mercredi 5 décembre 2018

Pacte de Marrakech: une perversion sans nom pour les peuples européens !



Résultat de recherche d'images pour "pacte mondial pour les migrations"


mercredi 5 décembre 2018

Alors que la France vit au rythme des gilets jaunes en colère et d'un gouvernement aux abois, dans l'indifférence médiatique et politique la plus totale, Macron signera la semaine prochaine prochaine ce pacte onusien sur les migrations.
 
 
Paralysé par ce climat d'insurrection ? Ignorance ? Quasiment personne, en France, ne semble mesurer le danger que représente ce pacte pour la civilisation européenne et nos identités.
Les partis politiques ont été totalement aphones sur le sujet.
Il n'y a guère que le RN pour avoir élevé le ton depuis quelques jours et il aura fallu attendre le 4 décembre, soit 6 jours avant la signature, pour que Les Républicains publie un communiqué officiel dénonçant ce pacte.

Je publie ci-dessous un post trouvé sur FB, auteur inconnu, enrichi par mes soins...

" J'ai enfin lu les 34 pages du document du Pacte de l'ONU sur les Migrations, dont l'une des inspiratrices est Louise Arbour, militante canadienne pro-minorité, je ne me souviens pas hélas d'avoir lu récemment quoi que ce soit de plus obscène.

Ce texte propose l'octroi d'un droit opposable pour tout migrant qui se verrait refuser sa demande d'asile dans un pays d'accueil, ce qui est une véritable atteinte à la souveraineté des Etats.
Evoquer la diminution/suppression des subventions aux organes de presse qui parleraient trop négativement de l'immigration est carrément totalitaire.
L'aspect non-contraignant est un mensonge.
Le non-contraignant se dit "soft law" en anglais, un objet juridique bien connu en droit international, qui par définition ne s'impose pas directement mais crée un nouveau paradigme moral, qui s'impose petit à petit dans les esprits, et qui à terme se traduit par des législations qui s'adaptent à ce nouveau paradigme.


Le Pacte est sans surprise défendu par les pays à fort taux de natalité qui y voient l'occasion d'écouler leur excédents démographiques et d'envoyer des concitoyens capteurs d'allocations renvoyées au pays, mais il est d'une perversion sans nom pour les peuples européens, leur histoire, leur continuité anthropologique et leurs cultures.
Beaucoup de pays ont ouvert les yeux sur cette attaque sans précédent, l'UE elle-même a dit qu'elle n'est pas en mesure de la signer (Autriche, Hongrie, Pologne, Belgique, Croatie, Rep Tchèque, Bulgarie, Italie ne le signeront pas, idem pour la Suisse).
Dans un texte officiel paru sur son site en juin 2000, l'ONU prône sans sourciller l'arrivée de 159 millions de migrants en Europe d'ici 2025 (dont 23 millions pour la France) pour maintenir l'équilibre actuel actifs / inactifs, soit un tiers de la population européenne.
Revenez 50 ans après et imaginez le résultat.
Rien qu'entre 2000 et 2008, le phénomène migratoire a augmenté de 40 % en Asie et en Europe (sce: DSED).
En France, fin 2015, Azouz Begag, ex-ministre de Villepin, déclarait que 15 millions d'immigrés étaient " déjà chez eux chez nous ", 15 millions d'immigrés dont la moitié a été naturalisée soit 19% de la population !

Cette notion de "grand remplacement", qui m'a toujours dérangé par sa connotation complotiste et pas très réaliste (le risque est d'être mis en minorité, mais, espérons-le, les résistances feront que nos peuples ne disparaîtrons pas, ne seront pas intégralement "remplacés"), cette notion semble bien relever d'une réalité, d'un plan pour maintenir à flot les populations européennes qui ne font plus d'enfants.
Même si l'intention originelle n'est pas mauvaise, les conséquences seront mortifères.
Les européens sont grandement responsables de leur mort en ne voulant plus se reproduire, mais on pourrait aussi imaginer un modèle ou les populations diminuent, comme au Japon, sans avoir recours à des migrations qui amènent irrémédiablement un changement de substrat des peuples.
Ou tout simplement refaire des politiques natalistes comme en Russie.

Ce Pacte de l'ONU, notre président, lui, ne se fera pas prier pour le signer, en bon petit globaliste de service, en se gardant bien d'organiser le moindre débat pour ne pas en faire un sujet d'actualité.
 
Il est grand temps de réagir, en signant toutes les pétitions que vous voyez circuler, en publiant les articles informant sur le sujet, en en faisant un sujet de conversation autour de soi, en sortant cet enjeu majeur de l'angle mort où beaucoup veulent le maintenir."
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.