mercredi 21 novembre 2018

Présence du Black bloc samedi 24/11 à Paris lors de la manifestation des gilets jaunes : l’Etat ne doit pas laisser les casseurs discréditer la légitime colère des Français




gilets jaunes concorde.jpg


Lors des manifestations anti-CPE en 2006, Nicolas Sarkozy avait volontairement laissé les casseurs agir pour décrédibiliser et décourager les manifestants.
 

Le gouvernement Philippe ne doit en aucun cas adopter une telle stratégie.
Le préfet de police doit prendre en amont les arrêtés utiles contre les casseurs identifiés de la gauche radicale pour les interdire de territoire ce samedi sur la capitale.
En outre, il est évident qu’aucun gilet jaune ne va prendre la responsabilité civile et pénale de déclarer à son nom la manifestation de samedi.
Nous sommes face à une déclaration de fait, proclamée sur les réseaux sociaux.
Il faut faire avec cette nouvelle donne qui complique inévitablement notre stratégie de maintien de l’ordre public.
L’emplacement de la place de la Concorde, choisi par les gilets jaunes, nous paraissait être une zone propice pour accueillir et encadrer une telle manifestation.

Si les pouvoirs publics maintiennent l’interdiction de rassemblement à la Concorde, le préfet doit proposer aux gilets jaunes un autre lieu dans Paris.

En l’absence de proposition, les gilets jaunes vont affluer samedi sous l’obélisque, ce qui ne manquera pas de causer immédiatement des troubles à l’ordre public si nous devons les accueillir à coups de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.