obligation d’assurance à laquelle elle est tenue au titre de l’article 1792-4 du Code civil.
Ce défaut d’assurance prive ENEDIS de toute possibilité de contraindre ses clients à accepter le Linky et ses risques, car personne ne peut contraindre quiconque à assumer un risque pour lequel il n’est pas assuré.

Si ENEDIS n’est pas assuré, les collectivités locales censées prendre le relais en cas de sinistre ne le sont pas non plus, si l’on en croit les exceptions prévues par GROUPAMA dans le cadre de sa police VILLASSUR pour les collectivités.

Les collectivités ou leurs représentants peuvent donc faire l’objet de poursuites au civil comme au pénal car aucune compagnie d’assurance depuis 2003 ne couvre les risques et dommages résultant d’une technologie liée aux champs électromagnétiques.

Ce manquement constitue, à lui seul, un motif de refus du compteur LINKY.

Rien ne nous sera épargné

 
 
Résultat de recherche d'images pour "sibeth ndiaye tenue"


De Rugy : et maintenant, l'affaire des voitures avec chauffeur !

 
 
François de Rugy aurait aussi abusé des voitures avec chauffeur, lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale puis à son poste de ministre de la Transition écologique. Photo AFP/JOEL SAGET
     
François de Rugy aurait aussi abusé des voitures avec chauffeur, lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale puis à son poste de ministre de la Transition écologique. Photo AFP/JOEL SAGET

Même après sa démission, les révélations s'enchaînent sur François de Rugy.

Selon Mediapart,il aurait également abusé des voitures avec chauffeur, lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale puis à son poste de ministre de la Transition écologique.
Des voitures de fonction qu'il aurait utilisées pour un usage privé, affirme le site d'informations.



Selon Mediapart, François de Rugy aurait tout d'abord utilisé ces voitures avec chauffeur de la République pour conduire des proches, notamment son épouse et ses enfants.
"Il a pu arriver exceptionnellement qu’un trajet commun dans Paris ait débuté ou se soit terminé avec son épouse et/ou ses enfants seuls, pour des raisons d’efficacité et de sécurité", justifie son ancien cabinet auprès du site d'informations.
En outre, l'ancien président de l'Assemblée nationale et ministre de la Transition écologique aurait réquisitionné ces mêmes voitures de fonction pour des trajets entre Paris et la Loire-Atlantique, notamment le week-end.

Ainsi, selon Mediapart, alors que "François de Rugy se rendait en train à Nantes, un de ses chauffeurs fonçait en Loire-Atlantique en voiture pour le récupérer en sortant de la gare et le convoyer sur place pendant la durée du séjour".
 
Là encore, le cabinet de l'ancien ministre évoque des raisons de sécurité.
 
 

 

LCI
Ajoutée le 16 juil. 2019
       
 
 Démission de François de Rugy : la réaction d'Edwy Plenel sur LCI

EXCLUSIF. Benjamin Griveaux et les « abrutis »

 
Les municipales parisiennes, « c'est pas la cantonale de Vesoul ! Vous croyez quoi, qu'on tricote ? »
 
 
Il y a quelques semaines, Benjamin Griveaux exposait en privé les dessous de la bataille.
L'épreuve de la désignation par LREM semblait une formalité et l'assentiment d'Emmanuel Macron acquis : « Je sais exactement ce que l'on va faire et sur quel calendrier, mais ça, c'est entre le président et moi. [...]
Tout cela est très réfléchi depuis le début. [...] Qui tient Bournazel [élu parisien, membre d'Agir, candidat pour 2020] par les c... depuis le début, si ce n'est moi ? Pourquoi est-ce qu'on fait entrer [Franck] Riester [Agir] au gouvernement ? Pour tenir les mecs d'Agir, tout cela n'est pas le fruit du hasard ! »
Si c'est le cas, pourquoi le président a-t-il semblé encourager le candidat Cédric Villani  ? « Emmanuel [Macron] m'envoie des SMS en disant : Cédric n'a pas compris ce que je lui ai dit. »
De toute façon, « Cédric, il n'a pas les épaules pour encaisser une campagne de cette nature. Il ne verra pas venir les balles, il va se faire désosser ! »
Tâche que la commission d'investiture de LREM semble avoir déjà accomplie en toute indépendance, bien sûr.
 
Chaque jour « un abruti »