lundi 26 novembre 2018

Les drôles de leçons de morale de Gérald Darmanin le cumulard

 
Résultat de recherche d'images pour "darmanin"


Par

 
Depuis quelques jours, le ministre des Comptes publics s'en prend aux privilèges de certains élus et hauts fonctionnaires. Il devrait d'abord balayer devant sa porte.


 "Gilets jaunes" oblige, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, se présente désormais comme un chevalier blanc.
Depuis quelques jours, il multiplie les leçons de morale.
Aux élus et aux fonctionnaires.
Ce faisant, il s’expose à ce qu’on lui rappelle certains faits le concernant.
Un jour, Darmanin le vertueux s’en prend aux "restaurants parisiens" qui facturent des repas "à plus de 200 euros".
Le lendemain, dans un tweet qui a exaspéré les parlementaires, il s’indigne d’un amendement du Sénat visant à défiscaliser une partie des indemnités des élus, qui reviendrait, affirme-t-il, "à les exonérer d’impôt jusqu’à 1.500 euros par mois."
Et dimanche, sur RTL, il s’insurge contre ces hauts fonctionnaires "trop payés" et dont il faudrait diminuer le nombre.
Il ajoute : "Il y a des gens qui touchent 700, 800, 900 euros et qui voient la différence profonde qu'il y a entre eux, le peuple et les élites." 

Toutes ses déclarations sont loin d’être infondées. Seulement voilà : avant de les prononcer, le ministre des Comptes publics devrait faire le ménage chez lui. Dimanche, "la Voix du Nord" a révélé qu’il n’avait toujours pas démissionné de la vice-présidence de la Métropole de Lille, bien qu’il en ait fait la promesse, il y a plus… d’un an. Promesse faite dans un document officiel, sa déclaration d’intérêts à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, et renouvelée solennellement à Lille le 19 octobre. Il serait d’autant plus temps de la respecter que, selon le site de la métropole, Darmanin l’absentéiste n’a assisté, depuis un an, qu’à un seul conseil de cette collectivité. Bon, le cabinet du ministre l'assure : cette démission a bien été annoncée aux responsables de la métropole par lettre. Le reste ne serait que paperasse administrative. On ne demande qu'à le croire.

Salaire et indemnité

Ce n’est pas tout.
Le chevalier blanc du Nord s’indigne des revenus de certains.
Notamment des élus.
Il oublie sans doute qu’avant d’être ministre, il était à la fois maire de Tourcoing, vice-président du conseil régional des Hauts-de-France et vice-président de la métropole de Lille.
Si bien qu’en 2016, il a perçu la coquette somme de 90.829 euros net, soit 7.569 net par mois (et non "5.000 euros" comme il l’a imprudemment assuré sur RTL, dimanche).

Et puis le ministre des Comptes publics oublie aussi sans doute qu’il continue de percevoir l’intégralité de son indemnité de conseiller régional, siège dont il n’a pas non plus démissionné et que, selon Médiacités, il n’occupe pourtant qu’une fois sur cinq...
Cette indemnité est conséquente : 2.217 euros net par mois, soit le montant du salaire moyen des Français.
Qui évidemment s’ajoutent depuis mai 2017 à son salaire de ministre de 9.940 euros brut par mois.

Son cabinet tient à rappeler que cette indemnité de conseiller régional est "la seule pour ses mandats locaux" puisque Gérald Darmanin a renoncé à celles afférentes à son statut d'adjoint au maire de Tourcoing et de vice-président – pardon de "conseiller" – de la métropole lilloise.

On ignore pourquoi il a souhaité conserver celle de conseiller régional

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.