jeudi 5 juillet 2018

Hey, Aboubakar, t'as voulu jouer avec le feu ? T'as perdu. C'est ainsi.




 
 
Il s'appelait Aboubakar Fofana et de l'avis de ses amis et voisins, c'était un jeune homme de 22 ans fort sympathique, "une crème", "un gars hyper gentil" qui ne faisait pas parler de lui dans les técis de Nantes.

Un brave garçon en somme... comme d'habitude en pareille situation.

T'as qu'à croire !
Le gars - dont on n'ironisera pas sur les origines car, après tout, c'est pas de sa faute, toussa, c'est la faute à la société qui stigmatise et qui ne donne pas de taf à ces jeunes - il avait un casier judiciaire aussi long qu'un jour sans pain et était sous le coup d'un mandat d'arrêt pour vol, trafic de drogue, association de malfaiteurs en vue d'un crime et autres petites broutilles dont ces chances pour la France ont l'habitude.
Sa voiture était sous surveillance...

Alors, qué passa ?
Pas de bol, le voici victime d'un contrôle de police; oui madame, parfaitement, victime , le mot est juste parce que ce sont toujours les mêmes qu'on contrôle...
Hep, monsieur, contrôle du véhicule, vos papiers, permis de conduire et carte grise du véhicule, s'il vous plaît !
La routine quoi !

Sauf que Fofana, il ne donne pas son vrai nom et pendant que les keufs vérifient son identité, le voilà qu'il enclenche la marche arrière, direction les flics et une fillette qui circulait en bicyclette.
Pour un peu, le con, il écrasait flics et fillette avant de tenter de prendre la fuite.
Le con (bis), il a affaire à des flics, des CRS et il y en a un qui tire: légitime défense, paraît-il.
Et Fofana, il meurt.
C'est aussi simple que cela.
Il a voulu jouer avec le feu, il s'est brûlé les ailes et le cerveau avec !
Fin de l'histoire.
En principe.

Sauf que dans les quartiers qui craignent, quand y a un brother qui se fait descendre, c'est tout de suite l'émeute: La police assassine !

Justice pour Aboubakar ! Racisme ! Accusé, levez-vous !
Pas toi Fofana, toi le flic (dont la photo est diffusée sur les réseaux sociaux), toi la police !
Allons casser du flic, enfin pas trop, sont armés, mettons plutôt le souk dans le quartier, le feu aux bagnoles des voisins, smicards pour la plupart, jets de parpaings, cocktails Molotov et tutti !
Il fait déjà chaud, faisons monter la température.
Vengeons-nous du manque d'amour de la société....
Fofana n'est plus qu'une excuse, un prétexte pour que la violence se déchaîne, ça distrait, y avait rien à la téloche, pas de clients pour la dope et fait trop chaud dans les apparts...

Fofana, vivant, tu ne servais déjà pas à grand chose; mort, tu sers de soupape de sécurité: libérer, un temps, toute cette violence contenue dans le quartier...

Et tout ça donne quoi dans les médias, comme par exemple Le Parisien, "Aboubakar, 22 ans, tué par la police".
Notez l'emploi du prénom et la notification de l'âge, ça fait tout de suite plus sympa, plus attendrissant, plus dramatique... ou comme Le Monde qui parle "d'un quartier où les habitants pleurent la mort du jeune homme tué par la police, un jeune homme respectable et respecté". Émotion, les amis, émotionnez-vous !
22 ans, c'est bien trop jeune pour mourir... et tant pis si le lascar, il avait tout de la graine de Rédoine, un Saïd en devenir...

On aura droit à la marche blanche, programmée pour aujourd'hui alors que le cadavre d'Aboubakar n'est même pas encore froid, tout le monde portera des t-shirts blancs floqués dans la nuit avec le portrait de la défunte racaille et la famille appellera la population au calme et au recueillement.

Quant aux autorités ?
Réactions classiques, habituelles: La mairesse de Nantes n'aura pas un mot pour les flics, ces salauds de flics, le préfet, les ministres dont le Premier, diront que toute la lumière sera faite (et tant pis si les faits l'ont déjà apporté) et que force doit rester à la loi, les gauchistes diront que c'est la faute à la ghettoïsation de ces quartiers blablabla...
 Cela fera la Une avec Maëlys et Alexia, histoire de meubler l'antenne, de faire de l'audience et accessoirement diversion...
Rien de neuf, que du déjà vu.

On aura une nuit d'émeute, une deuxième, une troisième, peut-être et puis ça se calmera, on passera à autre chose sauf.... sauf si, comme disent les syndicalistes, une convergence des luttes se met en place: Que les quartiers (1) s'enflamment !
Les étés caniculaires sont propices à ce genre de bordel.
Et ce bordel, là aussi, c'est bon pour l'audience, ça fait de belles images... c'est beau un quartier qui crame la nuit...

Aboubakar Fofana avait 22 ans, il a joué avec le feu, il en payé le prix, victime d'un chemin qu'il emprunta librement.
Tant pis pour lui.

(1): - Hier soir, nuit d'émeute à Garges-les-Gonesses dans le Val d'Oise d'où était originaire Fofana...

- Ce soir, rassemblement à Bordeaux à l'initiative de Solidaires Etudiant-e-s Bordeaux " en soutien a Aboubakar, mort d'une balle policière hier soir à Nantes.
Justice pour Zyed, Bouna, Théo, Adama et toutes les autres victimes de violences policières."
Autre rassemblement, Samedi à Toulouse à l'initiative du comité Vérité et Justice ( voir le flyer ICI, ça vaut le détour)

(2): je vous invite à aller sur twitter, taper "Aboubakar" ou "Fofana" et lire la multitude de messages
de soutien à la victime, de haine contre la police et les "babtous"...

corto74

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Merci pour votre article. Je cherche également à m'informer sur ce sujet. Est ce que vous pourriez me transmettre vos sources concernant le contenu du casier judiciaire du suspect (le mort bien sûr)?
    Si vous avez également des sources ou même une vidéo qui valide la thèse selon laquelle il allait écraser une fillette et un policier, je suis preneur. Je n'ai pas réussi à obtenir plus que des témoignages contradictoires, entre ceux du quartier qui assurent que c'est faux et les collègues du CRS qui confirment sa version.
    Je vous remercie par avance,

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  2. Je serais preneuse moi aussi des sources du casier juduciaire ainsi que des sources confirmant qu'il a allait ecraser un policier et une fillette. Merci

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.