samedi 30 juin 2018

Rubrique : les belles âmes dressées sur leurs ergots.

 
L’Irak est un pays martyr.

Il y eut la dictature de Saddam Hussein, l’atroce guerre Iran/Irak, la première guerre du Golfe, le blocus alimentaire qui, à la grande joie de Madeleine Albright et du socialiste Tony Blair, tua des enfants par milliers, l’agression américaine, et pour finir (pour l’instant) l’abomination islamiste de Daesh.
Ce qui tient lieu d’État récupère difficilement la maîtrise de son territoire et fait passer en jugement les criminels avérés.
L’Irak étant toujours en guerre, un certain nombre d’entre eux ont été condamnés à mort.
Aussitôt glapissements des officines américaines et des belles âmes de chez nous.
Daesh qui a encore le pouvoir de nuire a enlevé huit citoyens innocents pris au hasard et réclamé en échange de leur vie la libération des condamnés.
Devant le refus du gouvernement irakien, Daesh a exécuté les 8 innocents et publié la vidéo de leur martyr.
Pour mettre fin à ces chantages, les Irakiens ont procédé aux exécutions des criminels condamnés. Dont la libération ne pouvait alors plus être revendiquée.
Alors, toutes les belles âmes de chez nous de protester au nom des principes, non pas contre l’exécution des otages mais contre celle des condamnés.
Toutes plumes dehors, on donne des leçons de morale à un peuple martyrisé.
En évitant soigneusement de dire comment il faudrait faire pour protéger les irakiens.
Et quel arbitrage rendre entre la vie d’abominables massacreurs et celle de citoyens innocents.
Ou plutôt en prenant indirectement le parti du sacrifice de ces derniers au nom du respect des principes à eux qu’ils ont.
Et qui sont supérieurs à tous les autres puisque ce sont les leurs !
Alors on va leur rappeler que l’Irak est en GUERRE.
Et qu’il existe même un Droit qui organise la façon de la faire.
Et on va leur raconter une petite histoire.
Après la bataille de Bir Hakeim, où les Français libres s’étaient distingués, l’Etat-major allemand avait fait savoir qu’il considérerait les combattants français libres faits prisonniers comme des « irréguliers sans uniforme » et qu’ils seraient tous exécutés.
De Gaulle avait répondu que si l’armée allemande entendait se déshonorer de cette façon, elle s’exposerait à la réciproque, et que tous les prisonniers allemands subiraient le même sort.
Ce qui calma les nazis qui renoncèrent à perpétrer leur crime.
Aux yeux de nos petits mondains, Charles de Gaulle est donc un assassin vengeur.
Mais il faut dire les choses.
Les arguments de nos belles-âmes font plus que renvoyer les belligérants dos à dos, ils font la leçon à ceux qui sont du bon côté.
Ce sont des arguments purement pétainistes, oui oui.
Qui font penser aussi à ces trotskistes dévoyés qui disaient aux FTP combattants les nazis : « n’oublie pas camarade que sous l’uniforme SS, il y a un travailleur allemand. »
Nos belles âmes ne sont jamais économes du sang des autres dès lors qu’il s’agit de s’acheter une bonne conscience et de prendre la pose.

Devant tant de sidérante arrogance que cette moraline donneuse de leçons unilatérales, les bras nous tombent du haut de l’armoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.