mercredi 1 août 2018

Le scoop du jour : Christophe Castaner sait lire


 
 
On attendait un numéro de claquettes mais ce fut un poussif exercice de lecture.

Le scoop de l’été : on a désormais la confirmation que Christophe Castaner sait lire.
Auditionné par la commission parlementaire du Sénat? qui n’a rien d’une bande de comiques, le secrétaire d’État-délégué général de La République en marche, la cravate dénouée de celui qui aurait été plus à l’aise sur un marché de Provence à faire le malin que devant cet aréopage barbant, devait éviter qu’il en sorte une grosse comme lui, ce qui est largement dans ses compétences, lorsqu’il travaille sans filet.
La dernière, on s’en souvient, c’était sur BFM TV, lorsqu’il attribua à Alexandre Benalla des compétences de bagagiste jusqu’alors ignorées de tout le monde, y compris par l’intéressé.
Un texte écrit à l’Élysée ?
Ce n’est pas impossible, au nom de la verticalité du pouvoir.
Donc, pour éviter la bourde, quoi de mieux qu’un texte tout prêt, caractères en taille 14, points importants en gras.
Stabilo en bandoulière, le week-end a dû être laborieux autour de la piscine.
Et, du coup, l’audition aussi.
Que retenir de cette audition faite à la fraîche et qui avait pour but d’essayer de comprendre à quel titre Vincent Crase, salarié de La République en marche, a accompagné son petit camarade Benalla dans cette sympathique expédition de la rue Contrescarpe, le 1er mai dernier ?
Et il faut bien avouer qu’on ne comprend toujours pas.
Christophe Castaner nous dit que son employé Vincent Crase était en congé ce jour-là.
Le 1er mai, certains vont au muguet ; d’autres, plus rares, sortent leurs banderoles ; d’autres, encore, leur petite tenue noire de Black Blocs.
Vincent Crase, lui, sans mettre son uniforme, il va jouer au gendarme – ou au policier, on ne sait pas très bien – dans Paris.
Car, nous explique M. Castaner, dans son développement filandreux et sinueux, Vincent Crase est gendarme réserviste.
Affecté à l’Élysée.
On a quand même la très désagréable impression, dans cette ténébreuse affaire, d’un bizarre mélange des genres à tous les étages.
À l’étage noble, un Christophe Castaner, secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement et, en même temps, chef du parti majoritaire.
À l’étage des basses œuvres, un Vincent Crase, salarié de La République en marche et, en même temps, gendarme réserviste au palais de l’Élysée, fricotant avec Benalla qui faisait le room service entre les différents étages.
Serait-ce donc la marque de fabrique de ce nouveau monde voulu par Emmanuel Macron et ses marcheurs ?
Le mélange des genres, c’est modern, c’est open space, c’est global.
C’est à l’image du monde sans frontières qu’on appelle de ses vœux.
Notez qu’avec le mélange des genres, on ne sait plus qui fait quoi.
C’est formidable car, tout en prônant la transparence, on installe la plus grande opacité.
C’est fort.
Que retenir d’autre de cette audition ?
Grosso modo : c’est pas moi, j’étais pas au courant, c’est pas ma faute.
Un classique du genre qui ne nous surprend pas et faisait dire, mardi matin, à juste titre, il faut bien le reconnaître, au journaliste Christophe Barbier que les politiques veulent bien le pouvoir mais pas les responsabilités !
Donc, Christophe Castaner a réussi son examen de lecture.
Mention passable, certes, mais on lui demandait de surtout ne pas briller en ce mardi.
Il va pouvoir rejoindre sa piscine des Alpes de Haute-Provence avec le sentiment du devoir accompli.
Acta fabula est, donc ?
Puisque le Parlement est en congé cette semaine.
Pas certain.

Dans cette affaire Benalla-Macron, les oppositions tiennent en effet un filon qui est sans doute loin d’être épuisé.

Georges Michel
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.