mercredi 18 juillet 2018

Désolé … mais j’ai du mal à faire la fête

 


fête
 
 
 
Je suis certainement un pisse-froid, peut-être même un vieux c…, mais j’ai beau me donner des claques pour me forcer à sauter de joie avec mes compatriotes, je reste totalement  hors jeu… et pourtant le sport a toujours été ma passion.
 
Mais aujourd’hui, trop c’est trop.
 
Comment comprendre que ceux qui, hier, voulaient tuer les nations au profit d’une Europe incertaine,  soient soudainement pris d’une exaltation démesurée de patriotisme.
Serait-ce le fameux « french paradox »?
Comment ne pas s’étonner de voir ceux qui, il y a quelques semaines, dénonçaient l’extension du populisme, tomber dans ce qui caractérise le français dans ce qu’il a de plus péjoratif, c’est à dire: la « Franchouillardise ».
Ce patriotisme, hier, tant disputé au Front National à qui on reprochait d’en faire sa propriété, est aujourd’hui repris à bon marché par le choeur de  nos « fouteux » en délire.
Allez comprendre, moi je n’y arrive pas.
Depuis plus d’un mois nous sommes soumis par les médias à une overdose de foot,  au point d’espérer une désintoxication au terme de cette Coupe du Monde.
Pourtant c’est exactement le contraire qui se produit, en effet l’intox se poursuit à l’unisson des médias en pleine hystérie.
Pour ces journalistes, ces Bleus donnent une magnifique image de patriotisme.
Et bien non, messieurs, ceci est sa pire déviation, cela s’appelle du Chauvinisme.
Ne soyons pas trop critique…
Je dois reconnaitre, que Didier DESCHAMPS a su trouver le ton et tirer les leçons du fiasco de la Coupe du Monde en Afrique du Sud.
Il a su faire comprendre à ses jeunes « coqs », même à ceux possédant la double nationalité, qu’il serait de bon aloi, de multiplier les cocoricos, afin de plaire aux fans.
Macron, en bon récupérateur occasionnel des élans populaires, n’a pu se retenir de jouer le « Maître-coq » en conviant les victorieux volatiles à une fiesta entrecoupée de bribes de Marseillaise, de brefs refrains répétés dans une ambiance « à tout casser » …
N’est-ce pas Pogba?
Pendant ce temps de festivités républicaines, les fans se désolaient devant la boutique des sponsors de ne pas pouvoir acheter le maillot tricolore avec la deuxième étoile.
Il leur faudra attendre un mois…
C’est affreux, quand j’y pense.
Qu’ils sachent, ces fidèles fouteux que beaucoup de valeureux soldat ont attendu encore plus longtemps avant d’obtenir une première étoile sur leurs croix de guerre.
Cette citation qu’ils méritaient pourtant pour de bien plus durs combats.
Gardez vos cocoricos pour la  fête, mais de grâce ne mêlez pas l’hymne national à ces  braillements.
 
Jean-Pierre AUREGAN
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.