samedi 28 juillet 2018

Rubrique : culot d’acier

 
 
Résultat de recherche d'images pour "benalla tf1"

Régis de Castelnau

Vous voulez vraiment qu’on finisse par sortir les fourches?

 Complaisamment invité et surtout interviewé par TF1, notre gorille chouchou de Macron, vient baratiner et raconter n’importe quoi en alignant des mensonges qui sont autant de provocations.
Le petit chéri du jeune roi vient nous dire la bouche enfarinée : « j’ai pas tapé ! »,
Comme si pour qu’il y ait des violences punies par la loi il faudrait qu’il y ait eu des coups.
Un étranglement par exemple, sur une femme (je dis ça au hasard bien sûr) eh bien c’est évidemment une violence.
« J’avais le droit d’intervenir pour interpeller des casseurs. » Menteur !
Ce n’était pas des casseurs du tout comme tous les témoignages l’établissent, mais des touristes qui devant la violence des charges inutiles ont perdu leur sang-froid pour envoyer deux projectiles : un cendrier et une carafe.
Cette assimilation à des casseurs, de passants brutalisés par ces nervis est une des clés de cette affaire. Comme je l’ai vécu en 1979 avec la grande manifestation des sidérurgistes, les véritables casseurs étaient des provocateurs manipulés qui ont commis des violences dans le but de dévoyer le mouvement social.
La contrepartie consiste pour les barbouzes à agresser les manifestants pacifiques pour compenser la passivité ORGANISÉE vis-à-vis des vrais casseurs.
Provocations aussi vieilles que le maintien de l’ordre.

Autre provocation : « je n’ai rien fait de contraire à la loi » non mais le culot !
L’article 73 sur la possibilité d’arrestation citoyenne, que son avocat et lui invoquent à tort et à travers et que l’on entend dans les glapissements des membres de la secte macronienne, aucune des conditions exigées par la loi et la jurisprudence ne sont présentes.
Ce type se fout du monde, ou plutôt ceux qui l’ont chapitré à la demande de l’Élysée.
Il ne se vante pas non plus de la présence de la brute salariée de LREM armée illégalement jusqu’aux dents et mise en examen comme lui.
Ni de la mise en cause de trois hauts gradés de la police qui ont trahi leur serment et dont la carrière est probablement terminée, pour s’être livrés à des violations gravissimes du secret professionnel.
Il ne va pas se vanter non plus des nouvelles plaintes accompagnées de vidéos qui arrivent, et qui établissent que lui et sa petite bande se sont comportés comme des voyous à plusieurs reprises.
J’espère que les magistrats en charge de ce dossier ont apprécié la provocation et l’invraisemblable passe-droit offert à un homme de main poursuivi par la justice, pour venir mentir sans crainte d’être démenti à la télévision à une heure de grande écoute.
Il a droit à une défense, celle ci obéit à des règles.
Il leur a adressé effectivement un bras d’honneur à eux qui considèrent qu’il existe des indices graves et concordants de la commission d’une ribambelle de délits.
Il n’est pas sûr que ses prochaines interviews ainsi que celles de ses complices soit aussi confortables et qu’il soit aussi facile d’y raconter n’importe quoi.
Petite illustration avec ce qui lui est reproché aujourd’hui.

 Il est incontestable que le grand responsable de tous ces dévoiements est Emmanuel Macron. Cependant, Benalla serait avisé de raser les murs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.