mercredi 6 juin 2018

Sartrouville (78) : la salle de prière islamiste de la cité des Indes murée. Nuit d’émeute. Pompiers et policiers caillassés. L’Office HLM attaquée

 



11h33
 
Des affrontements avec la police et des incendies volontaires sont survenus dans la nuit de lundi à mardi.

Une série d’incendies et d’affrontements avec les forces de l’ordre ont perturbé la nuit de lundi à mardi dans le quartier des Indes, à Sartrouville. Tout commence vers minuit, rue Esnault Pelterie, lorsque les pompiers interviennent pour mettre fin à un feu allumé au pied d’un immeuble.
A leur arrivée sur place, le fourgon des soldats du feu et la voiture de police qui les accompagne essuient des jets de pierres.
Le bilan de ce premier épisode est mesuré : personne n’est blessé mais la vitre de la loge du gardien est brisée.
Les policiers interviennent et font fuir le groupe d’agresseurs.
A 1 h 40, rue Lakamal, deux groupes s’attaquent aux locaux du bailleur HLM, le Logement Francilien, et au mat sur lequel est juchée une caméra de vidéosurveillance.
Des incendies de conteneurs poubelle sont simultanément allumés avenue de l’Europe et sur la place du marché.
Trois vitres du bâtiment du bailleur sont brisées à coups de marteau.
Les forces de l’ordre ont mis la main sur cet outil abandonné sur place et sur une serpillière imbibée d’essence.
La caméra a bien résisté au feu allumé au pied du poteau.

Le Parisien



La décision de justice d’expulsion a été mise à exécution ce lundi matin. Les fidèles ont déjà trouvé une solution de repli, juste à côté.
 
Fermeture de la salle de prière de la cité des Indes : troisième !
Le bailleur, le Logement Francilien, a demandé – et obtenu – le concours de la force publique pour procéder, ce lundi matin, à l’expulsion de l’association des locaux qu’elle occupait à Sartrouville.
Ce n’est pas pour autant le clap de fin du bras de fer opposant les autorités aux fidèles de ce lieu considéré par les services de l’Etat comme « un foyer ancien de l’islam radical » où seraient diffusés des « prêches radicaux marquant leur hostilité aux principes républicains ».
Les habitués de cette salle de prière ont en effet déjà trouvé refuge « à quelques pas ».
« On a trouvé un local de remplacement juste à côté, auprès d’une association.
Nous y sommes depuis ce matin », annonce Saïd Djelleb, l’ancien président de l’association décriée. (…)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.