vendredi 23 novembre 2018

Le dîner de cons

 
 


La droite molle trahit une nouvelle fois ses électeurs
          
C’est un article du magazine l’Opinion, qui l’a révélé, avec un titre accrocheur :
 
Européennes:la coalition choc de Macron
 
Emmanuel Macron a organisé mardi soir à l’Elysée un dîner réunissant Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Edouard Philippe, François Bayrou, Jean-Yves Le Drian, Pierre Moscovici, François de Rugy, Franck Riester… dans la perspective des élections européennes du 26 mai.
Cet aréopage inédit partage la même préoccupation face à la montée du populisme en Europe.
Rares sont les dîners à l’Elysée qui laissent une telle impression aux participants. « C’était un moment historique, témoigne un convive. Trois Premiers ministres, plusieurs chefs de partis, qui se retrouvent à l’Elysée autour d’un jeune Président, dans un tel moment de tension, avec les Gilets jaunes dans la rue et l’Europe sur le point de basculer du côté obscur… Oui vraiment, c’était un moment rare de conversation. »
De fait, depuis le début du quinquennat, c’est la première fois qu’Emmanuel Macron donne corps à la recomposition politique promise depuis dix-huit mois, en agrégeant autour de lui des personnalités qui ne sont pas membres de La République en marche, mais qui partagent les valeurs qu’il porte, et d’abord les valeurs européennes.
Comme l’a révélé l’Opinion, le chef de l’Etat a organisé mardi soir un dîner stratégique dans la perspective des élections européennes du 26 mai, qui seront la première épreuve électorale de son quinquennat.
 
Sortez les violons ! Sonnez hautbois, résonnez musettes !

Les convives auraient même trouvé le moment … historique !
Il faut sauver le soldat Europe !
Mais qui l’attaque ce soldat dont le combat tient plus du baroud d’honneur que du combat pour l’avenir.
Ce sont les peuples qui composent l’Europe qui n’en peuvent plus de cette Europe qui les humilie, les appauvrit et nie même leur identité !
Avec l’énergie du désespoir, Bruxelles et Macron se cherchent des bouc-émissaires en la personne de certains dirigeants qui osent défendre leurs peuples respectifs, et au premier chef, Viktor Orban et Matteo Salvini.
Peu importe que ces chefs de gouvernement aient été élus démocratiquement, et confirmés plusieurs fois à leur poste, ils n’acceptent pas l’Europe telle qu’elle fonctionne, ce sont donc des fachos !

Comme l’a dit Bertold Brecht :
« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple. »
 
Mais qu’en pense le peuple de droite ?

De quel droit tous ces responsables de droite – mais sont-ils encore à droite – se permettent d’apporter leur soutien au chef de l’Etat ?

Au moment où la popularité d’Emmanuel Macron frôle la correctionnelle avec 26 % d’opinions positives, est-il légitime pour des opposants de lui apporter une bouteille d’oxygène ?
Puisque Macron reste droit dans ces bottes devant les protestations du peuple portées par les gilets jaunes, les élections européennes sont l’occasion pour ses opposants de le sanctionner.
Et donc les représentants de la droite molle, que dis-je de la droite mollassonne, vont participer à une coalition contre nature qui risque d’atténuer la sanction attendue.
 
Les Juppé, les Raffarin, les Philippe ne voient-ils pas qu’ils vont jouer le rôle des idiots utiles à la Macronie en plein naufrage ?
 
Chaque jour, la droite s’enfonce plus profondément, dans les divisions et les compromissions de son aile gauche.
Le PS s’est auto-dissout, mais la droite va bientôt le rejoindre.
Quelles alternatives auront les électeurs si Emmanuel Macron ne se relève pas de sa descente aux enfers dans les sondages ?
 
Mélenchon ou Le Pen ? La peste ou le choléra ?
 
Alain Juppé et sa clique porteront une lourde responsabilité devant l’histoire de la droite !

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.