vendredi 10 août 2018

Nantes. Violentes échauffourées lors d’interpellations à Bellevue et aux Dervallières

 
 
 Résultat de recherche d'images pour "nantes police"
 
 
 
Certes, les émeutes de début juillet dans les quartiers dits sensibles nantais se sont arrêtées, mais le feu couve sous la cendre.
 
Dans ces quartiers que des bandes ethniques tiennent et veulent maintenir hors les lois de la République, deux interpellations ont encore tourné au vinaigre en quelques jours.
Le six août vers 18 heures, un individu se livrait à des rodéos sur un scooter dans le quartier multiethnique de Bellevue, à l’ouest de Nantes.
Arrivée sur les lieux, la police a constaté que le scooter était déclaré volé depuis le 25 juillet. Lorsqu’elle a tenté d’interpeller le conducteur – d’origine africaine, mineur, et déjà très défavorablement connu – une trentaine de jeunes délinquants, mineurs ou non, ont essayé de l’en empêcher.
Certains ont jeté des projectiles et ont détruit le pare-brise d’une voiture de police, trois policiers auraient été légèrement blessés au cours de l’affrontement.
La police a du appeler des renforts et faire usage de lanceurs de balles (LBD) pour se dégager.
Un homme majeur a été interpellé et sera présenté devant le tribunal correctionnel pour outrage et rébellion.
Quant au conducteur, il a été interpellé, placé en garde à vue, présenté ce 9 août à un juge des enfants et mis en examen pour violences volontaires contre les policiers et recel de vol.

Dans l’attente de son jugement, il est placé dans un établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM).
Deux jours plus tard, nouvel épisode très tendu dans un autre quartier multi-ethnique de l’ouest nantais.
Aux Dervallières, une patrouille de police repère vers 21 heures rue Jacques Callot un jeune de 20 ans qui n’a pas à y être.
Défavorablement connu – et pour cause, il a été placé sous contrôle judiciaire – il a été interdit de paraître dans le quartier, de sortir passé une certaine heure et d’entrer en contact avec d’autres protagonistes de son affaire.
Là encore, la tentative d’interpellation a mal tourné, avec une vingtaine de jeunes délinquants qui ont affronté les policiers ; l’un d’eux a même essayé d’extraire le délinquant interpellé de leur voiture. Ceux-ci ont finalement interpellé l’individu et l’ont conduit au commissariat central.
Il sera poursuivi pour avoir manqué à son contrôle judiciaire… et cela n’arrangera certainement pas son affaire devant le juge.

Aucune interpellation n’a en revanche été faite parmi les émeutiers…



Louis Moulin
Photo d’illustration
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.